AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Boutique des Douceurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar

MessageSujet: La Boutique des Douceurs   Dim 22 Jan 2012 - 13:29




« La Boutique des Douceurs »





Oyé, oyé, braves gens !
N'ayez crainte, approchez, et évadez-vous au paradis quelques instants. Savourez les plus exquises des pâtisseries, et goûtez les meilleurs vins & spiritueux de votre existence en vous installant confortablement à nos tables, ou alors emportez les avec vous pour profiter d'un peu douceur dans ce monde de brutes. Vous pouvez être sûrs que tout ce qui fera envie sera disponible chez nous, il vous suffit juste de demander.

Délicieusement vôtre,
Iesult Moran, Gérant.


Horaires d'ouverture: De 10h à 21h30, du lundi au samedi.



Dernière édition par Iesult Moran le Mar 7 Fév 2012 - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 26 Jan 2012 - 20:16

Ces derniers temps, on ne pouvait pas dire que le moral de Winnifred était au beau fixe : après que le Zombillenium a cramé comme un feu de paille, c’était au tour de la librairie dans laquelle elle avait trouvé un job de passer par la case barbecue, la replongeant encore au chômage…

Elle allait finir par croie à une sorte de malédiction, un mauvais sort destiné à l’empêcher de rester à Galway, car sans boulot son avenir dans cette ville était compromis, non pas d’un point de vue financier, car elle vivait chez son oncle et sa tante, mais d’un point de vue familial, car sans travail elle n’avait plus aucune excuse pour rester dans cette ville dangereuse, et depuis le siège de la ville et l’assassinat des Fondateurs sa mère n’avait qu’une idée en tête : éloigner sa famille le plus possible de cette ville maudite.

Pourtant, la jeune fille était persuadée que sa place était ici, que son avenir était étroitement lié à cette cité sans qu’elle puisse formuler clairement pourquoi, elle bataillait donc ferme avec le clan Finnegan pour continuer à résider dans le coin.

Winnifred avait décidé de souffler un peu dans sa course effrénée au petit boulot et de dilapider ses économies pour se faire du bien, car elle avait entendu parler d’une nouvelle boutique de sucreries dans la rue commerçante, pile ce qui lui fallait : des calories pour mettre du baume au cœur et à l’estomac.

Elle pénétra donc dans l’échoppe d’un air guilleret, la mine réjouie à l’idée de s’en mettre plein la panse.

Bonjour ! lança-t-elle à la personne qui se trouvait derrière le comptoir. C’est pour consommer sur place, je voudrais trois de vos gâteaux les plus chocolatés avec une boisson pour accompagner, bref le parfait programme pour une junky en manque de sucre !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 28 Jan 2012 - 11:04

Iesult MoranDepuis l'ouverture du magasin, Iesult avait été très surpris de constater que la boutique avait eu pas mal de succès, ce qui avait alors bien motivé le jeune homme, qui n'était au début pas très sûr de réussir, surtout dans cette ville étrange. Car en effet il avait pu remarquer que des choses spéciales s'y passaient, sans vraiment pouvoir comprendre ce que c'était. Par exemple, il avait rencontré certaines personnes au comportement spécial, et dont il n'avait pas réussi à percevoir leurs émotions...

Mais revenons à nos esprits, une cliente venait d'entrer dans sa boutique, juste avant l'heure de midi. Bizarre, se dit-il, mais passons.
-Bonjour ! lui lança t-elle, pleine d'entrain.
C’est pour consommer sur place, je voudrais trois de vos gâteaux les plus chocolatés avec une boisson pour accompagner, bref le parfait programme pour une junky en manque de sucre !
La jeune fille avait l'air assez jeune, dix-huit ans au maximum, mais malgré son apparence enfantine, Iesult crût percevoir au fond d'elle un profond sang d'encre.

Ce dernier lui adressa un joli sourire, avant de lui répondre:
-Bonjour Mademoiselle, en êtes-vous sûre? Ces pâtisseries sont vraiment très chocolatées, je ne voudrais pas que vous soyez malade...


Dernière édition par Iesult Moran le Dim 29 Jan 2012 - 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Dim 29 Jan 2012 - 15:46

Winnifred leva un sourcil interrogateur vers le jeune homme qui s’occupait de la servir. Etait-il sérieux ou bien s’agissait-il d’une blague ? La rendre malade, elle, pur spécimen irlandais élevé au Welsh et jeune fille de son temps perfusée à la junk food et autres snacks à l’huile de palme ?
Son estomac était une machine de guerre à toute épreuve capable de relever n’importe quel challenge.


Ne vous inquiétez pas pour moi, j’en ai vu d’autres, mettez-moi ce que vous avez de meilleur et vous gagnerez surement votre cliente la plus fidèle… Vous n’avez pas idée de ce qu’une fille comme moi est capable de faire pour une douceur digne de ce nom !

Elle leva les yeux pour observer l’intérieur de la boutique, qui lui semblait être flambant neuf. Un doute lui traversa l’esprit, elle jugea alors bon de demander :
Hmmm… Dites, vous êtes nouveau à Galway ou bien s’agit-il juste d’un nouveau commerce tenu par quelqu’un du coin ?

