AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Boutique des Douceurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Charlie Dickens
Humain


Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 11 Fév 2012 - 17:13

Un chez soi... Charlie attendait toujours de se trouver un chez soi.

- Joli piano ! Vous ne vous plaisiez pas à Londres ? Je veux dire, vous y avez une maison à vous, seul.

C'est ce que la majorité des gens souhaitait, il lui semblait. Après, même si on lui avait offert une maison, Dickens n'aurait pas accepté, elle avait besoin de bouger, ne se sentant à sa place nulle part, se recherchant probablement elle même dans un sens. Peut-être que c'était la même chose pour Nathaniel, en fait probablement, Charlie avait eu la preuve plus tôt que Nathaniel avait eu du mal à vivre avec cette nature bestiale en lui et elle regrettait déjà d'avoir posé la question.

D'un coup Nathaniel semblait plus nerveux, Charlie ne comprenait pas pourquoi; les deux autres personne plus loin en était peut-être la cause ? Elle jeta un œil discret dans leur direction, sans rien remarquer d'anormal et revint à Nathaniel, un peu plus agitée toutefois, mais relativement assez calme. Tâchant de calmer leur petite montée de nervosité respective, Charlie se concentra sur leur conversation.

- Les États-Unis, c'est comme les stéréotypes qu'on nous présente ici ? Grosse bouffe, QI d'une plante verte et tout le tintouin ?

Charlie rit doucement, les stéréotypes, on y revenait toujours. Nathaniel n'avait absolument rien des stéréotypes Américains, heureusement, sinon elle n'aurait jamais accepter de passer une bonne partie de la journée en sa compagnie.

Charlie loucha une fois de plus vers l'adolescente et le jeune homme plus loin, se demandant si d'une quelconque façon ils pouvaient leur être une menace... Des vampires ? d'autres lycans ? Peut-être que Nathaniel ressentait ce genres de choses justement ? Attardant son regard doré sur eux, perdue dans ses pensées, Charlie se demandait si elle devait se méfier d'eux, ou si elle se fourvoyait horriblement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Dim 12 Fév 2012 - 14:40

Nathaniel DuchannesC'est vrai qu'il adorait son piano. Il donnerait beaucoup pour retourner à Londres et passer quelques jours là-bas. Après tout, qu'est-ce qui l'en empêchait ? Rien du tout. C'était décidé, les prochaines vacances, il partirait trois jours pour faire du rangement, pianoter et régler quelques affaires.
Si il ne se plaisait pas à Londres ? Si, bien sûr mais, il n'aimait pas trop rester trop longtemps au même endroit. Il avait beaucoup voyagé ces dernières années ; Amérique du sud, Europe, Asie et même l'Océanie. Il avait presque fait tous les continents. La maison n'était pas la seule chose que ses grands-parents lui avaient légué ; il avait aussi hérité de tout leur argent. Ils ne s'entendaient plus avec son père et il était leur seul enfant. Du coup, tout leur amour était allé à Nathaniel et il était devenu comme leur second fils. Son père avait mal digéré l'histoire de l'héritage et ils étaient encore plus en mauvais termes suite à ça. Bref pour en revenir au fait, ce n'était pas parce qu'il ne s'y plaisait pas mais il aimait voyager.

- "Merci et si, bien sûr. Je m'y plaisais mais, j'aime voyager et je ne supporte pas de savoir que à long terme je vais rester là à trucider des centaines de gens ; je bouge pour ne pas trop attirer l'attention. Le fait d'avoir une maison à nous ne signifie pas tout Charlie, il faut avoir la vie qui va avec, une motivation suffisante qui va avec. Ma motivation serait une femme, des enfants ou bien un petite amie mais, je suis un coureur de jupons qui une fois par mois se retrouve nu comme un ver le matin et le corps barbouillé du sang de plusieurs personnes. Je ne sais pas si une personne pourrait supporter que son chéri tue une fois par mois... Il soupira, lassé de sa condition mais l'acceptant tant bien que mal. Pas tout le monde ne peut être indulgent comme vous. Mais je n'abandonne pas et je continue de chercher cette personne."

Il termina sa tasse, fit signe au serveur lui demandant s'il pouvait lui amener un thé Sencha au citron vert avec une part de tarte à la rhubarbe. Il allait décidément se noyer dans ses habitudes Anglaises à manger sucré et boire du thé. Bec à sucre un jour, bec à sucre toujours !
Mais mine de rien, la belle blonde avait raison. Beaucoup de gens rêvaient de se poser, d'avoir leur petite vie bien à eux, de se lever tous les matins à côté de la personne qu'ils aiment ; c'est vrai, mais certaines personnes attendent et ne font rien pour que ça arrive. Nath' était un peu dans les deux catégories, sans trop savoir où poser définitivement le pied.

Les stéréotypes américains ? Définitivement. Les jeunes sont soit gros, soit aussi intelligents qu'une huître. C'était dingue comme il avait eu facile là-bas, à l'école. Non seulement il avait finit major de sa promotion mais en plus, c'est limite s'il décrochait pas le prix Pulitzer. Merci l'éducation Européenne qu'on dit ! Non, franchement s'il y avait bien quelque chose à refaire aux US c'était la nutrition et le système scolaire ; c'est déplorable.

- "Croyez-moi, c'est tout pareille ! QI de moule, malbouffe à tous les coins de rue... J'vous dis pas comme les blondes sont débiles là-bas. Il tenta de rattraper ses mots mais en vain... C'est pas ce que je voulais dire ! Enfin, elles sont pas très très intelligentes quoi... Désolé" dit-il en tapant sa tête contre la table.

Encore plus nerveux quand le serveur amena sa commande, il entendit un "Pas mal, pour un début" et un "monstre sanguinaire". Heureusement, de ce qu'il entendait, ils ne savaient pas qui était le monstre. Le monstre c'était lui. Il se maudissait intérieurement d'avoir traîné Charlie aujourd'hui à cette pâtisserie, surtout quand il vit la mine nerveuse et qu'il sentit l'odeur émanant d'elle. Versant un peu de lait dans sa tasse, puis suivit d'un peu de thé, il baissa la voix pour expliquer la situation à Charlie.

- "Ne vous en faites pas vous n'avez rien à craindre. Cette fille là-bas s'y connait en créatures surnaturelles. Elle est en train d'expliquer au gérant de la boutique - je suppose - comment distinguer un lycan d'un humain. Vu qu'on a une température corporelle plus élevée que la vôtre, on est facilement reconnaissable si jamais on utilise un thermomètre à infrarouges sur nous. Là, ils m'ont repéré mais heureusement pour mon matricule ils ne savent pas si c'est vous ou moi, ou alors les deux. Faites comme si de rien était." dit-il en souriant, conscient qu'il laissait transparaître sa nervosité sur son visage.

Il sirota son thé et manqua de le recracher en se rendant compte qu'il avait oublié le sucre. Trop amer à son goût. Il avala un bouchée de son morceau de tarte et mit deux cuillères de sucre, touillant dans sa tasse, histoire d'attendre la réaction de Charlie. Allait-elle éclater de rire en entendant ça ou bien allait-elle justement, stresser avec lui mais pas pour les mêmes raisons ?
Tant de questions et seulement un morceau de tarte pour y réfléchir. Il fallait vraiment qu'il arrête le sucre, ça lui donnait des accès de réflexion...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Dim 12 Fév 2012 - 21:11

Iesult MoranLa jeune fille félicita alors Iesult de son premier coup, lui expliquant alors que vu que son tir n'était pas très précis, on ne pouvait savoir le quel des deux était un lycan, ou alors que les deux l'étaient. Le raisonnement du pâtissier était donc juste. Il esquissa un de ses jolis sourires, avant de jeter à nouveau un oeil sur les deux clients, inquiet de savoir s'il l'avaient remarqué ou non. Vu qu'ils ne firent rien de suspect, Iesult se dit qu'ils ne l'avaient sûrement pas remarqué, du moins il préférait le penser.
La jeune continua alors, lui demandant si il voulait à présent apprendre les trucs et astuces pour se défendre de ces créatures, désignant son vieux sac en bandoulière.

"Bien sûr, maintenant qu'on est arrivés jusque là, autant que je sache tout ou presque sur eux, et que je puisse me défendre un minimum, ou plutôt un maximum..." lui répondit-il, tout en acquiesçant de la tête.

Bien qu'étant un peu plus rassuré qu'il y a quelques instants, Iesult avait encore un peu du mal à croire à tout cela et restait tout de même quelque peu affolé. Ce dernier imaginait alors quelques scènes où il se retrouvait alors seul face à un lycan enragé, ou pire, un vampire assoiffé. Cette pensée lui fit froid dans le dos. Il se ressaisit alors, se concentrant sur la jeune fille, et attendant impatiemment qu'elle lui enseigne tout ce qu'elle savait sur ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mer 15 Fév 2012 - 21:45

Lorsque le serveur revint au signe de Nataniel, Charlie reprit une théière de thé noir à nouveau et écouta attentivement le jeune homme lui confirmer que, bien malheureusement les américains étaient, en majorité, en tout point comme on les décrivaient ailleurs. Elle manqua toutefois de s'étouffer avec la dernière gorgée de thé dans sa tasse lorsqu'il parla des blondes en des termes peu flatteurs. Au premier abord Nathaniel avait pu croire que c'était parce qu'il avait choqué Charlie, mais contrairement ce à quoi il aurait pu s'attendre, Dickens éclata de rire, l'écoutant quand même essayer de se rattraper. Elle passa une main dans ses cheveux, toute sourire, avant de le rassurer gentiment.

