AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La rue commerçante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Keith
Vampire


Messages : 220
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Jeu 11 Juil 2013 - 10:16

Keith observait la scène entre les deux vampires à l'intérieur d'une boutique. Il les vit se mettre à parler calmement et Viggo faisait mine de continuer son chemin. Pour l'instant tout était calme et sous-contrôle, Kieran n'avait pas déclenché la procédure standard d'arrestation. Keith attendait donc patiemment, mais une odeur venait lui chatouiller les narines. La senteur de beignet bien gras, un des mets favoris de tout bon policier qui se respecte quand on aime les clichés. Keith se dit alors qu'il ne pouvait pas déroger à la règle et demanda à la serveuse du café de lui donner trois beignets à emporter, ce qu'elle fit sur-le-champ. Il prit dans le sac en papier, avec une serviette pour ne pas se salir les doigts, l'un des beignets et entreprit de commencer à le manger. Les deux vampires lui tournait le dos, alors Keith décida de sortir du café et de les suivre toujours à bonne distance en faisant mine de flâner dans la rue commerçante. Il se demandait s'il ne devait pas rejoindre Kieran en prétextant qu'il devait s'attendre ici et qu'il était légèrement en retard. Cette mise en scène risquait de compromettre le plan du commissaire, donc Keith restait sur ses positions. De toute manière, il restait en alerte près à intervenir au moindre signal de son supérieur. Keith espérait tout de même que Viggo ne fasse pas trop de vague et accepte de les suivre pour s'entretenir avec le Commissaire Général Giacometti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: La rue commerçante   Sam 27 Juil 2013 - 15:16

Spoiler:
 

ViggoUn sourire en coin se forma sur les lèvres du vampire. Il ne savait pas que le flic avait un penchant pour le sanglant. Après tout, beaucoup de membres de leur espèce avait cet intérêt.

On peut dire ça, avoua-t-il à propos de leur première rencontre. Il devait reconnaitre avoir provoqué le lycan, cependant l'alcool avait joué un role aussi important si pas plus que le sien dans la transformation du doc.

Mouais, rien de tellement intéressant au final, commenta-t-il avec un sourire à propos du résumé la soirée.

Le flic fit volte face pour se trouver derrière lui, la tension était palpable. Viggo se contentait d'agir normalement pour le moment. Il se tourna afin d'avoir le vampire à sa gauche et d'être ainsi perpendiculaire à la rue. Dans cette position, il était moins vulnérable.

Bon, je comptais boire un verre au Bloddy mais apparemment c'est mort. Il soupira et l'air toujours aussi naturel, tourna la tête vers le flic. C'est quoi ce cinéma, tu veux m'inviter à sortir ou me mettre sur la gueule ? Lacha-t-il avec un sourire en coin. Dans les deux cas ça va mal finir pour toi...
Revenir en haut Aller en bas
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Jeu 15 Aoû 2013 - 9:57

Kieran haussa les épaules. Comme il s'en doutait, le vampire ne cherchait pas que du sang pour se nourrir mais aussi de l'action, à croire que l'adrénaline lui importait plus que leur essence vitale. Il n'avait pas eu les détails de l'affaire, son rôle se cantonnant à son arrestation, mais il l'aurait pensé plus prompt à s'amuser avec ses victimes... Effacer les preuves sans doute, mais pas tuer systématiquement.

Il s'était arrêté face à lui et le policier remarqua bien vite la position sécuritaire qu'il avait adopté. De quoi fuir à gauche ou à droite au moindre problème. Il annonçait clairement ses intentions en se déplaçant sur sa gauche, ne lui donnant qu'une seule voie possible pour faire retrait. Viggo n'était pas idiot et flairait bien le danger. Mais il n'était pas d'humeur à lui courir après...

"Déjà des menaces ? Plutôt rapide, alors qu'on discutait juste..." Son expression resta neutre et grave même si sa voix laissait percer de l'amusement. Il lâcha sa cigarette et l'écrasa sous sa chaussure, gardant les mains libres. "Ni l'un ni l'autre. Tu es en état d'arrestation pour meurtre, Viggo. Dans ton intérêt, tu ferais bien de me suivre tranquillement pour avoir une petite discussion avec le commissaire. Si tu cherches à t'enfuir, tu ne feras que retarder l'inévitable. Si tu veux quitter la ville, grand bien t'en fasse, mais ton dossier sera transféré. Sachant que dans les deux cas, ça aggravera ta situation... Alors, que choisis-tu ?"

Il se tenait prêt à toute éventualité, posté droit, de façon qu'il puisse se mettre rapidement en courses ou rester fermement ancré au sol s'il tentait une attaque frontale. Quelque chose, au fond de lui, n'attendait qu'un faux-pas de Viggo pour rendre la partie plus amusante. C'était le vampire qui voulait du sang. Il chassa cette idée de son esprit et resta concentré, aussi immobile et froid qu'une statue de marbre face à son congénère.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith
Vampire
avatar

Messages : 220
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mer 28 Aoû 2013 - 12:17

Keith mangeait. Il avait eu une bonne idée en prenant ces beignets. Il se mettait bien dans la peau du flic en planque. Il ne pouvait s'empêcher de sourire à cette idée. Il observa tout de même les deux protagonistes de loin. Il voyait Kieran, son partenaire du moment, se tourner vers Viggo, leur cible désignée. De prime abord, il semblait qu'ils discutaient tranquillement comme deux connaissances qui se retrouvaient par hasard au gré de leurs emplettes tardives. Mais il n'en était rien. Keith voyait leur danse s'effectuer, Viggo cherchant le moyen de se dérober si la situation l'exigeait et Kieran le suivant pour ne pas se faire distancer si le tueur s'échapper. Puis tout à coup, Kieran se stoppa telle une statue et dit quelque chose que Keith ne put entendre à cette distance, mais tout dans son attitude trahissait le fait qu'une action importante allait se dérouler maintenant. L'inspecteur décida de se rapprocher tout en restant le plus naturel possible en mangeant son beignet et en faisant mine de s'intéresser aux devantures des magasins.

_________________
Keith MILLIGAN



Dernière édition par Keith le Ven 6 Sep 2013 - 9:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La rue commerçante   Lun 2 Sep 2013 - 23:55

ViggoKieran se dirigea vers sa gauche pour bloquer cette piste. Viggo en était sur à présent, il y avait quelque chose de louche. Toutefois, il garda un flegme certain, curieux de savoir ce qui allait se passer.

Il éclata d'un rire bruyant et faux lorsque le flic lui lut ses droits. Il s'attendait à tout sauf à ça. Il s'arrêta de rire et fixa le vampire avec un grand sourire.

Est-ce que j'ai l'air de quelqu'un qui préférerait fuir ? Demanda-t-il alors que son sourire se faisait plus carnassier. Pendant qu'il parlait, il scannait rapidement la foule afin de tenter de repérer d'autres flics. Les flics vampires, ça m'a toujours fait rire. Mais alors ici à Galway vous battez tous les records avec votre psychopathe de patron, railla-t-il.

Il n'y avait pas à dire, le commissaire avait donné un grand spectacle au Bloody. C'était la première fois que Viggo le voyait et il n'y avait pas à dire mais il avait fait forte impression.
Le vampire repéra Keith dans la foule au loin, Kieran n'était donc pas seul.