Les nouveaux commerçants de la ville étaient un peu comme les curés et les commissaires : au début pleins d’enthousiasme, ils avaient vite fait de déchanter ou de se faire démembrer et de disparaître brutalement du paysage, jusqu’à ce qu’ils soient remplacés par quelqu’un d’autre…
Mieux valait donc ne pas trop s’y attacher dès le départ afin de s’économiser des peines de cœur inutiles.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Dim 29 Jan 2012 - 20:05

Iesult MoranSuite à sa question, la jeune fille parût quelque peu interloquée, comme si Iesult l'avait alors blessée dans son égo. Il ne comprenait pas vraiment en quoi, en général une jeune fille se vantait d'avoir un petit appétit, non?
-Ne vous inquiétez pas pour moi, j’en ai vu d’autres, mettez-moi ce que vous avez de meilleur et vous gagnerez surement votre cliente la plus fidèle… Vous n’avez pas idée de ce qu’une fille comme moi est capable de faire pour une douceur digne de ce nom ! lui rétorqua t-elle, avant de continuer:
-Hmmm… Dites, vous êtes nouveau à Galway ou bien s’agit-il juste d’un nouveau commerce tenu par quelqu’un du coin ?
Il y avait de la fierté dans le voix de la première phrase de la jeune fille, avant que cette fierté se transforme en doute lorsque cette dernière lui demanda s'il était nouveau, elle semblait alors méfiante. Iesult ne comprenait vraiment pas les gens de cette ville, mais bon...
Tout en servant à la jeune brune un fondant, une mousse et un feuilleté au chocolat, le jeune pâtissier répondit à son interrogation:
-Je suis nouveau dans le coin, mais j'espère bien rester longtemps ici.
Il essaya de lui répondre d'un ton le plus rassurant possible, avant de continuer, en lui tendant les pâtisseries:
-Cela vous conviendra, où vouliez vous autre chose? Et pour la boisson, qu'est-ce qui vous ferait plaisir?
Iesult essayait alors de comprendre cette jeune fille, que voulait elle savoir en lui posant cette question? Certes elle aurait pu être anodine, pour parler, mais la façon dont elle lui avait demandé et ce qu'elle avait ressenti, comme une sorte d'inquiétude ou de mépris, lui prouvait que cela ne pouvait être qu'anodin.
Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Dim 29 Jan 2012 - 23:39

Winnifred regarda les petites friandises que le serveur lui proposa et les rangea machinalement sur son plateau de celui qu’elle jugeait être le plus léger (le feuilleté) au plus lourd (le fondant). C’est pas que, mais s’en mettre plein la panse demandait un minium d’organisation !

Non, pas d’autres choses, tout ça m’a l’air délicieux… Pour boire avec je prendrais bien quelque chose capable de soulager ma mauvaise conscience, avec un semblant de vitamines et pas trop de sucres… Vous auriez un jus d’orange ? demanda-t-elle en réfléchissant au fait que le mariage chocolat-orange était une alliance particulièrement heureuse. Oui, si elle devait un jour brûler en Enfer ça serait certainement à cause de la gourmandise, mais il y avait des plaisirs qui valaient bien qu’on endure les tourments éternels pour eux.

La jeune fille sortit son porte monnaie customisé de son sac en bandoulière, attendant qu’on lui annonce le montant de sa commande, et alors qu’elle fouillait avec une mine concentrée pour trier les euros, elle releva la tête pour demander :


Nouveau dans le coin hein ? Et… Vous avez prévu un plan spécial pour faire durer votre commerce vis-à-vis des habitants de la ville ou bien vous comptez juste y aller au feeling, comme ça… fit-elle d’un air soucieux. Ce jeune homme avait l’air si doux et si gentil qu’elle s’en serait voulu de ne pas l’avoir averti s’il venait à lui arriver malheur.
Mais bon, à Galway il valait mieux se méfier, si ça se trouve derrière cette façade de gentillesse se cachait peut-être un effroyable monstre ! Mais la jeune fille ne pouvait se défaire de l’idée qu’un homme capable de faire des pâtisseries aussi belles ne pouvait pas être fondamentalement mauvais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mar 31 Jan 2012 - 19:35

Iesult MoranNon, pas d’autres choses, tout ça m’a l’air délicieux… Pour boire avec je prendrais bien quelque chose capable de soulager ma mauvaise conscience, avec un semblant de vitamines et pas trop de sucres… Vous auriez un jus d’orange ?
Iesult acquiesca de la tête avec un petit sourire avant de se retourner pour servir à la jeune fille son jus d'orange. La façon dont la jeune fille tenait son discours sur les pâtisseries et comme elle en était fière amusait beaucoup Iesult. Tandis qu'il posait le récipient et appuyait sur le bouton pour faire couler le jus, cette dernière continua:
Nouveau dans le coin hein ? Et… Vous avez prévu un plan spécial pour faire durer votre commerce vis-à-vis des habitants de la ville ou bien vous comptez juste y aller au feeling, comme ça…
Tout en retirant la boisson à présent remplie et la tendant à la jeune brune avec une paille en supplément, Iesult lui répondit:
Eh bien non je n'ai rien prévu de spécial, c'est la première fois que je me lance dans l'ouverture d'un commerce, et puis je ne connais pas encore très bien la ville, mais je suis confiant pour le moment.
Le jeune homme tapota alors sur son écran pour calculer le prix de la commande avant de lui annoncer, toujours avec son sourire:
Ca vous fera neuf euros soixante-quinze, mademoiselle.
Décidément Iesult ne comprenait pas pourquoi la jeune femme s'intéressait tellement à son arrivée, et de comment il était renseigné sur les gens de la ville, bien que cela devait être plutôt par rapport au sentiment d'empathie qu'elle avait l'air de ressentir vis à vis de lui. Mais il ne préférait pas se mêler à tout ça, si quelqu'un avait quelque chose à lui dire, il lui dirait déjà, sinon il découvrirait bien par lui-même un jour ou l'autre, même s'il espérait que rien de grave ne se passait dans cette ville.
Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mer 1 Fév 2012 - 21:20

Winnifred réceptionna son verre de jus d’orange en souriant, contemplant son plateau comme un chef d’œuvre venant tout juste d’être achevé, puis entreprit de chercher la monnaie nécessaire pour s’acquitter de sa dette.
Elle déposa trois pièces de deux euros, deux pièces de un, trois pièces de cinquante cents et trois pièces de cinq centimes sur le comptoir, puis se saisit de son plateau avec la ferme intention d’aller s’assoir et de faire un sort à ces mignardises quand un élan de compassion la poussa soudainement à faire demi-tour.

Elle redéposa son plateau sur le comptoir, et demanda au vendeur d’un air sérieux :

Mais euh… Quand vous dites que vous n’avez rien prévu de spécial, vous voulez dire rien rien du tout ? Même contre les gens de la ville ? Vous vous êtes au moins un peu renseigné sur les gens de la ville, rassurez-moi… Non, ne me dites pas que vous vous êtes installé là sans rien savoir sur la ville de Galway, c’est du suicide !

