AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Tamara Brooke
Humain


Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Lun 10 Juin 2013 - 13:41

Avoir posé la question franchement lui apporta une réponse franche. Dans un coin de sa tête, l'anthropologue se dit qu'elle devrait utiliser le même procédé pour démasquer le couple secret que formaient Charlie et Gordon. Demander sans détour offrait seulement deux possibilités : soit la personne en face entrait dans le jeu, que ce soit pour dévoiler la vérité ou pour manipuler, soit elle perdait ses moyens. Meluxine avait joué franc jeu et Tamara apprit donc que ses déductions s'étaient une fois de plus avérer exactes. Elle avait eu raison de croire que le métier de la joggeuse et les récents évènements que celle-ci lui avait décrits avaient une incidence sur sa nature.

" Il n'est pas vraiment question d'être satisfaite mais je vous avoue qu'il est toujours agréable de voir ses conclusions personnelles être confirmées. "
Tamara arrêta sa musique, sans pour autant enlever son dernier écouteur de son oreille. Elle voyait la route devant elles, signe que leur sortie était terminée.

" Je peux vous demander une petite faveur ? " demanda-t-elle. Mais avant que la blonde ait eu le temps de répondre, l'Américaine continua : " Est-ce que vous pourriez passer à la clinique après une prochaine transformation ? Je suis curieuse de savoir comment se comporte le squelette d'un lycan. "

Tamara défit le sweat qu'elle portait à la taille et le posa sur ses épaules tandis qu'elles prenaient un rythme de marche normale à l'approche de la route. Avec le travail qui l'attendait ce jour et les suivants, il n'était pas question qu'elle attrapa un rhume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Smith
Vampire


Messages : 66
MessageSujet: Re: La forêt   Mar 22 Oct 2013 - 15:53

Lune devait avouer que Galway la laissait perplexe. C’était comme si les humains se doutaient de l’existence de quelque chose d’autre qu’eux, qu’ils se doutaient de l’existence des vampires, lycans et autre. Elle avait dû zapper une explication de son frère ou de sa mère parce qu’il semblait que cette ville avait vraiment une histoire chargée. Bien différent de tous les endroits où elle était passée, elle avait la sensation qu’il faudrait qu’elle couvre ses traces avec beaucoup plus d’attention que si elle avait été à New York. Le fait que le chef de leur police était un vampire l’avait aussi plutôt surprise, pourquoi se soucier de la loi des humains ? Cette ville était vraiment déstabilisante. Ca devait surement faire partie de son charme car elle donnait à la vampire une seule envie, fuir au plus vite ce pays de fou. Pourtant, elle ne se sentait pas de suivre son instinct, elle voulait comprendre cette ville et surtout elle voulait voir le spectacle que préparait Hycks…
C’est pourquoi elle se retrouvait à une heure du matin dans la forêt au nord de la ville à essayer de l’oublier sans pour autant fuir à l’autre bout du monde. La vampire avait aussi besoin de cogner sur quelque chose, avec toutes les précautions qu’elle devait prendre, elle n’avait rien tuer depuis au moins un mois. Elle avait l’impression de devenir folle. Elle était donc partie courir dans la forêt et y avait trouvé un endroit où se défouler contre de pauvres arbres innocents. Enfin un en particulier, il lui avait jeter un regard de travers et elle s’était employer à l’abattre à coup de poing. Quand elle avait finalement fait tomber celui-ci elle avait entreprit de le réduire en charpie de façon méthodique, ne laissant qu’un tas de feuilles et d’échardes pas plus longues qu’un doigt. Ayant repris une certaine contenance, Lune entreprit de dégager le sol et continua en faisant des kata, se perdant dans le perfectionnement de leur exécution.

Un bruit tira la vampire de son état second. Elle n’était pas certaine de ce qu’elle avait entendu mais là, même si on n’était pas encore à la pleine lune, elle suivit son instinct et repartie en direction de la ville.
Sur le chemin, elle atterrit, après un magnifique salto depuis une branche, juste devant une humaine assez surprise. Il pouvait y avoir de quoi. Voir tomber des arbres une jeune femme en cycliste et brassière de sport en pleine nuit alors que les nuits commençaient à se faire plutôt fraiches, ça a de quoi interpeller. Surtout, si la jeune femme a le teint d’un cadavre et les cheveux de la même couleur que ceux de votre grand-mère avec au milieu une expression de profonde surprise.

-Konbanwa, fit Lune avec un sourire.

Elle ne pouvait pas vraiment repartir à fond de train comme elle était arrivée, elle aurait été inhumainement rapide. Et puis, elle aurait peut-être l’occasion de se nourrir correctement ce soir.




[HJ: si tu as des remarques n'hésite pas, et désolé pour l'attente]


Dernière édition par Jane Smith le Lun 31 Mar 2014 - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Mar 22 Oct 2013 - 16:31

Après une journée sur le chantier, un début de nuit au laboratoire, Tamara avait décidé qu'elle avait besoin d'une véritable pause. Pour cela, rien de mieux que de retourner à sa chambre à l'hôtel. Au moins, là-bas les distractions seraient moindres et elle pourrait dormir sans demander son reste.
Dans son esprit, se mélangeaient trop de choses pour qu'elle arriva à être efficace dans son travail. Etre seule dans sa salle de recherches accentua ce phénomène, malgré la musique qui résonnait entre les quatre murs. Entre deux observations et analyses judicieuses, son cerveau s'évertuait à lui rappeler l'information que sa mère lui avait communiqué voilà quelques heures déjà. Il fallait dire que celle-ci était de première importance et bien qu'elle essaya de se concentrer sur l'essentiel, elle la tracassait encore et encore. Ça lui serrait le cœur et même si elle s'évertuait à se dire qu'elle n'y pouvait rien faire depuis Galway, elle s'inquiétait.

Il était des choses sur lequel elle ne transigeait pas, des choses importantes qui comptaient à ses yeux. Mais avant ce jour, elle n'aurait pas cru que sa famille en ferait parti. Elle avait toujours rangé cet aspect de son existence dans les impondérables, les indispensables, sans y accorder l'importance que la plupart des gens lui attribuaient. Ils étaient ses parents, sa famille mais elle n'était pas spécialement proche d'eux, vadrouillant à travers le globe pour satisfaire ses ambitions et ses désirs. Ils étaient là quand elle revenait, lorsqu'elle consentait à revenir ; elle était heureuse de les voir, mais guère plus.
Tandis qu'elle conduisait, l'Américaine essayait de comprendre pourquoi ce que sa mère lui avait appris la mettait dans un tel état. Il n'y avait pas eu mort d'homme, bien qu'il s'en était fallu de peu pour que ça n'arriva... Tout était revenu à la normale et son père était simplement hospitalisé pour des analyses complémentaires et un suivi rigoureux. Elle avait bien veillé à ce que sa mère fasse attention à ceci, et à cela. Car bien qu'elle ne fut pas médecin, Tamara avait son mot à dire. Cependant, depuis l'endroit où elle se trouvait, elle n'avait aucune emprise sur la situation et c'était finalement ce qui la chamboulait le plus. Malgré ses recommandations, malgré son inquiétude, elle était incapable de quoi que ce soit. C'était véritablement un sentiment qui la dérangeait, qui était à la limite de la mettre hors d'elle.

Il ne fallut pas plus qu'un lapin traversant la route pour qu'elle pila brusquement, pestant haut et fort dans l'habitacle aux fenêtres closes. Elle ferma les yeux, respira un grand coup et se trouva ridicule. Ridicule de s'emporter sur un mammifère ; ridicule de se tracasser pour une chose qui était déjà arrivée et contre laquelle il n'y avait rien à faire désormais. Ridicule d'être humaine et de ressentir de la peine à l'idée qu'elle aurait pu perdre son père aujourd'hui. S'il devait en être ainsi, elle n'aurait pas plus son mot à dire et tous les pleurs du monde n'y changeraient rien.
L'anthropologue ouvrit la portière, saisissant l'air frais de l'extérieur comme une bénédiction. Laissant la porte ouverte, elle sortit, décidée à faire quelques pas pour calmer les idées farfelues qui lui étaient passées par la tête. Dans la lumière des phares, la forêt avait un aspect angoissant qui réussit presque à l'émouvoir ce soir-là.

Sans prévenir, une femme surgit devant elle. Ou plutôt se laissa tomber à terre à quelques pas d'elle. La brune eut un mouvement de recul instinctif, se laissant quelques secondes pour détailler celle qui lui faisait désormais face. La jeune femme au teint d'outre-tombe lui parla en japonais, bien qu'aucun aspect de sa physionomie ne laissa penser qu'elle était originaire du Pays du Soleil Levant.