- Ne vous en faites pas Nathaniel, ce genre de ''plaisanterie'' ne m'atteint pas le moins du monde, après tout, on met le chapeau qui nous convient et celui de la blondinette sans cervelle n'est pas le mien.

Lorsque le serveur revint, Dickens s'affaira à se verser une autre tasse de thé, avant d'en engloutir une grande gorgée bouillante, fermant les yeux; c'était indéniable, elle adorait sentir cette boule brûlante descendre doucement vers son estomac. Ouvrant les yeux, elle vit rapidement que Nathaniel était très nerveux de nouveau. Cette fois pas question de paniquée elle aussi, mais tout juste avant de pouvoir lui demander ce qui n'allait pas, ce dernier s'en chargea comme s'il avait pu lire ses pensées.

C'était donc ça ? Une ado et un pâtissier qui savaient pour les êtres dans son genres et qui tentaient de l'identifier ?! Louchant à nouveau dans leur direction, Charlie ne retint pas un léger sourire, comme essayant de visualiser comment ces deux personnes pouvaient mettre Nathaniel dans cet état. Charlie se répéta néanmoins mentalement qu'il ne fallait pas se fier aux apparences, mais, son sourire s'agrandissait: une ado et un pâtissier, vraiment ?

Reposant son regard dans celui de Nathaniel, Charlie ne cacha en rien son sourire amusé et la disparition totale de sa légère nervosité passée. Avalant à nouveau une lampée de thé, elle déposa doucement sa tasse sur la table.

- Ne vous en faites pas Nathaniel, je serai plus naturelle que je le suis normalement.

Elle pouffa de rire à nouveau, frottant son front d'une main, rigolant à son si mauvais sens de l'humour.

- M'enfin, plus sérieusement, profitez donc de votre morceaux de tarte et de votre thé, je ne crois pas qu'il se passera une embrouille entre nous, on dirait plutôt un cours d'observation/identification et c'est tant mieux pour ce jeune homme, j'aurais bien aimé en avoir un lors de mon arrivée, moi aussi.

Un peu qu'elle espérait qu'il ne se passe rien de grave sinon elle se dirait qu'elle avait vraiment le don de se mettre les pieds là où il ne faut pas, mais bon, les deux autres semblaient aussi sages que Nathaniel et elle l'étaient, venant simplement siroter du thé et manger un morceau tranquillement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 18 Fév 2012 - 21:09

Nathaniel DuchannesLorsqu'il entendit Charlie rigoler, il poussa un soupir de soulagement. Au moins, il ne l'avait pas offensée. C'est vrai, après tout ce n'était pas sa faute si les blondes aux US étaient vraiment... Connes. Ca pouvait leur coûter quoi d'ouvrir un livre tous les jours et de lire de 2 à 3 heures ? Rien du tout. Nath' avait fait ça et il était sorti major de sa promotion... M'enfin, là-bas, c'était pas dur vu le niveau d'études. S'il y avait bien une chose à changer là-bas, c'était ça.
Toujours bercé mentalement par le rire cristallin de la belle blonde assise en face de lui, il se servit une tasse de thé. Il reviendrait souvent ici, pour acheter des pâtisseries, et du thé si possible. Souriant, il mit en bouche un morceau de sa tarte à la rhubarbe.

- "Tant mieux alors ! C'est vrai, chacun porte son chapeau, le mien étant celui d'un dragueur invétéré, quoi que les autres en disent. Et puis je pense que c'est à cause des Américaines si tant de stéréotypes sur les blondes existent, ce qui est vraiment déplorable car vous m'êtes d'une compagnie plus qu'exquise." dit-il en buvant une autre gorgée de thé.

Décidément il allait vraiment claquer une fortune, vu à la vitesse où il terminait son morceau, la prochaine commande, ce sera la tarte entière qui suivra ! Il gloussa légèrement et puis se racla la gorge, gêné, en remarquant ce qu'il venait de faire. Il ne regarda pas Charlie pendant quelques instants pour pianoter un air de Jazz sur la table.

Mon Dieu, il venait de se foutre dans un de ces merdiers quand même. Si Winnifred était dans les parages, ça allait barder pour son matricule. La dernière fois qu'il l'avait vue, elle l'avait traité de tarlouze et elle s'était acharnée sur Jack et lui. Bref, si elle était là, ça allait mal tourner, il le sentait.

Regardant la Charlie sourire, il se décrispa légèrement et toute la tension dans ses épaules s'envola. Elle prenait ça à la rigolade ce qui lui fit se rendre compte que c'était lui qui était trop sérieux... Il devrait un peu mieux s'occuper à l'avenir ; tout ce sérieux ne lui allait pas. Il rigola d'ailleurs à sa plaisanterie.

- "Je compte sur vous, dit-il en lui faisant un clin d'œil. Tout ce sérieux venant de ma part... C'est mauvais ! C'est juste que la dernière fois que j'ai vu Winnifred, elle me donnait l'impression de haïr les lycans... Du coup je pense que je suis resté sur la première impression. Qui l'aurait cru hein ?"

Buvant une autre gorgée de son thé, il regarda la jeune demoiselle aux cheveux multicolores. Maintenant il se rappelait d'un autre détail ; il l'avait draguée... Oups ?
Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Lun 20 Fév 2012 - 18:23

Le commerçant se montra intéressé par sa proposition, ce qui ne la surprit pas outre mesure. En toute logique, lorsqu’on vient d’apprendre que l’on pouvait potentiellement mourir dans des conditions atroces, on refusait rarement une opportunité qui viserait à nous protéger.

Alors là pour le coup je ne vais pas pouvoir vous montrer ce qu’il existe de plus offensif car je ne peux pas non plus trimballer l’artillerie lourde dans mon sac, mais j’ai sur moi quelques trucs défensifs qui peuvent toujours se ranger à portée de main en attendant d’être utile.

Elle posa sur le comptoir, tout en le gardant caché au creux de sa main un petit tube d’une dizaine de centimètres de hauteur qui avait tout du spray d’auto-défense classique.

Basique, mais efficace, il s’agit d’une bombe de défense au poivre classique que l’on a un peu amélioré en y ajoutant du chlorure d’argent et de l’eau bénite de façon à ce qu’elle pique tout le monde et plus particulièrement les vampires et les lycans.
Ça ne tuera personne, mais ça peut vous donner le temps de vous mettre à l’abri ou bien d’aller chercher du renfort, comme cette chose-là
, fit-elle en ouvrant son sac de sa main de libre et en montrant un pistolet électrique noir qui trônait par-dessus un impressionnant bazar.

Le taser différentiel permet de neutraliser un attaquant pendant plusieurs minutes si on sait s’en servir correctement : il possède 3 réglages qui correspondent à 3 voltages différents : le 1 est le plus faible et s’utilise sur les humains, le 2 est le voltage intermédiaire qui servira à sonner les vampires et les lycans sous forme humaine et le 3e voltage délivre une décharge suffisante pour paralyser un lycan transformé pendant plusieurs secondes.

En cas de doute il vaut mieux commencer par le 1 quitte à augmenter le voltage en conséquence, car le problème est qu’en cas d’erreur de jugement on pourrait facilement tuer un humain qu’on aurait pris pour autre chose…


La jeune fille avait parlé à voix basse, ne souhaitant pas faire profiter au reste du monde de son savoir. Si ça vous intéresse je pourrais vous rapporter une bombe défensive cette semaine, mais pas le taser parce qu’il s’agit d’une arme dangereuse qu’on ne donne pas à n’importe qui, on doit d'abord s'assurer que la personne est capable de s'en servir!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 25 Fév 2012 - 13:38

Iesult MoranLa jeune fille ne se fit alors pas prier et commença alors par lui sortir un espèce de tube, grand environ de la même forme qu'une laque, mais en plus petit. Elle lui expliquait alors qu'en ce petit tube bien pratique était une bombe au poivre, comme on pouvait en trouver un peu partout, mais légèrement modifiée car elle y avait ajouté du chlorure d'argent, qui était un bon répulsif contre les lycans, et de l'eau bénite, celle-ci faisant le même effet répulsif, mis contre les vampires. Néanmoins la jeune fille le mis en garde en lui précisant que cela ne tuerait personne, mais que cela ferait diversion quelques secondes histoire qu'il puisse prendre de l'avance ou aller chercher de l'aide.

Iesult trouva cela très intéressant, mais il fut encore plus intrigué par la deuxième objet que la jeune fille sortit de sa besace: c'était un genre de pistolet noir et jaune, couramment appelé taser. Cette arme aussi avait été quelque peu modifiée par la jeunette car elle avait à présent rajouté 3 différents voltages. Le premier correspondait à une décharge propre à un humain, le deuxième à celle d'un vampire ou d'un lycan sous forme humain, et le troisième à une décharge capable d'immobiliser pendant quelques secondes un lycan transformé. Le pâtissier trouva ces armes très bien pensées et réalisées et s'étonna de l'ingéniosité de la jeune fille. Elle lui prosa également de lui rapporter dans la semaine une bombe au poivre, mais lui expliqua qu'elle ne pouvait lui ramener un taser car ces armes ne pouvaient être manipulées que par ceux qui savaient déjà s'en servir car celui-ci était une arme mortelle.

"Vous êtes vraiment très ingénieuse, je trouve, comment vous sont venues toutes ces idées? Pour ce qui est du taser, je comprends tout à fait, et pour la bombe au poivre, je veux bien que vous m'en rameniez une, mais je vous la rembourserait, vous m'avez déjà offert le thermomètre, c'est déjà un présent de trop pour moi... Au fait, je ne vous ai même pas demandé comment vous vous appeliez, quel est votre nom? Je pense que je vous doit beaucoup, déjà!", lui répondit-il, le sourire aux lèvres.

Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Dim 26 Fév 2012 - 23:31

Winnifred eut sur le coup une idée pour sa nouvelle carrière : au lieu de perdre son temps à chercher des jobs sans intérêt, elle devrait monter son entreprise et devenir VRP pour les armes de self-défense humaine, à Galway il y avait moyen de se faire un bon petit pactole tout en contribuant à sauver un paquet de vies, que demander de plus ?

Comment me sont venues ces idées ? He bien je dois reconnaître que ce ne sont pas directement les miennes, ma famille est implantée depuis des générations à Galway, nous avons donc au fil du temps développé certains petits « trucs » pour survivre… Et ne vous tracassez donc pas avec des histoires de remboursement, le thermomètre c’est un cadeau que je vous fais de bon cœur, entre humains il faut se serrer les coudes, Winnifred, pour vous servir ! plaisanta-t-elle en inclinant la tête en guise de salutation. Et puis si votre conscience vous taraude vraiment tant que ça, vous pourrez toujours me remercier en pâtisseries… conclut-elle en faisant un petit clin d’œil au vendeur.

He oui, la jeune fille n’était pas folle, elle ne prenait pas non plus n’importe qui sous son aile ! Mais un chevalier du sucre lui méritait qu’on le protège un tant soit peu, et ce dévouement était tout sauf inintéressé.

Winnifred admira à nouveau son plateau de friandises qui l’attendait, se réjouissant d’avance en pensant à tout ce chocolat fondant sur sa langue… Sauf que malheureusement il y avait une ombre au tableau. Tout à l’heure, le thermomètre avait indiqué qu’au moins un des deux autres clients était un lycan, elle ne pourrait donc pas savourer sa collation l’esprit tranquille si elle n’avait pas le fin mot de cette histoire.

Juste un truc, fit-elle en tendant la main pour reprendre le thermomètre qu’elle venait d’offrir au commerçant afin de le repointer de façon assez peu discrète sur le couple de clients. Et zut, les chiffres ne mentaient pas, il n’y en avait qu’un des deux qui était un loup : l’homme…

He merde, j’aime pas quand ça fait ça, râla-t-elle en redéposant l’ustensile sur le comptoir, vous pensez que je devrais faire quelque chose, genre avertir la fille qu’elle risque de se faire bouffer ?
Je ne supporte pas ce genre de situation, soit je l’avertis et je risque de passer pour une andouille si elle est déjà au courant ou pire d’énerver l’autre bête, soit je ne dis rien et si je vois son portrait dans la rubrique nécrologique je ne me le pardonnerais jamais… Vous feriez quoi à ma place ?
demanda-t-elle d’un air désespéré au jeune homme. Oui, elle était consciente qu’il n’y connaissait pas grand-chose en matière de lycanthropie, mais en tant qu’ainé il disposait peut-être de la sagesse nécessaire pour l’aiguiller dans ce choix cornélien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mar 28 Fév 2012 - 3:24

Charlie sourit, un peu gênée au compliment que venait de lui faire Nathaniel et rougit quelque peu; Dickens n'était vraiment pas coutumière à ce genre de gentillesse. Il faudrait, à l'avenir, qu'elle se fasse moins sensible à ce genre de chose au risque de se faire avoir par les premières impressions, qui étaient souvent, les mauvaises...

Relouchant discrètement encore une fois sur les deux autres dans la boutique, Charlie se mordait la lèvre inférieur, tentant de tendre suffisamment l'oreille pour bien les entendre et peut-être capter quelque conseils du coup, qui pourraient lui être utiles si jamais elle se retrouvait une fois de plus dans le pétrin. C'était peine perdue, elle ne percevait que des bribes incompréhensibles de là où elle se trouvait, faisant une petite moue boudeuse, elle pianotait distraitement sur la table, comme Nathaniel avant elle, avant de se resservir une tasse de thé bien chaud.

Winnifred donc... c'était déjà toujours cela en plus, c'était toujours utile de connaitre des noms et de savoir à qui l'on avait à faire.

- Haïr les lycans ? Oh...

Charlie était muette, réfléchissant profondément: c'était ridicule, mais Dickens se demandait pourquoi la jeune fille, si c'était vrai, détestait tous les lycans... Sa mère lui avait appris à ne pas juger une majorité sur une minorité, comment peut on haïr tous les représentants d'une espèce ainsi ? Nathaniel n'avait pas l'air haïssable, elle ne le connaissait pas certes, mais Charlie déduisait que la jeune femme devait avoir eu de mauvaises expériences peut-être ? À bien y songer, si ça n'avait été de Nolan, Charlie se serait sans doute fiée à sa première impression des vampires, ce qui veut dire pas très positive. Dickens frissonna imperceptiblement, la douleur de la morsure de Llylewin lui revenant en tête. Touchant du bout des doigts doucement sa cicatrice, elle achevait sa dernière cuillérée de Tiramisu, souriant faiblement en constatant qu'elle n'avait plus pensé à cet incident depuis un petit moment déjà et pourtant elle en était restée marquée proprement dit et mentalement parlant...

Fixant son regard flouté sur Nathaniel, étant à des kilomètres plus loin, Charlie se demandait intérieurement si Winnifred n'avait pas raison, après tout, Charlie ne pouvait pas non plus juger une majorité sur une minorité... Ah ! Craindre ou avoir confiance, un dilemme qui allait certainement ennuyer Charlie longtemps, ici...

Soupirant, soulevant au passage une mèche de cheveux qui était en plein dans son visage, Dickens revint de ses débats intérieurs, l'air marmoréen, discutant plutôt unilatéralement qu'autre chose.

- C'est dommage, mais en même temps, qui sait si au bout du compte, elle n'aura pas eu raison pour son propre bien être. Je fais bien confiance à des lycans et à des vampires moi... adviendra que pourra...

Qui savait, justement oui ? Quoi qu'il en soit, Charlie ferait confiance ou non, à certain individus, comme elle le ferait avec les Hommes, certes il y avait probablement quelques précautions de plus à prendre peut-être, mais elle partait du principe que tout le monde avait droit à des chances égalitaires, après elle réajusterait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mer 29 Fév 2012 - 20:49

Nathaniel DuchannesCharlie sembla plutôt gênée sur le moment. Nath' ne faisait que la regarder, alors qu'elle tendait l'oreille en se mordillant la lèvre inférieur. Avait-elle seulement idée de l'impression qu'elle faisait sur lui ? Non pas qu'elle était mauvaise, au contraire, elle était carrément merveilleuse... Limite appétissante. C'était ce genre de mimiques qu'il adorait voir, celle qui disait "Hey, coucou ! Je suis grande physiquement mais intérieurement je reste une enfant !". Il sourit naïvement pendant quelques secondes et puis bu une gorgée de sa tasse de thé. Comme disaient les jeunes aux US, he's becoming nuts ! C'était le cas.

Elle s'étonnait qu'on puisse haïr les lycans ? Et pourtant... C'était pas nouveau. A sa connaissance, ça remontait à loin la haine envers les lycans. Un exemple ; l'affaire avec la bête du Gévaudan . On accuse à tort un lycan alors qu'un ours pourrait très bien être le coupable ! Malheureusement, il n'y avait et a toujours pas d'ours en France... Mais le fait est que, ça peut tout a fait être un autre animal qui en est la cause. Maintenant qu'il y réfléchissait, Charlie haïssait-elle les lycans et autres ? C'est vrai qu'il n'avait pas osé demander ou bien daigner regarder son langage corporel mais...

- "Et oui. Si vous voulez, il y a quelques temps, j'avais participé à un concours qui consistait en une chasse au trésor. Jack, un autre lycan, Winnifred et moi-même étions sur le même rafiot. Jack avait voulu prendre les commandes mais, dès qu'il a fait aller son nez, elle est partie au quart de tour... Enfin, en même temps elle avait raison mais le fait est que, ça s'est passé ainsi avec moi aussi. Du coup, je me suis demandé si elle avait pas un problème avec les lycans, ce qui s'est avéré juste."

Nathaniel posa instinctivement sa main sur son pectoral droit, sentant son coeur et la chaleur que dégageait son corps. Si chaud, presque bouillant comparé aux humains et aux vampires. Les soirs antérieurs et postérieurs à la pleine lune, c'était pire. Elle dépassait les 40°C, avoisinant les 41°C. Mais, pour en revenir à ce geste, c'était un tic dont il s'était rendu compte récemment. Et il n'était pas le seul à le faire, il l'avait remarqué chez beaucoup d'hommes, cette furieuse tendance à toucher leur muscle, comme pour se rassurer qu'il était toujours là. Fichu cerveau reptilien...

Mais soudain, la conversation avec le gérant de la boutique capta son attention. Tel un vrai chien, il releva carrément la tête et écouta tout attentivement. Une seconde il était plongé dans cette cascade noir de jais qu'était sa longue chevelure. Il privilégia son oreille droite et plaça ses cheveux sur la gauche, tout en les tressant d'une main habile. Pardon ?! Venir avertir Charlie ? Elle était au courant qu'il était un monstre, mais de là à croire qu'il oserait lui faire du mal ; jamais ! Même pendant les soirs de pleine lune, il était rare qu'il s'attaque à un humain. Cela arrivait mais le plus souvent c'était des animaux.