L’inconscience et la désinvolture de certaines personnes l’étonnaient toujours, pour elle qui était native de la région et donc élevée dans la paranoïa la plus absolue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 2 Fév 2012 - 21:35

Iesult MoranIesult récupéra la monnaie que la jeune fille venait de lui déposer, vérifiant rapidement le compte avant de la ranger méticuleusement dans la caisse, la plaçant soigneusement dans les emplacements prévus à cet effet. Ce dernier regarda alors la jeune s'en aller joyeusement avec son plateau pour s'asseoir, toute réjouie à l'idée de dévorer ces belles pâtisseries, avant de faire demi-tour en sa direction, ce qui intrigua Iesult. Pourquoi revenait-elle à présent?
Mais euh… Quand vous dites que vous n’avez rien prévu de spécial, vous voulez dire rien rien du tout ? Même contre les gens de la ville ? Vous vous êtes au moins un peu renseigné sur les gens de la ville, rassurez-moi… Non, ne me dites pas que vous vous êtes installé là sans rien savoir sur la ville de Galway, c’est du suicide ! le questionna t-elle, visiblement très étonnée.
Iesult commençait alors pas mal s'inquiéter, pour tellement insister sur ce sujet, tout ne devait pas être très en ordre dans cette ville... Que voulait-elle entendre par "contre les gens de cette ville"? Que cachaient donc t-ils?
Pourquoi dites-vous cela? Non non je n'ai rien prévu, qu'aurais-je dû faire, pensez-vous? J'ai remarqué quelques petites choses étranges de la part des gens de la ville, mais rien de très affolant, je trouve...
Le pâtissier essayait alors de voir plus clair en la jeune fille, de détecter quelques émotions qui pourraient quelque peu l'aider à comprendre son discours, car il avait du mal à percevoir où elle voulait en venir. Cela l'intriguait tout de même...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Ven 3 Fév 2012 - 11:07

Nathaniel DuchannesFrom

Ouvrant la porte avec un tintement de cloche et Charlie à son bras, il la laissa passer avant lui. Il était déjà venu ici, alors que le patron n'était pas là. Il avait trouvé cet endroit charmant et les pâtisseries aussi. Bref, faisant son entré juste après Charlie, il remarqua Winnifred et lui adressa un sourire en guise de "Salut". Se faisant, il s'approcha d'une table, tira une chaise en invitant la jeune femme à s'asseoir. Poussant délicatement la chaise, il se dirigea vers l'autre pour s'installer en face d'elle.

- "Et voilà, très chère. J'espère que vous trouvez cet endroit agréable." dit-il en souriant.

Faisant signe au serveur, il décida de commander un Earl Grey et un beau morceau de Fraisier exposé sur le comptoir. Il s'en léchait déjà les babines. Toutes ces fraises, exposées là, de la crème fraîche et de la crème pâtissière, avec un glaçage tout aussi alléchant. Regardant Charlie, il attendait qu'elle commande.

- "Je me demande ce que vous allez prendre..."

On dit souvent que ce qu'on mange représente ce que l'on est... Quand on a un bec à sucre, on est tout amour... Enfin, ça c'est ce qu'il pensait. Ca le faisit rire intérieurement.

HRP : Désolé les premiers postes c'est pas trop mon truc ><


Dernière édition par Nathaniel Duchannes le Sam 4 Fév 2012 - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 4 Fév 2012 - 0:56

Charlie entrait la première dans la petite boutique, la bouille ravie, remarquant une cliente colorée et probablement ce qui devait être le propriétaire des lieux, un peu plus loin tout deux. Dickens s'assit sur la chaise gentiment tirée par Nathaniel et l'observa faire le tour de la table et s'asseoir à son tour.

Reposant son regard sur Nathaniel, elle lui sourit avant de refaire le tour visuellement de l'endroit.

- Oui j'aime bien cet endroit, j'ai hâte de voir ce que l'on peut y trouver.

Charlie curieuse, regardait ce que Nathaniel prenait et sourit en coin; du Earl Grey... c'était son thé favori, elle se souvenait lorsqu'elle était plus jeune, sa mère la laissait prendre quelque gorgées dans son thé, depuis elle n'avait plus jamais rien bu d'autre, par goût, mais aussi par nostalgie.

- Ce que je vais prendre ? et bien je vais étancher votre curiosité immédiatement, je prendrai une Earl Grey comme vous, mais avec une tranche de citron, ainsi qu'une verrine de Tiramisu.

Dickens se léchait déjà les babines, elle n'avait pas manger de petites douceurs du genre depuis la première nuit qu'elle avait passé à Galway et était impatiente d'étancher sa gourmandise...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 4 Fév 2012 - 15:50

Nathaniel DuchannesIl était content qu'elle trouve cet endroit à son goût. Se faisant, il lui sourit et se concentra sur les alentours. Il se demandait si l'homme en train de servir Winnifred était le gérant. C'était fort possible, après tout il n'était venu ici qu'une fois. Néanmoins, il avait goûté plusieurs pâtisseries et en avait repris chez lui, tellement elles étaient délicieuses ! Il fallait qu'il pense à ramener des cartes de visite au Bloody pour leur dire de conseiller les clients d'aller là-bas. Il faisait avec les endroits qu'il trouvait sympathique vu que la majorité du temps, môssieur passait ses après-midis à vagabonder dans les rues de cette belle ville.

A l'écoute de ce que Charlie avait commandé, il sourit. Elle aussi aimait le thé, l'Earl Grey qui plus est. Ce n'était pas réellement LE thé préféré de Nath' mais c'était un des thés qu'il préférait. Son thé préféré était un thé noir à mariant les parfums de la vanille, de l’amande et des pétales de souci avec une touche de boutons de rose. En général il y ajoutant du sucre et une pointe de lait - que voulez-vous, on ne renie pas ses origines Anglaises, même si elles ne le sont que de moitié. Lorsqu'elle évoqua le tiramisu, il se lécha les babines. Ca faisait des lustres qu'il n'en avait pas mangé ! Il allait prendre une part en sortant du magasin.

