AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Manoir Duchannes - Terrains extérieurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

MessageSujet: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   Jeu 23 Fév 2012 - 20:36

Manoir Duchannes

«Ca n'avait aucun sens. Ravenwood avait muté en quelque chose d'entièrement différent depuis ma dernière visite. Ca paraissait impossible. Comme si j’avais pénétré dans l’Histoire. En dépit de l’irréalité du spectacle, j’aurais aimé que ma mère le voie. Elle aurait adoré cet endroit. Sauf que maintenant, ça avait l’air réel. Je savais que l’ancienne demeure devait ressembler à ça, la plus part du temps.»


Quelque part sur la Thomas Hyrnes road, à la lisière de la forêt, se trouve une antique demeure. Un manoir Victorien tout en pierres. Une fois le portail poussé, des plants de citroniers et de romarins ainsi qu’une herbe fraîche et un sentier en graviers mènent allègrement à une entrée latérale légèrement dissimulée par la multitude de feuilles du lierre grimpant. A l’arrière du manoir se trouve une grande étendue verdâtre où poussent une ribembelle d’arbres et de fleurs en tout genre. Bienvenue au manoir Duchannes !



Une fois la porte dépassée, un halle d’entré digne des plus grands opéras parisiens et - bien sûr - son piano s’offrent à vous. Des chandeliers à bougies, des lampes et un chandelier central éclairent le tout pour donner une atmosphère reposante pour les yeux. Dans toute cette atmosphère d’antan, deux escaliers majestueux aux marches en marbre surplombent le décor ; le premier monte et donne un accès aux trois chambres - possédant chacune une salle de bain personnelle - et au grenier. Le second escalier, quant à lui, descend vers la salle à manger, la cuisine, une salle de musique insonorisée et un salon.


Au premier, non loin, se trouve sa chambre. Les murs, le fauteuil en daim et les draperies couleur crème soulignent la luminosité de la pièce qui est d’un style un peu plus contemporrain que le reste de la maison et possède un mobilier tout de bois vernis à l’air vieillot - qui se veut recherché – et un lit double. La chambre communique avec son bureau, sanctuaire de ses lectures. Dedans on pourra y trouver de tout ; allant des bouteilles de malt Ecossais aux nombreux bouquins - d’auteurs ou encore à titres documentatifs - ramenés de sa maison à Londres, le tout passant par son bureau datant de l’an quarante.


Si on redescend, beaucoup plus bas, on pourra trouver une somptueuse salle à manger. La table en bois de chêne, délicatement recouverte d’une nappe en soie sauvage rouge, peut accueillir jusqu’à 16 couverts bien que la plupart du temps, la seule personne à table ne soit que le maître de maison. Sur les murs on peut noter une immense tapiserie datant du XVIIIe siècle ainsi qu’une cheminée capable de d'accueillir un feu pour l’hiver. A côté de la dite cheminée, une porte mène à une cuisine moderne, où ustensiles en tout genre reposent.


Spoiler:
 

Un peu plus loin, une salle insonorisée habrite le reste des instruments. Des amplis à gauche et à droite, une scènette avec un tapis sur lequel est déposée une batterie, un ukulélé suspendu au mur, une guitare acoustique et une électrique se cotoyant, la basse non loin et un violon solitaire laissé pour compte près d’une partition traînante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   Mer 25 Juil 2012 - 21:44

Nathaniel DuchannesFrom

Elle était très aguicheuse. Elle charmait Nath’ comme une sirène charmait un vieux loup de mer, faisant l’usage de ses avantages féminins, caressant d’une jambe lasse un mollet, le regardant en lui faisant des yeux doux et jouant avec ses cheveux. Il regardait le spectacle d’un air posé, sa main sur la cuisse de Droséra dessinant du bout de l’index des choses dont seul lui comprenait la signification et connaissait les formes. Il la regarda s’abreuver du nectar et regarda avec attention la courbe de ses yeux doucement se refermer pour ne laisser d’une légère ouverture, capable de voir parfaitement. Elle voulait créer de l’effet et voir la réaction suscitée par ce dit effet. Eh bien, pour tout vous avouer, l’effet escompté était bigrement atteint ! Il repensa à tout ce qu’il avait dit sur sa lycanthropie. Certes, c’était un fardeau mais, dans ce fardeau résidait une part de bon. Nathaniel avait toujours ressentit le loup comme une seconde entité, incapable de parler, seulement de penser, alors qu’elle est tapie dans une grotte imaginaire dans les tréfonds de son corps. Cette chose, ce loup, est un moyen de se réfugier intérieurement et de ne plus sentir les autres, totalement s’abandonner à une sensation de confort, collé contre un pelage doux et entièrement cannelle et roux avec quelques parties blanches.

Il sourit néanmoins et Termina la bouteille d’Hydromel alors qu’elle était en train de lui répondre. Pas tout le monde n’a de la chance avec sa famille. Certains étaient très unis, d’autres non, certains avaient étés élevés par leurs parents et d’autres par des gouvernantes/nurses/nanny. Apparemment, Droséra n’avait pas connu ça depuis fort longtemps et, malheureusement, elle y avait perdu énormément mais, chaque personne est différente des autres et elle comble certains trucs par d’autres et ont des besoins différents. Bref, son manoir n’était pas bien loin, et apparemment, elle semblait intéressée. Il rangea sa guitare dans sa housse, descendit la dernière goutte d’alcool, paya l’addition, aussi bien ses consommations que celles de la belle grecque et il se leva lui tendant la main, souriant, la guitare sur le dos.

