AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Boutique des Douceurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Ven 15 Mar 2013 - 18:43

Lisa Puccini"M'enfin, si ça peut te rassurer, Galway est un coin très riche en opportunités, bien plus que tu pourrais le croire. Des fois le destin te propose un plan que tu peux pas refuser ou auquel tu t'attends pas du tout et hop ! Le tour est joué."

La dernière phrase de Milicent donnait à Lisa matière à réflexion, et la jeune femme savait que cette réflexion pouvait amener à de nombreuses décisions – bonnes comme mauvaises. Lisa se servit dans le petit sachet en plastique de Milicent et mordit dans ce nouveau cupcake. Il était nourrissant et exquis. Saveur framboise. Juste ce qui lui fallait pour chasser plaisamment la faim qui avait commencé à la tenailler avec un peu trop d’insistance.

- Mon père voulait que je me perfectionne dans la science politique – mon talon d’Achille d’après ses propos. Mon père travaille à l’Ambassade Italienne de Dublin et il veut que je suive ses pas. Ce n’est pas tous les jours faciles d’être la petite poupée à son papa. Il veut me modeler à son image…

Une fois sa phrase terminée, Lisa Puccini s’arrêta de parler, laissant un silence s’installer. Ce n’était pas qu’elle ignorait son interlocutrice, mais simplement qu’elle laissait le temps à ses mots de s’intégrer dans les pensées de Milicent.
Un soupir profond franchit le rempart des lèvres pâles de Lisa - un soupir d'une extraordinaire sincérité, nue et authentique. Personne ne pouvait le deviner, exceptée elle-même ; mais il exprimait la lassitude du devoir, qui s'accumulait des années durant sans pour autant être capable d'ébranler sa dévotion.  

- J’aimerais bien que le Destin me propose un de ses plans comme tu dis… Qu’importe ce qu’il veut de moi… Peut-être bien que je trouverais dans ce plan ma voie, et non celle que mon père veut que je prenne… Et toi, qu’est-ce que tu fais dans cette ville ?
Revenir en haut Aller en bas
Milicent
Humain


Messages : 931
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 16 Mar 2013 - 9:16

Milie continuait de se régaler, comme à chaque fois qu'elle mettait les pieds dans cette boutique. Heureusement pour elle, ce n'était pas tous les jours qu'elle faisait ça, sinon la patronne aurait tôt fait de la bouffer ou, pire, de la virer sans ménagement si elle finissait par ne plus rentrer dans aucune de ses tenues.

Reposant sagement son gâteau, il ne fallait pas non plus s'empiffrer et elle voulait éviter aussi de mourir étouffée par une miette de cupcake, un mort pareille dans une ville comme Galway aurait franchement été pathétique, elle écouta la jeune femme avec attention, haussant un sourcil.


"De la science politique ? C'est quoi cette bestiole ? Et ton père c'est un peu un gars influent alors. Bosser à l'ambassade, c'est pas à la portée de n'importe qui. Tu viens d'Italie alors ? Ca fait une sacré trotte mine de rien. Et pour ce qui est de se faire modeler…. Si je peux te filer un tuyau, tu tomberas toujours sur des gens qui voudront que tu rentres dans un moule, que ce soit ton père, ton mec, ton chien qui aimerait que tu le sortes à telle heure et j'en passe. Si tu veux être la poupée de personne, c'est faisable mais ça a un prix…"

Finalement, elle récupéra son cupcake et mordit dedans avec appétit avant de reprendre, d'un ton toujours aussi léger.

"Le prix c'est qu'il faut du temps avant de pouvoir de se payer des cupcakes quand on veut…. sauf si on a un bon plan. Enfin, d'abord, faut savoir ce qu'on veut dans la vie, c'est pas à la portée de tout le monde."