Il termina sa tresse, noua le tout avec une mèche de cheveux et la regarda. Coiffer ainsi, on avait tout le loisir d'admire son minois ainsi que ses yeux. Il regarda Charlie deux secondes avant de comprendre ce qu'elle avait dit.

- "Ouais. Mais une certaine catégorie de gens sont dur du choux ou bien ont les portugaises ensablées et ne changent pas d'idées. C'est comme essayer de prouver quelque chose que l'on a pas fait, c'est ridicule. Ca reviendrait à tenter le diable, et Dieu seul sait combien c'est dur !" dit-il en rigolant.

Après tout, quelques petite blagues ci et là ne feront pas de mal, non ? Quoique, dans certaines situations, mieux valait la fermer et ne pas l'ouvrir. Qu'est-ce qu'on disait déjà ? "Aime ton prochain" ? Ouais, bien faut au moins que ça soit réciproque pour que ça fonctionne correctement...
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 1 Mar 2012 - 2:02



Charlie regardait Nathaniel lorsque ce dernier releva la tête, bien droit sur sa chaise, Dickens n'était pas dupe, elle comprit ce qu'il était en train de faire lorsqu'il dégagea l'une de ses oreilles davantage que l'autre, geste tout à fait anodin certes, mais connaissant la nature de son compagnon de table, Charlie ne pouvait qu'envisager l'espionnage auditif à distance. Se calant contre le dossier de sa chaise, elle se laissa couler quelque peu, bien plus confortablement assise dans cette position désinvolte, elle étudiait le jeune homme devant elle, sourire en coin, jouant avec sa tasse lui faisant faire de petites rotations qu'elle stoppait en attrapant l'anse d'une main, puis de l'autre, du bout des doigts. Des gens avec des ollaires ? oh si elle en connaissait malheureusement et acquiesçait de la tête n'en rajoutant pas sur à ce sujet, souriant toujours malicieusement à Nathaniel, patientant avant de laisser sa curiosité lui arracher des aveux. Charlie reposa les yeux une dernière fois sur Winnifred et l'autre jeune homme avant de revenir au lycan, toujours confortablement posée à son aise le regard cette fois plus perçant cependant, arquant un sourcil et un sourire en coin toujours aussi espiègle au visage.

- Alors, Nathaniel, qu'avec vous entendu d'intéressant de leur côté ?

Désignant Winnifred et le possible propriétaire des lieux d'un petit coup de tête, Charlie immobilisa sa tasse de thé vide, la tapotant avec ses pouces, attendant de Nathaniel qu'il lui raconte ce qu'il avait entendu plus loin. Lâchant un peu sa rythmique improvisée sur la pauvre tasse de thé, Dickens s'affaira à remplir cette dernière avec le restant de thé dans la théière qu'elle avait commandé. Beaucoup n'aimait pas ce ''fond'', le trouvant trop amer, mais Charlie elle ne s'en plaignait pas, trouvant la saveur, agressante pour beaucoup, très stimulante pour les papilles. Elle en prit une grande gorgée, avalant quasiment la moitié de la tasse puis la reposa, appuyant son coude sur la table, venant ficher son menton sur son poing, souriant toujours à Nathaniel, se demandant ce qu'avait bien pu dire les deux autres pour que ça deviennent aussi intéressant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 1 Mar 2012 - 19:35

Iesult MoranLa jeune fille lui répondait alors que ces idées d'armes bricolées n'étaient pas totalement les siennes, mais c'était plutôt des choses que sa famille lui avait transmises, puis qu'elle avait développées. Malgré la "gêne" qu'Iesult avait manifesté à la jeunette sur ces moyens de défense qu'elle souhait lui donner, elle lui répliquait qu'elle refusait qu'il ne les lui rembourse, mais que s'il le souhait vraiment il pouvait toujours lui offrir de ses pâtisseries. Cela avait l'air de tellement réjouir la jeune fille qu'il ne pût qu'acquiescer cette espèce de marché. Et puis il lui valait bien ça, tout de même.

"Iesult, pour ma part" dit-il, toujours avec son petit sourire, en guise de présentation. Avant de continuer: "Ok pour vous payer en pâtisseries" sur un ton enjoué.

Alors que Winnifred s'apprêtait à commencer ses friandises et à Iesult de s'en retourner à son comptoir, elle reprit son genre de thermomètre et le repointa vers les deux clients, puis parut tout d'un coup contrariée. Remarquant sûrement son regard interrogateur, elle expliquait que seul l'homme était un lycan. Ce qui voulait dire que la fille n'était pas forcément au courant de ce que son compagnon était réellement. Et Winnifred se demandait alors si elle devait aller la voir pour la prévenir d'un éventuel danger, au risque de passer pour une débile si la fille était déjà au courant.

"Eh bien d'après moi, je pense que ce n'est pas très judicieux de se mêler de la vie des autres, mais bon, vu qu'ici c'est assez spécial et qu'on risque de se faire attaquer par des créatures spéciales, je pense que vous êtes tout de même mieux placée que moi pour en juger." lui répondit-il, quelque peu navré de ne pouvoir plus s'avancer à ce sujet.

Iesult était assez frustré de ne pouvoir utiliser son don dans cette situation car trop loin des jeune gens. S'ils avaient été plus près, il aurait pu essayer d'en savoir plus sur les intention de l'homme même s'il ne pourrait sûrement pas détecter son ressentiment vu que son don n'avait pas l'air de marcher sur les vampires ou les lycans..., ou de savoir si la jeune femme avait plutôt l'air confiante ou non.

Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Ven 2 Mar 2012 - 12:18

Winnifred se sentait fort embarrassée : Iesult le pâtissier n’éclairait pas franchement sa lanterne…
En gros, c’était à elle de se débrouiller avec sa conscience. Alors, allait-elle décider de ne pas se mêler de la vie des autres, ou bien de peut-être sauver la vie d’une innocente ?

Au fond, Winnie avait déjà décidé : cette demoiselle était la fille de quelqu’un, peut-être même la sœur ou la mère de quelqu’un, elle ne tenait pas à ce que d’autres familles soient brisées par un monstre, comme la sienne. Car non seulement elle risquait de finir en steak haché, mais aussi de se faire contaminer, imaginons qu’ils soient en couple et que le lycan se montre un peu trop fougueux au cours d’un suçon ?

Elle décida donc d’intervenir et de se la jouer discrète. Fouillant dans son sac, elle sortit un stylo-feutre et écrit soigneusement sur la serviette en papier qui se trouvait sur son plateau :


Petit mot sur la serviette a écrit:

Attention, votre voisin de table est un loup-garou, gare à ses dents !

Elle choisit ensuite la pâtisserie de son plateau qui avait l’air la moins collante, le feuilleté au chocolat, et l’enroula dedans.
On va bien voir si ça marche, lança-t-elle l’air pas convaincu au pâtissier avant de se saisir de son plateau et de se diriger vers le couple, offrant le feuilleté recouvert de la serviette en papier à la jeune fille.

Tenez, cadeau de la maison, fit-elle en souriant timidement avant de retourner s’installer à une table tout près du comptoir, attendant la suite des évènements en piochant quelques cuillerées de sa mousse au chocolat au passage. Il n’y a pas de mal à se faire du bien après tout !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 3 Mar 2012 - 18:25

Nathaniel DuchannesLa belle Charlie était perspicace ! Mais bon, quand on connaissait la nature de la personne avec qui on était et qu'on le voyait se comporter comme cela, il n'y avait pas trente-six-milles solutions. Il sourit et s'affaira à vider sa tasse pour, ensuite vider la théière. Le fond, c'était bon. Amer, dégueulasse, mais tellement bon. Lui il aimait se fond, en fait, non ; il aimait tous les fonds de thé. Il remplit la tasse jusqu'à ras bord et, voyant qu'il restait encore un un peu de ce liquide délicieux, il le bu directement au "goulot". Il regarda Charlie, sourit d'un air malicieux et se pencha vers elle. Son visage était à deux centimètres du sien, Nath' dégageant son odeur de citron et de romarin ; son odeur naturelle.

- "Ce que j'ai entendu ? Très bien. Alors Winnifred est en train de refourguer des armes de protection au proprio. Elle lui a filé un thermomètre à infrarouge, a mon avis pour pouvoir savoir s'il a affaire à un humain, un lycan ou bien un vampire. Ce qu'il faut savoir c'est que nous autres, lycans avons une température corporelle dépassant les 39°C. On est donc bouillants pour vous. Tandis que les vampires eux, ont le sang froid. Ce qui veut dire qu'ils auront une température ambiante. Elle lui a aussi donné une bombe lacrymogène, sûrement modifiée. Si c'est le cas, elle fera mal dans toutes les situations. Donc, elle lui a donné tout ça, tout en lui parlant d'un autre artéfact. Je n'ai pas très bien saisi lequel, sur ce coup-là, désolé. Par la suite, il a été question de pâtisseries et de remerciements. D'ailleurs elle hésite à venir vous prévenir que je suis un loup-garou. Elle lui demande conseil et..."

Il lança un regard de côté, ne bougeant pas d'un pouce. Elle était entrain de griffonner quelque chose sur un papier... La position dans laquelle il se tenait était plus qu'étrange. Il se pencha vers elle et souffla quelques mots :

- "Je suis désolé..."