" Bonsoir à vous aussi. Ma prononciation du japonais est trop approximative pour que je vous renvois la pareille dans cette langue. "

Elle ne portait aucune trace de sueur, laissant présager d'un quelconque exercice physique, ainsi que sa tenue aurait pu le laisser penser ; elle n'avait pas non plus la chair de poule, alors que la température déjà basse à cette heure de la nuit était teintée d'humidité à cause de la proximité de la forêt.

" Je dirais vampire. Mais pas japonaise d'origine. "
Se rendait-elle compte qu'elle annonçait ça comme elle aurait pu parler de la météo ? Se rendait-elle compte du danger qui se tenait juste devant elle ? Evidemment que non. Et ce n'était pas seulement du à la mélancolie de cette journée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Smith
Vampire
avatar

Messages : 66
MessageSujet: Re: La forêt   Mer 23 Oct 2013 - 12:55

-Je dirais vampire. Mais pas japonaise d'origine.
-Moo. Vous êtes vraiment pas sympas, j’ai l’air si affreuse que ça, geignit Lune.

La vampire avait pris une adorable moue de dépit. Elle se reprit rapidement et saisie les mains de son interlocutrice avec un certain enthousiasme et l’entraina dans une pirouette qui amena Lune à tourner le dos à la voiture de l’humaine un large sourire éclairant son visage.

-Et vous êtes qui pour insulter les gens que vous rencontré dès la quatrième phrase ? fit-elle en penchant la tête de côté et en lui secouant joyeusement les mains dans un gloussement enfantin.

Cette humaine avait du cran de la qualifier au débotter de vampire. En plus, elle n’avait pas l’air d’une allumée fana de vampire alors sa remarque était peut-être fondée. Qui donc avait été assez fou pour révéler ce genre de truc à une humaine ? Ou peut-être que cette ville était responsable avec sa concentration anormale d’être surnaturel. Peut-être qu’ils laissaient des traces qu’ils ne pouvaient couvrir ? Ou avait-elle additionné de petits riens qui s’étaient retrouvés consignés ici ou là ? Mais d’habitude les humains sont champions pour se couvrir les yeux et ne voir que ce qu’ils veulent bien voire, pour transformer la vérité en mythe ou en légende. Quoi qu’il en soit elle devait savoir comment cette humaine avait pu savoir et remédier à ce petit problème, d’une manière ou d’une autre.

-Mais c’est moi qui deviens impolie à ne pas me présenter. Tsuki Harumia, et si vous vous posez la question, j’ai été adopté, ajouta-telle enjoué.

Le nom qu’elle avait donné pouvait être considéré comme le sien puisque sa mère était enregistrée au Japons sous le nom Harumia et que tsuki était la traduction de Lune en japonais, donc en quelque sorte elle ne mentait pas.

-Par contre pourquoi vampire ? A cause de la couleur de ma peau ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Mer 23 Oct 2013 - 16:15

Tamara dégagea comme elle put ses mains de l'étreinte qu'y exerçait l'inconnue. La brève gigue que celle-ci lui avait fait faire n'était pas spécialement de son goût. Et elle trouva bizarre un tel entrain de la part de quelqu'un qui ne la connaissait pas. Et qui maîtrisant le japonais comme un insulaire devait avoir passé suffisamment de temps dans ce pays, où la retenue était pourtant de mise en public. Certes, le "public" se réduisait ici à sa seule personne, éblouie par les phares de sa voiture de location.

" Vous insulter ? " interrogea l'anthropologue, surprise." Ce n'était pas mon but. Certes, j'aurais pu garder ma réflexion pour moi, mais je pense que c'est plus simple d'être directe. "

" Vous avez raison ; repartons correctement. Enchantée Harumia-san. Docteur Tamara Brooke, anthropologue." Puis elle continua en étalant son savoir, comme une preuve de ses compétences sitôt celles-ci énoncées par son titre professionnel : " Je sais que vous avez été adoptée ; votre ossature n'est en rien commune avec celle des populations asiatiques. Vous êtes une pure indo-européenne. Pour votre nature, je dirais que c'est votre peau qui vous a trahi à mes yeux mais pas sa pigmentation. "

Tamara tendit le bras, remontant sa manche. Très rapidement, les poils de son avant-bras se hérissaient sur sa peau sous l'effet du froid. La chair de poule était clairement visible, notamment grâce à la source de lumière toute proche et l'Américaine ne garda d'ailleurs pas longtemps cette position. Tirant sur son pull pour retrouver la chaleur accumulée dans celui-ci, elle mit fin à la démonstration.

" Votre prénom japonais n'a pas été choisi au hasard ou je me trompe ? Je crois me rappeler qu'il veut dire "lune", comme le dieu Tsuki-Yomi ? Mes notions ne sont plus très fraiches ; il faut dire aussi que je parlais ma langue lorsque j'ai travaillé quelques mois là-bas pour mes recherches. "

Intarissable Tamara...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Smith
Vampire
avatar

Messages : 66
MessageSujet: Re: La forêt   Jeu 24 Oct 2013 - 8:35

Quand l’anthropologue se présenta, Lune sut immédiatement qu’elle ne mentait pas. Et pour une fois ce n’était pas les battements de cœur ou l’odeur de son interlocutrice qui avait vendu la mèche mais simplement son attitude. Seule une scientifique pouvait avoir ce besoin compulsif d’étaler sa science. La vampire avait d’abord souvent cru que c’était simplement parce que la plus part des gens appartenant à cette étrange engeance était pédant mais elle s’était assez vite rendu compte que ce n’était pas toujours le cas. C’était plus comme s’ils avaient besoin de se décharger de leur savoir, comme s’il leur pesait d’avoir emmagasiné tout ça sans pouvoir le dispenser.
La petite démonstration du Docteur Brooke parut laisser perplexe la jeune femme qui regarda ses bras d’un air quelque peu confus. Avant qu'elle ne puisse faire quelque remarque que ce soit qui aurait put être assez malheureuse d'ailleurs, la brune reprit.

-Votre prénom japonais n'a pas été choisi au hasard ou je me trompe ? Je crois me rappeler qu'il veut dire « lune », comme le dieu Tsuki-Yomi ? Mes notions ne sont plus très fraiches ; il faut dire aussi que je parlais ma langue lorsque j'ai travaillé quelques mois là-bas pour mes recherches.
-C’est possible. Mais honnêtement, j’en sais trop rien. Il est assez évident que c’est ma mère qui l’a choisi mais elle ne m’a pas vraiment fait part de ses raisons. Et vous pouvez lâcher le san si vous voulez. Je dois avouer que ça fait bizarre qu’une gaijin l’utilise… ajouta-t-elle dans un souffle ses mains se plaquant sur sa bouche sur les derniers mots. Erf, désolé, reprit-elle contrite, pas très sympas de ma part, surtout avec ma tête de cachet d’aspirine.

Lune vit l’opportunité, dans les dernières paroles de Tamara, de peut-être réussir à la faire changer de sujet. Les scientifiques adoraient toujours parler de leur recherche mais certain étaient têtus comme des mules et elle espérait que celle-ci lâcherait le morceau. La vampire pourrait toujours s’arranger pour récupérer son emploi du temps et se renseigner sur les personnes qu’elle côtoyait.

-Quel genre de recherches t'as amenées à visiter le pays du soleil levant ?

Lune tourna finalement le dos à Tamara dans une pirouette et se dirigea vers sa voiture, l'examinant les mains dans le dos légèrement pencher en avant comme si elle ne voulait rien toucher accidentellement. Elle se déplaçait d'un allègre pas sautillant autour de la voiture et passa enfin la tête par la portière toujours ouverte.


Dernière édition par Jane Smith le Ven 25 Oct 2013 - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Jeu 24 Oct 2013 - 10:53

Tamara ne s'offusqua pas du gaijin précipitamment sorti de la bouche de la vampire. Cette dernière avait du en souffrir suffisamment durant le temps où elle avait vécu sur l'île. Avec sa couleur de peau et suivant l'époque durant laquelle elle avait débarqué là-bas, l'assimilation n'avait pas du être facile.
Avant qu'elle puisse satisfaire sa curiosité, Lune la précéda en lui demandant pourquoi la scientifique s'était retrouvée à travailler au Japon.

" Mon sujet de thèse était la trépanation. Modes opératoires et idéologies culturelles. Ça concerne toutes les cultures à des époques plus ou moins anciennes. Du coup, j'ai parcouru le globe pour récolter toutes les informations dont j'avais besoin. Rien de mieux que de toucher l'existant du doigt pour en percevoir toutes les spécificités. Quatre mois au Japon, une dizaine en Russie et Sibérie, un an à travers l'Europe... "

Tandis qu'elle parlait, la jeune femme se mit à tourner autour de sa voiture, regardant à l'intérieur. Qu'espérait-elle y trouver ? Qu'écoutait-elle de ses paroles en étant aussi distraite ?