Si elle n'avait pas inventé le fil à couper le beurre, Milie avait cette espèce d'intelligence, de chance insolente, de karma, appelez ça comme vous voulez, qui lui avait permis de saisir toutes les chances qui lui tombaient sous le coude et qui ne lui demandaient pas trop d'efforts pour mener la vie qui lui plaisait et, surtout, survivre à Galway depuis plusieurs années sans avoir jamais été bouffée par qui que ce soit. Et, pour une simple petite humaine, c'était mine de rien un sacré exploit.

"Tu serais prête à accepter tous les plans du destin ? Même ceux auxquels t'aurais jamais pensé ?"

Nan parce que, mine de rien, elle était plutôt jolie la petite Lisa, elle avait même un coté hautain sexy qui pourrait plaire au boulot. Et la patronne serait ravie qu'on lui ramène de la chair fraiche…. ou alors elle enverrait Milie bouler parce qu'elle aurait encore fait n'importe quoi mais ça, elle en avait l'habitude. Mais, petit à petit, cette idée saugrenue faisait son bout de chemin et, à la dernière question de Lisa, son visage se fendit d'un large sourire, de ceux qui lui permettait d'avoir une portion de frites gratos quand elle voulait.

"Moi ? Et bien… je suis un tas de trucs à la fois… je suis comédienne, confidente, masseuse, acrobate, étoile de mer un peu aussi de temps en temps… J'ai déjà été un léopard, une reine et je peux être un tas de trucs à la fois, tout dépend des limites de l'imagination des gens avec qui je bosse. Parce que tu sais ce que je fais ?"

Un temps de silence, comme pour ménager son petit effet et elle se pencha en avant, la mine complice.

"Je vends de l'amour… à un prix suffisamment dissuasif pour ne pas tomber sur des tarés et qui me permet de mener grand train quand j'en ai envie. Et je suis libre de faire ce que je veux."

Généralement, c'était le moment où les gens se rappelaient qu'ils avaient piscine, une vieille tante à voir ou une idiotie dans le même genre. Si Lisa pouvait faire une recrue potentielle, ce serait le moment décisif. Déjà, un bon point pour elle, elle n'avait pas appelé papa pour qu'il la rapatrie à Dublin. C'est bien qu'elle était prête pour une toute autre vie non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 16 Mar 2013 - 17:23

Lisa Puccini- La science politique ? En gros, ça consiste à étudier les processus mettant en jeu des rapports de pouvoir entre les individus… Rien de bien intéressant !

Lisa marqua une courte pause et Milicent en profita pour lui demander si elle venait d’Italie. Un sourire se dessina sur les lèvres pulpeuses de la jeune femme à la seule mention de son pays.

- Je suis née à Milan mais mon père a dû quitter l’Italie pour son travail lorsque j’avais à peine cinq ans. Ma mère a décidé de le suivre et en quelques heures, je me suis retrouvée dans une petite ville nommée Longford… beaucoup moins glamour que Milan !  

Une fois que Lisa eût terminé sa courte histoire, elle décida de questionner Milicent sur sa propre vie. Lisa et Milicent étaient si différents : tout les opposait. Milicent était tout simplement un courant d'air dans les vastes étendues Irlandaise, libre et sans attaches. Lisa, à l'inverse, trainait le passé de son père comme s'il s'agissait du sien. Elle œuvrait pour son père, alors que Milicent se laissait emporter par le courant de l'existence.
En cet instant précis, la jeune italienne se demanda réellement si ce n'était pas son interlocutrice qui avait raison. Raison de vivre comme elle le faisait.