Je vois que tu a amené ton petit toutou, dit-il en hochant de la tête vers l'autre flic. Il se tourna vers le vampire pour lui faire face, un sourire joueur au visage.

Je te propose un petit jeu, commença-t-il, toi et moi, main nue, premier qui touche le visage de l'autre à gagner. Bien entendu ton animal de compagnie reste en dehors de ça. Qu'est-ce que t'en penses?

Sans gestes brusques, Viggo défit l'unique bouton fait de sa veste. Ainsi il était plus libre de ses mouvements. Il se tenait prêt si jamais son adversaire acceptait son jeu et fonçait. Toutefois, s'il n'acceptait pas, le vampire ne se laisserait pas faire et avait déjà quelques petites idées pour foutre la merde.
Revenir en haut Aller en bas
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Ven 6 Sep 2013 - 12:12

- Ca aussi, ça risque d'aggraver ta situation, Viggo... Lâcha t-il dans un soupir.
Le vampire prenait la nouvelle avec un certain aplomb et, réaction typique des plus jeunes de leur race, il réagissait avec imprévisibilité et audace. Lui rire au nez, il ne l'aurait pas cru capable... Sa situation était suffisamment précaire pour qu'il évite de jouer sa vie en provoquant un policer. A moins qu'il était persuadé que Kieran ne chercherait pas à le tuer ? Le Commissaire Général lui en voudrait un peu de lui ramener un cadavre - un vrai cadavre même - mais il ne risquait pas grand-chose dans le cas d'un meurtrier en fuite.

- La plupart des personnes qui ont du bon sens préfèrent fuir ou se rendre. J'avais simplement oublié que tu ne faisais pas partie de cette catégorie-là.

Il gagnait du temps pour jauger au mieux sa situation, ça se voyait rapidement... Il le gardait à l'oeil, mais seulement du coin de l'oeil. Kieran aurait pu en profiter pour frapper, mais que voulez-vous, quand on est flic, on est là pour riposter et pas faire dans le préventif. Il dut se faire force pour ne pas répondre du tac-au-tac à la raillerie. Kieran détestait les manières d'Andrea, et ce n'était pas nouveau : Ca avait même empiré avec sa récente promotion, à se demander pourquoi le Commissaire Général avait pris le risque de le nommer. Mais peu importe ce qu'il pensait de son supérieur, il n'était pas là pour en débattre avec Viggo. Montrer une faille et le vampire est doué pour s'y engouffrer... Autant rester stoïque.

- Tu veux jouer, c'est ça ? Tu as expliqué les règles, mais pas les enjeux. Je ne te laisserais pas me glisser entre les pattes, et Keith est là pour s'en assurer. Tu comprends ce que ça signifie ? Pas de deal. Pas de compromis. Je veux bien t'exploser la figure avant de te traîner en taule, mais si c'est la mienne que tu exploses, ça ne changera rien à ta situation.

C'était mal de jouer avec ses proies, surtout quand il s'agissait de vampires. Il n'avait jamais pour habitude de les prendre de front, car c'était les prendre à la légère et surestimer sa force. La plupart des vampires en Galway avait plusieurs siècles accumulés quand lui n'en avait qu'un. Viggo ne lui semblait pas bien plus vieux, mais il ne pouvait pas prendre le risque d'échouer.
Quand Viggo se positionna en vue d'un combat, Kieran en fit de même. Il ne dégaina pas, son arme bloqué dans son holster et dissimulé par sa veste. Son contact le rassurait simplement, s'il tournait les talons, il serait prêt à le sortir... S'il l'attaquait de front, ne restait qu'à compter sur ses réflexes de policier... Et il avait bien envie de lui mettre une raclée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith
Vampire
avatar

Messages : 220
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Ven 6 Sep 2013 - 14:04

Ce qui devait arriver, n'arriva pas. Viggo ne fuyait pas. Il allait affronter Kieran. Mais à quoi s'attendre avec un vampire qui a vécu plusieurs vies. Il fallait toujours des nouvelles sensations quitte à y laisser des plumes. Viggo resta face à Kieran et d'après leur positionnement ils allaient se battre, peut-être à mains nues. Keith décida d'accélérer le pas puisque manifestement il s'était fait repérer par l'oeil exercé de Viggo. Il se rapprocha assez pour entendre le duel qu'avait proposé Viggo et, Kieran qui acceptait sa proposition même si celle-ci ne changerais pas la finalité de l'histoire. Keith décida alors de s'approcher au plus près et d'y mettre son grain de sel.

- Viggo bonsoir ! dit-il d'un ton aimable. Je vois que tu ne vas pas te rendre comme ça et que tu as proposé un petit jeu au commissaire Kieran. Puisqu'il a accepté et qu'il est mon supérieur, je ne peux pas contredire ses volontés. Mais je vous prierais de faire ça dans une ruelle qui n'est pas à la vue de tout le monde. Et puisque nous y sommes, vous pouvez même vous battre vraiment à mains nues si vous y tenez. Dans tous les cas, tu viens au commissariat parler à Giacometti, Viggo, il n'y aura pas d'autres alternatives. J'y veillerai personnellement. Je me suis assez démené pour t'inculper. Si vous voulez le gagnant pourra manger les beignets qui restent. J'ai pas de médaille sur moi, finit-il avec un air amusé.

_________________
Keith MILLIGAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La rue commerçante   Lun 9 Sep 2013 - 15:37

ViggoLaissons le bon sens aux humains, dit-il avec un sourire en coin.

Viggo jaugeait Kieran tout en gardant un oeil sur Keith qui approchait. Il affichait toujours un sourire joueur essayant de comprendre le comportement du commissaire. Son sourire s'agrandit alors que le flic acceptait le combat et s'inquiétait des enjeux du face à face.

Comme je l'ai dit plus tot, je ne compte pas fuir, dit-il posément, et puis je compte bien passer encore quelques années ici à Galway, je m'y amuse bien, finit-il avec un sourire amusé.

Kieran adopta un pose similaire à la sienne en vue de leur affrontement. Cela faisait longtemps que le vampire n'avait pas affronter quelqu'un d'autre en combat singulier à main nue. L'excitation montait en lui en même temps que la tension ambiante. Keith s'imposa dans le duel, Viggo ne l'avait pas remarqué au début mais le flic mangeait des beignets, on ne pouvait pas être plus dans un cliché.
Le vampire garda son attention sur le commissaire alors qu'il répondait à Keith.

Oohh mais on va vraiment se battre à main et ici même, rétorqua-t-il avec amusement. Il ne prit pas le temps de répondre aux menaces quant à sa probable fuite, par contre il ne put s'empêcher de répondre concernant les beignets. Tu peux garder tes beignets, t'es vraiment un vampire en fait ? Il connaissait peu de vampires qui mangeaient encore de la nourriture après leur non vie.

Il se reconcentra complètement sur Kieran. Un combat était comme une danse, le genre de danse que Viggo appréciait. L'excitation de mettre un coup ou de s'en prendre un le brulait, surtout vu son manque d'expérience récente.

Le vampire fit un pas vers la gauche, jaugeant la réaction de son adversaire. Il tendit sa jambe droite comme s'il allait frapper mais à la dernière minute, il se courba et envoya son poing droit vers la hanche gauche du vampire. Son but était clairement de déstabiliser son adversaire.
Que son coup soit une réussite ou pas, il se relèverait rapidement et prendrait à nouveau ses distances.
Revenir en haut Aller en bas
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mer 18 Sep 2013 - 14:21

Brave type, ce Keith, mais presque trop civilisé pour un vampire.
- Ca va. On est au coeur de la nuit, c'est pas comme si un humain perdu allait se pointer. Et tu peux garder tes beignets, je me passerais de manger de la terre.