" Si vous dites que j'ai été malpolie, est-ce que paraître attentive à la réponse donnée à sa propre question n'est pas un signe de politesse également ? " lâcha l'Américaine, en croisant les bras. " Peut-être que parler de vous vous tiendra plus attentive ?"

Elle s'approcha de la voiture, contournant la japonaise d'adoption, et referma la portière de la voiture. Non qu'elle ne veuille pas qu'on fouille dans l'habitable, vu qu'elle n'avait rien à cacher, mais simplement pour économiser la batterie en coupant l'éclairage interne.

" Vous êtes arrivée à quelle époque au Japon ? Si aujourd'hui, l'île est bien ouverte aux étrangers, ça n'a pas toujours été le cas. "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Smith
Vampire
avatar

Messages : 66
MessageSujet: Re: La forêt   Ven 25 Oct 2013 - 16:06

L’attitude de Lune ne sembla pas être du gout de Tamara. Elle s’était en effet mise à tourner autour de la voiture pour essayer de se repérer, n’étant pas sortie de la forêt exactement là où elle l’espérait elle était quelque peu désorientée. Son apparente inattention avait fait tiquer l’humaine. Elle n’avait certes pas l’air très attentive mais elle écoutait la jeune femme et aurait pu ressortir ses paroles mot pour mot s’il l’avait fallu. Elle avait été entrainée pour ça. La vampire tourna d’ailleurs la tête vers l’humaine quand celle-ci cessa de parler l’air plutôt ennuyée qu’elle se soit arrêtée.

-Si vous dites que j'ai été malpolie, est-ce que paraître attentive à la réponse donnée à sa propre question n'est pas un signe de politesse également ?

L’humaine toisa les bras croisés la vampire qui lui retourna un sourire amusé mais maintenant l’humaine avait ce qu’elle voulait : toute l’attention de Lune, toute l’attention d’une vampire. Pas vraiment une situation enviable, dans la plus part des cas. La vampire ne quitta pas un seul instant l’humaine des yeux et malgré le sourire plaisant et presque enfantin qu’elle affichait on pouvait sentir une étrange intensitée dans son regard bleu et sa posture quelque peu nonchalante.

-Peut-être que parler de vous vous tiendra plus attentive ?

Un sourire ironique vint remplacer un instant le masque agréable avant de fondre et lui laisser de nouveau la place. Lune laissa l’humaine refermer la portière de la voiture avant de s’y appuyer frissonnant doucement. Le froid de la carrosserie n’y était pour rien mais elle venait de songer à l’une de ses petites escapades en Sibérie et sa rencontre avec une meute de loup garou. Cette meute était surement l’une des plus brutales et vicieuses qu’elle avait pu rencontrer et l’alpha était juste complètement malade. Elle ne se considérait pas elle-même comme très équilibrée, même au vue de standard vampirique mais ce type était juste mauvais et sa simple évocation la secouait toujours un peu. Pour couvrir sa réaction, elle réagit comme si effectivement le froid du métal l’avait surpris et se repositionna précautionneusement inspirant et expirant doucement pour essayer d’expulser son malaise.

-Vous êtes arrivée à quelle époque au Japon ? Si aujourd'hui, l'île est bien ouverte aux étrangers, ça n'a pas toujours été le cas.

La question parut profondément surprendre la vampire, qui ouvrit la bouche un instant pour répondre et la referma aussitôt.

-Je dois avouer ne pas trop m’en souvenir. Il parait que j’y ai fait naufrage mais je n’en ai aucun souvenir, elle s’interrompit un instant l’air perplexe avant de reprendre. Je me fais peut-être des idées à cause de ton entrée en matière, mais, j’ai l’impression que tu semble vraiment penser que je suis une vampire. C’est une façon de voir les choses assez peu commune, voir un peu folle. Qu’est-ce qui a bien put te mettre une telle idée en tête ? Et me dis pas que c’est parce que je n’ai pas la chair de poule, commença-t-elle en lui agitant un doigt faussement menaçant sous le nez, parce que je connais des gens qui n’ont pas non plus la chair de poule quand il fait un peu fraie, termina-t-elle en croisant les bras. Et avant que tu ne penses à tout un tas de théories farfelues, ces gens sont tout ce qu’il y a de plus humain. Et de toute façon pourrait-il en être autrement ? avec un ton qui suggérait que c'était plutôt absurde de penser le contraire.

Lune avait pris un air de défi buté qui la faisait presque ressembler à une gamine en pleine crise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Ven 25 Oct 2013 - 16:50

Elle ne releva pas le passage au tutoiement qu'avait opéré l'inconnue aux cheveux d'argent. Tamara prêtait plus d'attention à la réponse qui lui était apportée. Celle concernant sa question fut brève et ne lui apporta pas clairement d'information ; la suite était plus intéressante. Elle lui demandait enfin précisément ce qui lui laissait penser qu'elle n'était pas humaine, argumentant que des personnes tout ce qu'il y avait de plus normales ne frissonnaient pas non plus. L'anthropologue trouva la remarque pertinente et hocha la tête.

" Vous auriez pu être une lycane également mais votre température corporelle aurait été plus élevée que celle que j'ai pu percevoir quand vous m'avez pris les mains. Certes, le fait de se tenir en extérieur, si court vêtu en plein mois d'octobre peut très bien expliqué vos mains fraîches. Les miennes se refroidissent bien à mesure du temps que je passe ici immobile." consentit-elle à reconnaître. Mais elle n'en démordit pas de son idée première : " Ce qui me fait dire que j'ai vu juste a été votre réaction à l'entente de mon intuition. Bien que nous soyons à Galway, une injonction aussi brusquement énoncée aurait eu une toute autre réaction de la part d'un humain lambda. Ou alors parce que nous sommes à Galway... et que l'appartenance à l'un ou l'autre des espèces semble avoir une certaine importance. On ne cherche même pas à s'en cacher. "

Les exemples ne manquaient pas pour illustrer son propos. S'ils savaient finalement se tenir pour vivre ensemble, les habitants de cette ville n'hésitaient pas à user de leur spécificité pour régler leurs différends. Et les démonstrations qui s'en suivaient étaient souvent plus sanglantes que tous les affrontements entre gangs qui peuplaient les faits divers des journaux américains.

" De par ma formation, je m'intéresse aux populations, aux relations entre eux ; et j'avoue avoir trouvé ici un terrain d'études fascinant. Jusqu'à présent et de par leurs capacités squelettiques particulières, les lycans ont davantage attiré mon attention. Il faut dire que mon premier contact avec cette espèce a été très marquant. " sourit-elle.
A y repenser, le mot "marquant" était presque un euphémisme. Cela lui avait ouvert de nouvelles perspectives d'études qu'elle n'arrivait cependant pas à explorer assez à son goût. Mais multiplier les travaux était le meilleur moyen de n'en avancer aucun, aussi se concentrait-elle essentiellement sur le chantier de fouilles et les squelettes qui en étaient dégagés.

" De fait, je ne porte pas de jugement. Je suis simplement curieuse. Mais si je me trompe, dites-le moi. "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Smith
Vampire
avatar

Messages : 66
MessageSujet: Re: La forêt   Mar 29 Oct 2013 - 18:48

Lune parut quelque peu déstabilisée par la réponse de l’humaine. Dès qu’elle l’avait vu, elle avait pensé à une créature non-humaine. Cette ville devait être bien plus démente que ce qu’elle présupposait déjà pour qu’un humain pense avec tant de conviction qu’il avait à faire à un être surnaturel avec des hypothèses si minces. Il fallait vraiment que cet humain ait côtoyé de telles êtres de façon assez brutale ou tout du moins fréquente.

-Ce qui me fait dire que j'ai vu juste a été votre réaction à l'entente de mon intuition. Bien que nous soyons à Galway, une injonction aussi brusquement énoncée aurait eu une toute autre réaction de la part d'un humain lambda. Ou alors parce que nous sommes à Galway... et que l'appartenance à l'une ou l'autre des espèces semble avoir une certaine importance. On ne cherche même pas à s'en cacher.

Ok, ça c’était bizarre. Des lycans qui font les intellectuels et jouent en pleine lumière peut-être mais que des vampires ne cherchent pas à se cacher ? Elle avait du mal à le concevoir. Les vampires avaient quand même quelque petit problème à se déplacer en plein jour et c’était généralement pas une bonne idée de laisser à des humains la possibilité de remonter jusqu’à vous où même laisser cette opportunité à un autre vampire. Ce genre de connerie se finissaient quasi invariablement en place publique avec des torches et des fourches brandie. Enfin maintenant, ce serait plutôt des lances flammes et autres joyeusetés que la technologie humaine avait eu le bon gout d’inventer.

