AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La rue commerçante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Re: La rue commerçante   Dim 17 Nov 2013 - 12:50

Uma CrawleyUma sourit. Lentement mais sûrement. Ca lui découvre les canines, d'abord les quatre pointes du haut, et plus légèrement les trois du bas, alors qu'elle l'examine. Il a l'air sidéré. Elle a l'air ravi. Ca l'a estomaqué. Elle flotte sur un petit nuage de bonbon rose – saveur diabétique. Il est quand même particulier, son papa, qu'elle se dit : avec cette tronche, pas étonnant qu'elle aussi soit assez, hm, spéciale à contempler. Ils sont glacés, vampires, bizarres, évidemment qu'ils sont apparentés ! Même s'ils ne se ressemblent pas tellement, pas vraiment, elle ne trouve pas... Mais elle finira par trouver. De toute façon c'est son papa. Il s'agenouille et elle détend un peu ses doigts, sans le relâcher. Elle noue sa main sur son poignet sans trop forcer, et l'autre joue avec son index à lui, puis son majeur, puis secoue son annulaire. Innocemment. Bon, c'est déjà ça, papa n'est pas marié. Super.

La phrase qu'il lui lance fait frémir ses petites narines dilatées alors qu'elle est en train de plier son petit doigt. Voilà qu'il lui fait le coup de celui qui ne comprend pas ! Ah, les hommes, sérieux. Uma prend alors cette tête qui vous pousse à l'adolescence, cette expression horripilante qui affirme en un jeu de mimiques que vous connaissez tout à la vie, et que vous allez l'apprendre à votre interlocuteur. De préférence plus âgé, plus mature, et normalement plus concerné que vous par le domaine de maîtrise que vous vous disputez. Elle roule des yeux, et lance d'une voix lente.
- Oui bon ça va être facile. Elle lui reprend l'index, et lui fait se tapoter le visage avec. Ca tape la joue, le nez, le bord du menton. Tadam, le voilà.
Elle retrouve son sourire juste après, et se met à sautiller. Bon Sang, c'est que ça faisait longtemps ! En plus, c'est bientôt Noël, il va devoir assurer comme une bête niveau rattrapage en cadeau. Elle glousse et, toujours à sautiller, et visiblement à deux doigts – le pouce et l'auriculaire qu'elle s'est remise à lui faire remuer – de lui sauter au cou pour l'embrasser, l'ado coasse avec énergie.
- Tu peux pas t'imaginer comme ça a été dur de te trouver ! Non. Elle a traversé quelques rues. Mais c'est mieux si c'est difficile, alors ça va l'être. Hé, papa, tu savais que j'étais là, en fait ? M'man elle disait que oui, mais moi j'étais sûre que non. Hé dis ! Faut trop qu'on fasse des trucs ensemble. Faut qu'on s'habille pareil. Faut qu'on aille au ciné. Faut qu'on boive un coup !
Elle lâche un rire gentil, tout gai, tout mignon, et ça lui découvre les canines un moment. Ensuite elle passe sa langue sur ses grandes et longues et bizarres et mortelles dents, et ses yeux viennent s'accrocher à quelqu'un qui ne passe pas loin, et qui fronce les sourcils en les apercevant – vrai que séparément ils sont curieux, là, avec lui à genoux, ils ont tout d'un spectacle de plein air. Elle croise le regard de l'homme et son expression change du tout au tout. Elle déglutit. Oui, oui. Va falloir qu'ils boivent un coup, ou une gorge, ou une classe de sixième. Rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Kain
Vampire


Messages : 717
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Lun 18 Nov 2013 - 17:10

Blêmir, une notion assez particulière pour Kain, car au vue de sa pâleur, il est difficilement envisageable de pouvoir affirmer avec certitude que le vampire blêmissait. Et pourtant, alors qu’il observa le petit doigt, presque inquisiteur, de la jeune fille le désignait, il avait l’impression que le bourreau venait de donner sa sentence… Et une chose dont Kain n’avait pas l’habitude, c’était d’être jugé, voir même d’avoir à gérer la conséquence de ces actes. Lui qui calculait tout, qui avait tendance à éliminer les témoins, qui ne laissait aucune trace, il semblait avoir fait un faux pas, et pas un petit!

Avoir un enfant, issu d’un de ces actes de débauches était ce que l’on pouvait dire une sacré erreur de calcul!

Mais alors que faire? Pour Kain il n’y avait pas de précédent, et comme si elle avait désirait l’achever, la jeune fille lui expliqua que sa maman était au courant de sa présence à Galway!

Kain était perdu, il n’arrivait pas à savoir comment on avait pu le trouver aussi facilement, comment une de ces anciennes partenaires de jeu puisse le localiser aussi facilement, lui qui avait l’habitude d’effacer toute trace de sa présence… Mais du coup quoi faire? Eliminer la jeune fille? Supprimant ainsi un témoin des plus compromettants? L’idée était pas mal, un moyen aussi radical qu’efficace pour régler cette situation. Seulement si la mère savait ou il était, et si elle savait que la jeune fille était à sa recherche, éliminer l’enfant ne serait pas des plus intelligents, du moins pas avant de savoir qui était sa mère afin de régler le problème à l’origine, de manière radicale…

Il allait donc devoir user de stratégie afin d’extirper de précieuse information à… Sa fille…

Non, définitivement non, Kain avait du mal avec le concept d’être père.