Ses lèvres rencontrèrent la délicatesse ouateuse de celles de Charlie. Ce fut un long baiser chaste mais pourtant intense. La main de Nathaniel glissa délicatement vers la joue de la belle blonde et la chaleur bouillonnante que dégageait cette main vint se coller contre la tiédeur apaisante de Charlie. Doucement, il s'écarta, le visage pourpre et haletant. A ce moment même, Winnifred vint apporter une douceur "au nom de la maison". Toujours aussi pourpre, il bu toute sa tasse, maugréant intérieurement. Qu'avait-il fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Lun 5 Mar 2012 - 20:56

Charlie trouvait ce jeu amusant et Nathaniel s'y était prêté volontiers dès lors qu'elle le lui avait demander. Elle ne pouvait qu'envier cette particularité qu'avait le jeune homme de par sa nature différente à la sienne, cela aurait été idéale pour étancher la curiosité parfois envahissante de la jeune Dickens.

Lorsqu'elle le vit se pencher vers elle, Charlie ne bougea pas, même lorsque le visage de Nathaniel atteignit les, si près, deux petits centimètres de son visage à elle. Partagée entre un léger inconfort et un sentiment de défi inexplicable, Charlie ne bougeait toutefois pas, l'écoutant lui raconter ce qu'elle avait quémandé espièglement, légèrement mal à l'aise de cette proximité soudaine avec quelqu'un qu'elle ne connaissait qu'à peine, un homme. L'odeur personnelle de Nathaniel lui emplissait les narines, ce qui n'arrangeait en un rien le petit malaise grandissant en elle, faisant rougir légèrement ses joues. Dickens trouvait cela très intime, l'odeur des gens, pas les parfums non, leur odeur, c'était si propre à chacun, si personnelle justement, elle avait l'impression de faire irruption dans la bulle des gens et que ces derniers faisaient irruption dans la sienne, un certain mélange d'isolement et de timidité qui faisait que Charlie n'aimait pas être en contact avec ce qu'elle qualifiait d'intime chez les autres...

Ce qui l'acheva fut sans équivoque le baiser improvisé qu'elle reçu de Nathaniel. D'une part, parce qu'elle ne s'y attendait pas du tout, car après tout, ils ne se connaissaient que depuis quelques heures à peine, mais surtout, parce que c'était le premier baiser qu'elle recevait de sa courte vie. Les joues intensément empourprées, le regard fixe dans le vide, Dickens n'était plus aux commande, son esprit tournant à mille à l'heure, perdu, partagé entre de la colère et un trouble sans nom. Ne sachant plus où se mettre ni quoi faire, Charlie pâlie aussi rapidement qu'elle s'était empourprée, relevant un regard si expressif, plein d'interrogations vers Nathaniel, mais au même instant, Winnifred venait lui offrir un cadeau de la maison: quelque chose d'hyper chocolaté enroulé dans une serviette en papier. Charlie n'eut le temps que de souffler un faible merci troublé avant que la jeune fille retourne à la table qu'elle occupait plus loin avec l'autre homme.

Arquant un sourcil, malgré l'émoi que Nathaniel lui avait causé, Charlie se doutait néanmoins que ce n'était là pas cadeau désintéressé, aussi prit-elle le temps de l'examiner avec soin, le plus subtilement possible. C'est ainsi qu'elle repéra quelques lettres griffonnées au crayon sur la serviette, elle lu donc le message envoyé par Winnifred. Dickens releva son regard et le fixa sur la jeune fille un peu plus loin, redevenue calme, elle se leva tranquillement, un petit sourire en coin et se dirigea vers les deux autres. Elle ne savait pas pourquoi elle faisait cela, mais elle le faisait et allait le faire, c'était plus fort qu'elle, elle devait parler à cette Winnifred. Une fois arrivée à destination, Charlie leur adressa la parole d'une voix quiète.

- Je vous remercie, sincèrement, j'apprécie énormément le geste, mais je l'ai appris peu avant de venir ici, en sa compagnie, j'ignorais jusque là que cela existait à vrai dire, mais vous avez eu raison d'essayer de m'en avertir, croyez moi, mais j'ai vécu pire que de prendre le thé avec un lycan.

Elle éclata d'un rire non dissimulé, vraiment dit à voix haute, c'était d'un ridicule !

- Bref, je vous remercie encore une fois mademoiselle, c'était une excellente initiative.

Et Charlie le pensait réellement, elle était limite touchée, elle n'aurait pas cru que quelqu'un se serait soucié de si elle finissait six pieds sous terre, transformée en je ne sais quoi ou à l'hosto ici, elle n'y connaissait personne, et tous semblaient y aller pour leur gueule et rien d'autre. Dickens allait partir sur ces remerciements, mais revint lui demander quelque chose d'un peu...inusité pour la situation.

- Si jamais... vous pourriez m'indiquer où je pourrais me procurer ce genre de... gadgets défensifs, j'aimerais bien m'en procurer un, juste au cas où, après tout, ce n'est pas une rencontre heureuse qui en fera dix...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mar 6 Mar 2012 - 1:50

Iesult MoranLe jeune pâtissier regardait alors sans rien dire Winnifred s'emparer d'une serviette avant d'y écrire un mot. Tout de même curieux de voir ce qu'elle pouvait bien y avoir écrit, il se penchait vers elle pour y lire: "Attention, votre voisin de table est un loup-garou, gare à ses dents !". Cela fit sourire Iesult, mais qu'en penserait la jeune blonde ?
Emballant une de ses pâtisseries autour de la-dite serviette, la jeune fille se dirigeait d'un pas assez peu rassuré en direction de deux clients. Elle déposa le présent devant la jeune femme, prétextant un cadeau de la maison, ce qui fit sourire de plus belle Iesult. Malgré son jeune âge, Winnifred était quelqu'un de très avenant, ce qui avait l'air d'être assez rare dans les parages, d'après ce qu'il avait compris...

La jeune fille revenait alors ici, s'asseyant et piochant une cuillerée de sa mousse, tout en observant, comme le pâtissier, le déroulement de la scène. Tandis que Winnifred apportait son cadeau, le lycan avait embrassé la jeune blonde, qui avait parut bien embarrassée. Elle avait ensuite déballé sa pâtisserie et y avait bien sûr découvert le mot. La jeune blonde se levait alors sans dire mot à son compagnon, et se dirigeait en la direction de Winnifred et de Iesult, qui fut surpris de cette réaction. Allait-elle faire la morale à la jeune fille en lui disant que c'était impoli de se mêler de ce qui ne la regardait pas, ou allait elle la remercier de ce geste?

Ce fut la deuxième option qui le remporta; en effet la jeune blonde venait à sa rencontre pour la remercier de se préoccuper de son sort, et qu'elle avait su quelques heures plus tôt que son ami était un lycan, ne sachant même pas leur existence quelques heures plus tôt. La chose qui étonna également Iesult de prime abord, fut quand elle lui demanda s'il était possible de se procurer une de ces armes défensives que Winnifred avait présentées au pâtissier quelques minutes plus tôt. Mais à y réfléchir, ce n'était pas parce qu'on se baladait avec un lycan qu'on devait forcément lui faire confiance, et surtout faire confiance aux autres, comme la jeune blonde venait de le souligner.

Iesult restait alors là à observer les deux jeunes femmes discuter, ne sachant pas vraiment que dire ni que faire.



Revenir en haut Aller en bas
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mer 7 Mar 2012 - 23:09

Winnifred avait scruté la scène de sa table, quelques peu anxieuse, car elle ne savait pas comment réagirait la jeune femme, après tout peut-être s’emporterait-elle en considérant qu’elle avait insulté son petit copain ?
Quoique, à voir la tête qu’elle avait fait après que le lycan l’ait embrassé ça ne devait pas être son copain depuis longtemps, car elle avait l’air manifestement perturbée, et ce avant même d’avoir lu son petit mot… Peut-être qu’elle était juste pudique après tout ?

*Laisse tomber Winnie, c’est pas tes oignons, laisse-les se bécoter tranquilles s’ils veulent, c’est pas encore interdit par la loi !*

Alors qu’elle piochait à nouveau dans sa mousse au chocolat, elle vit avec surprise la jeune fille se diriger vers elle. A priori elle n’avait pas l’air fâchée ou en colère, ce qui était une bonne chose, mais pas surprise ni paniquée non plus, ce qui en était une autre. Peut-être ne l’avait-elle pas pris au sérieux et qu’elle allait lui conseiller de se faire soigner ?
Auquel cas elle serait obligée de se justifier, de lui expliquer que les lycans existaient pour de vrai, les vampires aussi, et pour cela elle devrait balancer de l’argent sur l’autre type pour qu’il se mette à fumer, ce qui l’aurait mis en colère, il aurait mis à sac la boutique, ce qui aurait mis Iesult en colère…

Mais heureusement rien de ce scénario catastrophe ne se produisit et la jeune femme la remercia de l’avoir prévenue, même si ça n’était pas nécessaire vu qu’elle était déjà au courant de la nature de son compagnon. Cette initiative fit grandement plaisir à Winnifred, qui avait depuis quelques temps l’impression d’être totalement inutile.