La suite du discours de l’humaine répondit en partie à la question que se posait la vampire. Tamara avait en effet été confrontée à une créature surnaturelle et de façon marquante selon ses propres termes. Mais cela n’expliquait en rien comment elle savait tant de chose sur les vampires et les lycanthropes ou du moins assez pour que son esprit scientifique lui permette de faire le saut nécessaire pour conclure si facilement qu’elle avait à faire à une vampire. Il en fallait souvent beaucoup pour convaincre ce genre de personne que des choses pas très rationnelles existaient.
Ne chose chagrinait tout de même la vampire l’humaine avait sourie en parlant de son épisode marquant avec la lycanthropie, ça collait pas. Les humains n’appréciaient pas en générale ce genre de rencontre, trop poilu, trop flippant et même après quelque temps il s’en souvenait avec horreur. Ce n’était pas le genre de souvenir dont on rigolait avec un peu de recul. Cette humaine était en un sens plus bizarre qu’elle-même.

-De fait, je ne porte pas de jugement. Je suis simplement curieuse. Mais si je me trompe, dites-le moi.
-Ma question ne portait pas vraiment sur le fait de juger ou pas, d’avoir tort ou raison, mais simplement sur pourquoi quand tu m’as vu tu as pensé à quelque chose de… euh… pas humain ? elle parut buter sur les mots comme si elle n’était pas certaine d’elle-même. Enfin, je me répète mais... c’est pas franchement commun comme façon de voir les choses. Avec ce que tu me dis, j’aurais juste pensé tarée ou timbrée et c’est tout. Après, je suis une fille assez simple, pas spécialement futé et pas franchement d'ici. Et peut-être qu'ici ne pas avoir des réactions qualifiés de standard vous range automatiquement dans la catégorie monstre et que je n'en avais pas conscience. Le monde est rempli de choses étranges et pourtant tout à fait humaines.

La vampire n’avait pas vraiment d’espoir d’avoir une réponse aussi franche que ce qu’elle pourrait espérer mais peut-être qu’elle obtiendrait quelque chose d’utile. Sinon elle en serait réduit à suivre les déplacements de cette humaine par l’entremise des petits jouets électroniques qui se trouvaient planqués dans sa cave, parce que fallait avouer qu’elle n’avait pas les même horaires de vie que Tamara.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Mar 29 Oct 2013 - 21:07

" Plus humain ne serait pas le terme que j'utiliserais. Mais je suppose que vous êtes arrivée il y a encore peu de temps... Vous n'êtes donc pas coutumière de la spécificité locale. " commença la scientifique. Elle marqua une pause, cherchant comment embrayer son explication.
Elle essaya alors de répondre à la question qui semblait tarauder l'inconnue.

" Pourquoi presque immédiatement vous ai-je rangé dans la case "vampire" ? En dehors de votre absence de chair de poule, de votre couleur de peau digne d'os polis par les siècles, de votre absence de réaction choquée et de votre apparition soudaine, sortie de bois si sombres que personne ne peut s'y déplacer sans lampe torche ou une très bonne vision nocturne... " énuméra-t-elle aussi sobrement et distinctement que possible.

" En dehors de ces quelques indices, sachez qu'ici, il y a presque autant de chance de croiser un humain qu'un vampire." Tamara inclina la tête sur sa gauche, comme si elle énonçait là une évidence et qu'elle s'en excusait. " Alors en pleine nuit, au milieu d'un chemin peu fréquenté par les joggeurs pour son manque d'éclairage public... mon choix s'est rapidement opéré. "
Avait-elle beaucoup réfléchi avant d'émettre cette hypothèse ? Elle avait surtout laissé parler son instinct laissant son cerveau analyser les preuves qui se trouvaient devant elle ensuite. Ou était-ce pendant ces quelques secondes qui avaient suivi l'arrivée de Lune ? Comment le dire précisément... Maintenant que le moment était passé, c'était difficile d'y revenir.

" Cette explication vous convient-elle mieux ? " s'impatienta-t-elle légèrement. Elle préférerait arriver à entrer dans le vif d'un sujet qui tournoyait dans son esprit, sans qu'il soit encore précisément défini. Quitte à avoir une vampire conciliante sous la main, autant en profiter ! Bon, resterait-elle conciliante longtemps ? ; c'était un autre problème.

" Je n'ai pas encore trouvé pourquoi Galway est devenu la ville où se rassemblent les représentants des différentes espèces. Il doit y avoir un quelque chose dans son histoire qu'il faudrait croiser avec l'écosystème et d'autres critères pour réussir à établir le fin mot de cette explication. Mais je n'ai pas encore eu le temps de m'y pencher sérieusement... "

Voilà encore une piste de travail dont elle n'avait encore pu qu'effleurer la surface. Elle avait hâte de disposer d'assez de temps libre pour pouvoir s'occuper plus précisément de Galway et de sa faune anthropomorphe.

_________________


Dernière édition par Tamara Brooke le Dim 3 Nov 2013 - 10:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Smith
Vampire
avatar

Messages : 66
MessageSujet: Re: La forêt   Dim 3 Nov 2013 - 0:47

-En dehors de votre absence de chair de poule, de votre couleur de peau digne d'os polis par les siècles, de votre absence de réaction choquée et de votre apparition soudaine, sortie de bois si sombres que personne ne peut s'y déplacer sans lampe torche ou une très bonne vision nocturne...

Bon, d’accord dit comme ça, ça fait beaucoup de coïncidence mais il n’empêche que pour des humains normaux ça n’auraient pas fait tilt de cette façon. Ils auraient plaisanté dessus ou auraient été surpris voir effrayé mais ils ne lui auraient pas sortie de but en blanc avec tant de conviction qu’elle était effectivement vampire.

-En dehors de ces quelques indices, sachez qu'ici, il y a presque autant de chance de croiser un humain qu'un vampire. Alors en pleine nuit, au milieu d'un chemin peu fréquenté par les joggeurs pour son manque d'éclairage public... mon choix s'est rapidement opéré.

Là, elle comprenait mieux mais ça ne répondait pas à sa vrai question, qui avait bien put avoir la démence de faire connaitre l’existence des créatures de la nuit à une humaines. Il y avait déjà bien trop d’humain au courant, bien assez chiant comme ça. Certain s’étaient même mis en tête que c’était leur devoir de chasser les monstres, merci du cadeau. Ces cons pouvaient être chanceux et porter un coup heureux pas franchement glorieux comme mort.

-Cette explication vous convient-elle mieux ? demanda l’humaine avec une certaine impatience.
-Hum, oui, répondit-elle peu convaincu. Au moins, ça a le mérite de confirmer ce que je pensais, ajouta-t-elle l’air préoccupé. Cette ville est complètement démente, conclut-elle avec un grand sourire.

-Je n'ai pas encore trouvé pourquoi Galway est devenu la ville où se rassemblent les représentants des différentes espèces. Il doit y avoir un quelque chose dans son histoire qu'il faudrait croiser avec l'écosystème et d'autres critères pour réussir à établir le fin mot de cette explication. Mais je n'ai pas encore eu le temps de m'y pencher sérieusement...

C’est pas comme si le pourquoi du comment importait franchement à la jeune vampire. Tout ce qui l’intéressait c’était que cette ville semblait divertissante mais pour le moment son réel but était de réussir à semer la confusion dans l’esprit de cette humaine, pas franchement un objectif atteignable avec comme contrainte de ne jamais mentir. Et surtout, elle n'était pas douée à ce jeu, à la différence de sa mère qui pouvait vous faire croire que le ciel était vert sans proférer un seul mensonge.

-Donc t'es vraiment convaincu que les vampires existent ? Et tout ça parce que t'as  euh... rencontré, elle parut hésitante comme si elle n'était pas certaine du terme à utiliser, un loup garou ? demanda-t-elle dubitative. J'aimerais bien que tu me raconte ça, ça à l'air marrant, conclut-elle amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Dim 3 Nov 2013 - 13:20

La réponse de Lune fit également sourire Tamara. Autant cela pouvait surprendre un néophyte de se voir confronté à des créatures tout droits sorties de ce qu'il pensait n'être qu'un univers onirique, autant il était évident que pour ces fameuses créatures cette ville était tout également surprenante. Le naturel de la conversation tenue par l'Américaine n'était pas seulement le résultat de son propre caractère. Avant d'arriver ici et d'avoir sous les yeux des preuves plus que concluantes, elle aurait chercher - et trouver- mille arguments pour démonter celui qui oserait lui affirmer haut et fort que Bram Stoker n'avait rien inventé.

Cependant la Japonaise était toujours sceptique.

" Je ne suis pas convaincue de l'existence des vampires parce qu'on me l'a racontée, ni uniquement parce que j'ai vu des personnes se transformer sous mes yeux en lycans. L'un aurait pu exister sans l'autre. " dit-elle en haussant les épaules. " Cela dit, la personne qui m'en a parlé la première fois me ressemble donc il a su trouver la manière d'attiser ma curiosité. Il m'a montré ce que j'appelle aisément des preuves concrètes, allant jusqu'à me présenter un spécimen récemment mordu. Pour me montrer les spécificités de l'espèce. Une... erreur de manipulation a précipité la transformation... "
Effectivement, cela avait été de sa faute ; elle en convenait parfaitement ; mais comme preuve concrète et irréfutable, c'était difficile de faire mieux. Et de longs mois après, elle n'était plus en mesure de regretter quoi que ce soit, si tant est qu'elle ait jamais été capable d'en avoir.