« Alors je suis ton papa, ravi de faire ta connaissance, mais dis-moi, comment t’appelles-tu? »

D’habitude, le vampire obtenait des informations en les arrachant à ses victimes, mais cette fois ci il allait devoir faire preuve d’une certaine diplomatie…

« Mais dis moi, quelque chose te ferais plaisir? Une glace, un chocolat chaud? »

Kain se sentait plus comme un prédateur tentant d’amadoué une victime, un rôle qu’il maitrisait à la perfection, sauf que cette fois-ci, les aboutissement étaient bien différents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La rue commerçante   Lun 18 Nov 2013 - 19:26

Uma CrawleyPas un instant de sa courte vie Uma ne s'est imaginée que son père pourrait la rejeter. Ou la considérer indésirable. Non, si Maman a dit qu'il s'était barré, c'était parce qu'elle avait été lâche et qu'elle ne voulait pas assumer, mais en brave petite diva, l'adolescente vampire est persuadée que son père aurait été transporté de joie à l'idée de sa naissance, et l'aurait évidemment traitée en huitième merveille du monde. Même si bon, le temple d'Artémis, il est en ruine, et être visitée par des touristes ne la tente pas trop.

Du coup, le petit blanc qui suit sa confirmation la froisse un peu. Ses narines s'écartent, sa bouche se soulève au coin gauche, et elle accentue cet air qu'elle a de se sentir pousser le devoir d'apprendre à son géniteur comment être son super petit papa.
- Tu peux m'appeler chérie. Ou princesse si tu veux. Elle se dandine d'un pied sur l'autre. Et moi, je t'appelle comment ? Papa ? Papounet ? Papounichou ?
Pas qu'elle tienne vraiment à gagatiser, même si ça ne la dérangerait pas, mais c'est vrai qu'elle ne connaît pas son prénom à lui, et que peut-être ça ferait un peu tâche. Est-ce qu'il va le lui lâcher ? Au pire ! Elle fera semblant, et elle se contentera de « papa ». Après tout, dans son monde à elle, il n'a pas besoin d'être autre chose que ça.

Il évoque un début de cadeau, ensuite. Son sourire s'agrandit et lui dévore maintenant les joues. Enfin ! C'est qu'il est long à la détente ! Tous crocs à l'air, et les autres dents avec, elle est joyeuse et ça se voit. Relâchant d'une main celle de son petit papa, nouant ses doigts aux siens de l'autre, elle brasse ses cheveux épais et noués en arrière et avise la rue d'un regard critique. Quelque chose qui lui ferait plaisir ? De la part de son père ? Bah, un scooter pour commencer. Mais elle a soif et, louchant sur deux jolies filles qui font les magasins un peu plus loin, marchant lentement et devisant entre elles, elle les désigne du menton, et souffle à son père d'un ton chuchoté, mais d'une désinvolture stupéfiante avec son ton de gamine qui fait son caprice.
- Elles. Et encore toutes chaudes, hein. Non parce que, crac la nuque et on les ramène, par le temps qu'il fait ça fige, et c'est dégueulasse à boire, c'est grumeleux. Elle se dandine encore, repose les yeux dans les siens, et lui adresse une mimique adorable. Ca te dit pas ? Je te laisse choisir ta préférée.
Faire la grande experte, elle s'imagine que ça ne pourra que lui plaire. Papa est forcément un vrai vampire qui en a, et dans sa tête, un vrai vampire qui en a beaucoup, c'est un prédateur complet. Elle n'a pas vraiment beaucoup tué, et l'assurance qu'elle montre n'est qu'une façade – en fait, au fond d'elle, elle angoisse déjà. Chasser à son âge, c'est très rigolo, mais ça fiche les jetons, quelque chose de rare ! Mais elle a soif et envie de fêter. Pas une simple petite glace qui la calmera, surtout que, pour elle, les conséquences, c'est un concept de rabats-joie... Et puis, papa est là. Elles ne pourront pas se débattre ou leur échapper, c'est évident !
Revenir en haut Aller en bas
Kain
Vampire
avatar

Messages : 717
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mar 19 Nov 2013 - 17:16

Kain n'avait pas finis d'être surpris avec cette jeune fille. D'abord elle lui proposa de l'appeler chérie, ou princesse, le genre de surnom que Kain avait rarement usité durant sa longue expérience. Enfin si il lui était déjà arrivé d'utiliser ce genre de sobriquet, mais pas à l'encontre dune enfant, plutôt d'une adulte dont les jeux auxquelles il c'était adonné avec était de l'ordre des distractions pour adultes, voir même adultes déviant... Aussi appeler ce petit être qui lui tenait la main princesse était simplement contre-nature pour le vampire... Et quand elle décida de lui donner des petits sobriquets, Kain se mordit la lèvre pour ne rien dire. Ce fut le "papounet" qui l'acheva, au moint qu'un petit filet de sang coula de sa lèvre, pincé sans doute avec une vigueur un peu trop grande...

Mais Kain devait tenir, il devait savoir le fin mot de l'histoire, aussi il ne commenta pas sa remarque. Intérieurement il se demandait en quoi elle pouvait être sa fille. Après tout elle était si différente, petite fragile, les cheveux si colorés, l'air... Humaine... Non décidément elle ne pouvait pas avoir une quelconque ascendance avec lui...

Voila ce que le vampire pensait au moment ou la jeune fille lui chuchota quelques mots à l'oreille, désignant comme friandise deux charmante demoiselle en train de faire du lèche vitrine... Bon là, à ce moment précis Kain du bien l'admettre, il était possible qu'elle soit sa fille... Et le pire c'est qu'elle avait très bien choisit ses victimes...

"Une chasse, voyons... ma princesse... cela ne peut se faire comme ça, il faut se préparer, bien choisir ses victimes, les isoler..."

Décidément le vampire avait du mal avec le terme princesse...

"Si tu as soif je te propose de venir dans mon bar, je te servirais tous ce dont tu aura besoin, et nous pourront discuter tranquillement..."