- "Allez viens, j’t’emmène au vent, pour citer Louise Attaque ! Ce n’est pas très loin et puis, tu pourras voir un peu la forêt. C’est très beau par-là ! "

Il la tira tout doucement et, tout en lui tenant inconsciemment la main, il lui fit faire le tour de la ville ainsi. Il traversa la place publique, coupa par Newcastle Road, et à la fin de celle-ci, s’engagea sur la Thomas Hyrnes Road. S’offraient à eux, une fois la ville dépassée, un petit sentier bordé d’un côté par les arbres et de l’autre et ben… Toujours pas des arbres ! Il rigola intérieurement tout en se faisant cette réflexion et secoua la tête, accélérant le pas pour arriver enfin à sa destination. Il ouvrit le portail, traversa l'allée de citronniers et de romarins et s’engouffra dans les feuilles du lierre grimpant recouvrant la porte. Un fois à l’intérieur, il lança ses clés sur un meuble et écarta les bras toujours en tenant sa main.

- "Et nous voilà chez moi ! Le hall d’entrée est assez grand, un piano ici, l’accès vers l’étage du bas se fait l’escalier latéral, où il y a la salle à manger, la cuisine, le studio et des toilettes et le grand escalier mène vers les chambres, les salles de bain, mon bureau et ma chambre. Bref, c’est très grand ! Aussi non, si on va directement vers la gauche, on se dirige vers la terrasse qui donne accès au jardin. Tu veux visiter ? dit-il tout sourire en lâchant la main de Droséra.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   Mer 1 Aoû 2012 - 2:57

DroseraLe voyage a été relativement court, ou c’est juste moi qui a encore de la difficulté à évaluer le temps qui passe. Peu importe en fait, on se retrouve assez rapidement devant un… château immense !! Je n’ai jamais vu de telles constructions, entraperçue une fois de temps en temps, mais jamais d’aussi près…

On est sortit assez vite du bar, je crois que j’ai vraiment réussit mon effet. La sirène en moi avait le goût de s’exprimer et de pousser encore mon charme, de le faire sombrer comme ces loup de mers qui n’avaient que bobonne à la maison et qui ne pouvait pas résister à mes charmes indéniables. Je sais que je suis magnifique, je suis une sirène ! L’effet que j’ai créé est le fruit d’années d’expérience dans la séduction, il ne faut pas oublier que je n’avais rien d’autre à faire de mes journées que de rester plantée sur un rocher et chanter pour attirer les pauvres marins qui croyaient avoir trouvé l’aubaine du siècle. Aujourd’hui, je ne suis pas certaine de savoir comment cet homme me voit, l’aubaine du siècle ou une jeune femme de plus à ramener chez lui ? Peu importe. Je suis la sirène, et contrairement à lui, la sirène et moi ne faisons qu’un. La seule différence, c’est qu’il y a sirène à deux jambes et sirène à queue de poisson.

J’ai dans la bouche le goût de l’hydromel et je dois avouer que ce n’est vraiment pas mauvais, je me souviens avoir soupiré en le regardant vider la bouteille. J’aurais du profiter d’un vrai verre… Chose certaine, j’ai été surprise qu’il me tienne par la main quand on est sortit. À vrai dire, personne ne m’a jamais prise par la main. Pas même mes parents, c’était le premier contact du genre que j’avais et je dois dire que ce n’était pas désagréable ! Bien sûr, je n’allais pas lui confesser qu’il était le premier à poser ce geste avec moi, je ne veux pas avoir l’air de la petite fille sans expérience. Faut pas oublier qu’il a… 28 ans. J’en ai 17, bientôt 18. La différence d’âge ne me dérange pas, mais je ne sais pas pour lui. Disons que s’il me demande mon âge, je vais mentir et dire 19 ans, je suis certaine qu’il ne se rendra compte de rien. Déjà, un écart de 9 ans serait trop pour certaines personnes… Bref.

Pour résumer la situation, je suis dans un manoir immense avec un type riche, musicien et beau gosse. Que faire ? Rester baba devant la grandeur de hall d’entrée, pour commencer.

« Mais c’est… Immense !! Et tu vis tout seul ici ? Quel gâchis d’espace ! Fait-moi visiter, et après si tu as d’autre hydromel on pourrait reprendre un verre ? Je pense que j’y ai pris goût. »

Remarquant avec un soupir qu’il lâche ma main, je me rends compte que c’était plutôt agréable comme sensation. Tant pis ! Il ne me reste qu’à trouver les points d’eau et les éviter à tout prix. Pourvu qu’il n’ait pas la brillante idée de me lancer dans une piscine ou quoi que ce soit d’eau, je détesterais avoir à expliquer pourquoi il me pousse une queue de poisson à la place des jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   Mar 7 Aoû 2012 - 20:15

Nathaniel Duchannes- "Tu vas pas être déçue alors ! Tu vas voir, c'est très beau. Bon, c'est peut-être un peu narcissique ce que je dis mais tu verras. Je l'ai choisi justement parce qu'il est grand ! Et c'est pas une perte d'espace vu que je n'ai pas encore fini d’emménager. Je dois aller à Londres pour récupérer des meubles là bas et amener mon autre piano. Un plus grand, plus cher et à queue ! Enfin bon, plein de paperasse m'attend aussi là-bas, ça va pas être drôle... Et oui, j'ai de l'Hydromel, ne t'en fais pas."

Elle voulait visiter ? Chouette ! Il passa délicatement sa main droite autour de sa taille et la fit monter. Il grimpa les marches tout doucement, lui laissant le temps de contempler l'architecture assez ancienne. Il la dirigeait un peu comme dans une danse, sans trop brusquer les choses, d'un pas léger et certain, connaissant les moindres recoins du manoir. Gentleman ? Arrêtez, vous allez lui faire enfler les chevilles ! Il alla directement lui montrer les chambres d'amis aussi grandes qu'une salle à manger et avec des lits somptueux aux couvertures et aux coussins assez... Louis XIV-èsque ? Ça existe ce mot ?