- "Et bien tout cela m'a l'air appétissant ! Vous avez bon goût, surtout pour l'Earl Grey. Partisante du thé, je présume ?"

Recevant ce qu'il avait commandé, il sortit trois cuillerées de sucre du pot et les laissa tomber dans sa tasse - la théière non loin de lui s'il voulait de nouveau se resservir - et laissa tomber une lichette de lait dans sa tasse. Mélangeant le tout, il louchait déjà sur sa part de Fraisier. Elle sentait si bon ! Tapotant la cuillère sur le bord de la tasse, il s'en servit pour prendre une bouchée de ce morceau de paradis qui se trouvait dans son assiette. Il lâcha un long "Mmhhh" et sourit à Charlie.

- "J'en ai rarement goûté d'aussi bons ! Voulez-vous goûter ?"

Il porta sa tasse à la hauteur de sa bouche et but une gorgée, attendant une réponse de la part de la belle blonde.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 4 Fév 2012 - 23:33

Gourmande, Charlie hocha de la tête, puis approcha sa cuillère du morceau de Fraisier alléchant. Prenant un tout petit bout qu'elle enfourna dans sa bouche rapidement, s'en suivit un petit miam d'appréciation. Remerciant Nathaniel, elle attaquait désormais sa pièce de résistance à elle, ne se privant pas de prendre une grosse cuillérée de Tiramisu qui, il fallait le dire, était délicieux, même si elle gardait une petite préférence pour celui qu'elle préparait elle-même avec des framboises et des bleuets, question de goûts tout simplement. Charlie n'était pourtant pas le moins du monde déçue et se désaltéra d'une bonne gorgée de thé au citron bien chaud. La majorité des gens soufflait dessus ou attendait que le tout refroidisse, elle l'aimait bien bouillant, une sensation vive et piquante dans la gorge qui venait la réchauffer jusqu'aux tréfonds de son être, c'était réellement une sensation réconfortante pour elle, venant calmer l'espace d'un instant, tous les petits soucis de sa vie mouvementée.

- Une partisante pure et dure, oui et vous ?

Revenant à la question posée plus tôt par Nathaniel, Charlie se souvenait de tous les thés qui devaient encore être entassés dans les placards de son géniteur, à Londres. Secouant légèrement la tête, elle chassait ces pensées qui la ramenait à son paternel, vraiment elle n'avait pas du tout envie de penser à lui aujourd'hui. Attrapant une autre cuillère, Dickens se mit à jouer inconsciemment avec la rondelle de citron qui flottait dans son thé chaud, l'immergeant, puis la laissant remonter à la surface doucement, répétant ce manège plusieurs fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Dim 5 Fév 2012 - 17:20

Nathaniel DuchannesIl regarda Charlie piocher une cuillère de son Fraisier et se délecta de l'expression sur son visage - qui indiquait clairement qu'elle trouva tout cela à son goût. Buvant une gorgée de son thé, il manqua de la recracher par le nez à l'écoute de sa réponse.C'était vrai, boire un thé encore bouillant n'était pas donné à tout le monde. Certains se serraient brûlés la langue, d'autres auraient soufflés, certains auraient attendus qu'il refroidisse quelques peu mais, tout comme elle, il l'adorait bouillant. Mettant un dernier morceau en bouche, il entreprit de lui répondre.

- "Pur et dur aussi ! J'adore le thé, je pourrais m'en faire à n'importe quel moment de la journée. Bien que mes origines Anglaises soient tenaces et que j'ai gardé l'habitude de mettre une goutte de lait dedans. Au fait, d'où venez-vous Charlie ?" demanda-t-il intrigué.

Se resservant une part de Fraisier, il appréhendait sa réponse. Il étendait un petit accent anglais bien qu'il ne sache trop d'où il venait exactement. Terminant sa tasse, il se resservit et remit la même quantité de lait mais avec une cuillère de sucre en moins. Il regardait Charlie jouer nerveusement avec sa tranche de citron. Avait-il évoqué un sujet qu'il ne fallait pas ? Il espérait que non. C'aurait été la meilleure. Certes, il avait repensé à son passé quelques heures plus tôt mais, ce n'était pas une raison pour que l'exquise demoiselle qui lui tenait compagnie se mette dans un état semblable au sien. Intérieurement, il croisa les doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Lun 6 Fév 2012 - 23:26

Winnifred scrutait avec attention la réaction du vendeur afin de déterminer s’il était susceptible de s’y connaître un minimum en matière de créatures de la nuit ou non : si c’était le cas, elle pourrait y aller franco, sinon elle devrait faire preuve d’un poil plus de tact sous peine de lui faire avoir une crise cardiaque ou de passer pour une folle furieuse.

Malheureusement, la deuxième option semblait la bonne, elle devait donc tenter d’expliquer façon « Guide de survie à Galway pour les nuls » la spécificité de la populace locale.
La jeune fille lança un regard un peu déçu à son succulent plateau qui lui faisait de l’œil, en soupirant *Bougez pas, j’arrive tout de suite* à l’intention de ses pâtisseries.


Comment dire cela… Heu… Pour formuler ça de façon plutôt claire, les habitants des Galway ne sont pas tous humains…
Un couple de clients fit son entrée, mais elle ne leur prêta pas plus attention que cela, plongée qu’elle était dans sa stratégie de coming-out « Coucou, les vampires et les loups-garous existent ».