" Pour ce qui est des vampires, leur existence m'a été indiquée par un infirmier de la clinique. J'ai par la suite eu une belle démonstration de leur présence et de leur force, comme tous les autres invités du Bloody Valentine, à la fête de la Saint-Patrick. "
Elle hocha la tête : " Comme je vous l'ai dit, certains ne cherchent pas à se cacher. "

En repensant à la puissance de l'inconnu aux dreadlocks et du commissaire, il paraissait presque normal qu'ils finissent par s'exposer au grand jour -enfin à la nuit. Certains restaient discrets et Tamara finit par comprendre que c'était peut-être l'intention de la jeune femme en face d'elle. A force d'être curieuse et bornée, elle en oubliait le ressenti des autres.

" Mon évocation de tout cela vous a-t-elle gêné ? Souhaitez-vous faire partie de ceux qui gardent leurs secrets ? " préféra-t-elle alors demander.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Smith
Vampire
avatar

Messages : 66
MessageSujet: Re: La forêt   Jeu 7 Nov 2013 - 23:29

Lune dut finalement se rendre à l’évidence et arrêter d’essayer de se leurrer cette humaine était convaincu de l’existence des créatures de la nuit et avait l’esprit qu’il fallait pour additionner deux et deux quand c’était sous son nez. Elle pouvait arrêter de se torturer l’esprit avec ces conneries, peu importe le talent qu’elle pouvait avoir rien ne ferait sortir de l’esprit de Tamara qu’elle était bel et bien une vampire. Réaliser cela, lui donna envie de tuer cette humaine, c’était comme ça qu’elle avait été élevée mais après un instant de réflexion elle se demanda qi cela ne lui créerait pas plus de problème. Les humains de cette ville semblaient assez au courant de l’existence des monstres et avaient surement trouvé un terrain d’entente avec eux, d’une manière ou d’une autre, ce qui rendrait tout action stupide de ce genre assez difficile à cacher. Si elle menait à bien son projet, autant qu’elle reparte tout de suite ça lui éviterait tout un tas de menu tracas. Un voyage retour n’étant pas vraiment dans ses projets immédiats, elle rejeta l’idée de tordre le cou de la brune juste assez longtemps pour l’entendre évoquer sa première rencontre avec un lycanthrope lors de sa première transformation.

-Une... erreur de manipulation a précipité la transformation...

C’était une façon de voir les choses assez… surprenante, surtout venant d’une humaine. C’est que ces petites bêtes-là ont une psyché plutôt fragile, d’habitude. Ou alors elle était simplement dépourvue de tout instinct de conservation. Quoi qu’il en soit la vampire affichait un sincère étonnement et elle était pas loin d’avoir la bouche béant légèrement de surprise. Elle avait toutefois trop de contrôle sur elle-même pour, ne serais-ce qu’accidentellement, laisser ne serait-ce qu’entrevoir ses crocs. Passé la première surprise, une sorte de gloussement lui échappa et le pétillement d’un sourire s’invita dans ses yeux sans pour autant orner son visage.

-Pour ce qui est des vampires, leur existence m'a été indiquée par un infirmier de la clinique. J'ai par la suite eu une belle démonstration de leur présence et de leur force, comme tous les autres invités du Bloody Valentine, à la fête de la Saint-Patrick, un hochement de tête vint ponctuer cette déclaration. Comme je vous l'ai dit, certains ne cherchent pas à se cacher.

Cette attitude ne correspondait pas à ce qu’on lui avait appris et cela la laissait perplexe que certain agisse autrement. Les vampires avaient une certaine tendance à la combustion spontanée en plein soleil et à ne pas être franchement fringuant pendant la journée en générale. Agir autrement quand se faisant oublier amenait souvent les foules en colère à votre porte, d’une manière ou d’une autre, et le monde évoluant il devenait de plus en plus difficile de survivre à toutes ces nouveautés technologiques qu’imaginaient les humains.

-Mon évocation de tout cela vous a-t-elle gêné ? Souhaitez-vous faire partie de ceux qui gardent leurs secrets ?
-Pas plus que ça. Mais quoi qu’il en soit qui aimerai que l’on vienne fouiner dans ses secrets ? ajouta-t-elle d’un ton factuel plaisant. Il faudra vraiment que tu me raconte cette histoire de fausse manip’…

Un instant la vampire se tut, l’air quelque peu préoccuper.

-Donc globalement tout le monde dans cette foutu ville saurait reconnaitre un vampire ou un loup-garou avec les bons indices ? demanda-t-elle sur un ton d’une neutralité forcé.

Un infirmier de la clinique avait su renseigner la Tamara, et quelqu’un qui pensait d’une façon très similaire à la sienne avait réussi à la convaincre de l’existence des créatures de la nuit. Cette personne devait probablement avoir le même esprit scientifique qu’elle pour avoir su si parfaitement vaincre le scepticisme naturel qu’acquérait invariablement cette engeance. Peut-être était-ce quelqu’un de la clinique qui lui en avait parlé, ou peut-être pas…

-Au fait qu’est-ce qui a bien put te faire venir dans ce bled ? demanda à brûle pour point (nommé*) la vampire.




Spoiler:
 


Dernière édition par Jane Smith le Mer 13 Nov 2013 - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Sam 9 Nov 2013 - 10:11

" Je ne suis pas sure que cela intéresse tout le monde de savoir. Sauf si cela leur permet de sauver leur vie. La plupart de mes connaissances sur les individus sont dues à des choses qu'ils ont dites ou faites. Certains me l'ont avoué à force de discussion, d'autres en parlent aussi naturellement que s'ils évoquaient le temps qu'il fait. Les indices comme vous dites ne sont pas systématiquement évidents. Je vous aurais croisé au restaurant des Catacombes que je n'aurais rien pu déduire du tout. Sauf si votre verre était plein d'hémoglobine. " expliqua-t-elle avec assurance. Après tout, les bars et restaurants ne pouvaient délaisser cette partie de la population locale sous peine de perdre une clientèle intéressante du point de vue pécuniaire. Quoi de mieux que des êtres une ou plusieurs fois centenaires pour accumuler des richesses. Car soyons bassement matérialiste, c'était tout ce qui importait pour les commerçants.

Mais ne pouvant pas plus loin sa réflexion sur ce sujet, Tamara reconnut un fait ; elle n'était pas vraiment comme tout un chacun.
" Un autre que moi, ce soir, aurait pu arriver à une conclusion similaire mais en se basant sur d'autres critères ; je pense alors que la peur aurait été au premier rang. Même si elle fausse sensiblement les faits et la réflexion, dans le cas d'une rencontre avec un individu extraordinaire, elle peut être salvatrice. "
L'emploi du terme "extraordinaire" était bien évidemment à prendre au sens premier au mot dans la bouche de l'Américaine. Car pour sortir de l'ordinaire, les individus vivant à Galway étaient vraiment un bon exemple. En vérité, même certains humains pouvaient être rangés dans cette catégorie si on en croyait Meluxine. Encore un chantier qu'elle n'avait pu explorer plus avant. Qu'il était dommage que le temps ne soit point extensible pour lui permettre de satisfaire sa satiété intellectuelle.

" Et il y a les cas tellement évidents qu'il n'est pas besoin de réfléchir pour comprendre. Quand un homme arracha de ses dents une partie du visage d'un autre et que celui-ci se reconstitue sous vos yeux... à moins d'être aveugle, le spectacle en lui même est une preuve indéfectible qu'à Galway les apparences sont trompeuses et que des forces supérieures aux communs sont bien présentes. " conclut-elle sur ce point.