Il était aussi sceptique que Viggo à cette évocation. Hormis un bon steak bien saignant qui parvenait encore à stimuler un minimum ses papilles, toute nourriture humaine n'avait plus aucun goût. Keith était peut-être une exception qui ne se soupçonnait pas. Enfin, il avait mieux à penser dans l'immédiat.

Le match était entendu. Les enjeux ? Il n'en existait pas vraiment, puisque Viggo perdrait la partie dans tous les cas. Ca lui convenait parfaitement, sauf s'il avait d'autres tours dans son sac et qu'il avait mal jaugé la situation. Mais dans ce cas, Keith était là. Il ferait le nécessaire.
Quand Viggo fit un pas sur la gauche, Kieran en fit de même sur la droite, offrant un parallélisme parfait. Il ne le quittait pas de ses yeux d'acier, un brin accusateur, mais surtout concentré à l'extrême. Le vampire feinta, Kieran esquissa l'ombre d'un mouvement pour stopper un coup qui n'arriva jamais, mais attaqua tout de même sur son flanc gauche. Il n'eut aucun mal à remonter ses bras en protection, plus pour encaisser le coup, car s'il était rôdé aux arts martiaux, pas vraiment avec des vampires...

Ca risquait d'être intéressant, surtout qu'il n'aurait pas à retenir ses coups. Peur de lui briser la nuque ? A main nue, les chances étaient infimes. Contrairement à toute attente, le style de Kieran n'avait rien de bestial. Il était vif, rapide, et feintait tout autant que Viggo mais ses frappes manquaient de force même s'il s'acharnait sur les failles et les points faibles. Il ne prenait aucun risque et esquivait souvent, déviait parfois, mais ne cherchait pas à encaisser au risque de vaciller et de créer une faille dans sa garde. Frileux ? Peut-être, mais les vampires étaient inépuisables. Il pouvait bien attendre des heures de trouver LA faille qui lui permettrait de prendre l'ascendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Dim 22 Sep 2013 - 20:14

Depuis sont accident, une certaine routine c’était installé dans la vie du professeur. Terminé les enquêtes, les aventures, les risques… Non maintenant son rythme était déterminé par ses passages en cliniques pour panser ses blessures, pour faire de la rééducation, et le reste du temps James le passait dans son appartement à lire. Il avait perdu cette petite flamme, cet curiosité, son envie de se venger, son envi de lutter contre ce monde si hostile. Non pour l’instant sa blessure avait briser ses rêves, dans un tel état il ne voyait pas comment faire pour lutter contre ces créatures extraordinaire dans un tel état.

Alors James s’était enfermé dans sa grande bibliothèque, se réfugiant dans ses livres, coupant le contact avec tous ceux qu’il connaissait, même la charmante Juliet. Le professeur ne voulant pas qu’elle le voix dans un tel état de faiblesse.

Sauf qu’aujourd’hui, le professeur avait décidé de sortir. En effet, un des ouvrages qu’il était en train de lire faisait référence à un autre livre que James n’avait malheureusement pas. Il décida donc d’aller le chercher à l’extérieur.

Son genou étant jugé encore bien trop fragile, le professeur n’avait pas encore le droit de s’appuyer dessus, une canne n’étant pas suffisante, il était dans l’obligation de se déplacer en fauteuil roulant.

Il arriva dans la rue commerçante, déjà fatiguée, car contrairement à ce qu’il avait pensé au début, utilisé ses bras pour avancer étaient contraignant et épuisant. De plus la vision du monde était bien différente lorsqu’on était contraint sur un fauteuil roulant. La moindre marche devenait quasiment insurmontable, et James avait eu beaucoup de mal à se rendre, ne serait que dans les rues commerciales de la ville.

Fatigué, il avait mal calculé sa trajectoire, et une roue de son fauteuil avait chuter du trottoir, le bloquant complètement.

Bien entendu personne ne lui venait en aide. Soupirant James tentait de s’extirper de cette mauvaise passe avec la seule force de ses bras.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luc Awel
Humain
avatar

Messages : 216
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Dim 22 Sep 2013 - 21:37

Peu de choses c'était passé depuis l'incident du Bloody Valentine. Luc avait été emmené à l'hôpital pour son problème d'équilibre qui s'était avéré n'être que bénin. Son travail ne lui imposant pour le moment que peu de responsabilité, il avait pu s'arranger pour passer un peu de temps à Corke dans sa famille.

Son retour à Galway nécessitait donc un peu d'organisation. La chambre d'hôtel qu'il occupait avant étant louée, il cherchait un coin où s'installer de nouveau, de plus il lui fallait racheter des costumes allant avec sa nouvelle profession, ce qui le contraignit à faire un tour dans la rue commerçante de la ville.

Il n'avait pas encore commencé ses achats, d'ailleurs Luc considérait cela comme une corvée et préférais prendre son temps et flâner plutôt qu'entrer dans une boutique à tourner en rond. Peu adepte du shopping, il se rappela d'être vigilant et de ne pas heurter de nouveau quelqu'un parmi toute le foule. La dernière fois il avait eu de la chance que Juliet n'ai pas été rancunière. Cette fois-ci il avait décidé d'être attentif. D'ailleurs il s'avéra que se fut utile lorsqu'il remarqua un handicapé en train de se débattre avec son fauteuil roulant et le trottoir. Peut-être par sympathie, ou pour se racheter d'avoir un jour percuter une demoiselle, il décida de s'approcher et de filer un coup de main.

C'était presque un comble pour lui qui pouvait léviter, de devoir aider une personne ne pouvant même pas se lever. A l'évidence il ne reconnu pas le pingouin de la jungle fever, le temps avait passé depuis et l'homme avait bien changé. C'est donc naturellement qu'il se présenta à lui:
-Bonjour, puis-je vous aider ? il n'y avait aucun ton de pitié dans sa voix, il proposa cela d'une façon certes courtoise mais sans vouloir blessé l'orgueil de l'inconnu. Pour dédramatiser l'instant il fit même un peu d'humour. Moi qui pensait cette rue piétonne, on devrait interdire ce genre de véhicule. Après quelques secondes il poursuivit,
Je plaisante, je m'appelle Luc, je vais vous tirer de ce mauvais pas.

Il devait être dans un jour particulièrement bien luné, surement du à son engouement pour ses retrouvailles avec Galway, mais ceci n'excusa en rien son humour étrange. Il se positionna du côté où la roue avait basculé et tenta de soulever le fauteuil afin de positionner la roue au même niveau que l'autre. Le poids de l'homme ajouté à celui du fauteuil nécessita qu'il arrête de parler et se focalise sur l'action.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Lun 23 Sep 2013 - 19:39

Alors que l’Anglais était en train de tenter de se sortir de ce piège urbain, enfin une bonne âme vint à son secours. Une âme charitable qui semblait avoir pitié de lui. Aussi le professeur lui gratifia d’un sourire plus que chaleureux, signifiant que volontiers il acceptait son aide.

James Donna un coup sur la roue pour facilité l’effort de la personne qui lui venait en aide et rapidement la roue bloquée de son fauteuil revint sur le trottoir.