Après cette eptite discussion, et pour la première fois depuis leurs rencontre, le vampire réalisa qu'il était possible qu'il soit le père de cette créature, et une certains angoisse commença à l'envahir, une sensation qu'il n'avait plus ressentit depuis des siècles... Kain père, un concept inimaginable pour le vampire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mer 20 Nov 2013 - 18:05

Uma CrawleyLa lèvre de papa saigne. Elle en a un sourcil qui se lève, et la gorge qui s'assèche. Reluquant la petite goutte de sang qui s'échappe, Uma déglutit toute la bolée de salive qui lui est montée à la bouche et ses yeux restent fixés sur le trajet de ce sang si foncé sur cette peau si claire. La même que la sienne, d'ailleurs. Ils sont tous les deux blancs comme des énormes enveloppes, à en donner des cauchemars aux postiers. Sa proposition lui donne l'impression d'être bien reçue, mais pourquoi papa se fait-il saigner comme ça ? Il est bizarre, quand même. Et elle a une de ses soifs !

A son refus elle pousse un gros soupir, les narines dilatées et les pupilles toutes serrées. Quoi, elles lui plaisent pas finalement ? Ou papa est un gros lâche ? Ses yeux en deviennent deux grands lacs d'un bleu acide, avec un petit gouffre affamé au milieu. Très bien ! Il lui devra un scooter pour Noël. Ca elle va s'assurer qu'il le lui crachera. Et puis elle tend la main, très vive, très spontanée, et lui essuie la goutte qui s'est suspendue à son menton pour la porter à ses lèvres dans le même temps. Elle se suçote les doigts alors qu'il lui fait une suggestion, comme pour la rembourser de sa chasse avortée. Plus lentement, elle retire ses doigts de sa bouche avec un petit sloup moite, et essuie la lèvre de papa avec son index humide.
- T'es sale là.
Lui dit-elle en justification, avant d'enfin décrocher ses yeux du fantôme de la perle de sang dont le goût lui fleurit le palais et aiguise son appétit. Quand elle reprend la parole, ses dents pointent de manière aberrante entre ses lèvres de gamine.
- C'est trop cool d'avoir un bar. Mais j'ai vraiment-vraiment soif, c'est pas avec du coca que tu vas m'avoir. Même si les bulles ça chatouille le nez c'est rigolo. Elle recommence à se dandiner, son regard nerveux allant sur tous les mortels des alentours. Bon Sang ! Elle boufferait le premier venu, là. Mais bon, je suppose qu'il faut que je sois sage.
Elle grimace un peu, et sourit juste après, comme pour jouer le bambin adorable qui est juste espiègle et pas complètement capricieux. Aller dans son bar ? Uma ne flaire pas le moindre piège. Qu'est-ce qu'un papa pourrait bien faire de mal à sa superbe fille ? Pour lui vouloir du mal, il ne faudrait pas être un monstre, non, il faudrait être un idiot. Et son papa ne peut pas être un idiot. Elle lui secoue la main.
- D'accord alors. On y va, 'pa. Mais faudra chasser ensemble quand même. Tu sais, des trucs père-fille, comme faire du cerf volant mais en mieux. Enfin si tu veux on peut faire du cerf volant après. Ou de la moto. Tu as une moto ? C'est loin ? On arrivera bientôt ?
Elle continue à lui remuer la pogne au rythme de ses paroles, sans tirer, sans forcer, plutôt en balancier. Ca serait bien qu'il ai une moto. Et beaucoup à boire. Elle se ronge un ongle, encore nerveuse. Ouais, à boire. Est-ce que le coca ça se mélange avec du sang au fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Kain
Vampire
avatar

Messages : 717
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Jeu 21 Nov 2013 - 22:11

Alors que Kain parlait, la petite fille le fixait assez intensément. La chose était assez étrange jusqu'à ce que le vampire finisse par comprendre. Lorsque la jeune fille récupéra la goutte de sang qui perlait sur sa lèvre.
Elle avait faim, son idée de chasser n'était pas simplement pour jouer mais aussi parce qu'elle avait faim, très faim sans doute. Lorsqu'il la vit sourire, tout croc dehors, le vampire ne put s'empêcher de sourire, plus le temps passé, moins il mettait en doute le lien de parenté possible avec ce petit monstre.
Une fois qu'il tuerait sa mère, peut être finalement qu'il la garderait afin de la former pour qu'elle devienne comme lui... Kain s'égarait, décidément le vampire avait du mal à gérer cette rencontre imprévu.
Non il devait se ressaisir et les éliminer tous les deux... Mais avant tout, le vampire devait obtenir un maximum d'information sur sa maman afin de régler ce petit impondérant le plus rapidement possible. Le vampire n'avait pas l'habitude de laisser des témoins derrières lui.

"Ne t'inquiète pas, dans mon bar il n'y a pas que du coca ou des alcool, je suis sur que tu y trouveras ton bonheur."

Kain se redressa, et commença à se diriger vers le Bloody Valentine.

"Et pour ce qui est de chasser, je t'apprendrais si tu veux chasser avec moi... princesse..."

Il avait toujours autant de mal avec le princesse, malgré tout Kain s'imagina un instant en train de lui apprendre à égorger une victime innocente aussi rapide qu'efficacement.

En direction du Bloody Valentine

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Ven 21 Fév 2014 - 23:02

en provenance de l'appartement de Stasi

Le doc trouva une boutique qu’il espérait au gout de la jeune femme. Le trajet jusqu’à la rue commercial avait été particulièrement long. Il fallait dire qu’entre leurs accoutrements et le fait qu’il soit partiellement sec, et du coup logiquement en partie trempée, les gens dévisageaient avec insistance ce couple si improbable… Enfin ils atteignirent la boutique. Un magasin assez luxueux, contenant jupe, robe corset et autre habits dont le doc ignorait tout mais qui semblaient être similaire à ce que le jeune femme portait, du moins à chaque fois qu’il l’avait croisé.