Lisa ne put s’empêcher de rigoler faiblement en écoutant les propos de Milicent. Cette dernière ne voulait pas vraiment utiliser le terme exact de son emploi, mais Lisa l’avait bien compris. Milicent ne s’adressait pas à une néophyte, bien au contraire…

- Tu es donc une prostituée ? Tu n’as pas à avoir peur d’utiliser ce terme devant moi, tu sais. J’ai moi aussi à quelques reprises "vendu de l’amour". La vie de petite princesse à son papa est souvent ennuyante, donc à ma majorité sexuelle, j’ai plusieurs fois écumé les bars de Dublin à la recherche d’expériences nouvelles. Et une fois une femme a proposé de me payer… j’ai accepté.  Mais cela fait combien de temps que tu vis à Galway ?
Revenir en haut Aller en bas
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Lun 18 Mar 2013 - 19:29

Ca n'avait peut-être pas bien l'air intéressant mais ça avait surtout l'air d'être un truc d'intello. Milie n'avait rien contre les têtes bien évidemment mais, l'espace d'une seconde, elle lança un regard neuf sur la jeune femme, essayant de l'imaginer en train de dire des trucs vachement intelligents auxquels elle ne comprendrait que dalle. La scène avait le mérite d'être drôle, tout du moins selon les critères de la girl qui pouffa de rire à cette idée, sans bien savoir pourquoi.

Et puis, elle était contente, elle avait appris un nouveau mot aujourd'hui qu'elle devrait noter dans son carnet pour ne pas l'oublier, même si elle avait un sérieux doute quant à sa possibilité de l'utiliser dans un avenir suffisamment proche pour qu'elle se souvienne encore de son sens.


"Et ton truc de science pomachin, c'est censé t'amener à faire quoi au final ? Nan parce que bon, étudier un truc qui permet d'étudier d'autres trucs c'est vachement concept je trouve. C'est comme brasser du vent quoi."

Lisa évoqua brièvement son existence et Milie se sentit emplie de compassion à son égard. A sa place, si elle avait vécu 5 ans à l'étranger, elle en aurait fait toute une histoire, toute une fable même s'il s'agissait que de sa naissance. Les gens ne savaient pas voir le bon coté des choses, c'était tellement triste. Poussant un soupir à fendre l'âme, elle tapota la main de Lisa avant d'avaler tout entier le reste de son gâteau, la mine toujours aussi gourmande.

"J'aime pas le terme de prostituée, je trouve ça passablement réducteur. Mais ouais, c'est ce que je fais depuis mon arrivée à Galway en gros. Et ça remonte à euh… trois ans, trois ans et demi à peu près. Alors, ça t'a fait quel effet de te faire payer pour ça ? Et… tu serais prête à le refaire alors ?"

Un instant, Milie s'imagina que le coté intello sexy pourrait avoir un succès fou au QS. Surtout avec des petites lunettes de secrétaire cochonne, c'était un truc qui marchait toujours, preuve en était qu'elle avait elle-même dû en acheter une paire pour satisfaire ses clients. Si elles pouvaient en avoir une chair et en os, ce serait vachement plus simple quand même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Ven 22 Mar 2013 - 12:13

Lisa Puccini- La science politique est obligatoire si on veut embrasser une carrière de politicienne. Et comme mon père veut que je devienne ambassadrice, je dois exceller dans ce domaine.

Lisa soupira en son for intérieur. Le devoir... Ce mot, elle pouvait l'énoncer avec fierté ; mais un peu trop souvent à son goût, il pouvait se teinter de cette note désabusée et un peu dégoûtée, de qui en est l'esclave et non le champion. Lorsque le devoir devenait une chaîne et non une protection face aux tentations et à la lâcheté, de nombreuses questions pouvaient se poser. C'est pourquoi il était si vital parfois de se ménager.
Malheureusement, la jeune italienne appartenait à ceux qui ne pouvaient pas se permettre un tel repos, fût-il bref et concis.