… Je ne parle pas des animaux bien entendu, mais voyez-vous, certains habitants ont l’air d’être des humains normaux mais en fait ce n’est pas le cas, ce sont des créatures bien plus dangereuses, des prédateurs… Vous voyez ce que je veux dire ? demanda-t-elle d’un air un peu anxieux, appréhendant la réaction du jeune homme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mar 7 Fév 2012 - 18:22

Iesult Moran"Comment dire cela… Heu… Pour formuler ça de façon plutôt claire, les habitants des Galway ne sont pas tous humains…" lui répondit elle, une forme de mal aise, d'exaspération et de compassion dans la voix.
Iesult commençait à comprendre, même si n'en avait pas été sur, il s'était douté que certaines personnes de la ville n'étaient pas vraiment humaines, puisqu'il n'avait pas pu déceler en eux leur ressentiments. Il n'avait pas cherché plus loin, n'étant pas de nature très curieux, mais aurait dû tout compte fait s'y intéresser plus particulièrement, des fois où cela pourrait lui jouer des tours...
"… Je ne parle pas des animaux bien entendu, mais voyez-vous, certains habitants ont l’air d’être des humains normaux mais en fait ce n’est pas le cas, ce sont des créatures bien plus dangereuses, des prédateurs… Vous voyez ce que je veux dire ?" continua t-elle, sans attendre de réponse de sa part. Ce discours confirmait alors peu à peu ses pensées, et Iesult pensait pouvoir croire la jeune fille, celle-ci n'ayant pas du tout l'air mauvaise mais plutôt serviable. Il était très rare que Iesult se trompait, autant il commença à le questionner au sujet de ces habitants "louches".
"Je m'en était un peu douté, mais je n'ai pas voulu m'en mêler plus que ça, et je n'aime pas vraiment me mêler de la vie des gens. Néanmoins je pense que vous êtes quelqu'un de sincère, alors je vais vous croire, mais qu'entendez-vous par dangereux, du moins, comment les appelleriez vous?" lui demanda t-il, évitant de se faire trop entendre des autres clients entrés dans sa boutique, qui se faisaient servir par son collègue.
Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mar 7 Fév 2012 - 21:56

Le discours du pâtissier était tellement effarant qu’il fit ouvrir des yeux ronds comme des soucoupes à thé à Winnifred.
Pas se mêler à la vie des gens ? Mais ce type était débile ou complètement inconscient, voire même les deux ! Les créatures de la nuit elles ne se soucient jamais de se mêler étroitement de votre vie lorsqu’ils vous la retirent…

Elle tenta néanmoins de rester placide en relativisant : tout le monde ne pouvait pas avoir été élevé par une famille de psychopathes revanchards Galwegians depuis des générations dans la paranoïa la plus intense vis-à-vis des vampires et des lycans. Mais tout de même, il y avait bien un minimum syndical… Bref.


Ce que j’entends par dangereux ? He bien, comment dire… Ils tuent les humains ? commença-t-elle en faisant l’effort de peser chaque mot pour ne pas paraître trop mélodramatique… Ho, et puis au diable le drama, elle allait plutôt y aller franco parce que passer par quatre chemins était le meilleur moyen de se perdre !

En fait ce n’est pas tout à fait exact, il y a les vampires qui mangent les humains la nuit et les lycans qui les déchiquètent pour le plaisir les nuits de pleine lune, parfois même en dehors pour certains, il n’y a malheureusement pas de science exacte… Vous ne comptez pas rester ouvert en nocturne rassurez-moi ?
s’inquiéta la jeune fille, commençant à calculer mentalement combien de temps le commerçant était susceptible de survivre. En hiver avec la nuit tombant aux alentours de 17h, pas énormément malheureusement…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mer 8 Fév 2012 - 3:12

D'où elle venait... de partout en Angleterre en fait, mais Nathaniel devait vouloir savoir où elle était née et avait passé son enfance, où avait-elle vécu de façon stable, oui, très probable que ce soit plus approprié comme réponse.

- Et bien, je suis née à Blackpool, où j'ai passé mon enfance et une partie de mon adolescence, puis j'ai bougé pour aboutir à Londres.

Ah ! Blackpool...sa mère, sa solitude, sa cicatrice... prenant une gorgée de thé, Dickens plaça ses mains sur ses cuisses, sous la table, souriant au jeune homme, lui souriant en fait pour ne pas qu'il voit son trouble, sa noirceur à elle. Charlie caressait du bout des doigts la cicatrice longiligne sur son poignet, ressentent sa légère boursoufflure habillement dissimulée sous son tatouage, son ouroboros noir. Charlie avait l'habitude de cacher cette partie d'elle même, avec les années, elle s'était construit un épais mur d'apparat que personne n'avait encore percé; Dickens avait en effet cette capacité d'être tantôt un livre ouvert, tantôt aussi fermée qu'un bunker antiatomique.

- Ceci dit, moi je préfère mon thé noir avec une rondelle de citron, un peu hors de stéréotypes anglais parait-il.

Plaisantant là dessus banalement, Charlie ne s'en souciait guère à vrai dire, les stéréotypes étant fait pour être renversés et ne s'appliquaient pas aux minorités, habituellement.

- Et vous ? Je crois me souvenir que vous m'avez dit tout à l'heure être américain, pardonnez moi, mais pourriez-vous me rappeler d'où exactement s'il vous plait ?

Lâchant sa cicatrice, elle posa délicatement ses deux mains de part et d'autre de sa tasse de thé chaude, souriant toujours à Nathaniel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 9 Fév 2012 - 12:43