« Heu voila je te laisse choisir de que tu veux, c’est moi qui offre, fais toi plaisir… »

Une phrase typique d’un garçon qui n’avait absolument pas l’habitude de faire du shopping avec une fille.

« Si tu ne trouves pas ce que tu veux, on en fera une autre après… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mar 25 Fév 2014 - 11:24

La rouquine avait fini par suivre le doc, sans se départir de sa moue boudeuse. Elle flairait le piège, tout du moins, elle était persuadée qu'il y allait avoir une arnaque. C'est vrai, elle n'avait encore jamais rencontré d'homme qui réagisse de cette façon face à elle. Les seules options auxquelles elle s'était attendues étaient qu'il l'envoie balader ou qu'il finisse par profiter de la situation.

Mais un comportement de… et bien de gentleman… voilà qui était quelque chose de nouveau et qui perturbait les habitudes de notre pauvre Millicent. Mais bon, il ne fallait pas non plus s'attendre à ce qu'elle remette quoi que ce soit en question, c'eût été trop lui demander, d'autant que ce cher lycan eut la lumineuse idée de l'entrainer dans un de ces magasins qu'elle lorgnait avec envie à chaque fois qu'elle se baladait en ville. Non pas qu'elle ne s'autorisait pas de petit craquage là-bas de temps en temps, mais elle était presque raisonnable lorsqu'elle se entrait dans cette boutique.

Sautillant sur place tout en observant autour d'elle, son regard s'était illuminé aux propos de Stasi. Finalement, elle commençait peut-être à comprendre pourquoi là patronne l'avait épousé. S'il lui avait proposé là même chose, voire à une échelle supérieure, lui refuser quoi que ce soit aurait été difficile. Mais, quand même, le mariage quoi…

Fixant un miroir sur le coté, elle oublia totalement ce qu'elle était en train penser alors qu'elle plissait des yeux, fixant son propre reflet avant de lâcher, de sa voix flutée.


"T'as vu, c'est rigolo, ça me fait penser à ces pervers qu'on voit à là télé et qui veulent montrer ce qu'ils ont sous leur manteau."

Tout en parlant, elle s'était tournée en direction du lycan et avait ouvert sa veste en pouffant de rire toute seule.

"Bouh !"

Bien entendu, elle n'avait prêté aucune attention à l'état de sa tenue sous la veste prêtée par le lycan. La chemise était tellement collée à sa peau qu'elle ne laissait plus là moindre place à l'imagination et le short ne valait guère mieux. Mais peu lui importait, pour l'heure, elle allait pouvoir se faire plaisir et compenser un peu sa déconvenue.

"Oh et tu sais où acheter des doudoux au fait ? Parce que moi, pas du tout !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Ven 28 Fév 2014 - 13:41

Stasi avait décidément bien du mal avec les interactions sociales, il fallait dire que le début de sa vie, il l’avait consacré aux morts, travaillant dans les morgues, puis, après sa transformation, il avait erré fuyant ce qu’il était de village en village, et enfin depuis sa venue à Galway, il passait la plupart de son temps à travailler ou à bosser sur les artefacts qu’il avait amassé…

Bref le doc n’était pas vraiment à l’aise dans les interactions sociales. Les seules fois ou il avait finis par avoir des échanges autre qu’une prescription médicale ou qu’un « passez moi le scalpel » il avait été aidé par un artefact, une pierre rouge et on ne pouvait pas dire que malgré ça le résultat fut des plus critiquables. Terminer marié à une vampire multi-centenaires, propriétaire de la maison close de la ville, mère d’un petit monstre suceur de sang et qui ne le portait pas dans son estime n’était pas franchement ce qu’on pouvait appeler une réussite social.
Alors non le doc n’était pas vraiment à l’aise avec les autres, malgré tout il ne s’en portait pas si mal que ça… dans son travail les gens était endormis sur une table,e t son loisir, à savoir l’étude des artefact se faisait dans la plus grande discrétion.

Il n’avait donc pas franchement l’habitude de se faire des relations voir d’interagir avec. D’autant que la demoiselle avec qui il passait son début de soirée était aussi belle que peu pudique. Déjà pas forcément à l’aise avec une belle demoiselle, l’attitude de Milicent mettait sa timidité à rude épreuve.

Alors que le doc était en train de réfléchir sur les possibles boutiques ou ils pourraient trouver un doudou digne de ce nom, afin d’acquérir l’objet tant désiré, Milicent l’interpella, et alors qu’il se retourna pour lui demander ce qu’elle désirait, il assista à un spectacle, que bien des hommes lui envieraient. La blague de Milicent était assez drôle, il était clair que le doc aurait bien rigolé

Il ne put sortir un mot dire quoi que ce soit, observant le fugace spectacle qui pourtant s’était imprimé sur sa rétine. Oui elle était sacrement belle Milicent, et l’absence de mystère autour de son corps dont il était d’ailleurs à l’origine avec les habits qu’il lui avait confié, troublait le lycan au plus haut point.

« Voila donc pourquoi on nous regardait bizarrement… Je pensais que c’était moi avec mes habits trempés… »

Il tenta d’afficher une assurance qu’il n’avait guère, toujours déstabilisé par une vision qui semblait imprimé sur sa rétine. A présent il regardait le sol, c’est dingue comme il faisait chaud dans ce magasin.