Milicent évoqua son existence à Galway et en l’entendant Lisa se perdit dans sa propre réflexion.
Les démons de l'avenir et du passé lui donnaient l'impression de s'entendre comme larrons en foire tandis qu’elle s’interrogeait sur ses propres motivations. Cette soif de connaissance et de renommée, ce n'était pas pour elle qu’elle la désirait ; c'était pour sa famille. En ce sens, était-ce raisonnable ? "Tu le fais par amour" aurait-on pu lui dire. "Par amour d'eux ". Lisait s'était toujours flattée d’être une personne intelligente et indépendante du point de vue de sa réflexion, car après tout, c'était cela aussi qu’être noble. Pourtant, n'était-elle pas enchaînée par son devoir ? Lorsqu’elle regardait Milicent, avec cette pointe de condescendance en la fustigeant en son for intérieur de n’être qu'une femme qui ne savait pas où aller... est-ce qu'à ces moments-là, c'était Lisa qui avait entièrement raison ? Milicent allait où que le vent la menait, libre et indépendante. Lisa se souvenait qu'un jour on lui avait dit, de cette voix désabusée et en même temps heureuse qu'on parfois les hommes sur le seuil de l'au-delà, que "Vivre, c'est servir ; servir, c'est vivre". Sommes-nous tous esclaves ? Cette jeune femme qui rigolait en mordant dans son cupcake lui paraissait terriblement libre. Et pour cela ; elle l’appréciait de plus en plus. Peut-être devrait-elle se laisser tenter par la proposition de Milicent.

- La fois où je me suis faite payer pour avoir une relation sexuelle, je dois t’avouer que cela m’a quelque peu excitée. Et oui, je pense être capable de le faire à nouveau. Serais-ce une offre d’emploi que tu me fais ? ajouta Lisa en rigolant.
Revenir en haut Aller en bas
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 23 Mar 2013 - 20:16

La jeune femme se tapota le nez, la mine pensive. Elle ne mâchait pas ses mots et n'allait pas commencer face à une inconnue, de toute façon, elle ne risquait rien du tout et elle en avait l'habitude. Elle laissa donc échapper de sa petite voix flûtée.

"Ton père t'a envoyée là, ton père veut ça… et toi alors, tu veux quoi ?"

Intrusive Milicent ? Sans-gêne ? Absolument. Mais c'était aussi ce qui faisait son charme une fois qu'on y était habitué. En soit, la réponse ne l'intéressait pas particulièrement, autant être honnête, mais elle était curieuse. C'était inhabituel de voir quelqu'un qui semblait aussi dévoué à sa famille et prête à laisser sa vie de coté pour ça. En tout cas, c'était pas le genre de Milie, mais alors pas du tout.

Toujours est-il que les propos de la girl, ou alors son attitude allez savoir, semblèrent laisser Lisa songeuse, à moins qu'elle n'ait du mal à digérer son cupcake c'était tout aussi possible. En parlant de cupcake, Milie mordit allégrement dans le sien, le finissant en une bouchée et se tapotant le ventre joyeusement.

A la réponse de Lisa, son sourire se fit plus large et un éclat mutin brilla dans ses yeux tandis qu'elle se penchait vers elle, sur le ton de la confidence.


"Tu sais, c'est le moment le plus cool dans ce genre de boulot. C'est toi qui décide de combien tu vaux, qui décide quand et là, tu touches les deux trucs qui font tourner le monde, le sexe et l'argent. Tout le reste…"

Elle imita le bruit du vent tout en agitant une main dans les airs.

"C'est rien du tout, ça ne vaut pas la peine de se concentrer dessus. Ca disparait, ça se remplace, ça s'oublie. Tout ce qui compte vraiment en fait, c'est toi et la vie que tu mènes."

Avec une petite moue gourmande, elle dévisagea la jeune femme sans scrupules et haussa les épaules, l'air nonchalante.

"T'embaucher ? Ce sera pas mon taff. Par contre, je peux parler de toi si ça t'intéresse vraiment. Mais je te préviens, c'est pas un truc de princesses hein."

Un temps, puis.

"Alors ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mer 27 Mar 2013 - 18:29

Lisa Puccini- Ca va peut-être te paraître ridicule mais quand j’étais petite, j’ai toujours voulu devenir chanteuse… Oui oui c’est stupide ! Je voulais être une chanteuse hyper connue, mais bon, je n’ai pas encore eu l’occasion de convaincre un producteur… Je pense que ça restera un éternel rêve.