- "Alors, les chambres d'amis ! Il y en a cinq et elles sont presque toutes dans le même genre donc pas besoin de te montrer les cinq. J'ai demandé à ce qu'on leur donne un côté Louis XIV, un peu Versailles, pour pas dépeindre avec le reste des chambres et de certaines pièces. Bref, on continue ?"

Il l'emmena ensuite vers les salles de bains, aussi somptueuses que coûteuses. Certaines équipées de douches, d'autres d'une baignoire immense... Puis il passa à l'intrigue du premier étage ; sa chambre. Bien que devant passer par son bureau pour y accéder, les deux pièces étaient séparée par deux portes coulissantes d'une teinte fort proche du beige utilisé sur les murs. En fait, sa chambre et son bureau étaient les pièces les plus meublées avec la salle à manger et la cuisine. Il rigola intérieurement suite à cette réflexion et s'avança dans le bureau, toujours sa main autour de la taille de Droséra.

- "Alors, ici c'est mon bureau. Assez spacieux et mitoyen à ma chambre. Donc comme tu le vois, j'ai pas lésiné sur la déco et j'ai opté pour un beige assez sobre. Les fauteuils sont dans les mêmes tons et les meubles sont d'origine, certains ont plus de 300 ans, avec une couche de vernis bien sûr, dit-il en l'entraînant vers la chambre. Donc la déco ne change pas trop, un lit King size assez grand pour y dormir à quatre, des meubles... Bref, elle n'a rien d'exceptionnelle, ma chambre." dit-il en souriant de manière franche.

Il l'attira vers la sortie et redescendit tout en bas cette fois-ci. Il gardait le meilleur pour la fin. Il lui fit visiter vite fait son studio où quantité d'instruments trônaient et puis, faisant demi tour, il se dirigea vers la salle à manger. Il ouvrit la porte et l'odeur boisée et ancienne lui saisit les narines. Il adorait cette odeur, lui rappelant qu'il n'avait pas été le seul ici où même à utiliser l'immense table de cette pièce.

- "Disons que cette pièces est... Une de mes préférées. Elle est très grande, toute rouge,elle a une cheminée et encore plus... Les bouteilles d'alcool sont ici ! dit-il en lui tendant la bouteille d'Hydromel. Chose promise, chose due, non ? On dirait que ce soir il va pleuvoir par contre. Ça ta dit un feu de bois ? Puis, si tu as faim, je pourrai toujours préparer quelque chose, la cuisine est juste derrière la porte. Tentée? Par contre, si tu veux bien m'excuser, je reviens vite."

Il s'échappa momentanément et se dirigea vers la cave à vin, situé sous terre, pour conserver les bouteilles à basse température et les protéger des rayons UV. Il descendit d'immenses escaliers en pierre et ouvrit la grille de la cave à vin. Il regarda partout et puis tomba sur une bouteille qu'il n'avait jamais goûtée. Il s'empara d'un Hermitage La Chapelle de 1988. Il buvait peu de vin mais en général, il en possédait de très bons. Étant amateur de vieilles choses, il cherchait toujours les bouteilles les plus rares ou bien vieilles, si pas uniques même. Presque toutes les bouteilles étaient achetées à des privés ou bien à des ventes aux enchères. Il y avait malgré tout, dans tout ce fatras une place pour les vins plus jeunes et récents. Il sortit rapidement de là, referma et revint auprès de son invitée dans être décoiffé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   Ven 17 Aoû 2012 - 23:46

DroseraC’était la première expérience du genre, me laisser draguer un peu, laisser les choses aller et ne pas savoir la fin. C’était la première fois qu’un homme ne me désirait pas de manière morbide, c’était la première fois que je jouais l’humaine de ce côté. Je jouais bien le jeu je crois, pas que j’aille des talents naturels de comédienne, mais je suis une sirène… La séduction c’est mon domaine. Enfin bref, son manoir est comme dans mon imagination, géant ! Je n’ai aucune idée de ce qu’il me parle, Versailles, Louis-chose, j’imagine que ce sont les noms des styles mais je trouve que tout se ressemble. Tout fait vieille Europe, le styles sont les mêmes et joliment assortis. Ensuite, il parle de beige, de teintes… Pour moi, tout serait bleu vert et blanc et on en finit là. Je commence à m’ennuyer un peu, si on parlait d’autres choses ? Ca sert à quoi tout cet espace si on vit seul ? Pourquoi il vit pas dans une cabane de pêcheur à la place… C’est tellement douillet quand c’est bien aménagé. Je voudrais m’en acheter une, mais il y a l’hiver qui est assez emmerdant dans ce pays, alors je suis mieux dans mon appartement. Oh, il est douillet aussi, sans tout le flafla Versailles beige et meubles de 3000 ans. Il aurait pas mieux aimé des meubles neufs ? M’enfin bon, ça doit être un hobby d’hum… de lycans ? Peu importe.