Je pense… à une boutique… à l’angle de cette rue, ils sont spécialisés dans les jouets pour enfant… »

Penser bébé était sans doute le meilleur moyen que le doc avait trouvé afin de se remettre les idées en places. L’idée n’était somme toute pas si mauvaise que ça. Sauf que son esprit, lui continuait de vagabonder…

« Et heu… Tu as peut être… heu… besoin de sous-vêtements… »

Après ce qu’il venait de voir, la question était légitime, malgré tout le doc aurait du rester dans ses pensées de bébé, car d’un coup ce fut comme si le chauffage du magasin venait de se rallumer…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Lun 3 Mar 2014 - 16:14

Le manque de réaction du doc face à une blague qu'elle trouvait particulièrement drôle arracha une grimace à la demoiselle. Pour une fois qu'elle était super drôle son public était pas open du tout, c'était tout bonnement scandaleux.

"T'es vraiment pas drôle en fait toi..."

Pour la peine, elle plissa du nez, la mine boudeuse et s'amusa toute seule à ouvrir et fermer son imperméable en lâchant à mi-voix des petits "bouuuh" sans prêter aucunement attention au regard éberlué des autres clients autour d'eux.

Les propos de Stasi lui firent lever un sourcil perplexe et, après l'avoir longuement fixé sans bien savoir comment elle devait réagir, elle lâcha, d'un ton soupçonneux.


"Tu veux dire qu'on nous regarde parce que j'ai une tête de pervers pour de vrai avec ton imperméable ?"

Fort heureusement pour le doc, l'humeur de la demoiselle changea en un clin d'œil lorsqu'il aborda de nouveau le thème des boutiques. Visiblement il ne mentait pas et il comptait vraiment lui payer des fringues. Le malheureux ne savait vraiment pas ce qu'il était sur le point de faire. Bon, pour le moment il parlait d'une boutique pour bébé. Ce n'était pas pour faire sauter de joie la rouquine mais, au moins, elle ne rentrerait pas bredouille. Et peut-être même qu'elle arriverait à trouver un doudou tout pareil et personne n'y verrait que du feu.

Au reste de ses propos, elle arqua un sourcil franchement sceptique et agita un index en direction du lycan.


"Dis-voir, c'est quoi le lien que t'as bien pu faire dans ta petite tête pour passer de la boutique pour bébés à des sous-vêtements ? J'ai l'air d'être enceinte c'est ça ? Et il me faut des soutiens-gorge d'allaitement ? Genre j'ai grossi c'est çaaaaa ?"

Une vague de panique l'envahit brusquement tandis qu'elle se tortillait dans tous les sens pour savoir si ce qu'elle imaginait était vrai ou pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mar 4 Mar 2014 - 18:30

Le doc commençait alors à reprendre ses esprits, se concentrant sur la boutique de bébé, les bébés, un excellent tue l'amour, un remède contre les pensées impures et les pertes de contrôle. La solution ultime sur laquelle il se focalisait tant bien que mal alors que la jeune femme continuait de jouer les exhibitionnistes avec son manteau devant la tête ahurie des autres clients. Mais alors que le russe pensait avoir reprit le contrôle de la situation, voila que ces derniers propos n'eurent pas, mais alors pas du tout l'échos escompté.
Stasi avait du mal avec les femmes, et la façon dont il s'embourbait dans cette discussion n'allait pas contredire ce fait, bien au contraire!
Si le doc avait peu de vie social, il savait cependant qu'il y avait une chose qui était tabou auprès de la gente féminine, le poids. Surtout pour une fille telle que Milicent dont le corps était en plus son outil de travail. Non le doc devait absolument reprendre le contrôle de la situation avant que cela ne dégénère totalement.

Il s'approcha de la jeune femme et lui attrapa les avant bras, doucement afin qu'elle se concentre sur lui. Malheureusement, dans cette position, l'imperméable s'ouvrit à moitié. Le doc dut donc pratiquer un jeu masculin, non un défis plutôt. Celui de surtout ne pas poser ses yeux n'importe ou. Un jeu qui semble assez simple en théorie, mais seulement en théorie. En effet, quand une chose était interdite, il était difficile de ne pas succomber au chant des sirènes et de justement se laisser aller bravant l'interdit... En plus quelle sirènes! le corps de Milicent était assez envoutant, la tache s'avérait donc être bien plus ardue qu'elle ne le semblait.

Le doc la fixa droit dans les yeux, se concentrant pour que son regard reste bloqué, se perde dans ses pupilles.

"Milicent tu n'es pas grosse, ce n'est pas ce que je voulais dire, tu es superbe, ton corps est parfait... vraiment..."

Le doc continuait de se concentrer surtout ne pas baisser le regard.

"Je te proposait de la lingerie, plutôt mignonne...absolument pas pour une maman..."

Ne pas baisser le regard, bien choisir ses mots....

"Je me suis juste dit que... avec ce que j'ai vue... enfin comme peut être que tes... sous vêtements étaient eux aussi plus en état..."

Ne pas baisser le regard bien choisir ses mots, ne pas baisser le regard bien choisir ses mots...

"Et que donc si tu voulais... tu pouvais en choisir...."

Le doc était aussi concentré que lorsqu'il était au bloc...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Dim 16 Mar 2014 - 9:49

Décidément, plus les secondes passaient, moins Milie arrivait à comprendre le Doc et où il voulait en venir. Parce que, c'était obligé, il avait forcément un objectif derrière tout ça mais il était soit bien trop compliqué pour que la rouquine puisse comprendre quelque chose, soit beaucoup trop tordu pour elle. Dans tous les cas, elle le trouvait de plus en plus bizarre et finit par en conclure que c'était peut-être son mariage avec la patronne qui l'avait rendu comme ça.

Il avait presque l'air normal à part ça et il aurait pu être très sympa s'il ne passait pas son temps à agir de façon totalement illogique et surtout profondément vexante pour la girl qui, après avoir joué au pervers à l'imperméable durant quelques minutes réalisa ce qu'il venait de dire.