Mais heu… De rien, vous savez comme on dit mieux vaut prévenir que guérir, surtout que quand un humain se fait attaquer par un lycan il n’en guérit jamais de toute façon, alors autant se montrer solidaire entre pauvres homo sapiens ! sourit-elle. La demande qui allait suivre allait s’avérer surprenante, car elle n’avait encore jamais eu l’occasion d’aider deux néophytes en matière de monstres à s’équiper pour se défendre, alors deux dans la même journée…

Elle repensa sérieusement à sa reconversion dans la vente d’armement, puis sortit son agenda de son sac, y griffonna son nom et son numéro de téléphone, arracha la page et la tendit à la demoiselle :

Tenez, malheureusement ce genre de choses ne se trouve pas encore dans le commerce et c’est une fabrication artisanale pour le moment, mais si ça vous intéresse vous n’avez qu’à m’appeler demain, on pourra discuter des différentes options et se donner rendez-vous pour que je vous livre, ça ne serait peut-être pas très délicat de parler des façons de se protéger des créatures dangereuses devant votre… Winnifred lança un regard ouvertement dédaigneux en direction du jeune homme ami.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Ven 9 Mar 2012 - 21:57

Charlie suivit le regard de Winnifred vers Nathaniel, au moins elle n'avait pas cru qu'il était son petit ami... Elle se retourna vers la jeune fille, souriant, visiblement ravie que cette dernière lui propose un arrangement visant l'obtention d'un de ces petits gadgets défensifs. Comme Dickens l'avait dit plus tôt, bien qu'elle est fait quelque rencontre agréables, elle savait pertinemment qu'elle en ferait d'autres moins plaisantes et pas question d'être, une fois de plus, sans défense face à des êtres plus... solides qu'elle... Charlie prit donc le bout de papier que lui tendait Winnifred, l'enfournant dans une des poches de son jeans en prenant soin de ne pas le froisser plus que nécessaire.

- Merci, je suis heureuse de voir qu'il y a une certaine solidarité entre ''homo sapiens'' justement, je dois avouer que je commençais à croire que c'était chacun pour soit, malheureusement ! Mais je vous assure, si vous ouvriez votre petite boutique, je suis certaine que vous feriez un carton.

Charlie lui tendit la main afin de conclure sur une poignée de main amicale, souriant à Winnifred et Iesult.

- Merci encore, au fait je pense que la politesse voudrait que je me présente, je me nomme Charlie, enchantée, mademoiselle Winnifred, c'est cela ?

Un petit sourire timide au visage, Charlie ne voulait pas passer pour impolie ou indiscrète, elle aurait peut-être mieux fait de lui demander son prénom tout simplement , elle n'osait pas non plus lui expliquer que Nathaniel lui avait donné son nom puisqu'ils se connaissaient, etc, etc, au risque de réveiller les possible foudres de la jeune fille contre le lycan, bien que celui-ci le mériterait peut-être après son comportement de tout à l'heure.

Sur cette pensée, Charlie se retourna de moitié, regardant sa place qui l'attendait à la table qu'elle partageait avec Nathaniel. Pas que Dickens n'avait pas envie d'y retourner, enfin si un peu, mais plutôt elle appréhendait un peu le malaise qui allait s'installer entre eux deux. Pourquoi avait-il fait cela ? Avait-elle fait quelque chose qui aurait pu lui laisser croire qu'elle en avait envie ? Charlie était totalement étrangère à ce genre de choses, complètement novice en la matière et voilà que sans crier gare, on l'embrassait à qui mieux mieux ... La blondinette lâcha un petit soupire, puis se retourna vers Winnifred et l'autre jeune homme, l'air un peu plus grave, mais souriant néanmoins.

- M'enfin, merci encore, je vous appellerai dès demain.

Elle leur fit un petit signe d'au revoir de la main, puis se dirigea vers la table plus ou moins prête à faire face à la situation quelque peu gênante qui s'annonçait désormais à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnifred
Humain
avatar

Messages : 223
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mar 13 Mar 2012 - 19:17

Winnifred était quelque peu surprise de la tournure qu’avaient pris les évènements : à la base venue pour s’en mettre plein la panse son après-midi avait viré au coaching de self-défense pour humains noobs. C’était bien la première fois que ça lui arrivait, pourtant elle vivait à Galway depuis un certain temps…

Enfin c’était une bonne chose de faite, et c’est avec l’agréable sentiment du devoir accompli que la jeune fille termina sa mousse au chocolat. Cependant, alors qu’elle portait son ultime cuillère à la bouche, un détail lui revient en mémoire : comment la dénommée Charlie connaissait-elle son nom, alors qu’elles ne s’étaient jamais croisées et qu’elle n’avait pas lu le bout de papier avec ses coordonnées ?

Elle lança un regard suspicieux à la tablée voisine, se demandant si le lycan n’avait pas laissé trainer ses sales oreilles de monstre lorsqu’elle discutait avec Iesult… Alors qu’elle le fixait, un second détail vint la frapper : ce visage ne lui était pas inconnu, elle avait déjà croisé cet homme, mais où ?

Cela devait certainement dater du temps où elle travaillait au Zombillenium, mais elle y avait côtoyé tellement de choses et de créatures incongrues qu’elle n’arrivait absolument pas à le remettre. S’agissait-il de l’individu auquel elle avait mis une barrette Hello Kitty ? Du type qu’elle avait frappé parce qu’il lui avait mis une main aux fesses ?

Brusquement, une sensation de malaise s’empara de l’adolescente, ce flou artistique la mettait très mal à l’aise, le fait de se savoir assise à côté d’un lycan qui se souvenait potentiellement d’elle et pas l’inverse la gênait au point de ne plus avoir très envie de s’attarder.
Elle enveloppa donc son ultime pâtisserie dans sa dernière serviette en papier pour le déguster sur le chemin du retour – elle était déstabilisée certes, mais assez pour abandonner ce pauvre fondant à son triste sort – puis se dirigea vers la sortie.

Avant de retourner dans la rue, elle marqua une pause au comptoir pour saluer l’artisan
: Bonne fin de journée Iesult, et à très bientôt, la mousse choco était une tuerie, je vais vous faire une pub d’enfer !

La brunette aux cheveux roses poussa alors la porte d’entrée et repartit chez elle avant qu’il ne fasse nuit noire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Mer 14 Mar 2012 - 20:02

Nathaniel DuchannesNathaniel avait suivit la conversation visuellement, pour laisser un peu d'intimité aux deux jeunes femmes. A coup sûr, il imaginait Charlie remercier Winnifred pour quelconque chose ou alors la réprimander quelques peu. C'était dur de ne pas écouter deux personnes alors qu'on le pouvait, et ça c'était de la curiosité à l'état pur. Ne disait-on pas que c'était un vilain défaut ? Nath' avait toujours pensé qu'au contraire, la curiosité était un avantage si elle était utilisée à bon escient.
Sur le coup il se sentait comme un enfant qu'on délaissait dans une conversation alors qu'au contraire, si l'enfant sait de quoi on parle il peut être un interlocuteur comme les autres mais plus avide de savoir. Petit il s'était toujours senti comme ce petit bonhomme qui participait aux conversation des grands, au lieu d'aller jouer avec ses cousins/cousines ou bien ses amis. "Why so serious ?" comme dirait si bien le Joker !

Il regarda la belle blonde revenir vers lui et la détailla. Il le remarqua seulement maintenant mais ; du haut de son petit mètre soixante elle possédait une silhouette svelte et agréable au regard, deux lèvres bien charnues dont il avait eu l'immense joie d'y goûter et par dessus tout, ces yeux dorés... Tout cela assemblé pour former une femme fatale. Voilà comment on pouvait la décrire. Oh bien sûr qu'il avait remarqué qu'elle était fort timide mais elle était encore jeune et avait encore quelques années pour s'extérioriser. Si cela arrivait, Nath' accourrait le plus vite possible et lui ferait la cour, pour sûr !

Charlie s'assit et Winnifred s'apprêta à partir. Une fois cette dernière au seuil de la porte, elle le regarda encore une fois ; Nath' lui fit un grand sourire et un signe de la main en guise "d’au revoir". Il venait de remarquer qu'elle ne se souvenait pas de lui et cela le faisait rire.

- "Alors, cette parlotte entre filles ? C'était bien ? Dit-il en souriant. Il reprit un air sérieux et puis ajouta ; désolé pour tout à l'heure..."
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 15 Mar 2012 - 2:55

Charlie s'assit tranquillement, ne posant pas immédiatement les yeux sur Nathaniel, la jeune femme étant encore partagée entre de la colère et de la gêne. Après tout, ils ne se connaissaient pas, comment aurait-elle dû réagir ? Aurait-elle dû le gifler comme dans tous ces soaps qui passaient à la télévision ? Aurait-elle dû lui lancer une pluie d'injures ? Charlie n'avait pas envie de faire cela, non, il était resté ''respectueux'' tout de même malgré les circonstances, la décision aurait vite été prise s'il lui avait, comme on le disait communément, roulé une pelle... Le geste n'était certes pas acceptable, mais nécessitait-il une réaction virulente ? Charlie se promit que la prochaine fois, oui, cette fois elle avait été prise totalement au dépourvu, elle ne croyait pas intéresser les hommes en général et n'en avait jamais fréquenté un d'ailleurs, la possibilité que ce genre de choses lui arrive était quasi nulle dans son esprit, oui c'était tout simplement cela, prise au dépourvu par le premier baiser que l'on lui donnait de sa petite vie et sans raison apparente...

Charlie se passait la main sur le front, lorsque Nathaniel lui demanda comment c'était passé sa petite discussion avec Winnifred, Dickens releva son regard vers lui, un regard perçant et colérique, comment pouvait-il faire comme si de rien n'était ? Il avait donc l'habitude d'embrasser toutes les filles qu'il croisait ?! Charlie était sur le point d'exploser cette fois, prête à la lui donner sa réaction virulente, mais avant qu'elle ne puisse déverser son flot ardent d'injures, Nathaniel s'excusa... tout simplement et franchement. La colère retomba immédiatement et Charlie lâcha un long soupir, puis reposa un regard plus calme sur le jeune homme. Fronçant légèrement les sourcils, mordillant sa lèvre, elle essayait de le détailler, de comprendre, de le comprendre, elle ne savait pas trop... Après quelques longues secondes de silence, Charlie croisa ses bras devant elle et les posa sur la table, s'avançant quelque peut vers Nathaniel, se donnant inconsciemment une posture peut-être un peu plus dominante par rapport à la situation, continuant de le fixer de ses prunelles dorées.