L'humaine avait volontairement passé sur la question de la "fausse manipulation" ; de toute manière, Lune avait précisé qu'à l'occasion elle devrait la lui raconter. L'anthropologue avait jugé plus opportun de répondre d'abord à ses questions, plutôt que de se lancer dans cette histoire-là.
" Je suis à Galway pour le travail. Cela fera un an cet hiver que je suis rattachée au chantier archéologique ouvert dans les landes. Je m'occupe de l'excavation, du transport et de l'examen détaillé des corps : sexe, age, cause du décès pour l'essentiel mais aussi analyse des modes de vie et notamment tout ce qui concerne la mise en sépulture. Un travail très prenant qui ne me laisse guère de temps pour peaufiner mes recherches dans un autre domaine. "

Puis elle s'enquit à son tour, comme si les deux femmes faisaient connaissance dans un lieu de rencontre plus habituel : " Et vous. Pourquoi donc Galway ? "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Smith
Vampire
avatar

Messages : 66
MessageSujet: Re: La forêt   Mer 13 Nov 2013 - 23:16

C’était plutôt rassurant de savoir que si elle ne faisait pas d’erreur, elle pourrait vaguement passer pour humaine malgré la folie de cette ville. Il est vrai que là, vue les circonstances, on pouvait se dire qu’elle avait fait une petite boulette. Bien qu’il semblerait qu’ici ce genre de connerie arrive assez souvent pour que ce soit notable. Le problème c’est que pour ne  pas faire d’erreur dans une ville comme Galway, il faudrait qu’elle fasse attention à tous les petits détails de merde comme faire semblant d’avoir froid ou chaud ou d’autre connerie débile comme respirer même si elle n’avait pas besoin de parler et faire un boucan de tous les diables dès qu’elle faisait un pas. Des trucs de ce genre, les trucs bien chiant. Ah et aussi éviter de décapiter les emmerdeurs avec une portière de voiture que l’on vient d’arracher devrait aussi faire partie de la liste. Oui vraiment cette ville avait un petit côté très désagréable.

L’humaine répondit diligemment à sa question. La réponse ne l’intéressait qu’en ce qu’elle lui permettait de connaitre un peu mieux comment l’humaine organisait son temps et si jamais elle avait besoin de la retrouver ces informations seraient peut-être vaguement utile.

-Et vous, pourquoi donc Galway ?
-La peur et une certaine curiosité, répondit-elle pensive. Ma famille à une dent contre moi, je me suis dit que les aider pourrait peut-être être bénéfique. Et ayant entendu mon frère dire qu’il était trop occuper pour venir visiter, elle haussa les épaules comme si ça n’avait pas vraiment d’importance. Et me voilà, à taper la discute avec une anthropologue qui a beaucoup de chance d’être en vie, ajouta-t-elle avec un sourire plaisant, un gloussement s’échappant d’entre ses lèvres. Sinon, dis-moi, t’as trouvé des trucs intéressant sur ce qui s’est passé ici avec tes ossement ?

Un léger rire lui échappa. Il avait quelque chose d’assez sinistre et elle murmura une phrase en français.

-J’ai plus l’habitude de les enterrer les ossements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Sam 16 Nov 2013 - 16:58

L'explication de Lune était véritablement et volontairement floue, mais elle n'y accorda que l'importance que l'étrangère voulait bien lui transmettre. Des histoires de famille. Encore et toujours. C'était assez commun dans l'histoire du monde, mais il était déjà plus dans la nature de certaines civilisations d'y accorder une place si spéciale que tout devait être fait pour recoller les morceaux. D'autres n'avaient pas cette ouverture et une embrouille restait une embrouille quand elle ne s'envenimait pas davantage avec le temps et la rancœur. Cela ne surprit donc pas que cette Japonaise d'adoption souhaita se racheter aux yeux des siens.

" On meurt tous un jour. " fit Tamara en haussant à son tour les épaules. Une fatalité comme une autre qui ne l'émouvait pas. La mort était même son gagne-pain. Elle espérait simplement que si les circonstances de sa disparition, lorsque celle-ci se produirait, étaient suspectes, quelqu'un se chargerait de l'étudier comme il conviendrait pour en tirer toutes les conclusions possibles. Et pourtant elle repensa un court instant à cette finalité qui avait failli frapper son père quelques heures plus tôt. Il lui était plus facile de se sentir détaché de cette question lorsqu'il s'agissait d'elle-même...

" Ça dépend ce que "intéressant" signifie pour vous. " répondit d'abord l'anthropologue. Par expérience, elle savait bien que les gens s'attendaient toujours à du spectaculaire, à du grandiose, de l'impressionnant. Les néophytes avaient une vision toujours si faussée de ces genres de métiers. Comme si chaque tombe débordait toujours de mille trésors d'or et de pierres précieuses, comme si une énigme limite mystique accompagnait systématiquement chaque découverte, comme si l'archéologue était forcement vêtu d'un chapeau de feutre marron, d'un blouson en cuir et d'un fouet. Elle en avait eu la nette démonstration quand adolescente, elle avait donné son choix d'avenir à sa famille. Tous avaient alors en tête les péripéties de ce professeur aventurier et lorsque la jeune femme avait commencé ses chantiers de fouille, ils s'enquéraient tous de savoir ce qu'elle avait découvert d' "intéressant". Or, ce qui intéresse le chercheur et ce qui intéresse le grand public était bien différent. Quand ils eurent compris, ils ne posèrent plus la question, d'autant qu'en vraie passionnée, Tamara les assommait rapidement de tant et tant de détails qu'ils regrettaient rapidement d'avoir posé la question.
Depuis, elle avait appris à modérer ses ardeurs. Aussi préféra-t-elle prévenir l'insulaire asiatique que leur définition de ce mot était bien distincte.

" Les fouilles concernent une nécropole datant de 12.000 à 10.000 ans avant notre ère. Sans être pour le moins du monde romantique, une tombe a attiré davantage mon attention, car elle comprenait un couple plutôt bien conservé dont j'ai pu reconstituer l'histoire complète jusqu'à leur mort. La jeune fille est morte la première, battue et surement laissée pour morte par ses agresseurs, car elle a également été attaquée par des prédateurs pré et post-mortem. L'homme porte lui aussi des coups sévères mais ils n'ont pas causé son décès immédiat. Je suppose qu'il réussit à venger cette disparition mais qu'il a fini par s'éteindre des suites de ses blessures. "

Rien de surhumain, rien de "paranormal" dans les histoires qu'elle reconstituait d'après les indices laissés involontairement par les squelettes. Juste des vies tragiquement achevées dans un passé si lointain qu'il semblait à jamais inaccessible. Des histoires pourtant si similaires à mesure que les siècles défilaient...

" J'ai entendu que vous parliez français également. Une langue que je reconnais sans la comprendre. Des restes d'un ancien voyage ? "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Smith
Vampire
avatar

Messages : 66
MessageSujet: Re: La forêt   Sam 23 Nov 2013 - 0:05

-Ca dépend ce que « intéressant » signifie pour vous.

Certes. Lune n’était pas franchement convaincue que découper en petit morceau un type qui vous a doublé. Surtout que la partie la plus marrante vient souvent juste avant, quand vous les titiller gentiment avec des pointes en bambou sous les ongles et qu’il vous chante une jolie berceuse… Non, ça c’était pas franchement drôle, plus le trip de Celia nee-san. Ce qui faisait vraiment planer la vampire c’était plus de danser sur le fil du rasoir un couteau à la main au cœur d’une tempête d’acier et de sang. Ca, c’était le pied, surtout avec un petit en-cas à la fin.

La notion d’intéressant des deux femmes devait surement différer légèrement mais si elle pouvait la faire parler, peut-être que quelque chose de potable pouvait en sortir. Mais de son point de vue bien que la mignonne petite histoire de plus de 10 000 ans d’âge n’avait rien de vraiment intéressant, elle l’avait entendu et vu si souvent qu’elle avait perdu tout intérêt. En plus c’est pas comme si ce genre de conneries l’avaient jamais ému. Ce qui était tout de même plutôt intéressant c’était de réussir à faire parler ces os, assez impressionnant d’un côté, elle avait déjà du mal avec des scènes plus ressente alors quand les choses étaient aussi froide, ça devait nécessiter un sacré sens de l’observation. Tout ce qu’elle détestait chez un humains, surtout s’il avait une tête bien faite.

-J’ai entendu que vous parliez français également. Une langue que je reconnais sans la comprendre. Des restes d'un ancien voyage ?
-De plusieurs en fait, répondit après un léger temps d’hésitation une vampire à l’air ennuyé. Surtout pour du tourisme. J’étais curieuse de savoir d’où venaient mes parents biologiques. Mais, il n’y avait rien d’autre dans ces tombes qui a attiré ton attention ? Qu’est-ce que tu cherches dans ces tombes d’ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Sam 23 Nov 2013 - 16:13

Tamara soupira. Les gens étaient tous pareils. Et même si elle était surement bien plus vieille que ne le laissait paraître son physique, Lune ne dérogeait pas à la règle.  Si à Galway la question qu'elle posa pouvait avoir un sous-entendu plus particulier, l'anthropologue l'avait entendu tant et tant de fois que cette interrogation la désespérait.
Ouais des trucs bidules avaient été sortis de terre, mais encore ? Rien de plus palpitant ? Rien de plus impressionnant ? Parce que sinon à quoi ça sert de se casser le dos huit heures par jour, d'avoir de la terre plein les ongles, les yeux et les cheveux et d'attraper des coups de soleil ou des courants d'air ? Non franchement, que les gens pouvaient être idiots ! A leurs yeux, remuer les vers de terre, ça ne sert à rien. Trouver des clous rouillés vieux de 2000 ans, ça ne sert à rien. Avoir des informations sur les animaux élevés et consommés par ses ancêtres, ça ne sert à rien. Comprendre comment et pourquoi des hommes et des femmes sont morts, ça ne sert évidemment à rien non plus. Après tout, ils sont morts. Que les gens sont idiots ! pensa-t-elle derechef.