La mine outrée, elle attendit les explications du lycan qui, loin de la satisfaire ne firent que lui faire plisser les yeux de plus belle, la girl se voulant menaçante avec tout le succès que tout le monde peut imaginer.

"C'est ça oui ! C'est pour ça que tu regardes mes yeux et pas le reste. Mon corps est tellement parfait que t'as pas envie de le mater. Tsssst… je suis pas totalement stupide, j'ai bien compris le message d'abord !"

Le doc avait beau avoir les meilleures explications du monde, impossible de faire entendre raison à Milie qui pouvait s'avérer butée comme c'était pas permis, son heureux petit caractère l'ayant doté d'un entêtement d'une mule de mauvaise humeur.

"Et puis, en plus, je te signale que t'as pas bien regardé parce que des sous-vêtements j'en ai plus d'abord ! Et toc !"

Persuadée que son argument allait avoir son petit effet, la girl attendait une réaction, les bras croisés et une mèche de cheveux collée sur le front qu'elle essayait de faire disparaitre en soufflant dessus à intervalles réguliers. La grande classe quoi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mar 18 Mar 2014 - 19:03

Fier. Le doc pouvait être fier de lui, suite à une lutte acharnée sont regard ne c'était aucunement détournée. Comme dans la publicité maintenant assez réputé, il l'avait fixé dans les yeux, uniquement dans les yeux.
Bien entendu, comme tout garçon qui se respecte, le doc s'attendait à une récompense pour une si bonne action, un réflexe masculin, ou peut être influencé par son coté lycan qui sait.

Sauf que la réponse de Milicent ne fut pas, mais alors pas du tous à celle qu'il avait prévu. Pas de sourire ou de politesse remerciant le coté gentleman du doc, non plutôt l'inverse même, elle ne semblait que moyennement apprécier l'effort fournit. L'espace d'un instant le doc se dit qu'il comprenait mieux pourquoi il préférait les gens endormis sur sa table d'opération, il ne comprenait vraiment rien aux femmes, c'était sans doute la seule constante de sa vie...

Mais là un nouveau problème se posait, quoi répondre à Milicent? Lui dire que non elle était magnifique et que s'il le pouvait il fixerait intensément son corps des minutes, non des heures durant, le filet de bave aux lèvres? Non cela était hors de propos, c'était offusquant, jamais il n'oserait dire ça... Et alors qu'il réfléchissait intensément, trop peut être, la jeune femme lui expliqua qu'il n'était pas observateur... Et là le réflexe fut malheureux. Ce fameux réflexe, celui du scientifique qui vérifie toujours le moindre dire, la moindre hypothèse, prit le dessus, et le doc plongea presque automatiquement son regard sur le corps de la jeune femme.

Le doc eut un moment de confusion, ses joues devinrent rouge et il sentit que son sang devenait petit à petit hors de contrôle, ce qui rendait le situation assez déplaisante pour le doc, un petit coté comique, mais surtout un grand moment de solitude.

"heu je.. mais nan..Enfin mais si..."

Difficile de quitter le corps du regard, l'effort précédent avait été trop intense, le doc ne se sentait plus apte à lutter.

"Tu est sur que tu as des sous-vétement?"

Une question du niveau de l'intellect actuel du doc, à savoir proche du zero absolu...

"Vous avez fait votre choix?"

La voix glaciale de la vendeuse, qui sentait que quelque chose ne se déroulait pas vraiment comme prévu, et qui sans se rendre compte venait de sauver le doc perdu dans la contemplation du corps de Milicent.

"Heu je sais pas... heu... Milicent tu as choisis?"

Maintenant le doc fixait intensément le sol, c'est fou comme le carrelage de la boutique avait été choisis avec style, et puis il avait été si bien assemblé, un vrai travail de professionnel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Dim 23 Mar 2014 - 16:59

Visiblement, si le doc ne trouvait rien à répondre à ses accusations, c'est qu'elles devaient avoir un fond de vérité et Milie trouvait ça tout bonnement scandaleux. D'autant qu'il semblait mettre en doute ce qu'elle disait. Fronçant les sourcils de plus belle, elle souffla, d'un ton agacé.

"Je sais quand même quand je porte une culotte ou pas. J'ai beau être une fille de mauvaise vie, je perds pas tout à fait la tête non mais oh !"

Se demandant un instant si elle devait prendre la vendeuse à parti ou si elle devait se contenter de bouder très fort, la girl se mordilla la lèvre et opta finalement pour une autre option, écrasant le pied du Doc qui s'obstinait tant à ne plus vouloir supporter la vision d'horreur qu'il avait devant les yeux. Avec ses baskets le résultat ne devrait pas être vraiment convaincant mais il y avait une telle application dans son geste qu'elle en tirait la langue sous l'effet de la concentration.

Elle s'approcha alors tout près de lui, très près même, au point que l'épaule du doc était en contact direct avec les vêtements encore mouillés de la girl et elle lui souffla à l'oreille, d'une voix basse qui savait en rendre plus d'un fou lorsqu'elle s'en donnait la peine.


"Pour la peine, vu que t'es vilain, c'est toi qui va choisir mes nouvelles fringues. Et si tu te rates, je raconterais un tas de trucs à la patronne qui la rendront complètement dingue et elle te mangera."

Milie n'était pas vraiment sure que la patronne était capable de manger quelqu'un et, si c'était le cas, si Stasi était réellement comestible mais là, elle était vraiment vexée comme un pou et c'était la seule menace qu'elle avait sous le coude qui pouvait presque être crédible, la girl ne sachant toujours pas ce qui pouvait bien lier les deux énergumènes.

Elle se tourna alors en direction de la vendeuse et lui décocha un large sourire.


"Non pas encore, mais il va s'y mettre ! Hein mon chéri ?"