« C’est superbe ! Je ne suis pas certaine de tout comprendre à propos des meubles de Versailles de 3000 ans et le Louis-Beige, mais c’est très joli. »

Et un sourire éclatant avec ça ! Histoire de faire crédible. J’ai passé par-dessus le fait qu’il dort à 4 dans son lit, tout le monde a ses hobbys… Y’avait une sirène qui adorait se taper des groupes de marins entier, peut-être que certains lycans ont le même genre de goût ! Moi je préfère le style classique, un homme seul… Tant pis si certains trouvent ça ennuyeux. Ça va toujours mieux pour le tuer après. Quoique, je n’ai pas encore l’intention de tuer le lycan. Qui sait, peut-être qu’il est trop fort pour moi ! Enfin, si je réussi à l’attraper dans l’eau, il est foutu mais sinon, c’est moi qui est foutu. Un frisson me parcourt l’échine, une petite bataille ne serait pas tant de refus. Je ne veux pas me remettre à chasser, mais il faut bien que je me dépense ! J’ai tellement peu la chance de nager, de plonger et de sentir mes vrais muscles en action. J’ai envie de me sentir vivante, de sentir l’eau autour de moi… Et je remarque à peine qu’il part.

Heuuu, mais il est passé où ? Je me souviens avoir entendu les mots pluie, feu, manger, et puis comme j’étais perdue dans mes pensées à essayer de trouver le réconfort dans mes souvenirs méditerranéens, il est partit. Oh, le voilà qui revient ! Avec…. C’est quoi ça ? Du… VIIIIN !!! Un énorme sourire me fend le visage, j’adore cette boisson. J’adore j’adore j’adoooore ! L’hydromel passe en deuxième. Loiiiin derrière ce nectar acidulé, loin derrière le fruit d’années de labeurs, loin derrière le sang de la terre… Allons, Dro, t’es pas une poète. Enfin si un peu, mais j’aime pas faire des rimes, alors je ne suis pas une poète.

« Oooh, du vin ? Parfait, je suis fervente amatrice ! Sors les coupes qu’on déguste. Et tu dis qu’il va pleuvoir ? Ça te dérange si je reste à dormir alors, je déteste la pluie. »


Rien de plus faux au monde. Mais comme je suis une sirène et que l’eau a comme effet de me transformer en poisson, je préfère passer pour une fille facile et dormir ici. J’hésite encore à me montrer sous ma forme de sirène ou du moins, lui avouer que je ne suis pas humaine comme lui… Je me sens de plus en plus à l’aise avec lui, il a l’air d’un homme tout à fait… Enfin, d’un loup tout à fait correct. Je me demande si il va vouloir qu’on sorte sous la pluie, ou s’il va vouloir qu’on aille piquer une plonge dans sa piscine. Il a une piscine déjà ? Faudrait que je me mette à écouter un peu plus attentivement des fois. Je lui fais un sourire en attendant qu’il sorte les coupes, ça ne devrait pas trop être long. J’en profite pour le reluquer encore, qu’est-ce qu’il a des beaux cheveux… Et des beaux yeux. Je vais devoir mesurer ma consommation d’alcool, sinon je vais faire des bêtises.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   Mar 28 Aoû 2012 - 21:21

Nathaniel DuchannesNathaniel éclata de rire. Meubles, Versailles, trois mille ans ?! Oula... Elle ; elle s'emmerdait royalement. Elle ne devait pas s'intéresser à tout ça, elle devait être trop jeune. Tiens, d'ailleurs... Quel age avait-elle ? Bah, il s'en foutait ! Du moment qu'elle avait au-dessus de vingt ans, c'était ce qui comptait... Il espérait qu'elle avait au-dessus de vingt ans... Très très fort ! Bref, il reprit son sourire habituel et continua la visite jusqu'à ce qu'il revienne avec la belle bouteille de vin. Là elle avait semblé plus intriguée par la conversation. Deux choses d'une, soit elle avait vu la vieille étiquette sur la bouteille, soit elle était réellement amatrice de vin. Il misait deux plaques que c'était la deuxième option. Et vu son sourire, il avait gagné. Et puis sa réaction par la suite aussi... Haaaah, bien. La soirée allait sûrement être longue et une bouteille ne suffirait p... Pardon ? Dormir ici ? A combien de jours étions-nous de la pleine lune ? Un peu moins d'une semaine... Il ne savait pas si c'était raisonnable et puis il ne pleuvait p... QUOI ?! C'est une blague ?! Quand il était descendu il ne pleuvait pas et maintenant... Rha Mère Nature ! Il soupira en secouant la tête.

- "Tsss... Es-tu une sorcière ou quoi ? Quand je suis descendu, il ne pleuvait pas et maintenant, il pleut ! D'accord, tu peux rester pour la nuit mais je ne sais pas si j'ai de la nourriture en suffisance pour deux. J'étais censé aller faire des emplettes au marché demain, je n'avais pas prévu de dîner en si charmante compagnie ce soir. Il est quelle heure ? Dix-huit heures... Ca doit encore être ouvert. Attends moi ici, je redescends, dit-il en se dirigeant vers sa chambre. Là-bas il enfila enfila sa combinaison de moto, enfila un sac à dos sur lui et s'empara de son casque. Il redescendit, déposa son casque sur la table, sortit deux coupes, les posa sur le table, récupéra le casque et prit les clés de sa CBR. Voilà, attends-moi ici, je vais aller faire des courses chez le légumier, le poissonnier... Non attends, le marché aux poissons ferme à quinze heures... Raté ! Chez le boucher alors ! Et à la crèmerie aussi. Le tire-bouchon est dans la cuisine, cinquième tiroir à droite en partant du haut. T'en fais pas, j'en ai encore cinq de cette année-là alors tu peux te la siphonner entière, je ne t'en voudrai pas. Je reviens dans quarante minutes au pire. Et pas de bêtises !" dit-il en lui faisant un clin d’œil.