Lisa ne put s’empêcher de sourire alors qu’elle racontait son rêve d’enfance à une inconnue qu’elle venait à peine de rencontrer. Elle écouta les propos de Milicent en dégustant un nouveau cupcake. Le dernier se dit-elle.

" T’embaucher ? Ce sera pas mon taff. Par contre, je peux parler de toi si ça t'intéresse vraiment. Mais je te préviens, c'est pas un truc de princesses hein. Alors ?"

Lisa se mit à rire gaiement. Elle commençait à bien apprécier cette Milicent et travailler en sa compagnie ne serait sûrement pas un calvaire.
La jeune italienne s’adossa contre sa chaise en se passant les mains sur l’arrière de la nuque, rassemblant fugitivement ses cheveux. Ce mouvement avait-il été un moyen de soulager sa tension ou bien était-ce une parade de séduction, soulevant la poitrine, dégageant son visage, pour convaincre Milicent de parler d’elle auprès de son patron ?

- Je te serais reconnaissante si tu parlais de moi à ton patron. Et cela me permettra aussi de mieux te connaître… les lèvres de Lisa s’étirèrent pour former un magnifique sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Lun 1 Avr 2013 - 17:38

Chanteuse ? Voilà qui sonnait vachement plus cool que de faire de la politique ou tous ces trucs super barbants dont elle avait parlé. Milie trouvait même l'idée de connaitre une chanteuse plutôt cool d'ailleurs. Dressant un index qu'elle agita sous le nez de la jeune femme, elle répondit, le menton relevé.

"Teuh teuh teuh, je vois pas en quoi c'est ridicule. Enfin, sauf si t'as une voix de casserole, là d'accord ce serait effectivement pas la meilleure des idées je te l'accorde, même si on peut trouver un tas de chanteuses qui ont une voix pourrie et qui ont vachement de succès ! Bref, c'est pas le sujet, enfin si un peu mais pas complètement."

Mordant dans un énième morceau de gâteau, elle déglutit avant de reprendre, d'un ton de voix toujours aussi énergique.

"Rien ne t'empêche d'essayer si ? Tu es ici, t'as pas ton prof de je sais pu quoi, alors, qu'est ce qui te freine ? On te trouvera toujours un boulot d'appoint qui te rapportera largement de quoi vivre…"

Un clin d'œil complice à la réaction de Lisa quant à ses propos et la jeune femme l'observa avec une attention brusquement toute professionnelle. L'italienne était plutôt sexy, pas autant qu'elle, fallait pas déconner, enfin pas le même genre quoi, pas de concurrence en vue, tout irait pour le mieux. Sa venue au QS ne serait pas une gêne pour Milie dont la clientèle plutôt fidèle résistait à ses sautes d'humeur grâce aux multiples talents qu'elle leur avait prouvé depuis longtemps. Penchant la tête sur le coté, elle songea même que partager un client ne serait peut-être pas spécialement désagréable, même si elles n'en étaient pas encore là.

Se redressant, elle reprit, d'un ton plus sérieux.


"Alors, déjà, c'est une patronne. Détail qui a son importance. Elle a son petit caractère, mais si tu fais bien ton boulot, elle est juste et tu te fais pas arnaquer, ce qui est plutôt rare dans ce milieu. Par contre, si tu déconnes…"

Un haussement de sourcils qui voulait tout dire, avant qu'elle ne reprenne tout aussi sérieusement.

"C'est son business, on a eu des soucis y a pas très longtemps à cause d'une bande de tarés qui voulaient je sais pas trop quoi. Mais on s'en est sorties et le commerce est plus florissant que jamais. Si t'as pas de scrupules, tu peux vraiment t'en mettre plein les poches."

Se penchant vers elle après l'avoir dévisagée sans scrupules, elle continua, d'un ton plus complice.