Le regard de la girl s'était fait pétillant de malice. Elle n'avait pas vraiment bien saisi toute la subtilité de la situation mais peu lui importait. Elle allait pouvoir se venger.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Dim 30 Mar 2014 - 17:18

Culotte… Il était vrai que le doc n’avait fixé que la partie haute de l’anatomie de la jeune femme, pour sa défense Milicent avait deux arguments absolument pas réfutable, voir hypnotique. Stasi ne savait pas vraiment s’il devait se féliciter ou pas de ne pas l’avoir totalement scruter du regard. Déjà qu’il avait l’impression d’être un obsédé, si en plus il avait eu l’audace de descendre son regard vers cette partie si intime de l’anatomie de la jeune femme… Non surtout ne pas y penser. Heureusement, la conversation changea, et le doc fut missionné. Il devait aller chercher des tenues digne de se nom pour la jeune femme.
Autant être franc il n’y connaissait absolument rien. Le doc partit donc dans le magasin en quête d’une tenue qui conviendrait à la girls. Au début le doc pensait que la tache ne serait pas vraiment ardue il devait donc se contenter de l’imaginer sur elle et le tour serait joué. A ce moment là le doc ne c’était même pas posé la question de la taille, seul le look était entré dans ses paramètres de considérations.

Il avait souvent croisé la jeune femme, et ses tenue était assez travaillé, le corset semblait tout indiqué pour elle. Le doc n’avait aucune idée d’à qu’elle point la tenue était considéré comme difficile à mettre, faute d’expérience en la matière. A ces yeux l’ensemble serait juste très jolie et parfaitement dans le style de la jeune femme.

Il s’arrêta devant une première tenue, et ne put s’empêcher d’imaginer la girls dedans… Le coup de sang qu’il avait réussis à canalisé tout à l’heure revint d’un coup! Non hors de question d’apporter ça à Milicent, il finirait vraiment par être considéré comme un pervers!

Spoiler:
 

Il continua alors dans l’allée se concentrant sur sa quête de tenue et tentant, vainement, de balayer l’image qu’il avait de Milicent dans cette ensemble mauve. Il finit alors par tomber sur quelque chose qu’il trouva parfait. Sensuel mais pas trop, moderne et qui mettrait en valeur la jeune femme, exactement ce qu’il désirait. Milicent ne pourrait plus dire qu’il la trouvait moche après que Stasi lui ait ramené cet ensemble.
Mais alors qu’il allait se saisir de l’ensemble, le doc réalisa avec effrois qu’il lui manquait une information capitale, la taille de Milicent! Hors de question de se tromper, même si Stasi n’avait pas vraiment d’expérience avec les femme, il avait compris que s’il lui ramenait une tenue trop large, Milicent allait lui faire une sacrée crise. Et s’il ramenait une tenue trop petite, elle allait lui faire une crise en lui demandant d’aller chercher plus large… Non il n’avait pas le droit d’échouer, surtout pas!

Heureusement la vendeuse le suivait depuis tout à l’heure, il fallait dire que le « couple n’avait pas fait dans le discret. Le doc put alors lui demandé d’après elle qu’elle tenue irait à la girls. Et c’est donc avec deux ensembles identiques mais dans deux tailles différentes, oui la vendeuse n’était pas certaine, que le russe alla à l’encontre de le jeune femme.

« Que penses-tu de cet ensemble? »

Spoiler:
 

Le doc devait bien l’admettre il était fière de son choix, mais absolument pas sur de la réaction de Milicent, aussi il attendait la réponse avec une certaine… Appréhension.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Dim 30 Mar 2014 - 20:14

Heureusement pour lui, et pour sa survie, le Doc s'exécuta rapidement et ne fit même pas de remarque quand la girl lui écrasa le pied. Ou alors, c'est qu'il n'avait rien senti, Milie ayant la force d'une moule malgré tous les efforts qu'elle pouvait faire… alors certes, des efforts, elle n'en faisait pas des masses mais tout de même, c'était un peu vexant d'être incapable d'ouvrir un bocal toute seule ou de faire mal à quelqu'un. Peut-être qu'un jour, elle y remédierait… ou pas d'ailleurs, mais ça, c'était un autre sujet.

Toujours est-il qu'elle regarda Stasi fuir en direction des fringues, visiblement sous pression. Il faut dire que la mission n'était guère facile, Milie pouvant se montrer très difficile en matière de fringues. Enfin encore plus difficile qu'en temps normal, c'est dire. Sautillant d'un pied sur l'autre, elle attendait, chantonnant toute seule alors qu'elle l'observait du coin de l'œil se débattre avec un succès pour le moins limité dans les premiers temps.

Mais, visiblement, il commençait à s'en sortir plutôt bien, en tout cas, c'était ce qu'elle pouvait voir à distance. La vendeuse vint lui tendre une main secourable, sans que la girl ne comprenne bien pourquoi. Après tout, il semblait vachement bien se débrouiller et elle était presque prête à ne pas faire de crise de nerfs ni le menacer de mort pendant au moins cinq bonnes minutes s'il finissait par vraiment lui acheter tout ça.

Lorsqu'il revint vers elle, avec deux tenues et surtout deux tailles différentes, la girl pouffa de rire, semblant comprendre une partie du désarroi du Doc.


"Toi, t'avais peur de pas savoir ma taille hein. T'inquiète, je sais que vous les hommes, vous avez beau vous vanter d'avoir le compas dans l'œil, pour ce qui est des fringues vous pouvez être aussi doués que moi avec une clé à molette. Ou aux fourneaux. Ou au tennis… bref, pas très efficaces quoi."