Il enfila son casque et se dirigea vers son garage. Il enfourcha sa bécane et mit le contact. Le moteur émit un puissant ronronnement. Il ouvrit la porte du garage et passa de 0 à 100km/h en moins de 3,6 secondes. Les pneus crissèrent et la moto fila dans le soleil couchant sous la pluie. Il repassa devant sa salle à manger et sa silhouette contrasta avec le soleil à travers de la baie vitrée. L'un des quatre chevalier de l'apocalypse... Des temps modernes et sur une moto ! Il fila à toute allure chez le crémier, prit du fromage, de la crème et fourra tout ça dans sa sacoche. Il passa chez le boucher et prit du filet pur de bœuf et de la réduction de jus de veau - il n'avait pas le temps de le faire lui même, aussi non il l'aurait fait... Chez le légumier il prit des champignons, de la roquette et une gousse d'ail. Une fois tout ça dans son sac ; il se dit qu'un dessert n'était pas de trop... Il passa chez le pâtissier où il avait mangé la premier fois avec Charlie et prit deux petites tartelettes aux fraises qui rentrèrent de justesse et sans encombres dans son sac. Il remonta sur sa moto et se dirigea vers la forêt. Il rentra dans son garage, coupa le contact et ferma la porte du garage. Il entra en coup de vent, se dirigea vers la cuisine, ouvrit le frigo et y déposa toutes les courses sauf l'ail. Il retourna auprès de Droséra et déposa son casque sur la table. Il retira sa combinaison et lança les clés dans le plat sur la commode à côté de lui. Il sourit à la belle grecque et s'empara de la bouteille, pour se servir un verre.

- "Alors, je m'en sors pas trop mal ? Parce que je te dis pas comme j'ai couru de magasin en magasin. Trouver tout ça fut comme un des douze travaux d'Hercule..." dit-il en plaisantant, faisant involontairement allusion à la mythologie grecque.

Il but une gorgée de vin et pensa à celui qu'il allait servir avec tout ça... Un Bordeaux peut-être ? Oui, un Bordeaux, un Marquis de Sainte-Estephe. Il devait bien lui en rester une, de bouteille. Il s'en occuperait après. Il reporta son attention sur la dame et lui fit un grand sourire amusé. Qui l'eut cru, un dîner dès le premier soir ! Ma foi, c'était pas mal, il avait battu tous les records.

- "Alors, qu'est-ce que je nous mijote... Et bien, au début j'avais pensé à un médaillon de homard de Bretagne - j'en ai vu de très beaux l'autre jour - avec de la crème de langoustine et des lamelles de courgettes grillés servit avec un bon petit vin blanc du Languedoc, un Mortiès très jeune, mais... Finalement j'ai opté pour un filet pur bœuf cuisiné à l'ail servit avec une réduction de jus de veau et des champignons à la crème ainsi qu'un Bordeaux, un Marquis de Sainte-Estephe de 2004. Malgré ça, j'ai prévu un dessert... Mais ça, je me le garde pour moi. Alors, tentée ?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   Ven 7 Sep 2012 - 1:03

DroseraAprès la découverte d’un manoir tel que je n’aurais jamais cru voir dans ma vie, je me retrouve seul dans ledit manoir. Soit il me faisait vraiment confiance, soit il avait de sacrés bonnes assurances. Quoique, pour avoir un manoir aussi jeune, il faut bien en avoir de l’argent. Pour moi, telle luxure était quasi impossible, toute ma vie je l’ai passée dans la stricte et pure nécessité, et personne n’a besoin d’un meuble qui a été signé par un Louis il y a trois cent ans. Quel faste, quelle somptuosité ! Mais quel gâchis. Imaginez les centaines d’enfants qui pourraient courir dans les couloirs, les rires qui pourraient résonner dans les lustres de cristal qui prennent tristement la poussière perché dans des plafonds aux essences pures et vernies avec l’huile des riches. Le plancher et bois véritable était trop silencieux sous mes pieds, j’avais l’impression de marcher sur l’esprit des arbres mêmes.

Le malaise s’intensifiait de plus en plus, je me sentais renfermée dans ces murs comme une prisonnière tandis que lui se faisait la belle vie dehors. Il pouvait bien rigoler oui ! Je ne suis pas une sorcière. En fait, maintenant c’est moi qui rigole. Allez, il est où le tire-bouchon ? Je sens que je vais me régaler. Il faut que je me calme, il faut que je me rassure. Qui sait, peut-être que c’est moi la proie en ce moment ? Peut-être qu’il n’attends que le moment de me croquer une cuisse… Me versant un verre de liquide vermeil, je glousse à l’idée de me faire croquer cette jambe d’humaine. Le sang peut-il me faire transformer en sirène ? L’eau est le principal agent qui cause la transformation, mais qui sait, un autre liquide pourrait donner d’autres résultats… Une sirène de sang !! Impitoyable et sanguinaire, à la place d’avoir des écailles vertes et dorées j’aurais des écailles noires et rouges. Comme un poisson de l’enfer, je dévorerai tout ce qui se trouve sur mon chemin, homme loup ou peu importe. Sirotant tranquillement le vin que je découvre être une merveille, je me demande ce que je ferais si il trouverait mon identité. Peut-être que j’ai besoin d’avoir quelqu’un qui sait, quelqu’un à qui simplement dire, j’ai le goût de nager. Peut-être que je vais lui montrer un de ces quatre. Je n’en reviens pas, je pense sincèrement à révéler mon statut de sirène à un être humain et ne pas le manger après ??? Nooon, pas un être humain. Un loup-garou, ou lycan comme il dit. Un joli chien-chien qui fait wouf wouf à la pleine lune. Moi je suis une méchante sirène qui chante sur un rocher dans l’océan, se repaissant tranquillement de marin bedonnant pendant que maman et papa préparent un sermon sur la priorité de rester secret et tout. J’aurais du les écouter ces fichus sermons, mais il est trop tard pour regretter.