- Nathaniel, je vous saurai gré de ne plus recommencer ce genre d'agissement à l'avenir.

Une simple phrase, dites sur un ton des plus serein, un visage grave, mais très calme, Charlie lui dit simplement le fond de sa pensée, à moins qu'elle en témoigne le contraire, c'était exactement ce à quoi elle s'attendait des gens qu'elle rencontrait et qu'elle ne connaissait depuis quelques heures: qu'ils ne l'embrassent pas sans prévenir. Mais la jeune femme voyait bien que ce n'était pas un mauvais garçon qu'elle avait devant elle, certes ils étaient passés par toute une gamme d'émotion en un très court laps de temps, ce qu'elle n'aurait pas cru possible, mais les choses étant ce qu'elles sont, Charlie, étrangement s'en réjouissait, elle vivait plus que jamais depuis qu'elle était à Galway. Loin de s'en plaindre, tout ce qu'il lui était arrivé, jusqu'à ce baiser inattendu, négatif ou positif, elle le prenait comme de bonnes expériences, des choses qui la feraient, éventuellement, mûrir par rapport à la vie et sa petite personne.

Détachant son chignon, Charlie passa sa main sur son front et la fit s'échouer dans sa tignasse, le bras à moitié en l'air comme cela, elle détourna le regard quelque seconde, puis revint le fixer sur Nathaniel.

- Cependant, vous êtes tout excusé, je ne sais pas si c'est ce que je devrais faire et ne pas vous gifler plutôt, mais je n'en aie pas envie et malgré ce que vous avez fait, j'ai passé un agréable après-midi en votre compagnie.

Détachant son regard une fois de plus, laissant retomber de longues mèches de part et d'autre de son visage, elle joignit ses mains et commença à se tripatouiller les doigts, un peu mal à l'aise tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Jeu 15 Mar 2012 - 18:42

Iesult MoranIesult avait donc regardé sans rien dire les deux jeunes femmes discuter de choses de défense et d'autres. Se sentant un peu à l'écart, il décidait de retourner près de son comptoir, qui se trouvait à quelques pas de là, tout en époussetant sa chemise. Cela fessait un petit moment qu'il ne l'avais pas fait, tiens. Son tic était-il en train de s'estomper ? Tant mieux, pensait-il.

Quand les jeunes femmes eurent fini d'échanger, la jeune blonde retournait auprès de son compagnon, et Winnifred à ses pâtisseries. Mais elle eut une réaction bizarre: elle s'arrêta quelques secondes de manger, observant le lycan posté plus loin, puis dévora d'un coup le reste de sa pâtisserie, tout en emballant l'autre dans une serviette. Qu'allait-elle encore faire ?

Finalement, elle se levait, remettait sa veste et son sac et s'en alla, lui lançant au passage un:

Bonne fin de journée Iesult, et à très bientôt, la mousse choco était une tuerie, je vais vous faire une pub d’enfer !

Il ne put pas lui répondre qu'elle était déjà dans la rue. Que lui était-il passé par la tête ? Il n'avait pas pu ressentir quelque chose, vu qu'elle était un peu trop loin pour ça. Cela l'intrigua mais bon, il lui demanderait la prochaine fois qu'elle revenait, enfin... si elle revenait. Elle avait eu l'air assez décontenancée, et il espérait que ce n'était pas de sa faute. Le pâtissier réfléchit un court instant à ses faits et gestes, mais ne trouva rien qui aurait pu faire fuir la jeune fille. Point positif: elle avait eu l'air d'avoir apprécié ses pâtisseries, et lui avait dit qu'elle allait lui faire de la pub, elle aurait bien pu mentit, mais n'avait pas l'air d'être son genre. Enfin bon.

Iesult regardait alors quelques instants ses deux autres clients présents, la jeune blonde avait l'air un peu contrariée et gênée, peut être à cause de leur baiser de toute à l'heure, car ils n'avaient pas l'air de sortir ensemble à son avis. Le lycan étant de dos, il ne voyait pas son expression, mais bref. Ne voulant pas les épier plus longtemps, il passa un coup de chiffon sur son comptoir et sur la table ou Winnifred avait consommé, et retourna dans la cuisine située derrière une porte, derrière le comptoir et retourna à ses pâtisseries après avoir prévenu son employé qu'il allait devoir assurer la caisse pendant qu'il était en cuisine.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Ven 16 Mar 2012 - 20:38

Nathaniel DuchannesNathaniel regarda le défilement d'émotions passer sur le visage de la belle blonde tout en défaisant sa tresse. Il l'avait faite pour écouter la conversation entre Winnie et le gérant mais aussi pour donner des vagues à cette douce et volumineuse cascade obscure. Il avait l'impression d'avoir de nouveau 16 ans, lorsque sa mère le réprimandait pour ENCORE dragué la fille de la voisine. A peu de choses près - le teint, les yeux et la couleur de cheveux - Charlie ressemblait à sa mère en disant cela. Il sourit et refit tomber cette masse de cheveux tout autour de son corps. Etait-il à l'aise ? Oui. L'était-elle ? Probablement pas... Pourquoi ? Après tout ce n'était qu'un baiser, enfin, un baiser qui a eu lieu le jour où ils se rencontrent et d'une manière aussi soudaine. Oui, c'était compréhensible mais en même temps il avait l'impression qu'il y avait autre chose derrière le malaise de la belle blonde.
Il suivait chacun de ses gestes, attentif, la tête penchée et fort canin. A croire que son loup déteignait sur lui ! Il regarda les longs cheveux d'ange retomber sur elle et son regard fuyant.

- "Promis. Cependant ne vous en faîtes pas, si vous m'aviez giflé vous n'auriez pas été la première. C'est souvent arrivé quand j'étais adolescent, ma mère m'engueulait à cause de ça d'ailleurs... Moi aussi j'ai passé une excellente après-midi avec vous et il reste encore quelques heures avant que le soleil quitte notre ciel pour céder quelques heures sa place à la lune. J'essayerai de me tenir en parfait gentleman, Charlie."

Et il était sincère en disant cela, mais en voyant Charlie se triturer les doigts nerveusement, il vit que quelque chose clochait. Quoi donc ? Etait-ce Nath' qui la mettait mal à l'aise ? Il n'avait rien fait de mal, c'est vrai. Ils avaient passé un début d'après-midi assez rythmé avec de la musique, puis les pâtisseries et enfin le... Mais oui ! Le baiser ! Ce pourrait-il que... Non ! Si ? Peut-être...
Il y avait des gestes que même les personnes le plus douées en self-contrôle ne pouvaient arrêter, même pas les vampire n'auraient pu arrêter un geste qui venait naturellement. Il prit délicatement entre ses mains les doigts de Charlie pour qu'elle arrête de les triturer, puis dans un mouvement tout aussi doux il vint les déposer à plat contre la table. Il plongea ses yeux lupins dans ceux de la belle blonde, inspira et son odeur de citron et romarin emplit les narines de Nath'.

- "Charlie, détrompez-moi si c'est le cas mais... Est-il possible que ce baiser soit le premier que vous n'ayez jamais reçu ?"

Puis soudain il enleva ses mains de celles de Charlie, se rendant compte qu'il avait gaffé. Il comprenait maintenant. On pouvait dire que ça pouvait être une journée assez... Gaffante ? Est-ce que ce mot existait seulement ?
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Sam 17 Mar 2012 - 2:56

Au moins c'était déjà cela, il se tiendrait tranquille d'ici la fin de la journée, donc plus de soucis pour une possible embrassade inattendue... mais bon elle commençait à mieux cerner le personnage, l'air de rien. Lorsqu'il se saisit de ses doigts, le sang de Charlie ne fit qu'un tour dans son petit corps, ne s'attendant visiblement pas à un contact physique aussi tôt, elle qui essayait de se reforger une certaine bulle personnelle, de se redonner un peu d'aplomb n'aimant absolument pas être déstabilisée de la sorte...

Nathaniel plongea son regard dans celui de Charlie, cette dernière cessa de respirer, paniquée par cet air soudainement sérieux, bon sang, qu'allait-il se passer maintenant ?! Ne pouvant détourner son regard, Dickens attendait avidement de savoir ce qui se passerait, sur le qui-vive, jamais elle ne s'était attendue à ce genre de question... Les joues plus pourpres que le pourpre lui-même, Charlie resta figée quelque seconde, ne sachant plus quoi dire, ne sachant plus quoi faire, pétrifiée de gêne, aussi stupide était-ce. Baissant vivement la tête, laissant un épais rideau blond venir couvrir sa bouille rougie, n'osant plus relever la tête pour l'instant. Pour le coup, essayer de se redonner de l'aplomb après ça allait être dur dur... Elle avait été grillée en un rien de temps, pourtant, c'était si évident ? Charlie, elle, ne savait honnêtement pas, peut-être... probablement en fait, s'il l'avait deviné avec autant d'aise. Hmphm, génial, devait-elle en rougir ? en être fière ? Bon sang...

Passant une main sous ses cheveux, venant frotter son front, Charlie tentait de trouver une solution à la situation dans laquelle elle se trouvait, bien malgré elle... et pis, au diable toutes ses conneries ! quoi qu'il en soit, oui il avait raison, tant pis, à quoi bon...
Charlie releva la tête, envoyant derrière sa tignasse blonde, venant appuyer son poing contre sa joue, ainsi posée, elle garda toutefois son regard sur la table.