James poussa un soupir de satisfaction et s’adressa à l’illustre inconnue qui lui avait prêté secours.

« J’espère qu’ils feront exception pour mon carrosse, je ne me sens pas d’humeur a rivaliser avec les autres engins à roue. »

James lui rendit son sourire.

« Je me présente, James Matthew, enchanté et surtout un grand merci pour l’aide, il semblerait dans cette ville les âmes charitables ne soient pas légion. »

Il donna un petit coup dans son fauteuil afin de se retrouver face à son nouvel ami.

« Je vous propose pour vous remercier de votre gentillesse en vous invitant quelque part, histoire de fêter le fait que j’ai eu l’honneur de rencontrer une des rares personnes emphatique en ce lieu. »

Le professeur était assez sarcastique ces derniers temps, il fallait dire qu’il n’avait pas encore totalement digéré son nouveau statut d’homme à roulette, bloqué par un simple trottoir, lui qui auparavant était parti en quête de vengeance prêt à affronter des hordes de lycans ou de vampires…

« Connaissez vous un lieu pas trop loin d’ici ou nous pourrions nous installer pour prendre un verre ? »

Au moment ou il proposait a son compagnon un coin ou se poser, une idée une pensée traversa l’esprit du professeur. Et si son âme charitable ne l’était pas tant que ça ? Et si il venait de tomber dans un traquenard ou il finirait comme amuse bouche ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith
Vampire
avatar

Messages : 220
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mar 24 Sep 2013 - 11:47

l'un et l'autre était obnubilé par leur combat. Même Kieran ne se rendait pas compte que la rue commerçante était rempli à cette heure de la nuit. Galway était une ville qui ne dormait pas. Ils refusèrent chacun à leur manière les beignets généreusement offert par Keith pour le vainqueur. L'inspecteur oublié parfois qu'il était une abbération parmi ses congénères et il comptait bien en rester une. Le combat commença et les feintes et les coups étaient donnés autant par l'un que par l'autre.

C'était vraiment une perte de temps inutile. Le commissaire était rentré dans le jeu de Viggo et Keith ne pouvait malheureusement pas intervenir, il aurait fallu qu'il désobéisse à un ordre d'un supérieur direct ce qui n'était pas du tout au goût de Keith. Si Viggo gagnait, ce qui était possible car il ne connaissait absolument pas l'âge et les capacités de ce tueur, il allait y avoir du remous, surtout de la part de Giacometti qui n'allait pas accepter facilement que Kieran se soit amusé avec le suspect avant son arrestation.

Keith avait fini les beignets puisque personne n'en voulait. Il jeta à la poubelle le sachet et vint se placer à quelques mètres du combat. Il plaça sa main dans sa veste près à dégainer à la première occasion où Viggo tenterait de fuir ou bien de faire un coup tordu. Il resta immobile telle une statue de marbre où seul les yeux bougeaient pour suivre la danse des deux autres immortels.

résultat prédictif:
 

_________________
Keith MILLIGAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Jeu 26 Sep 2013 - 17:10

Un gâteau coincé entre les dents, elle rajustait la sangle de son sac qui avait décidé d'aller voir ailleurs si c'était pas mieux. Elle finirait de manger après, mais elle ne s'arrêta pas encore de marcher pour se concentrer uniquement sur son ouvrage. Autant elle avait besoin d'une main libre pour manger, autant utiliser ses pieds alors que ses deux mains étaient prises n'était pas un problème. Certes, il y avait un désavantage ; elle ne se concentrait pas réellement sur l'endroit où elle se rendait, se contentant de mettre un pied devant l'autre pour ne pas stationner au milieu du trottoir. Il y avait plus loin un léger renfoncement où elle pourrait se mettre sans gêner personne. Si elle n'avait pas achevé sa tâche d'ici qu'elle y arrive.

Même si sa sangle n'était pas rattachée, Juliet stoppa son œuvre, mais pas sa marche. De l’œil qui vérifiait parfois sa trajectoire, elle avait aperçu une silhouette qui lui disait quelque chose. En y regardant mieux, elle reconnut au loin Luc qui lui tournait le dos. Cela faisait un moment qu'elle ne l'avait pas croisé à Galway et avait appris qu'il était parti en vacances, supposant alors qu'il était retourné quelque temps dans sa famille et sa ville d'origine.
Croquant une petite bouchée dans son gâteau pour qu'il arrêta de pendre à sa bouche, la jeune femme se dépêcha de l'avaler. Son collègue était arrêté et elle eut tôt fait de le rejoindre.

Après avoir dégluti, elle l'apostropha, se trouvant encore à quelques mètres de lui : "Eh Luc ! "

Quelques mètres rapidement comblés qui lui laissèrent le temps de voir que le jeune homme ne s'était pas arrêté sans raison au bord du trottoir. A l'entente de son nom hélé ainsi en pleine rue, il s'était retourné, laissant entrevoir son interlocuteur. Un interlocuteur au visage bien connu de l'Irlandaise. Un visage qui la fit stopper net sa progression.
Luc ne comptait presque plus, pour ne pas dire pas du tout. Elle fixait James, une foule de sentiments se bousculant de sa tête. Heureuse de le voir, de le voir hors de la bulle qu'il s'était créé, elle était aussi chagrinée par son état et par le recul qu'il avait pris vis-à-vis d'elle à cause de sa blessure. Elle était partagée entre l'envie de le gifler et celle de le prendre dans ses bras. Les deux étaient difficilement conciliables, bien que cela puise se voir, plus souvent dans les films ou les séries que dans la réalité.

" Tu m'as manquée... " commença-t-elle simplement. Son air triste se mua alors en un petit sourire mutin, tandis que secouant la tête de gauche à droite, elle se rapprocha du fauteuil et de son propriétaire.
" Fais ce que je dis, pas ce que je fais ! N'est-ce pas monsieur le professeur ? "
Lui qui lui disait de s'accepter telle qu'elle était, le voilà qui fuyait le monde pour une jambe brisée. Au moins, son mal à lui finirait par se remettre, aussi douloureux et handicapant qu'il soit sur la durée de quelques mois. Mais elle n'était pas vraiment en colère contre James. Un peu déçue qu'il n'ait pas voulu de son aide et de son soutien à la mesure de ce qu'elle voulait lui offrir.
Elle se pencha cependant vers lui, laissant glisser son sac jusqu'au sol à côté de la roue du fauteuil roulant. De sa main tenant le gâteau, elle s'appuyait sur l'accoudoir pour accompagner son mouvement descendant. Alors elle porta ses lèvres jusqu'à celles de l'Anglais et y déposa un baiser. "Tu n'oublies pas que je suis là." disait-elle par ce contact.

Puis Juliet se redressa et, vivement, se tourna vers son homologue paranormal.
" Oh désolée Luc... ! Tu vas bien depuis la dernière fois ? Tes vacances se sont bien passées ? Je suis ravie de te revoir parmi nous ! " s'empressa-t-elle de dire pour évacuer rapidement l'instant de malaise qui avait du planer autour d'eux.

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Sam 28 Sep 2013 - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luc Awel
Humain
avatar

Messages : 216
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Jeu 26 Sep 2013 - 19:13

Luc termina d'aider l'homme coincé dans son fauteil, en notant tout de même qu'il répondit à l'humour par l'humour. Une fois de nouveau sur ses deux roues et les présentations faites, Luc se vit proposer de boire un coup. N'étant pas particulièrement pressé dans ce qu'il avait à faire, il était sur le point de répondre à l'affirmative lorsqu'une voix prononçant son nom l'interrompit de loin.