Mes yeux font l’aller-retour entre la bouteille, mon verre ,la bouteille, mon verre, à force de penser et ressasser mes pensées j’ai vidée ma coupe sans m’en rendre compte. Mais non, c’est de la magie, je n’ai pas pu finir un verre de vin aussi vite ! Il était rudement bon, et j’ai rudement rien à faire dans un manoir qui me fiche rudement les jetons… Alors j’ai le droit à deuxième verre. Je ne sais pas si je tolère bien l’alcool, les occasions pour moi de m’imbiber de cette substance ont été relativement rares dans ma vie. Peu importe, je profite du moment présent avec cette bouteille qui me fait chaud au cœur ! Tandis que le silence qui règne entre les murs me fait froid dans le dos.

Oh, que de joie !! Le rugissement de son moteur se fit entendre et sonna pour moi le gong de la fin du temps de la solitude et du malaise. Je l’accueille avec une pose nonchalante alors qu’il entre dans la pièce et fait ENCORE référence à la mythologie grecque. Je ne sais pas comment lui dire que je n’ai aucun intérêt en ces histoires absurdes et dépassées. Après tout, je suis la mythologie des temps moderne, pourquoi ne pas m’étudier moi ? Je mérite bien plus d’attention que ces vieux contes millénaires.

« L’hydre a du être clémente, je trouves que tu t’en sors pas mal du tout. »

La suite est une succession de mots et de descriptions alambiquées et comme d’habitude, je ne suis pas certaine de tout comprendre. Moi et la cuisine… Du poisson, du poulet, une belle cuisse juteuse (le poil ôté, bien entendu) d’homme viril, pourquoi je voudrais des médaillons d’homard de bretagne ? Ce type a besoin de se simplifier la vie..

« Ce que je veux manger ce soir, c’est de la nourriture. Avec un vin qui s’agence bien. Mais c’est tout. Tu peux bien me faire de la crotte de poule en canne, tant que ca me remplis la panse je ne trouverai rien à redire ! Déjà, tu as fait ma soirée avec ce vin. »

Je souris en penchant ma tête de côté, souriant comme l’adolescente que je suis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   Dim 9 Sep 2012 - 21:05

Nathaniel DuchannesNath' regarda la pose nonchalante de la Grecque. Seigneur, cela lui donnait envie de la manger toute crue, aux petits oignons. Enfin, façon de parler, ce dont il avait réellement envie relevait plus d'une danse acharnée, une corps à corps, peau contre peau ; cette envie purement physiologique qui relève d'une addiction totale à des secrétions hormonales satisfaisant toujours plus l'être Humain. Il prêta très peu attention à ce qu'elle lui répondit et se contenta d'observer son corps, détaillant premièrement ses courbes pour passer ensuite à son visage. Il n'était pas certain du déroulement de la soirée mais une chose était sûr, il n'allait se priver de la regarder où même de profiter de la situation. Certes, c'était contradictoire avec dont quoi il avait pensé tout à l'heure mais, tout à l'heure c'était tout à l'heure, il n'avait plus la même façon de penser à présent... Ou plutôt ce n'était plus la même zone de son cerveau qui le contrôlait. Il l'écouta moyennement, acquiesçant de la tête, les yeux chargés d'autre chose que de faim.

Il se leva, s'avança vers elle et lui saisit la main tout en l'invitant à se lever. Une fois levée, il s'approcha très près d'elle, utilisant sa hauteur pour la dominer. Il avait conscience que cela ne l'impressionnerait pas le moins du monde, mais son but ne résidait pas là, il voulait plutôt lui montrer qu'il était imposant, que sa carrure pouvait être immense mais rassurante, tout comme ses bras. Le discours sonnait peut-être fortement machiste mais, certaines femmes ne désiraient que ça. Peut-être était-ce son cas ? Il passa ses mains autour de sa taille et réduisit la distance qui les séparaient. C'était un mouvement risqué mais au point où il en était...

- "Hmhm... Je vois, dit-il le visage très près du sien. A présent il ne pensait plus, il agissait. Il n'était plus aux commandes, c'était son instinct primaire qui conduisait, l'instinct et son loup. Très bien, on verra tout ça une fois les plats préparés."

Sa voix était très basse, ressemblant de plus en plus à grognement. C'était un mélange de voix très basse et rauque et de désir. Cette voix était caractéristique aux hommes, une voix qui venait de pair avec le regard. A eux deux ils disaient qu'elle lui appartenait. Pas forcément pour toujours ou même des mois, mais pour quelques jours, quelques heures ou même quelques minutes, elle était sienne. Voilà ce que ce duo masculin affirmait. C'était un lot gagnant, un pur concentré d'assurance qui pouvait plaire à certains genres de femmes, mais qui pouvait s’avérer très blessant pour l'amour propre s'il y avait un refus. Mais il était quasi certain qu'un refus n'était pas une option, que le refus n'existait pas. C'était un de ces moments qui vous donnait la force de faire ce que vous désirez. Vous voulez une fille ? Battez-vous et vous l'avez. Sauf que cette fois-ci, la bataille était gagnée, sans même avoir eu à se battre, sans avoir eu à se pavaner comme un coq fier ou un pan montra les plumes de sa queue. Non, c'était une bataille sans guerre. Comment le savait-il ? Il ne le savait pas tout simplement, il le sentait. Ses mains descendirent légèrement sur le corps de Droséra et il se pencha vers elle. Ses lèvres étaient à quelques millimètres des siennes. Que faire ? L'embrasser ? Un retour en arrière n'était pas possible. Un retournement de situation ? Non, il n'y avait plus de place pour penser.