- Vous êtes perspicace Nathaniel.

Faisant une courte pause, elle en profita pour lever les yeux sur lui, l'air un peu résigné cette fois.

- Je suppose que ça devait crever les yeux, j'ai peut-être eu une réaction assez parlante, à vrai dire je n'en aie aucune idée, ce qui est tout à fait logique puisque que je n'avais jamais em... n'avait jamais été embrassé avant aujourd'hui...

Soupirant et laissant sa main glissée sur son visage, le cachant de moitié, s'affaissant un peu sur elle, écarta les doigts afin de voir entre, fixant toujours Nathaniel, mais souriant légèrement cette fois.

- Pardonnez ma gêne peut-être excessive, mais ceci explique cela, j'imagine...

Gardant cette pose un peu enfantine, Charlie détourna le regard et se replongea dans sa contemplation au combien intéressante de la table, qu'elle grattait nerveusement de sa main libre, s'attaquant aux nervures du grain de bois qui la composait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Lun 19 Mar 2012 - 16:53

Nathaniel DuchannesDepuis plusieurs longues minutes déjà, il contemplait Charlie en silence ; ses petites mimiques gênées, sa teinte pourpre qui était apparue lorsqu'il avait demandé si c'était son premier baiser - ce qui était le cas - et sa longue cascade de cheveux dorée qui cachait les vestiges de ce qu'était son assurance. Elle semblait ailleurs et froide, surtout quand elle parlait. Nathaniel se maudissait de l'avoir embrassée mais cependant une part en lui ne regrettait pas d'avoir goûté à la douceur exquise et fruitée de ses lèvres. Il avait mit un froid dans leur conversation et il allait devoir y remédier au plus vite.
Ses dernières réflexions lui décrochèrent un sourire et il répondit aux propos de Charlie.

- "Sainte mère de Dieu... Je suis vraiment désolé Charlie ! Si j'avais su, jamais je ne me serais permis un acte de la sorte. Le premier baiser c'est réservé à une personne qu'on aime ou bien qu'on apprécie et non pas qu'on vient de rencontrer... Ne vous en faîtes pas, on ne le voyait pas. C'est juste que c'est récent pour vous et puis il y a cette gêne, cette éclat d'une teinte pourpre qui illumine quelques peu votre visage. Je ne dis pas que vous avez apprécié, loin de moi l'idée mais juste que tout ce rouge sur tant de blanc vous fait ressembler - encore plus - à une poupée. Et puis ne vous en faîtes pas, vos lèvres sont douces et agréables ; quelques peu fruitées avec une touche insaisissable."

Et puis sans trop savoir pourquoi ni comment il se retrouva avec sa housse de guitare aux pieds, l'instrument dans la main gauche. Il sortit tout l'argent contenu dedans et le compta rapidement ; le total avoisinait les 50€. Il allait donner 25€ à la belle blonde et avec le reste il allait payer leurs consommations. Certes, ça allait coûter plus que ce qu'il venait de gagner mais peu l'importe il allait ajouter la différence ! Il lui devait bien ça au moins.
Regardant Charlie il se mit à grattouiller l'instrument en pensant à autre chose, une démence oisive et désespérée accompagnée par l'air doux de "Where Is My Mind" des Pixies. Un geste de la tête et une mèche remise en place plus tard il songeait toujours, le regard fuyant quelques peu brillant, bien que toutes ses réflexions intimes lui foutaient le cafard. Ce soir, après avoir raccompagné Charlie chez elle, il allait boire jusqu'à atteindre une belle gueule de bois le lendemain. Et d'un coup, par les simples mouvements qu'elle venait de faire, il vit Charlie toute petite - du moins pas en apparence. Ces mouvements, ce regard espiègle, le simple fait d'épier quelqu'un par le biais de l'entre de ses doigts et ce merveilleux sourire qui lui décrocha à son tour un sourire, tout cela lui fit tout oublier quelques secondes ce qu'était son monde. Il était encore plus loin que tout à l'heure. Bredouillant, la vague de ses cheveux venant recouvrir son visage, il répondit.

- "Ne vous en faîtes pas pour votre gêne, elle n'est en rien excessive. Je dirais plus que c'est mon comportement assez batifolant et courtisan qui est limite excessif. Mes plus sincères excuses Charlie... D'ailleurs, pourrais-je vous tutoyer ? Je déteste vouvoyer... Allez savoir pourquoi."
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Lun 19 Mar 2012 - 19:47

Charlie écoutait Nathaniel, fixant toujours la table, lorsque ce dernier parla de la douceur de ses lèvres, de leur goût, Dickens redevint très rouge, fermant ses doigts et ses yeux, penchant légèrement la tête vers l'avant, décidément très gênée, mais souriait jaune quand même. C'était franchement pas le genres de situation dans lesquelles elle avait l'habitude d'être, ah, elle en rirait probablement à gorge déployée plus tard... seulement pour le coup, présentement, elle aurait aimée se fondre dans le décor. Charlie acquiesçait néanmoins doucement de la tête, plutôt gênée encore, mais les joues moins rouges toutefois, acceptant les excuses que lui prodiguait Nathaniel, au moins, malgré tout, il restait poli et courtois, bien sûr si on oubliait son petit écart passé. Ce dernier sortit sa guitare et commença à la gratouiller, Charlie se sentit toute suite plus à l'aise, déplaçant sa main de son visage pour venir la ficher sous son menton, regardant toujours la table.

Aux paroles de Nathaniel, Charlie arqua un sourcil, un petit sourire apparut soudainement sur ses lèvres et elle releva un regard joueur sur Nathaniel.

- Oh vous pouvez me tutoyer, bien entendu, mais à une seule condition, vous vous en douterez certainement, c'est que je puisse en faire de même.

Charlie rigola doucement, retrouvant peu à peu ses aises, la tête toujours fichée sur sa main nonchalamment.

- Mais cessons de parler de ce qui s'est passé plutôt, pour l'instant, repartons sur une meilleure note, d'accord ?

Elle lui sourit, le priant mentalement de bien vouloir lui parler de n'importe quoi d'autre, un peu trop troublée encore pour réfléchir clairement . Elle fit revenir le serveur, lui demandant une tasse de thé, n'importe lequel au hasard, histoire de s'occuper et de se remouiller un peu le gosier. Pendant qu'elle attendait sa commande, Charlie recommença à se tripatouiller les doigts, par réflexes sans doutes, puis s'en rendant compte, elle alla cacher ses mains sous ses cuisses, histoire d'empêcher ce tic nerveux qu'elle venait de se découvrir. Le serveur revint avec un thé blanc à la mandarine... pas exactement ce à quoi elle s'attendait, elle remercia néanmoins le serveur, même si un peu déçue et quand il fut parti elle fit une petite moue avant d'en boire une petite gorgée, au moins elle allait en avoir pour un certain temps à siroter sa tasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   Dim 25 Mar 2012 - 10:45

Nathaniel DuchannesNathaniel grattouillait toujours sa guitare lorsque Charlie se remit à parler, décidément assez jouette. S'il avait réellement été un canidé ses oreilles se seraient tout de suite relevée pour répondre au regard de la belle blonde. Étrangement elle était passée d'un état à l'autre en moins de trois secondes cinq dixièmes. Non pas que cela lui déplaise ; au contraire il adorait. Le tutoyer ? Aucun problèmes pour lui, si la belle se satisfaisait avec cela, il n'allait pas dire non. Déposant sa guitare par terre, il imita à la perfection la pose de la belle blonde et se retrouva de nouveau à 2 centimètres d'elle. Il prit une longue bouffée d'air et empli ses narines du parfum sucré qu'elle dégageait. Les yeux dans les yeux il ne cilla pas.

- "Je ne sais pas, à toi de me dire si cela te convient. Ou peut-être me vois-tu comme un ancêtre ?" dit-il d'un sourire assez confiant.

Reculant, il emporta plus loin son odeur personnelle pour éviter qu'elle ne chatouille de trop les narines de Charlie. A peine avait-elle retrouvé sa confiance et érigé un mur qu'il allait déjà le briser ? Non, il essaierait de ne pas faire ça. Cependant ce n'était pas une tâche aisée vu son caractère, toujours à essayer d'avoir une fille... Il répondit au rire de la belle par un sourire assez enjôleur, sans pour autant être vaniteux ou de trop.
Si elle voulait parler d'autre chose, il allait le faire, là aussi. Le merveilleux sujet passe-partout des métiers...

- "Très bien. Bon, et bien pour embrayer sur un autre sujet c'est que le plus marrant dans le fait que cela fasse un an que j'habite ici c'est que je n'ai toujours pas pris la peine de chercher un travail. C'est pas une tare nécessaire, au contraire mais je me rends compte que ça occuperait mes journées. J'imagine qu'elle vont être longues et solitaires vu que je déménage bientôt dans un manoir, tout près d ela forêt. Et vous Charlie, dans quoi travaillez-vous ?"

Il avait dit tout cela appuyé nonchalamment contre la table, le revers de sa main soutenant sa tête et la lourde chevelure qu'était la sienne.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La Boutique des Douceurs   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Boutique des Douceurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Boutique évènements
» La boutique de création de Musika {Ouvert}
» Warhammer 40,000 inter-boutique en février et mars 2011
» LA BOUTIQUE MAGIQUE
» Boutique de vente de peaux (canada)
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: MEMORIAL :: 
Archives
 :: Rps de la vieille ville
-