Spontanément il se retourna en provenance de l'appel. Sur le trottoir à quelques pas de là il reconnu Juliet. Décidément ce lieux finira par être leur point de repère. Il pensa en la voyant approché qu'elle allait lui dire bonjour, cependant le "tu m'as manqué" qu'elle adressa ne sembla pas lui être destiné, à tord ou à raison. La vérification fut brève à attendre. Le lien qui unissait les deux personnes semblait être plus étroit que celui de deux connaissances. A moins qu'une coutume local veuille qu'on embrasse une personne que l'on a pas vu depuis un moment. Constatent qu'après ses propres vacances personne n'en avait fait de même, son raisonnement s'arrêta sur l'hypothèse la plus probable.

- Je ne fais donc pas les présentations... Pour ma part tout va bien, content de reprendre le travail après ce séjour dans ma famille. Répondit-il à la jeune femme. Un simple échange de banalité soit, mais  la franchise accompagnant ses propos avait vocation de sympathie.

Songeant à ce que venaient de ce dire les deux hommes et voyant que Juliet connaissait l'homme véhiculé, il lui proposa de ce joindre à eux :
- On était sur le point d'aller boire un verre dans le coin, voudrais-tu nous accompagner ?

L'invitation avait été faite sans le consentement de James et Luc eu l'espoir que ce dernier n'y verrait aucun inconvénient. Non pas u'il n'aimait pas se retrouver avec n'importe qui au comptoir... Quoi que le comptoir risquait d'être un peu haut, mais il était du principe que plus on est de fou, plus on rit.
Soudain se fut comme une illumination, il revit le spectacle mettant en scène un pingouin et un zèbre s'embrassant avec autant de fougue que ces deux tourtereaux. Il se souvint aussi d'une brève discussion avec ce même homme le soir de sa toute première arrivé à Galway.

Finalement tout était un perpétuelle recommencement malgré quelques variations. Chaque fois qu'il reviendrait à Galway, parlerait-il avec James ? Chaque fois qu'il arpentera ses rues, croisera t'il Juliet ? Allait il également être de nouveau convoqué par Mr.Hycks ? Cette pensée le fit tressaillir. Se ressaisissant, un sourire étira ses lèvres à l'idée qu'il était le seul à se souvenir des événements datant du début d'année.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Lun 30 Sep 2013 - 21:29

Voilà des semaines que James s’était isolé, qu’il avait tout fait pour éviter toute rencontre sociale, pour cela James avait tout fait pour éviter le moindre déplacement qu’il jugeait futile ou inutile. Ainsi il avait évité de croiser des personnes qu’il connaissait, ainsi il avait éviter le besoin de raconter son histoire, de montrer on infirmité, de voir des visages compatissant, emplit de pitié.

Et bien entendu, en suivant sa logique, plus la personne lui était proche, plus il la considérait, plus il avait tenté par tous les moyens de l’éviter. Alors pour ce qui était de sa flamme préférée, Juliet, il avait tout fais pour que la jeune femme ne le voit pas autant diminué.

Alors quand James entendit ce ton de voix qu’il connaissait si bien, qui lui était si chère, le professeur blêmit. Il resta bouche bée un instant alors que la jeune femme s’approchait du duo. Rapidement du blême il passa au rouge vif alors que Juliet s’approcha de lui. Il perçu dans son regard un certains trouble et dans sa tête plein d’idées, de pensées se bousculaient. Mais que pensait-elle de lui, le voyant ainsi ? Lui qui la dernière fois lui avait dit qu’il l’aiderait, lui qui maintenant n’était même pas capable de franchir un trottoir seul…
Le baiser eut cependant un effet immédiat, et coupa directement toute les pensées qui se bousculaient dans la tête de l’anglais.

La seule phrase qu’il put sortir, plus ou moins à voix basse fut :

« Tu m’as manqué toi aussi… »

Heureusement pour James, celui qui le tira de son mauvais pas une première fois vint sans s’en rendre compte, l’aider une seconde fois en parlant de l’invitation.

« C’est une très bonne idée, par contre comme je le disais tout à l’heure je vous suis car je ne suis toujours pas familiarisé avec la ville… »

En disant ces quelques mots l’anglais regardait ses genoux, ses pieds étant impossible à observer. L’anglais n’avait d’ailleurs toujours pas reconnu Luc, il était donc encore loin de s’imaginer le nombre de surprise que lui réserverait la suite de la soirée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mar 1 Oct 2013 - 18:28

[HJ : vu que j'ai compris que ça se passait en journée...]

Son arrivée comme un cheveu sur la soupe ne reçut pas la même réaction que l'illustration sus-nommée. En réalité, la question n'avait qu'à peine effleuré l'esprit de la jeune femme. Les rencontres fortuites avaient cela d'agréable qu'elles amenaient de nombreuses possibilités à qui prenait le temps de les saisir. Or, Juliet était dans un bon jour, qu'accentuait désormais ce hasard-ci. Elle s'en saisit donc.

A la réponse de James, l'Irlandaise sourit. Elle n'en demandait pas plus. Le simple fait de le revoir la comblait de joie ; c'était facile d'oublier le reste. Et puis, taper une crise en public n'était pas son genre... Il serait toujours temps plus tard de demander des explications plus précises sur la situation qui les avait concernés. En espérant qu'elle ne se reproduise pas ensuite. Auquel cas... Qui s'y frotte s'y brûle. Mais l'idée d'en arriver là ne lui vint pas en tête, préoccupée qu'elle était alors par la proposition conjointe des deux hommes.
Luc lui expliquait qu'ils ne comptaient pas rester là au milieu du trottoir mais penser se poser quelque part, histoire de boire un verre, tout en discutant. Il l'invitait à se joindre à eux. Chose que confirma le professeur à sa suite, indiquant de plus qu'ils ignoraient où ils pouvaient bien se rendre. Ils auraient été bien embêtés si elle ne s'était pas pointée comme une fleur dans leur discussion.

" Pas loin d'ici, il y a un bar qui a ouvert le mois dernier. Le Britannia, il me semble. Mais je crois qu'il est encore fermé. Il y a eu un incendie le soir de l'inauguration... "
Histoire de donner la touche galwegianne à l'établissement.
Ensuite, vu l'heure, les options étaient un peu réduites. Juliet en fit rapidement le tour.

" Il y a le Kiss Me Honey ; j'en viens. Ils font des pâtisseries dé-li-cieuses. Par contre, le salon de thé est en sous-sol, même si on s'en débrouillera. Et niveau alcool, si c'est ça qui vous intéresse, ils doivent s'arrêter à l'Irish coffey. Sinon, y a toujours le Bloody mais c'est à plus de vingt minutes à pied. " conclut-elle, attendant leur décision.
En reparlant de pâtisserie, elle croqua de nouveau dans son gâteau.

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luc Awel
Humain
avatar

Messages : 216
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Ven 4 Oct 2013 - 17:59

Luc était enjoué à l'idée que Juliet se mêle à eux pour aller boire un coup dans un endroit pas trop bondé de préférence. La mésaventure qui l'avait presque traumatisé au Bloody Valentine était encore assez fraîche dans sa mémoire pour le dissuader d'y remettre les pieds avant un bon moment. C'est pour quoi il grimaça en entendant le nom de l'établissement prononcé par Juliet.