Elle prit son temps pour répondre et le fit sèchement : " Je cherche la vérité, l'histoire, les faits ! "
Puis après un nouveau soupir, elle se força à se radoucir et continua : " Il n'y a rien à attendre de plus ; ce sont des fouilles tout ce qu'il y a de plus basique. Je suis là car on a fait appel à mes services. Ils voulaient la meilleure ; j'étais disponible, alors je suis venue. C'est tout. Et je ne trouveras là aucune réponse à toutes les questions concernant l'histoire de la ville et sa spécificité. "
Ça tombait sous le sens. Mais elle avait appris que ce qui tombait sous le sens pour elle n'était pas toujours aussi clair pour les autres. L'évolution de l'espèce humaine en différentes créatures ne pouvait relever d'aussi loin dans le passé. Sans quoi, au vu de la puissance de celles-ci, l'homo sapiens classique serait déjà mort depuis longtemps et la Japonaise au teint pâle aurait cette conversation avec une de ses semblables.

La scientifique devait admettre cependant une chose... qui n'avait rien à voir avec la conversation en elle-même et qui dépassait ses ressentis sur la perception étroite que les gens avaient de la science.
Elle avait froid. Même les bras croisés, les doigts coincés sous les épaisseurs de ses vêtements, la jeune femme sentait le froid mordre l'ensemble de son corps. Il était tard, elle était fatiguée et au vu de la saison, il était normal qu'à cette heure-là, les températures sont autant descendues.

" En revanche, si vous tenez à poursuivre cette conversation, je peux vous proposer de nous éloigner de cette forêt humide. Je loge à l'hôtel au bout de cette route. Ils ont un bar-restaurant et surtout du chauffage. "

Elle ne savait pas bien jusqu'où elle pourrait aller piocher des informations sur son interlocutrice tant celle-ci était peu encline à s'épancher sur sa vie. Mais chaque mot n'en était pas moins enregistré dans sa tête ; pour ce qu'ils valaient bien évidemment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Smith
Vampire
avatar

Messages : 66
MessageSujet: Re: La forêt   Mar 26 Nov 2013 - 22:30

La réponse de l’humaine ne plu en rien à la vampire, enfin surtout son ton. Bien sûr qu’elle cherchait les faits, la vérité comme elle disait. Elle n’était évidemment pas venue pour faire un tennis, les chantiers de fouille ne semblaient pas vraiment fait pour ça, du golf à la limite... La vampire avait vaguement l’impression qu’on la prenait pour une demeuré. Ce n’était pas pour lui plaire. Il pouvait y avoir de multiple raison pour ce genre de fouille, la gloire, l’argent, envie de faire un pied de nez à quelqu’un, ça pouvait être n’importe quoi ! Elle n’était pas dans la tête de l’humaine et n’avait aucune expérience sur le sujet mais connaissant les humains comme elle les connaissait, elle avait assumé, à tort semblait-il, qu’elle cherchait autre chose sur ce chantier.

La buveuse de sang écouta d’une oreille distraite l’humaine laissant son regard errer sur la ligne sombre des arbres, comme si elle cherchait quelque chose. Au bout d’un moment elle se rendit compte qu’elle avait impoliment ignoré son interlocutrice.

-Hum, tu disais ? J’ai arrêté d’écouté quand tu m’as pris pour une conne.

La vampire parut réfléchir un instant l’air d’écouter quelque chose que l’humaine ne pouvait pas entendre, avant de frapper dans ses mains.

- Ah, oui ! C’est ça. Non merci, j’ai déjà donné. J’ai pas très envie de me faire insulté parce que je ne respecte pas les standards, répondit-elle en montrant ce qu’elle portait.

Lune se détourna sur le point de partir avant de se retourner à moitié avec un grand sourire plaisant étirant ses lèvres.

-On ne s’est jamais vu, ok ? Si tu parles à qui que ce soit de ma présence ici, de quelque manière que ce soit... Je t’enverrais chacune des personnes qui ont jamais comptées pour toi en pièces détachées. Mais comme je suis pas suffisamment cruelle pour te faire plancher trop longtemps sur le remontage j’y joindrait une notice. Quoi qu’étant donné ton travaille t’en aura surement pas besoin, ajouta-t-elle en rigolant. Deal ? demanda-t-elle avec un sourire éclatant.

Elle pirouetta d’un pas sautillant, avant de paraitre s’évanouir dans la nuit comme si elle n’avait jamais été là. L’humaine avait cligné des yeux, ils le faisaient tous, ils étaient construit comme ça et cela lui suffisait pour disparaître en pleine vue.





[HRP: Désolé, c'est pas géniale mais je sens qu'il vaut mieux que ça se termine. Je commence à m'essouffler et je vois de plus en plus Lune se repaître du sang de Tamara. Quand j'arrive à ce point là c'est souvent que je commence à manquer d'idée. Merci, pour le rp.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: La forêt   Mer 27 Nov 2013 - 18:20

Prise pour une conne ? En même temps, la vampire récoltait ce qu'elle avait semé. Question bête, réponse bête. Peut-être un peu méchante, mais si elle avait pris la peine d'écouter la suite, elle aurait eu sa complète explication exprimée sur un ton plus posé. Si sa susceptibilité était aussi basse, ça devait lui poser des problèmes assez souvent. Certes Tamara n'était pas connue pour prêter attention aux sentiments des gens, mais la plupart des individus ne jouaient pas non plus de ronds de jambes pour toujours satisfaire leur auditoire. Enfin l'anthropologue la laissa dire ; le temps ne fait rien à l'affaire comme chantait un Français et finalement continuer une discussion avec une personne de cette acabit ne l'intéressait pas.

Lune lui prouva juste avant de s'évanouir dans la nature, aussi promptement qu'elle était arrivée, qu'elles faisaient bien de mettre un terme à leur échange nocturne. Son monologue venimeux de menaces ne fit ni chaud ni froid à l'Américaine. Si cette dernière avait du se terrer à chaque fois qu'on avait essayé de lui faire peur, elle serait bonne sœur dans un monastère isolé du monde depuis des années déjà.
Tandis qu'elle remontait en voiture, remettait le contact et laissait le chauffage refaire son office dans l'habitable, Tamara repensa à ses parents. Ils étaient les deux seules personnes ayant compté dans son existence. Jamais elle ne rangerait dans ce rôle ses ex ou ses professeurs bien que certains (dans l'un ou l'autre catégorie) aient été brillants. Même les quelques amis qu'elle avait n'avaient pas un statut bien particulièrement défini... dans son cœur dirait-on populairement.
Reprenant les paroles de la Japonaise, elle se demanda ce qu'elle ressentirait si son père ou sa mère lui arrivait par la Poste en parties distinctes et sanguinolentes. Serait-elle triste ? Ou serait-elle en colère ? Son pragmatisme lui serina qu'elle ferait surtout tout son possible pour leur donner d'abord une sépulture décente avant de chercher à faire valoir la justice. Elle sut que c'était la seule réponse. Son père avait failli mourir aujourd'hui et cela l'avait un peu chamboulé de l'apprendre. C'était un fait. D'imaginer que pire châtiment pouvait hypothétiquement arriver ne la traumatisa pas davantage. Après tout, il serait également mort.

Puis elle s'interrogea. Pourquoi l'inconnue souhaitait-elle rester dans l'ombre ? Qu'avait-elle à cacher pour qu'elle n'ait pas envie qu'une petite bonne femme, humaine et sans défense, ébruite le peu de l'histoire qu'elle lui avait confié ? Pour en venir à la menace, c'était surement important.
Dommage, un départ sans fioriture aurait moins éveillé la curiosité de l'anthropologue. Car même si elle avait trouvé son vis-à-vis étrange depuis le début, cette conclusion lui donnait envie d'en savoir davantage sur la vampire. Heureusement pour la connexion anatomique de ses parents, elle savait être discrète.


HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: La forêt   Lun 31 Mar 2014 - 20:58

Enfin James avait finis par quitter son fauteuil roulant. Il l’avait fait au prix de bien des efforts, mais enfin il pouvait se mouvoir. Malgré tout, il n’était pas totalement rétablie, d’ailleurs les médecin c’étaient montré assez optimiste, il ne retrouverait plus l’aisance d’avant. Maintenant James ne se séparait plus de sa canne. le cadeau de ses amis d’Harvard en plus de la lame et du mécanisme avait un tout nouveau rôle, celui de l’aider à se mouvoir.