Iesult Moran"Ce que j’entends par dangereux ? He bien, comment dire… Ils tuent les humains ?"lui rétorqua t-elle, essayant de cacher son agacement, sûrement face à son ignorance, derrière une attitude sérieuse. Iesult était conscient qu'il devait être complètement décalé par rapport à ces gens, mais c'était sa nature, et ayant toujours vécu paisiblement, il n'avait pas l'habitude d'être méfiant.
"En fait ce n’est pas tout à fait exact, il y a les vampires qui mangent les humains la nuit et les lycans qui les déchiquètent pour le plaisir les nuits de pleine lune, parfois même en dehors pour certains, il n’y a malheureusement pas de science exacte… Vous ne comptez pas rester ouvert en nocturne rassurez-moi ?" continua t-elle.
C'était donc ça... Ces personnes pour qui il n'arrivait pas à desceller leurs émotions étaient soit vampire, soit des lycans... Cela sonnait bizarrement dans la tête du pâtissier, *des vampires, des lycans...*, même s'il avait quelques soupçons, il n'aurait jamais pensé avoir à faire à ces créatures. Comment réagir? Il n'allait pas se cacher, tout de même... Partir d'ici? Non, après tout l'argent et le temps qu'il avait investit, c'était impossible. Il fallait donc apprendre à vivre avec, et pour vivre avec, il fallait sûrement qu'il soit au maximum renseigné...
Après un petit instant sans répondre, il prit la parole:
"Excusez moi, j'ai un peu du mal à m'y faire... Mais vous, comment faites vous alors pour ne pas vous faire tuer? Et pour ce qui est de mes horaires d'ouvertures, si, j'avais l'intention de rester ouvert jusqu'au environs de vingt et une heure trente..., vous pensez que ce n'est pas judicieux?"
Il parlait toujours assez bas, pour éviter qu'on ne l'entende. Il se demandait alors si un des clients étant dans sa boutique pouvait être un de ces vampires et de ces lycans, mais étant à plus de deux mètres d'eux, il ne pouvait utiliser son don.

Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 9 Fév 2012 - 13:41

*Merde, je l’ai fait bugger* pensa Winnie devant le vendeur qui restait muet devant ses révélations. Il réussit finalement à surmonter son mutisme et à se reprendre, montrant quelques signes d’inquiétude, ce qui rassura la jeune fille : il n’était donc ni inconscient ni benêt, il lui fallait juste un temps d’adaptation.

Comment je fais pour ne pas me faire tuer ?
*Je fais comme Forrest Gump, je cours*
pensa-t-elle en son for intérieur, car sans son don d’hypervitesse elle y aurait déjà laissé sa peau, ce qui avait déjà failli lui arriver maintes et maintes fois… Mais pas question de parler de son aptitude à tout bout de champ ni de se montrer alarmante, car la panique est le pire ennemi de l’homme et lui fait faire des choses absurdes, il lui fallait donc montrer une attitude positive.

En fait l’important est surtout d’être bien documenté sur ces créatures pour pouvoir s’organiser, les identifier et au besoin se défendre.
Les vampires peuvent sortir dès que le soleil s’est couché, mais à priori votre boutique ne les intéresse pas trop vu qu’ils ne se nourrissent que d’humains… Pensez tout de même à installer un miroir rond dans un coin de votre boutique, vous savez comme ceux qui servent à surveiller les supermarchés, parce que les vampires n’ont pas de reflet. Ca vous permettra de voir tout de suite si vous en avez un parmi vos clients et vous pourrez l’avoir à l’œil !

Pour les lycans, c’est là que ça se corse… Ils deviennent dangereux les nuits de pleine lune, donc le bon réflexe est d’investir dans un calendrier lunaire fiable et de se barricader chez soi tous les 28 jours, mais il arrive que certains d’entre eux pètent les plombs en dehors de cette période, de jour comme de nuit.
Ce qui est complexe avec les lycans, c’est qu’il est plus difficile de les identifier, c’est pas comme les vampires, il ne suffit pas de sortir un miroir de sa poche…
Ils craignent l’argent parce que ça les brûle, mais il vaut mieux éviter de s’en servir parce que ça risquerait de les mettre en colère ! Heureusement, nous autres pauvres humains avons mis au point quelques gadgets qui peuvent s’avérer utile…


La jeune fille se mit à fouiller dans son sac en bandoulière où elle trimballait tout son arsenal et sortit un petit ustensile bleu qui ressemblait à une télécommande.

Thermomètre à infrarouge, annonça-t-elle en le montrant au vendeur, c’est un truc tout bête qu’on trouve dans n’importe quel magasin de bricolage. Le truc avec les lycans, c’est que leur température corporelle est plus élevée que celle des humains, autour des 40°C, tandis que les vampires sont toujours à température ambiante, et donc plus froids…
Si vous avez un doute sur la nature de vos clients, il vous suffira de pointer discrètement le thermomètre dans leur direction, ni vu ni connu… Tenez, je vous l’offre,
fit-elle en le posant sur le comptoir, prenez ça comme un cadeau de bienvenue. Vous voulez le tester tout de suite ? demanda-t-elle en désignant d’un geste de la tête, sans se retourner, le couple de clients qui se situait derrière elle. Rien ne valait les travaux pratiques !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 9 Fév 2012 - 17:08

Nathaniel DuchannesBlackpool, c'était pas loin de Manchester ça, non ? Nath' se rappela que son père adorait le foot et son équipe favorite était justement celle de Manchester. Il baissa les yeux, jouant avec une de ses mèches. Il n'avait pas toujours été le parfait petit garçon que son père voulait et ça avait mis une tension entre eux deux. Son père voulait qu'il soit sportif et Nathaniel lui, était un artiste - ce qui avait ravi sa mère. Tortillant encore plus sa mèche, il la fit retomber en un long tire bouchon qui passait outre le cul de la chaise.

- "J'ai vécu deux ans à Londres avant de repartir aux Etats-Unis. J'habitais chez mes grands-parents, tout près du Hyde Park. Lorsqu'ils sont tous les deux décédés, ils m'ont légués leur maison et j'y retourne de temps en temps. C'est un des seuls endroits au monde qui représente un "chez moi" pour moi. J'y ai mis toutes mes reliques, toutes les photos d'avant transformation... J'y ai même laissé mon plus beau piano ; un piano à queue Bösendorfer modèle 290. Enfin, bon, passons !"

Il prit une gorgée brûlante de son thé qui l'empêcha de penser encore plus. Il tendit discrètement l'oreille à la conversation entre le proprio et Winnifred. Apparemment, ça allait barder pour son matricule. Ils parlaient de comment reconnaître un lycan, et surtout que là, elle se pointait avec un beau thermomètre infrarouges. Il zappa carrément la remarque de Charlie sur le thé et joua de plus belles avec ses cheveux. Il termina son Fraisier, se resservit du thé et le bu, cette fois-ci, sans lait ni sucre, d'une traite.