Ce qui lui plu d'avantage fut l'évocation du Kiss me Honey. Après la scène à laquelle il venait d'assister il trouvait la coïncidence amusante et l'avait fait sourire avant qu'un rictus mauvais ne transforma son visage.
La pâtisserie que croquait la demoiselle lui mettait l'eau à la bouche. Après avoir remonter le fauteuil, le faire descendre un étage ne l'inquiétait pas trop, d'autant plus que ses pouvoirs utilisés avec précaution pouvait l'aider s'il était suffisamment discret. Un Irish Coffee à cette heure était tout à fait raisonnable, pas la peine d'aller dans un vrai bar, il ne comptait pas se mettre la tête à l'envers, surtout s'il fallait remonter le professeur et son carrosse par la suite.

Il prit donc la parole pour appuyer la suggestion de Juliet en déclarant qu'il régalerai en pâtisserie si d'autres mis à part lui était suffisamment gourmand pour se laisser tenter.

Naturellement il baissa le regard en direction de James afin qu'il apporte son avis pour trancher et enclencher le mouvement vers l'un des lieux mentionnés.

Vis à vis de la relation entre les personnes de son entourage, il préféra passer au dessus pour le moment, ne sachant trop quoi faire des informations qu'il avait en sa possession. Il ne voyait aucun mal à cette liaison et n'en ferait pas référence à son supérieur. De plus il ne connaissait pas suffisamment de monde à Galway pour ébruiter des ragots.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Dim 6 Oct 2013 - 15:25

James tentait désespérément de ne pas afficher un surplus de rougeur au niveau des joues. Heureusement, ou malheureusement son cerveau lui ne s’arrêtait pas, même sous l’effet des tendres baisers de la jeune femme.

Ainsi un fait n’échappa à l’anglais, lui et son récent sauveur semblait se connaître. Une multitude de questions venaient se bousculer dans la tête de l’anglais. Comment se connaissaient-ils ? étaient-ils proches ?
De nombreuses questions se bousculaient dans la tête de professeur, certaines étaient logiques, d’autres semblaient être provoqués par l’affection que l’anglais éprouvé pour la jeune femme. Il avait donc du mal à discerner la raison du cœur. Jusqu’au moment ou une des interrogations supplanta les autres.

Est ce que l’individu connaissait les pouvoirs de Juliet ? Est ce que lui aussi en possédait ?

Rapidement ces deux interrogations occultèrent toutes les autres.

James se dit qu’il allait avoir le fin mot de l’histoire avant que le groupe se sépare. L’anglais acquiesça donc la pâtisserie, vue que cela semblait être le choix que tous le monde et ils se mirent en route, guidé par Juliet.

En direction de la la patisserie

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Jeu 24 Oct 2013 - 12:55

Il leur fallut une bonne dizaine de minutes avant de pouvoir enfin se départager. Allez savoir si c'était un avantage ou un inconvénient, mais les vampires pouvaient se livrer des combats pendant des heures sans se fatiguer, de par leur nature de mort-vivant. Dans le cadre d'un combat à main nue, si un coup pouvait être assez puissant pour briser des os, leur capacité de régénération palliait avec efficacité au moindre erreur.
Kieran avait fini par se lasser de ce petit jeu. Viggo était meilleur que lui, c'était indéniable. Il disposait d'une meilleure allonge par sa taille, d'une meilleure force de frappe par son âge et son expérience. Il n'était clairement pas à mettre dans la catégorie des vampires qui, se sentant invincibles, se la sont couler douce durant des siècles sans le moindre entraînement. S'il n'avait pas été flic ou militaire, il avait été mercenaire. S'il n'avait pas été mercenaire, il avait été tueur à gage. Dans tous les cas, il était presque aussi vicieux et opportuniste que Kieran dans cette danse mortelle qu'ils menaient.

Mais contrairement au policier, il ne faisait que s'amuser. Lui avait une mission à mener, et ça changeait tout. Il fit mine d'aviser les quelques badauds qui se réunissaient pour observer le combat, feintant au dernier moment quand le coup partit. Il s'accroupit, parvient à le surprendre et lui faucha les jambes par la même occasion. Kieran ne préférait pas lui laisser la moindre chance de se relever, mais sortir son flingue risquait de créer une foule affolée, alors autant parier sur le joker...
"Keith, ceinture-le, on l'embarque !"
Si Kiean avait la moindre compassion pour le sort de son adversaire, ou le moindre regret sur son coup fourré, il parut très bien le cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith
Vampire
avatar

Messages : 220
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Jeu 24 Oct 2013 - 13:31

Keith observa la scène de combat. C'était long. L'inspecteur se rendit compte aussi que Viggo était plus fort que Kieran. Ce qu'il avait craint arrivait. Viggo s'amusait, il jouait avec son adversaire. Keith comprit aussi qu'il n'avait pas du tout le niveau requis pour affronter de tel adversaire. Il fallait qu'il s'entraîne absolument pour des cas comme celui-ci.

Le commissaire commençait tout de même à se lassait, il décida donc de passer à l'offensive et il plaqua Viggo en lui fauchant les jambes. Il appela alors son subalterne à la rescousse. Keith s'exécuta aussitôt et plongea sur Viggo. Il lui attrapa un bras, il avait mis un genou dans le dos du vampire pour qu'il ne bouge pas et sortit de sa main libre des menottes. Il enferma alors les poignets de Viggo et il le releva par l'épaule.

- N'essaye même pas de les enlever, ce sont des spéciales conçues rien que pour toi, dit-il avec un sourire moqueur. Mesdames et messieurs, merci de votre attention, la police s'occupe de cet individu, déclara-t-il en montrant sa plaque de policier.

Ils se dirigèrent ensuite vers leur voiture de fonction et ils amenèrent le tueur au commissaire Giacometti.

_________________
Keith MILLIGAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mar 5 Nov 2013 - 12:40

- A la voiture, sans faire d'histoire, conclut le Commissaire.
Il laissa Keith faire dans les relations humaines en apaisant la population, lui s'en fichait pas mal. Kieransongea juste à sortir la plaque de policier à son tour pour faire taire les bavardages. Après tout, il s'était montré en civil et venait de mener un combat de rue entre vampires... Ca avait de quoi dérouter une bonne majorité.

Pour lui, c'était la routine.
Et comme après chaque arrestation, il s'allumait sa cigarette, son autre main reposant sur la crosse de son pistolet. Il suivait Keith en retrait qui menait Viggo jusqu'au véhicule. Le vampire devait l'avoir mauvaise mais la fin justifiait les moyens. Il ne se débattit pas, un bon point pour lui, mais Kieran avait appris la prudence avec ses congénères. Arrivé à destination, il procéda à une fouille méticuleuse et trouva une arme dissimulée à sa ceinture.
- Ca m'aurait étonné, tiens... Je garde ton jouet, mon grand.
Le Commissaire passa l'arme à sa propre ceinture avant de gagner la place du passager, laissant Keith conduire. Il avait encore foutrement mal à son bras, à cause d'un mauvais coup de Viggo mais aussi de réminescences de vieilles blessures. A croire que même les vampires pouvaient accuser de rumatismes ... Ce qui lui manquait, c'était une bonne gourde de sang pour tenir le choc.