Malgré tout l’anglais était ravi d’enfin pouvoir se déplacer sans faire buter contre des meubles, sans déranger les passants, ou encore cherchant bon nombre de détour afin de contourner les nombreuses marches de la ville de Galway. C’était fou comme une chose aussi anodine pouvait provoquer la joie de l’anglais. Et pour fêter cet évènement, l’Anglais avait décidé d’appeler Tamara, pour lui proposer une ballade! une ballade dans un lieu qu’il n’avait pu parcourir avant, un terrain non goudronné, jonché d’irrégularité, d’aspérité de branche, de terre et de nombreux caillou, une petite ballade en forêt!

C’était en début de soirée, et le professeur, boitant légèrement, s’appuyant sur sa canne, le sourire au lèvre était dans la plus agréable des compagnies pour une petite ballade champêtre.

«Tu vois, cette fois ci je t’ai prévenue, tu es la premier avec qui je fais un tour sans mes quatre roues. »

James avait un petit coté enfant, il était fier de montrer ses progrès à Juliet, en fait c’était la seule personne qui comptait à ses yeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: La forêt   Mar 1 Avr 2014 - 20:54

[HJ] Une Tamara s'est glissée dans la forêt à la place de Juliet    Peut-être qu'elle n'a pas son compte de lycan ? XD]


On lui avait toujours raconté qu'il fallait mettre des tenues voyantes pour aller se promener dans la forêt. Bon, ça n'avait pas été avantageux à toutes les petites filles des contes de mettre des couleurs mais la narratrice étant en pleine lecture de l'un de ces contes traditionnels, Juliet avait donc enfilé une chaude et confortable veste rouge à capuche pour sa petite promenade avec James.

Maintenant qu'il pouvait re-vagabonder comme il le souhaitait, elle n'allait pas louper l'occasion d'une balade en sa compagnie. Sa propre blessure au mollet était une histoire ancienne maintenant, bien plus que celle de l'Anglais, alors qu'elle avait été plus récemment infligée. Il fallait dire que c'était difficilement comparable...
Elle accueillait cette sortie avec un enthousiasme non dissimulé. Un peu d'air frais, aucun soucis en tête, pas même la prévision de celui qui consisterait à retrouver la voiture une fois la nuit tombée... et le "petit pot de beurre dans le panier" (oui je continue xD), la seule personne avec qui elle avait envie de passer son temps libre.

Elle lui répondit par un beau sourire. Elle était plus qu'enchantée de partager de nouveau des moments importants avec lui ; même si ceux qui étaient plus anodins étaient tous aussi précieux à son cœur.
Puis s'accrochant quelques instants à son bras, elle vint appuyer sa tête contre son épaule et lui glissa doucement : " Si tu savais comme je suis fière de toi... "
Il avait repris du poil de la bête, chaque jour davantage et s'était battu pour aller mieux. Ne plus avoir besoin que d'une canne une année après l'accident c'était fabuleux. Et comme il avait déjà l'accessoire avant cela, ce dernier ne prenait que son entière utilité pratique.

Elle l'embrassa rapidement. Puis d''un pas, elle se plaça devant James et lui fit face.
" On est partiii !! " déclara-t-elle mutine et enjouée en reculant doucement. Sortant et brandissant une petite lampe torche de sa poche, elle rit : " J'ai même pensé à ça pour la nuit ; vu comment nous sommes doués tous les deux ! "

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: La forêt   Dim 6 Avr 2014 - 19:50

James était plus qu’enchanté d’enfin pouvoir se mouvoir tranquillement avec Juliet. Certes il n’était encore très agile et sa canne était d’une grande utilité, mais se retrouvé debout comme ça était déjà un bien grand progrès, en plus Juliet lui avait dit qu’elle était fière de lui…
James était aux anges, sur un petit nuage. Il accueilli le baiser de la jeune femme avec enthousiaste, bien décidé à roucouler avec la belle demoiselle un petit temps, isolé de tous, dans cette endroit reculé et assez romantique.
James ne put s’empêcher de rigoler quand la jeune femme sortit la lampe torche. Il était vrai qu’ils n’avaient pas vraiment eu de chance et Juliet c’était montrée plus prévenante que lui en pensant à ce genre de détail. Le soleil n’allait pas tarder à se coucher, et autant les rayons orange-rouge traversant les arbres rendaient le lieu incroyablement beau, autant une fois que celui ci serait couché la situation serait plus compliqué et sans doute moins romantique. Heureusement James pouvait compter sur la jeune femme, qui semblait bien plus organisée que lui.

«Franchement je ne sais pas ce que je ferais sans toi! »

Même si James rigolait, il commençait sérieusement à se poser la question. Il avait l’impression que son sens logique, que sa capacité à réfléchir était totalement neutralisé, c’était la première fois que ça lui arrivait. Encore une fois l’anglais se sentait assez bête à même pas être capable de penser à des choses aussi simples.

Alors qu’ils marchaient tous les deux, l’anglais repéra une clairière, il fit un petit signe à Juliet, lui indiquant le lieu.

« Que penses-tu de t’installer un petit moment ici, avec moi? Je trouve le lieu assez joli, pas toi? »

Alors qu’il se dirigea vers la clairière, l’anglais jeta un petit coup d’oeil au ciel.

« En plus nous serons éclairé par la lune, je crois que ce soir elle sera pleine, un coup de chance nous n’auront peut être pas besoin de la lampe torche. »

James lui sourit à nouveau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: La forêt   Lun 7 Avr 2014 - 18:14

L'accessoire apporté par Juliet fut salué par l'Anglais ; on n'était jamais trop prudent. La nuit tombait toujours plus vite qu'on ne pensait et les sous bois recelaient de petits pièges falacieux notamment pour des jambes encore fragiles. Il plaisanta sur ce qu'il ferait sans elle ; elle se contenta de répondre par un sourire. Tout ce qu'elle savait, c'était que sans lui, elle ne serait que solitude. Mais aurait-elle pleinement conscience qu'il lui manquait quelque chose sans y avoir goûté ? Peut-on connaître la saveur d'un met sans y avoir croqué ? Peut-on associer une odeur sans jamais l'avoir sentie ? Tout ce qu'elle pouvait dire aujourd'hui, c'était qu'elle ne voulait plus avoir à se priver d'être heureuse. Et ce soir, elle l'était réellement et ce n'était pas de son seul fait.

" Ne te tracasse pas. Il faut bien que deux cerveaux valent mieux qu'un seul... ! Sinon tout le monde resterait seul dans son coin, sans jamais adresser la parole à quiconque. " plaisanta-t-elle. " Ça serait bien triste... "

Ils arrivèrent rapidement à proximité d'une clairière. Le professeur y proposa une halte qu'accueillit joyeusement la jeune femme. Non qu'elle soit fatiguée par le bout de marche déjà effectué mais parce que l'idée lui plaisait énormément. Nulle nécessité de superflus, d'artifice ; la clairière se suffirait à elle-même pour les accueillir tous deux. Cela serait toujours plus agréable de voir les étoiles, loin de la pollution lumineuse de la ville, qu'un plafond de verdure obscur et interminable au dessus de leurs têtes.

" C'est parfait ! " acquiesça-t-elle derechef en pénétrant pleinement dans l'espace ouvert au milieu des arbres.
La lumière blanche de la lune, bien ronde, éclairait déjà les lieux, donnant des allures fantasmagoriques aux arbres alentours. La forêt respirait la tranquillité et ce petit coin paraissait en être le point central. La nature s'était tue, petit à petit, soumise à l'arrivée progressive des ténèbres. A mesure que les rayons rouges orangés déclinaient, le couple était enveloppé par une magie nouvelle et saisissante de calme. Un peu trop calme pourrait dire les mauvaises langues : le calme avant la tempête ou d'autres expressions toutes faites de ce genre. Mais pourquoi parler d'ore et déjà de malheur et gâcher leur plaisir ?

" Tu as vu comme c'est beau ?! " fit l'Irlandaise en désignant la voûte étoilée au dessus d'eux. Son regard brillait comme celui d'une enfant. On ne discernait pas pleinement la luminosité de ces astres lointains, masqués par la blanche pleine lune bien plus proche ; mais la jeune femme n'en était pas moins heureuse.

" Viens ! "
Elle l'entraina à sa suite, un peu plus avant dans la clairière, et le fit asseoir à côté d'elle dans l'herbe. Là, elle se laissa basculer en arrière la tête venant reposer sur ses bras croisés. Une fois installée, elle continua :
" Je n'y connais absolument rien, mais j'aime ce spectacle. J'ai passé tellement de temps sans avoir le droit, la possibilité de les voir... J'essaye de me rattraper mais à Galway même, on n'y voit pas grand chose... "

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La forêt   

Revenir en haut Aller en bas
 

La forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt morvandelle
» [Gobelins des forêts] Les "Bones Basha"
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LES TERRAINS EXTERIEURS :: 
Forêt
-