- "Pardon ? D'où je viens ? Je suis né à St Louis dans le Missouri mon père y travaillait comme manager. Et du coup, ma mère pensait qu'on allait rentrer à Londres à temps pour pouvoir accoucher là-bas mais, finalement, non. Et après ma naissance, ils ont décidé de rester là."

Il jeta un rapide coup d'oeil vers les deux personnes se trouvant plus loin, puis reposa son regard sur Charlie, toujours aussi nerveux et le laissant transparaître quelques peu...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 9 Fév 2012 - 20:19

Iesult Moran
Spoiler:
 


Iesult avait alors écouté attentivement les conseils de la jeune fille, il était d'ailleurs étonné qu'elle s'y connaisse autant, car il pensait que ces créatures ne voulaient se mêler aux autres, et qu'elles restaient discrètes sur elles même. Il faut croire que ce n'était pas le cas. Malgré la "gravité" de la situation, Iesult ne put s'empêcher d'afficher son sourire habituel, sans doute car il appréciait la sympathie que la jeune brune avait de se faire du souci pour lui et comment elle accordait de l'importance à le mettre en garde. Le pâtissier avait alors noté dans un coin de son cerveau les conseils que venaient de lui donner la jeune fille, il aviserait plus tard sur les quels il mettrait en pratique. Ce qui rassura tout de même pas mal Iesult, c'est le fait qu'elle ne pensait pas que nombre de vampires, même avec ses horaires d'ouvertures, viendraient dans sa boutique pour consommer, c'était toujours un point positif.
La jeune lui tendait alors une genre de télécommande bleue, en lui expliquant son fonctionnement, précisant que c'était un cadeau et lui suggérant de l'utiliser tout de suite sur les autres clients. Le jeune homme la remerciait alors, un peu gêné de son offre, mais à la fois excité et quelque peu curieux de l'essayer.
"Je vous remercie, vous pensez que je peux l'essayer maintenant?" lui demanda t-il. Mais il n'attendit pas la réponse de la jeune fille, et pointa alors le plus discrètement la petit télécommande bleue en direction des deux clients. Quand il s'agissait de choses matérielles, Iesult se faisait alors très impatient et semblait alors revenu en enfance. Il appuya alors sur le gros bouton gris, qui vibra discrètement avant d'afficher la température: 39,8°, ce qui voulait dire qu'un de ces deux clients était un lycan, mais le pâtissier ne pouvait alors déceler le quel, il était un peu trop loin pour être précis. Peut être même que les deux étaient des lycans, qui sait? Il recula alors d'un pas, avant d'échanger un regard surpris mais satisfait vers la jeune cliente.

Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Ven 10 Fév 2012 - 22:35

Winnifred, curieuse, scrutait l’écran digital du thermomètre tandis que le pâtissier le pointait vers le couple de clients. Le verdict ne se faisait pas attendre, 39,8°C, il y avait donc au moins un lycan parmi eux, mais la visée n’avait pas été assez précise pour déterminer lequel des deux.

Pas mal pour un début, sourit la jeune fille avant de baisser d'un ton et de mettre sa main devant sa bouche d'un air de comploteur, mais vous verrez avec l’entraînement vous pourrez vous améliorer au niveau de la précision pour viser individuellement chaque client… Alors, à votre avis, c’est lequel des deux le monstre sanguinaire ? Le jeune homme qui essaie de draguer la blondinette ? La jeune fille qui cache derrière son faux air angélique une proie pour la prochaine pleine lune ? Ou bien carrément un couple d’affreux qui fomente sa prochaine tuerie ? C’est ça le soucis, on ne peut jamais se fier aux apparences, même le plus beau des sourires peut cacher le plus hideux des montres soupira Winnifred en détachant un bout de fondant au chocolat du bout des doigts et en le portant à sa bouche.

L’avantage c’est que là ils ont l’air calmes, donc il y a peu de chances qu’ils vous dévastent la boutique, mais si ça devait arriver il existe des moyens très efficaces pour vous défendre, vous voulez voir ? demanda-t-elle en désignant son sac en bandoulière du doigt. Ce banal sac d’adolescente d’une couleur indéfinissable gris-kaki-marron, informe, usé, rapiécé, tagué et badgé ne payait vraiment pas de mine, mais il renfermait pourtant un véritable arsenal.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 11 Fév 2012 - 17:13

Un chez soi... Charlie attendait toujours de se trouver un chez soi.

- Joli piano ! Vous ne vous plaisiez pas à Londres ? Je veux dire, vous y avez une maison à vous, seul.

C'est ce que la majorité des gens souhaitait, il lui semblait. Après, même si on lui avait offert une maison, Dickens n'aurait pas accepté, elle avait besoin de bouger, ne se sentant à sa place nulle part, se recherchant probablement elle même dans un sens. Peut-être que c'était la même chose pour Nathaniel, en fait probablement, Charlie avait eu la preuve plus tôt que Nathaniel avait eu du mal à vivre avec cette nature bestiale en lui et elle regrettait déjà d'avoir posé la question.

D'un coup Nathaniel semblait plus nerveux, Charlie ne comprenait pas pourquoi; les deux autres personne plus loin en était peut-être la cause ? Elle jeta un œil discret dans leur direction, sans rien remarquer d'anormal et revint à Nathaniel, un peu plus agitée toutefois, mais relativement assez calme. Tâchant de calmer leur petite montée de nervosité respective, Charlie se concentra sur leur conversation.

- Les États-Unis, c'est comme les stéréotypes qu'on nous présente ici ? Grosse bouffe, QI d'une plante verte et tout le tintouin ?

Charlie rit doucement, les stéréotypes, on y revenait toujours. Nathaniel n'avait absolument rien des stéréotypes Américains, heureusement, sinon elle n'aurait jamais accepter de passer une bonne partie de la journée en sa compagnie.