Il grogna mais se tint tranquille durant tout le trajet, pensant même à éteindre sa cigarette pour ne pas déranger son collègue. Il n'avait pas l'envie de se prendre des remontrances sur le droit de fumer en voiture... Il était toujours en règle pour tout, mais jamais pour ça.

----> Armurerie (Police)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kain
Vampire
avatar

Messages : 717
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mer 13 Nov 2013 - 18:49

Après une longue période passé à gérer le Bloody Valentine, Kain avait ressentit le besoin de prendre un peu l'air. Il avait donc décidé d'attendre le coucher du soleil afin de sortir un peu de son établissement en quête de distraction. Non ce besoin n'était pas guider par une quelconque pulsion perverse, de toute façon il n'était plus forcément le bienvenue au Quality Street, ou morbide, il avait juste eu envie de faire un petit tour à l'extérieur de son établissement, sans véritable arrière pensée... Du moins au début car chassez le naturel il revient au galop. Kain était donc tranquillement dans la rue commerçante, faisant ce que l'on pourrait appeler du lèche vitrine, imaginant le gout qu'avait tel ou tel passant, le visage de celui ci, effrayé désemparé face à l'inéluctable, ou comment il tenterait vainement d'échapper à ses crocs.

un jeu dont le vampire ne se lassait pas, surveillant du coin de l'oeil les passants isolés, ou ceux qui allaient s'engager dans une rue fréquentée. Toute les occasions étaient bonne à saisir. Malheureusement pour lui, la ville de Galway était en majorité peuplé par des potentielles victimes prudentes, et aucunes ne semblaient prête à s'engager dans une ruelle peu fréquenté, lui faisant l'honneur d'une petite dégustation afin d'égayer sa promenade.

C'est donc l'esprit ailleurs, flânant, se prenant à rêvasser sur un quelconque génocide, que Kain continué sa petite ballade dans les rue commerçante de la ville.

_________________


Dernière édition par Kain le Jeu 20 Fév 2014 - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La rue commerçante   Mer 13 Nov 2013 - 20:46

Uma CrawleyCe soir elle a soif. C'est à dire, plus que d'habitude. Alors, elle repose son rat tout sec, elle enfile un pantalon de jogging tout mou, tout rose avec des liserés gris, et jetant un pull en laine qui pique par dessus son t-shirt bleu électrique, Uma sort dans la rue.

Uma chasse souvent des rongeurs, parfois des chiens, rarement des humains. Pas très sûre d'elle, déjà, c'est que c'est souvent plus grand qu'elle ces machins-là, et maman n'a pas arrêté de lui dire que ça se faisait pas, et que ça attirait plus d'ennuis que de joie. Mais maman n'est pas là, et ça fait un moment, ce soir, qu'elle n'a pas repointé son museau tout pointu et tout triste dans les parages des risettes de sa fille monstrueuse, alors la gamine se dit : c'est ce soir. Voilà, cette nuit, elle se boit quelqu'un, clac, comme ça ! Et les conséquences, elle s'en balance. Le cadavre, peut-être un peu moins. Hé, si elle le ramenait chez elle, tiens ? Ca lui ferait une poupée. Un grand jouet, comme les images à découper, sauf qu'à priori ça sera plus rigolo à détacher et plus difficile à recoller. Et ses pas l'entraînent loin de son squat, petit sautillement après petit sautillement. Elle se voit de loin. Les couleurs mal assorties, la chevelure flamboyante, les baskets à lacets verts, ça hurle au visage de Galway qu'elle est une étrangère. Et pas la plus classe jamais venue.

Mais l'étrangère a faim, et elle guette. Celui-là est trop gras, celle-là est trop maigre, celle-ci a l'air malade, celui-ci la regarde déjà de travers, est-ce qu'il n'y a pas un ado qui se défendra moins dans le coin ? Cette femme est trop vieille, cet homme est trop bien habillé, ça va intriguer, cette fille, hé, cette fille, bien chaude et bien vivante, pourquoi pas, elle la fait saliver... Non, elle est accompagnée. Tant pis, elle va trouver quelqu'un d'aussi rondelet et d'aussi tiède. Et diabétique, tiens, pour le goût sucré ! Elle est déterminée, ce soir, oh oui ! Cette nuit... Et puis elle le croise, et elle oublie. La chasse, la poupée démembrée, la soif, tout ça s'est envolé, et si la soif se rappelle à ses dents quelques secondes plus tard, ses pieds se sont déjà précipités derrière l'homme à l'attention relâchée. Elle cherchait quelqu'un de chaud, elle l'a senti froid. Et alors qu'elle le suit, elle le sent toujours plus froid, d'autant plus froid que les gens, tout autour, sont roses et essoufflés et vaporeux de vie, autour d'eux. Froid, froid, tout froid ! Et tout seul. Et tout pensif.

Ca peut-être que lui. Et puis, elle a envie que ça soit lui. Alors son pas s'accélère, mais se fait doux et feutré, comme un petit chat de gouttière. Un petit chat roux, et rose, et bleu, et vert. C'est un homme. C'est un vampire. Donc c'est lui.

Et c'est tout.

Elle approche derrière lui, et tendant la main, elle agrippe ses doigts à lui.
- Salut papa !
Dit-elle directement, avec un grand sourire de ses dents trop pointues, avec trop de canines. Et ses doigts se serrent sur les siens. Fort. Pas question qu'il s'échappe. Elle n'est pas sa mère, ça non ! Il ne va pas se barrer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Kain
Vampire
avatar

Messages : 717
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Ven 15 Nov 2013 - 14:22

Kain avait pas mal de vécu, plusieurs siècles d'existence assez bien remplit, pour son plus grand bonheur. Il avait assisté à bien des choses, et cela faisait un certains temps que plus rien ne le surprenait et plus rien ne le surprendra jamais. Du moins c'est ce qu'il pensait.

Il fallait dire que le vampire avait vécu des guerres, des révolutions industrielles, l'avènement des plus grandes inventions humaine rendant l'impossible possible. Le premier homme volant, le premier homme dans l'espace... Il avait pu constater à quel point la race était perverse, malsaine, et il avait pu avec plaisir et délectation exploiter leurs penchant pour le sadisme et la torture, pour la luxure et la dépravation... Bref le vampire avait bien vécu et pensait avoir tout vu... Du moins jusqu'à ce soir...

Alors qu'il avait aperçu une jeune femme esseulée, larmoyante, seule dans son coin, une partenaire de jeu idéale, Kain sentit une petite main glacer s'emparer de la sienne.

Au moment ou il observa le petit être qui avait osé faire un tel geste affectueux à son encontre, celle-ci s'exprima, de manière concise, certes mais disons suffisamment percutant pour laisser le vampire sans voie. Chose qui ne lui était pas arrivé depuis bien 300 ans...