"Et pour ce qui est de mieux se connaitre, ça pourra se faire ne t'inquiète pas. Mais après, tu pourras plus te passer de moi hein, je te préviens."

Se tapotant le nez, brusquement pensive, elle ajouta.

"T'as peut-être des questions non ? Avant que j'essaie de joindre la patronne pour voir quand elle serait dispo."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 4 Avr 2013 - 17:26

Lisa Puccini"Rien ne t'empêche d'essayer si ? Tu es ici, t'as pas ton prof de je sais pu quoi, alors, qu'est ce qui te freine ? "

- Qu’est ce qui me freine ? Il me manque, sans doute, des connaissances. Toi, tu connais quelqu’un ici qui serait intéressé par produire une jeune chanteuse ?

Lisa joignit ses mains sur la table et y posa son menton, écoutant avec intérêt les propos de Milicent sur sa patronne et son boulot. Le chauffage de l’établissement diffusait une douce chaleur propice à l’engourdissement, et la jeune italienne, quiète, aima à penser que la vie pouvait être belle et faite de simples choses en de pareil moment.

Le froid est comme un amant désagréable qui s'attarde alors qu'il aurait dû quitter la place des heures auparavant. Il s'insinue, vous colle à la peau, vous couvre d'attentions qui vous agacent. Son baiser fait frissonner de déplaisir, et s'il inspire autant de recul, c'est parce qu'on sait d'avance qu'il va être difficile de s'en débarrasser. C'est pourquoi la chaleur présente un tel visage, si aimable et hospitalier. Elle vous réconforte, vous apaise, chasse le souvenir de l'ingrat de votre tête pour venir vous plonger dans une somnolence enfantine. Mais c'est bien elle la plus mauvaise compagne. Le froid a le mérite de garder l'esprit alerte, sur le qui-vive. Il est pénible à supporter mais salutaire. La chaleur était à bien des égards une ennemie encombrante et dangereuse. C'était ainsi que le professeur de philosophie de Lisa lui avait appris à penser...

La jeune femme cilla cependant, retrouvant ses esprits qui lui avaient honteusement échappé.

"T'as peut-être des questions non ? Avant que j'essaie de joindre la patronne pour voir quand elle serait dispo."

Lisa se redressa et se gratta la tête à la recherche d’une question.

- Hum… les clients ce ne sont que des humanoïdes ? Et toi, personnellement, combien tu peux gagner par mois, environ ?
Revenir en haut Aller en bas
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Dim 7 Avr 2013 - 15:36

A sa question Milie se tapota le nez, songeuse. Elle ne connaissait pas de producteur non. Sinon elle aurait probablement usé de ses charmes pour le mettre à ses pieds, même si son talent pour le chant était à peu près équivalent à son instinct de survie, c'est dire. Par contre, elle pouvait avoir une petite idée qui pourrait avoir son utilité et, tandis qu'elle s'essuyait les mains pour se débarrasser des dernières miettes de cupcake, elle répondit, d'une voix joyeuse.

"Mmmmh alors j'ai pas ça en stock par contre j'ai une bonne copine passionnée de musique. Vous pourriez tet vous rencontrer à l'occas', échanger des tuyaux et je sais pas, elle connait probablement plus de gens de ce milieu que moi. Et puis… tu pourrais voir avec la patronne pour faire un spectacle musical sait-on jamais !"

Expliquant alors les détails qui pour la jeune femme pouvaient avoir leur importance, Milie babilla quelques instants sans être interrompue, espérant que Lisa faisait preuve d'une meilleure capacité d'attention qu'elle-même lorsque quelqu'un parlait trop longtemps devant elle. Bon, elle avait fait des études balèzes, ça devrait lui servir dans ce domaine. Personnellement, Milie avait tendance à perdre le fil quand elle avait un de ces fameux hommes d'affaires qui se mettait à parler de sa vie, de son boulot super passionnant ou de tout autre truc qu'il avait besoin de raconter pour se vider la tête.
Alors certes, c'était aussi une partie du boulot mais, pour être honnête, ce n'était pas la préférée de notre rouquine qui préférait de loin les aventures un peu plus palpitantes. C'était peut-être pour ça qu'elle avait été autant attirée par le vampire à bien y réfléchir, ou alors parce que c'était un super coup, c'était une option à ne pas négliger.