Avec sa pudeur habituelle, elle se débarrassa de sa veste, laissant voir cette fois-ci clairement l'état dans lequel était sa chemise et surtout, qu'elle avait dit vrai. Elle ne portait vraiment aucun sous-vêtements. Le vendeuse se racla la gorge, visiblement gênée mais s'abstint de tout commentaire alors que, par-dessus les battants de la cabine d'essayage volait la chemise trempée en plein sur le visage du Doc.

Au bout de quelques minutes, une voix à moitié étouffée par le tissu finit enfin par retentir.


"Ooooh c'est trop chouette !"

Et c'est une silhouette toute de mauve vêtue qui fit son apparition, la girl sautillant sur place, visiblement ravie. Elle se mit même à tournoyer sur place avant de s'arrêter brusquement, s'agrippant au lycan.

"Iiiiik j'ai la tête qui tourne… mauvais plan ça !"

Puis, après avoir secoué la tête.

"J'imagine que je peux pas me balader dans la rue comme ça hein. Va falloir que j'essaie l'autre !"

Juste après avoir tapoté la joue de Stasi, Milie disparut de nouveau dans la cabine d'essayage avant d'en sortir avec le deuxième ensemble particulièrement cintré et qui semblait lui plaire tout autant.

"Alors, verdict ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Lun 31 Mar 2014 - 20:57

Le doc avait attendu fébrilement la réaction de Milicent. Un peu comme réflexe il avait écarté ses pieds, juste au cas ou… En son fort intérieur il espérait ne pas contrarier une nouvelle fois la jeune femme, le doc n’était vraiment pas doué pour réconforter les demoiselles… Vraiment pas… Mais heureusement le doc semblait un peu plus doué pour le choix des vêtements, car sa sélection sembla satisfaire la jeune femme.
Elle lui adressa un joli sourire, une petite réflexion sur son absence de discernement sur la taille de la jeune femme. Il semblait que se défaut ne sois pas simplement associé au doc, mais à un grand ensemble de la gente masculine.

Alors que le doc soupirait de soulagement, une nouvelle fois il fut interrompu et se retrouva grandement troublé. Un état qui arrivait souvent depuis qu’il avait croisé la jeune femme ce soir. Au moins il pouvait confirmer une chose, non la jeune femme ne portait pas de sous-vêtement… Nulle part… maintenant le doc en était certains.

Difficile à dire si Milicent jouait avec lui, mais alors qu’a nouveau le doc commençait à avoir chaud, sa chemise humide atterrit sur sa tête, un peu comme si elle avait décidé de refroidir ses pensées… L’espace d’un instant le doc se demanda si la jeune femme ne s’amusait pas avec lui, finalement c’était un juste retour des chose après ce qu’il lui avait fait vivre… Sans retirer la chemise, le doc esquissa un nouveau soupir. Décidément les femmes étaient bien trop forte pour lui.

Il retira le tissu trempé de sa tête et découvrit alors la jeune femme dans la première tenue. Comme il l’avait pensé, l’ensemble était disons bien trop plaisant au regard, pour être décent à porter pour une ballade dans une boutique de doudou pour enfant.

La jeune femme réapparu alors avec la seconde tenue, elle était superbe et l’ensemble était bien plus sortable, sans dévaloriser l’allure de la jeune femme, la tenue idéale.

« Je t’offre les deux, mais je pense que la seconde sera plus approprié pour une petite ballade. »

La voir habillée redonnait de la contenance au médecin.

« Désires-tu autre chose avant d’aller chercher le doudou et des pâtisseries? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Dim 6 Avr 2014 - 16:42

Au vu de la gêne et surtout de la bonne volonté du Doc, Milie avait décidé de ne pas l'asticoter plus que de nécessaire. D'autant qu'il faisait réellement des efforts pour compenser sa déconvenue même s'il ne semblait pas particulièrement doué en la matière. Cette pensée la laissait passablement perplexe et, après avoir fini son petit tour en cabine d'essayage et gardé la deuxième tenue, elle se planta face au lycan, les deux mains sur les hanches et les sourcils froncés.

"Dis voir, comment t'as fait pour choper la patronne ? Je veux pas te vexer hein, mais niveau habileté avec les filles, tu te poses là quand même."

Son regard fut un instant détourné par un miroir et, après avoir admiré sa tenue des pieds à la tête, elle se focalisa de nouveau sur Stasi avant de lui offrir un large sourire, de se mettre sur la pointe des pieds et de lui rouler un patin magistral. Se reculant d'un pas, la mine visiblement satisfaite, elle lui décocha un clin d'œil avant de se diriger vers la caisse.


"T'es quand même un chou de m'offrir tout ça. Je crois que j'ai envie de rien d'autre. Et toi ? T'as pas des trucs qui te tentent ? Oh mais t'as aussi des trucs à payer, non ?"

Bonne joueuse, elle attrapa tout de même le sac qui lui était destiné et attendit presque patiemment à coté de la vendeuse, sautillant à peine sur place. Au bout de quelques secondes, elle finit par lâcher, le plus naturellement du monde.

"Dis voir, tu t'y connais beaucoup en magasins pour les mioches ? Nan parce que moi j'ai galéré pour trouver un truc pour junior pour son anniversaire… tiens d'ailleurs, c'est dans pas si longtemps que ça son anniversaire. Tu crois qu'on va refaire une fête ? Ce serait rigolo… Bref ! T'as d'autres enfants ? Enfin, c'est pas vraiment le tiens hein mais euh… tu vois l'idée quoi ?!"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La rue commerçante   

Revenir en haut Aller en bas
 

La rue commerçante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Castielle de Sombrerue - Herboriste et Apothicaire
» Commerçante Apothicaire
» Mercenaire et commerçant. [Esther]
» [Activité] Partie d'échec géante !
» Mandat kont Aristide - No DYOL to talk!
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Highfield Park
 :: Rue commerçante
-