Charlie loucha une fois de plus vers l'adolescente et le jeune homme plus loin, se demandant si d'une quelconque façon ils pouvaient leur être une menace... Des vampires ? d'autres lycans ? Peut-être que Nathaniel ressentait ce genres de choses justement ? Attardant son regard doré sur eux, perdue dans ses pensées, Charlie se demandait si elle devait se méfier d'eux, ou si elle se fourvoyait horriblement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Dim 12 Fév 2012 - 14:40

Nathaniel DuchannesC'est vrai qu'il adorait son piano. Il donnerait beaucoup pour retourner à Londres et passer quelques jours là-bas. Après tout, qu'est-ce qui l'en empêchait ? Rien du tout. C'était décidé, les prochaines vacances, il partirait trois jours pour faire du rangement, pianoter et régler quelques affaires.
Si il ne se plaisait pas à Londres ? Si, bien sûr mais, il n'aimait pas trop rester trop longtemps au même endroit. Il avait beaucoup voyagé ces dernières années ; Amérique du sud, Europe, Asie et même l'Océanie. Il avait presque fait tous les continents. La maison n'était pas la seule chose que ses grands-parents lui avaient légué ; il avait aussi hérité de tout leur argent. Ils ne s'entendaient plus avec son père et il était leur seul enfant. Du coup, tout leur amour était allé à Nathaniel et il était devenu comme leur second fils. Son père avait mal digéré l'histoire de l'héritage et ils étaient encore plus en mauvais termes suite à ça. Bref pour en revenir au fait, ce n'était pas parce qu'il ne s'y plaisait pas mais il aimait voyager.

- "Merci et si, bien sûr. Je m'y plaisais mais, j'aime voyager et je ne supporte pas de savoir que à long terme je vais rester là à trucider des centaines de gens ; je bouge pour ne pas trop attirer l'attention. Le fait d'avoir une maison à nous ne signifie pas tout Charlie, il faut avoir la vie qui va avec, une motivation suffisante qui va avec. Ma motivation serait une femme, des enfants ou bien un petite amie mais, je suis un coureur de jupons qui une fois par mois se retrouve nu comme un ver le matin et le corps barbouillé du sang de plusieurs personnes. Je ne sais pas si une personne pourrait supporter que son chéri tue une fois par mois... Il soupira, lassé de sa condition mais l'acceptant tant bien que mal. Pas tout le monde ne peut être indulgent comme vous. Mais je n'abandonne pas et je continue de chercher cette personne."

Il termina sa tasse, fit signe au serveur lui demandant s'il pouvait lui amener un thé Sencha au citron vert avec une part de tarte à la rhubarbe. Il allait décidément se noyer dans ses habitudes Anglaises à manger sucré et boire du thé. Bec à sucre un jour, bec à sucre toujours !
Mais mine de rien, la belle blonde avait raison. Beaucoup de gens rêvaient de se poser, d'avoir leur petite vie bien à eux, de se lever tous les matins à côté de la personne qu'ils aiment ; c'est vrai, mais certaines personnes attendent et ne font rien pour que ça arrive. Nath' était un peu dans les deux catégories, sans trop savoir où poser définitivement le pied.

Les stéréotypes américains ? Définitivement. Les jeunes sont soit gros, soit aussi intelligents qu'une huître. C'était dingue comme il avait eu facile là-bas, à l'école. Non seulement il avait finit major de sa promotion mais en plus, c'est limite s'il décrochait pas le prix Pulitzer. Merci l'éducation Européenne qu'on dit ! Non, franchement s'il y avait bien quelque chose à refaire aux US c'était la nutrition et le système scolaire ; c'est déplorable.

- "Croyez-moi, c'est tout pareille ! QI de moule, malbouffe à tous les coins de rue... J'vous dis pas comme les blondes sont débiles là-bas. Il tenta de rattraper ses mots mais en vain... C'est pas ce que je voulais dire ! Enfin, elles sont pas très très intelligentes quoi... Désolé" dit-il en tapant sa tête contre la table.

Encore plus nerveux quand le serveur amena sa commande, il entendit un "Pas mal, pour un début" et un "monstre sanguinaire". Heureusement, de ce qu'il entendait, ils ne savaient pas qui était le monstre. Le monstre c'était lui. Il se maudissait intérieurement d'avoir traîné Charlie aujourd'hui à cette pâtisserie, surtout quand il vit la mine nerveuse et qu'il sentit l'odeur émanant d'elle. Versant un peu de lait dans sa tasse, puis suivit d'un peu de thé, il baissa la voix pour expliquer la situation à Charlie.

- "Ne vous en faites pas vous n'avez rien à craindre. Cette fille là-bas s'y connait en créatures surnaturelles. Elle est en train d'expliquer au gérant de la boutique - je suppose - comment distinguer un lycan d'un humain. Vu qu'on a une température corporelle plus élevée que la vôtre, on est facilement reconnaissable si jamais on utilise un thermomètre à infrarouges sur nous. Là, ils m'ont repéré mais heureusement pour mon matricule ils ne savent pas si c'est vous ou moi, ou alors les deux. Faites comme si de rien était." dit-il en souriant, conscient qu'il laissait transparaître sa nervosité sur son visage.

Il sirota son thé et manqua de le recracher en se rendant compte qu'il avait oublié le sucre. Trop amer à son goût. Il avala un bouchée de son morceau de tarte et mit deux cuillères de sucre, touillant dans sa tasse, histoire d'attendre la réaction de Charlie. Allait-elle éclater de rire en entendant ça ou bien allait-elle justement, stresser avec lui mais pas pour les mêmes raisons ?
Tant de questions et seulement un morceau de tarte pour y réfléchir. Il fallait vraiment qu'il arrête le sucre, ça lui donnait des accès de réflexion...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Boutique des Douceurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Boutique évènements
» La boutique de création de Musika {Ouvert}
» Warhammer 40,000 inter-boutique en février et mars 2011
» LA BOUTIQUE MAGIQUE
» Boutique de vente de peaux (canada)
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: MEMORIAL :: 
Archives
 :: Rps de la vieille ville
-