Rapidement il analysa la situation. La main était glacée, pas de pouls, la jeune fille faisait partie de son espèce aucun doute la dessus. La véritable question était quel lien elle avait avec lui. Pour le vampire, sa phrase pouvait avoir plusieurs sens possible. Vu le physique de Kain, il doutait fortement que la jeune fille se soit trompé d'individus, compte tenu de son physique assez particulier. Donc soit elle cherchait son papa, et lui demandé de l'aide. Soit il était effectivement son papa, et là encore il y avait deux possibilité. Soit il était son papa "vampire", à savoir lors d'un d'un des nombreux jeux auxquels il s'était adonné, poussant le vice à s'amuser avec une famille entière, Kain avait un sens de la mise en scène, et avait toujours appréciait avoir un public, jouant avec u membre de la famille pendant que les autres assistaient aux spectacle... La jeune fille était peut être issu d'une de ces "soirée". Soit il était effectivement le père biologique, Kain avait aussi plaisir à s'adonner à la luxure, et se protéger n'était pas franchement sa priorité. La dernière vampire avec laquelle il avait passé du bon temps en était la preuve, elle même étant déjà enceinte au moment de leurs rencontre.

Il allait donc devoir savoir ce qu'il en était vraiment. Le vampire se mit à genoux, sans libérer sa main que la jeune fille serrait avec une certaine ardeur. Une fois face à elle il lui répondit.

"Bonjour jeune fille, tu es perdue? Tu veux que je t'aide à chercher ton papa?"

Première hypothèse, qu'il espérait être bonne, cela lui éviterait quelques complications par la suite...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La rue commerçante   Dim 17 Nov 2013 - 12:50

Uma CrawleyUma sourit. Lentement mais sûrement. Ca lui découvre les canines, d'abord les quatre pointes du haut, et plus légèrement les trois du bas, alors qu'elle l'examine. Il a l'air sidéré. Elle a l'air ravi. Ca l'a estomaqué. Elle flotte sur un petit nuage de bonbon rose – saveur diabétique. Il est quand même particulier, son papa, qu'elle se dit : avec cette tronche, pas étonnant qu'elle aussi soit assez, hm, spéciale à contempler. Ils sont glacés, vampires, bizarres, évidemment qu'ils sont apparentés ! Même s'ils ne se ressemblent pas tellement, pas vraiment, elle ne trouve pas... Mais elle finira par trouver. De toute façon c'est son papa. Il s'agenouille et elle détend un peu ses doigts, sans le relâcher. Elle noue sa main sur son poignet sans trop forcer, et l'autre joue avec son index à lui, puis son majeur, puis secoue son annulaire. Innocemment. Bon, c'est déjà ça, papa n'est pas marié. Super.

La phrase qu'il lui lance fait frémir ses petites narines dilatées alors qu'elle est en train de plier son petit doigt. Voilà qu'il lui fait le coup de celui qui ne comprend pas ! Ah, les hommes, sérieux. Uma prend alors cette tête qui vous pousse à l'adolescence, cette expression horripilante qui affirme en un jeu de mimiques que vous connaissez tout à la vie, et que vous allez l'apprendre à votre interlocuteur. De préférence plus âgé, plus mature, et normalement plus concerné que vous par le domaine de maîtrise que vous vous disputez. Elle roule des yeux, et lance d'une voix lente.
- Oui bon ça va être facile. Elle lui reprend l'index, et lui fait se tapoter le visage avec. Ca tape la joue, le nez, le bord du menton. Tadam, le voilà.
Elle retrouve son sourire juste après, et se met à sautiller. Bon Sang, c'est que ça faisait longtemps ! En plus, c'est bientôt Noël, il va devoir assurer comme une bête niveau rattrapage en cadeau. Elle glousse et, toujours à sautiller, et visiblement à deux doigts – le pouce et l'auriculaire qu'elle s'est remise à lui faire remuer – de lui sauter au cou pour l'embrasser, l'ado coasse avec énergie.
- Tu peux pas t'imaginer comme ça a été dur de te trouver ! Non. Elle a traversé quelques rues. Mais c'est mieux si c'est difficile, alors ça va l'être. Hé, papa, tu savais que j'étais là, en fait ? M'man elle disait que oui, mais moi j'étais sûre que non. Hé dis ! Faut trop qu'on fasse des trucs ensemble. Faut qu'on s'habille pareil. Faut qu'on aille au ciné. Faut qu'on boive un coup !
Elle lâche un rire gentil, tout gai, tout mignon, et ça lui découvre les canines un moment. Ensuite elle passe sa langue sur ses grandes et longues et bizarres et mortelles dents, et ses yeux viennent s'accrocher à quelqu'un qui ne passe pas loin, et qui fronce les sourcils en les apercevant – vrai que séparément ils sont curieux, là, avec lui à genoux, ils ont tout d'un spectacle de plein air. Elle croise le regard de l'homme et son expression change du tout au tout. Elle déglutit. Oui, oui. Va falloir qu'ils boivent un coup, ou une gorge, ou une classe de sixième. Rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Kain
Vampire
avatar

Messages : 717
MessageSujet: Re: La rue commerçante   Lun 18 Nov 2013 - 17:10

Blêmir, une notion assez particulière pour Kain, car au vue de sa pâleur, il est difficilement envisageable de pouvoir affirmer avec certitude que le vampire blêmissait. Et pourtant, alors qu’il observa le petit doigt, presque inquisiteur, de la jeune fille le désignait, il avait l’impression que le bourreau venait de donner sa sentence… Et une chose dont Kain n’avait pas l’habitude, c’était d’être jugé, voir même d’avoir à gérer la conséquence de ces actes. Lui qui calculait tout, qui avait tendance à éliminer les témoins, qui ne laissait aucune trace, il semblait avoir fait un faux pas, et pas un petit!

Avoir un enfant, issu d’un de ces actes de débauches était ce que l’on pouvait dire une sacré erreur de calcul!

Mais alors que faire? Pour Kain il n’y avait pas de précédent, et comme si elle avait désirait l’achever, la jeune fille lui expliqua que sa maman était au courant de sa présence à Galway!

Kain était perdu, il n’arrivait pas à savoir comment on avait pu le trouver aussi facilement, comment une de ces anciennes partenaires de jeu puisse le localiser aussi facilement, lui qui avait l’habitude d’effacer toute trace de sa présence… Mais du coup quoi faire? Eliminer la jeune fille? Supprimant ainsi un témoin des plus compromettants? L’idée était pas mal, un moyen aussi radical qu’efficace pour régler cette situation. Seulement si la mère savait ou il était, et si elle savait que la jeune fille était à sa recherche, éliminer l’enfant ne serait pas des plus intelligents, du moins pas avant de savoir qui était sa mère afin de régler le problème à l’origine, de manière radicale…

Il allait donc devoir user de stratégie afin d’extirper de précieuse information à… Sa fille…

Non, définitivement non, Kain avait du mal avec le concept d’être père.

« Alors je suis ton papa, ravi de faire ta connaissance, mais dis-moi, comment t’appelles-tu? »

D’habitude, le vampire obtenait des informations en les arrachant à ses victimes, mais cette fois ci il allait devoir faire preuve d’une certaine diplomatie…

« Mais dis moi, quelque chose te ferais plaisir? Une glace, un chocolat chaud? »

Kain se sentait plus comme un prédateur tentant d’amadoué une victime, un rôle qu’il maitrisait à la perfection, sauf que cette fois-ci, les aboutissement étaient bien différents

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La rue commerçante   

Revenir en haut Aller en bas
 

La rue commerçante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Castielle de Sombrerue - Herboriste et Apothicaire
» Commerçante Apothicaire
» Mercenaire et commerçant. [Esther]
» [Activité] Partie d'échec géante !
» Mandat kont Aristide - No DYOL to talk!
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Highfield Park
 :: Rue commerçante
-