"Mmmmh alors pour les clients, ça dépend aussi de ta nature je pense. Perso j'ai toujours eu des humanoïdes comme tu dis si bien. T'sais, un vampire qui perd son calme pendant l'acte et qui te mord jusqu'à te vider de ton sang c'est pas forcément bon pour le commerce donc on évite quoi. Les lycans… le dernier qu'on a eu s'est transformé pendant l'acte et c'est grave parti en sucette. Depuis, je crois qu'on a pas eu de nouveau mais je peux me tromper hein. Ca te poserait souci ?"

A la question sur combien elle gagnait, le visage de Milie se fripa sous l'intensité de la réflexion. Elle n'avait jamais fait attention, du moment où il lui restait toujours de quoi acheter tout ce qui lui passait par la tête et que son petit pécule dans sa chaussette sous son matelas grossissait sans qu'elle ait à faire de sacrifices vestimentaires.

"Euh… bin… en fait je paie un pourcentage à la patronne et euh… en fait j'en sais trop rien. C'est toi qui fixe tes tarifs tu sais, alors autant j'ai des clients à qui je fais des prix, autant des fois je me gave… mais franchement j'ai jamais fait gaffe. Moi tant que je peux manger ce que je veux, dépenser plein d'argent dans de la lingerie de luxe et m'acheter des chaussures, je t'avouerais que j'ai jamais vraiment chiffré tout ça. Mais en tout cas, si je m'arrête de bosser je serais tranquille quelques mois sans bosser. Ca te donne une idée ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mar 7 Mai 2013 - 21:00

Les gateaux étaient terminés, au grand dam de la jeune femme qui, après moult soupirs et autres mimiques dignes de la tragédienne qu'elle se voulait être, se décida à en racheter pour les dévorer chez elle cette fois-ci. Elle avait donné suffisamment d'informations à Lisa pour que l'italienne se décide ou non à choisir le plus vieux métier du monde et Milie ne tenait pas à décider à sa place.

Après tout, elle avait beau être stupide, et un peu tête en l'air, la girl savait qu'on ne choisissait pas cette voie sans conséquences et que bien souvent, il y avait des nouvelles qui ne tenaient pas le choc. Peut-être qu'elles s'attendaient à autre chose, à un vieux remake tout pourri de Pretty Woman. Mais le fait était que le beau gosse riche joué par Richard Gere n'existait pas en vrai, si c'était le cas, Milie l'aurait déniché et épousé depuis longtemps. Oui, oui, elle aurait presque été prête à ça, dans un moment d'égarement cela allait sans dire.

Se relevant et sautillant pour arriver tout près de l'oreille de Lisa, elle lui souffla un
"tu sais où nous trouver lorsque tu seras décidée... je serais ravie de te montrer notre maison..." d'une voix basse et chaude qu'elle savait capable de plonger dans la plus totale des confusions lorsque l'on y était pas habitué, et elle glissa une de ses cartes de visite dans le tee-shirt de la jeune femme.

Un petit clin d'œil tandis qu'elle se dirigeait vers le comptoir, qu'elle faisait le plein et elle était partie pour de nouvelles aventures… ou plutôt pour une bonne soirée télé à se goinfrer devant un reality show quelconque. Et oui, Milie savait bien occuper ses moments de libre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Boutique des Douceurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Boutique évènements
» La boutique de création de Musika {Ouvert}
» Warhammer 40,000 inter-boutique en février et mars 2011
» LA BOUTIQUE MAGIQUE
» Boutique de vente de peaux (canada)
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: MEMORIAL :: 
Archives
 :: Rps de la vieille ville
-