Il continua le peu de chemin qui séparait leurs lèvres et elles se touchèrent. Le baiser ne fut guère chaste, loin de là. Ses lèvres caressèrent les siennes, profitant de la sensation douceâtre, comparable à de la soie de Chine, y mettant une passion si profonde qu'il en oubliait presque de respirer. Le baiser était tout en en lèvre, en langue et dents. Une fougue réelle se ressentait dans ce baiser. Ce ne fut que lorsque son cœur et l'intégralité de son corps quémanda pour de l'oxygène qu'il coupa court à leur baiser. Il avait le souffle court et saccadé. Il inspira profondément et puis expira. Sans piper mot, il s'écarta d'elle, un main toujours sur ses hanches et il se dirigea vers la cuisine. Ils traversèrent la porte et il la guida délicatement vers le plan de travail.

- "Je sais que tu vas penser et dire mais, je ne regrette rien. A le refaire, je t'embrasserai de nouveau. Bref, tu veux me donner un coup de main ? Je pense que tu dois mourir de faim."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   Mer 26 Sep 2012 - 2:57

DroseraMoi qui ne pensait qu’à une bonne bouffe, non même pas, moi qui ne pensait qu’à une simple journée ordinaire avec une soirée ordinaire, un show ordinaire et rentrer chez moi tout aussi ordinairement, me voici prise au piège dans le filet alors que c’est MOIIII la chasseuse !! Je ne comprends plus rien et je crois que je vais devenir folle. Jamais un homme ne s’était permis de me défier physiquement ainsi. Il était grand et en profitait, et moi, sous ma forme d’humaine pathétique, j’étais petite et fragile. Je déteste ce corps d’humaine, ce que je donnerais pour qu’il me voit dans toute ma grandeur et splendeur de sirène ! Je sais que je suis la plus belle, la plus imposante. Mes écailles sont les plus brillantes et les plus hypnotiques, il n’aurait pas d’autre choix que de se soumettre à moi… au lieu que ce soit moi qui me sente obligée de me soumettre. Le sentiment est tellement étrange, être dominée n’est tellement pas dans mes cordes, j’ai l’impression de ne plus savoir comment réagir. Alors que ses paroles se perdent dans la brume de mon esprit, la chaleur de sa peau m’attire comme si j’étais une droguée qui voudrait sa dose. Me voici qui le désire, qui désire qu’il soit plus proche encore, qu’il soit contre moi et que je puisse sentir son corps contre le mien, le battement de son cœur… Sentir sa vie contre la mienne et m’y plonger comme je ne l’ai jamais fait auparavant, sans que le baiser que l’on échangerait soit la signature de son contrat de mort.

C’est la première fois que je suis acculée ainsi et je dois dire que ça ne me déplaît pas tant. Il est si grand comparé à moi, il est si large d’épaule et j’ai l’impression que ses yeux enflamment la moindre parcelle de ma peau. Il dégage de lui une impression virile et forte, je n’ai pas d’autres choix que de laisser ses mains se poser sur mon corps et même si j’ai un peu figé lorsque ses lèvres se sont approchée des miennes, au moment où il posa sa bouche contre la mienne et que je sentit sa langue rejoindre la mienne, Droséra la femme de chair prit le dessus et même si elle avait deux jambes au lieu d’une queue de poisson, elle était toujours un être de tentation et de séduction. Oui, je me suis laissée séduire, dominer et blablabla, mais il reste que maintenant qu’on embarque réellement dans le jeu de la séduction, je suis dans mon élément. Enfin, il est un peu plus sec que d’ordinaire, mais je suis une femme adaptable. Une sirène n’a pas vraiment le choix de toute façon. Le baiser dura plusieurs secondes, minutes, que sais-je. Sa salive se mêlai à la mienne et je découvrais l’impression que laissais un baiser partagé et non pas dominant seulement. Le fait est que c’était lui qui dominait et pour le jeu, je le laissais faire. Le temps paraissait s’étirer, mais pas notre souffle. Laissant toujours sa main sur ma taille, je crus comprendre quelques mots mais pas tout à fait. J’avais les oreilles qui bourdonnaient et sa main laissée sur mes hanches étaient comme une brûlure étrange et bienfaisante.

« Non, je ne regrette rien et je le referai aussi, c’est tellement différent… Mais oui je meurs de faim !! Je suis une nullité pour faire la cuisine, veux-tu vraiment me laisser seule avec un couteau ? Y’a une tâche vraiment simple, genre simplissime que je pourrais faire peut-être ? »

Je soupirai en baissant les épaules dans un genre de *je suis nulle et je le sais*. Les yeux d’épagneul levés vers lui pour l’attendrir et pour qu’il me pardonne d’être aussi inutile, j’attendais sa réponse en espérant que je ne sois pas consignée au lavage de champignon. Je ne sais même pas si je serais capable de faire cette tâche aussi ingrate. Comment je pourrais gâcher le lavage des champignons ? De trop nombreuses façons malheureusement.

« Tu veux pas que je fasse la jolie statue grecque dans un coin pendant que tu fais la bouffe ? »

Suivant la parole du geste, je me mit dans un coin et prit une pose à la grecque avant de pouffer de rire. Le vin m’a-t-il déjà monté à la tête ? Je me rapprochai de lui et mit mes bras autour de son cou, me rapprochant de lui. Les yeux levés doucement, je ne respirais plus, luttant contre la sirène de mauvaises légendes et essayant de devenir celle que je dois être pour survivre dans ce monde d’humain. Une jolie femme qui embrasse bien, je pense que je peux faire ça. Lorsque mes lèvres se posèrent contre les siennes, je fermai les yeux… Savourant à pleine bouche la vie d'humaine que je suis en train de me construire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   Jeu 1 Nov 2012 - 21:43

Nathaniel DuchannesA présent, il ne savait plus vraiment où donner de la tête. Après avoir sorti une idiotie, il avait regardé Droséra aller vers l'évier et puis revenir d'un coup vers lui. Elle s'était pendue à son cou et l'avait embrassé avec tant d'ardeur... Lui, le lycan séducteur était d'ores et déjà perdu dans les limbes d'un oubli éternel ; limbes côtoyées par le désir et le plaisir. Chaque partie de son corps était en feu, excédant de loin les 40°C habituels. Il avait tellement chaud et tellement besoin de se plaquer contre elle. Et puis ses lèvres... Elles étaient d'une douceur envoûtante ! Son corps tout entier était une invitation à la caresse ; ses courbes comblaient parfaitement les creux des mains de Nath' - mains qui, alors que ses lèvres s’entremêlaient avec celles de Droséra, voyageaient allègrement dans son dos, passant par les hanches harmonieuses de la grecque, puis descendant d'un mouvement gracile vers ses fesses charnues pour terminer sur ses cuisses dénudées. Sa peau était douce, nacrée et enivrante. Son sang bourdonnait dans ses oreilles, il était complètement absorbé par ce baiser long et langoureux, entêtant... Perturbant. Sa tête était légère, ainsi que tout son corps, mais tout son corps était tiraillé par une faim insatiable... N'était-ce qu'une réaction chimique ou bien un effet bel et bien réel ? Peu importait, il était bien dans ce torrent de sensations. Mais alors que sa dernière pensée cohérente lui passait dans la tête, le contact fut rompu. Il avait besoin de respirer correctement, tout son corps criait pour de l'oxygène et il avait annihiler ce réflexe, du moins, jusqu'à présent. Haletant, il s'empara de la belle et la souleva, passant ses jambes autour de sa taille, l’entraînant vers le rebord de l'évier. Ses lèvres s'avancèrent vers ses oreilles, d'une manière lente, presque douloureusement lente...

- "Tant qu'on y est, et vu que tu m'y a invité... Autant s'amuser un tout petit peu plus, ne crois-tu pas ?"

Il retira la baguette qui retenait ses cheveux et ceux-ci tombèrent en une longue cascade de jais, chatouillant le bas de ses fesses. Ses lèvres descendirent juste en dessous de son oreille et une foultitude de baisers s'abattirent sur elle, parfois entre coupés par des morsures dans son cou ; légères et quelques peu insistantes... Savant mélange entre les deux, équilibré à la perfection. Ses yeux commencèrent à devenir plus dorés, sans pour autant devenir aussi dorés que lorsqu'il se transformait. Des longs grognements à mi-chemin entre l'homme et l'animal s'échappaient quelques fois de sa gorge aux cordes vocales rendues rauques par l'envie, par le désir d'une personne. Ses pensées commençaient peu à peu à redevenir floues. Il fallait qu'il s'arrête... Il avait un dîner à préparer... Elle avait faim. Lui aussi, mais pas seulement de cette manière. Pourquoi diable perdait-il ses moyens ? Pourquoi là ? Pourquoi maintenant ? Si seulement tout cela était aussi simple que de laisser son odeur sur elle... Mais elle était déjà remplie de son odeur ! Il s'arrêta et posa sa main droite sur le robinet, serrant celui-ci tellement fort qu'il était à la limite de casser. Il se devait de se ressaisir. Il s'écarta d'elle et se cacha entièrement dans ses cheveux. Il se dirigea vers la cuisinière à charbon et alluma un feu doux, tout en posant une poêle dessus.

- "Je pense que je me suis un peu emporté... Désolé... Je vais faire à manger plutôt !"

Il sortir les filets de frigo et d'une main agile, coupa un gros morceau de beurre et le mit dans la poêle. Une fois les morceaux de bœuf déposés dedans, il attendit quelques instant avant de sortir la bouteille de vin rouge et versa le liquide dans la poêle. L'alcool enroba la viande et il s'empara alors d'un briquet pour faire flamber le liquide alors que des flammes légèrement bleutés embrasèrent le vin. Il remua quelques peu les viandes, les fit sauter et éteignit les flammes crées par le vin. Il se retourna vers Droséra et lui sourit, s'empara de l'ail et d'un couteau et lui adressa la parole sans la quitter des yeux..

- "Tu veux m'aider ? Prends les légumes dans le frigo et coupe-les. Je les ai déjà nettoyés alors ne t'en fais pas. Pendant ce temps moi je vais mettre l'ail dans la poêle et faire cuire tout ça avec la réduction de jus de veau."

Machinalement, il éplucha l'ail, le coupa en deux, retira son cœur et le broya juste avant de le mettre dans la poêle. Il prit ensuite la réduction de jus de veau et la mis à cuire avec le reste. Il ne restait plus que les champignons et la crème et... Et boum.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Manoir Duchannes - Terrains extérieurs   

Revenir en haut Aller en bas
 

Manoir Duchannes - Terrains extérieurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Uniformes des matchs extérieurs
» Explication de la section "projets extérieurs"
» Spoliation de terrains a Fermathe 45
» Le Manoir Oublié
» RP dans le Manoir Hanté. Frissons garanties !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: MEMORIAL :: 
Archives
 :: Rps de la vieille ville
-