AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les ruelles sombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Esprit des Fondateurs
Administration
avatar

Messages : 317
MessageSujet: Les ruelles sombres   Mar 4 Oct 2011 - 17:33



Lieu incontournable pour se rendre n'importe où en ville, témoins des pires batailles rangées entre les races, lugubres et sombres à souhait, les ruelles de la ville sont à vous...

Précédemment, dans les ruelles de Galway...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hellsgate.fr
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 19 Déc 2011 - 0:36

LES LICANS ONT UNE PETITE BITES !!!


Le doc soupira en lisant son 4ème graffiti concernant son espèce de la journée… Un saut dans une main, une éponge dans l’autre, il commença à s’attaquer à ce que certains appelaient de l’art, maugréant à voix haute.

« Un Y , lycan ça prend un Y ! Que vous n’ayez même pas le courage de venir nous le dire en face est une chose, mais en plus vous n’êtes même pas foutu de l’écrire correctement ! »

Le doc commença alors a frotter, ce concentrant sur le terme mal orthographié dans un premier temps. Il était pris depuis ce matin de sentiments relativement contradictoires. Au vue de ce dont il se souvenait, de la soirée à l’hotel de ville, il méritait bien sa punition. Il c’était comporté comme un saoulard, sans le moindre respect, et avait répondu au gouverneur avec bien trop de franchise et trop peu de diplomatie.

Mais voilà, il y avait un certain problème, certes il était saoul, mais cela sans avoir bu la moindre goutte d’alcool ! Et chose encore plus étrange, le russe avait « dessaoulé » en l’espace de quelques secondes, à peine après avoir quitté la pièce !

Il était bien placé pour le savoir, aucun poison n’avait ce genre d’effets. Alors qu’est ce qu’il c’était passé ? Qu’est ce qui avait pu le mettre dans cette état ?

Plongé dans ses pensées, le doc frottait machinalement le mur, alors que la partie du mur sur lequel il travaillait était maintenant propre depuis une bonne minutes…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 19 Déc 2011 - 1:17

Kayna O'SKayna qui n’avait pas passé les derniers mois dans la plus grande des formes et encore moins dans les meilleurs dispositions s’étaient décidées à bouger un peu plus loin que le quartier du Bloody Valentine. Entre les problèmes récents combinés à la perte de son travail à cause de l’explosion du parc, les faits l’obligeaient à chambouler encore une fois ses plans.

Moins d’argent voulait dire problèmes en vue et avant de voir débarqué les problèmes, il lui fallait déménager. L’ennui, c’est que le moins cher était l’Éventreur Insomniaque, hôtel – bar qu’elle haïssait au plus au point. Pour couronner le tout, elle devait faire profil bas. Vraiment profil bas. Voilà ce qu’elle faisait à Rahoon. Elle devrait déménager, ni plus, ni moins.

C’est en passant dans cette fameuse ruelle où elle avait atterris le premier soir de son arrivée qu’elle croisa un visage connu. Au moins, ça changeait ! Elle arriva pile au bon moment pour entendre que lycan prenait un y. Elle s’arrêta donc derrière le doc et regarda le tag. Elle ne put s’empêcher de maugréer.

- Non seulement ça prend un y mais bites ne devrait pas avoir de s et en prime, tous les lycans ne sont pas des hommes !

Aaah, bon sang que c’était plaisant de pouvoir râler, marmonner, maugréer autant qu’on le voulait.

- Bonjour.

Elle s’alluma une cigarette, un sourire en coin plus forcé que spontané.

- Tu frottes le même morceau de mur depuis un moment déjà. Il est clean.
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 20 Déc 2011 - 20:38

Au son de la voix de Kayna, le doc sursauta. Perdu dans ses pensées, il ne l’avait même pas senti s’approcher.

Il se retourna, et mis une fraction de seconde avant de reconnaitre la lycanne, puis éclata de rire.

« Bonjour Kayna, cela fait un petit temps que je ne t’avais pas croisé. La dernière fois si je me souviens bien, ta curiosité nous a coûté pas mal de mobiliers et une bonne série d’hématomes. »

Il rigola et, après avoir posé son matériel, lui tendit la main.

« Comme tu peux le voir, il semble que mon intervention face au gouverneur n’a pas été apprécié. »

Il rigola en désignant le mur qu’il était en train de nettoyer.

« Enfin c’est une longue histoire, il semblerait que je ne sois pas un bon diplomate… Et toi comment vas-tu ? Je ne t’ai pas recroisé dans la clinique, j’en déduis que tu commences à trouver des réponses a tes questions non ? »

La lycanne était le prétexte idéal pour le doc de prendre une pause, cette histoire le travaillait un peu trop, et ce changer les idées en agréable compagnie était parfait ! Aussi lui aussi sorti une cigarette après s’être adossé au mur toujours souriant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 20 Déc 2011 - 21:57

Kayna O'SKayna ne put s’empêcher de sourire en voyant le doc sursauter. Il était vraiment perdu loin dans ses pensées pour ne pas l’avoir senti arriver.

À l’évocation du mobilier et de la pagaille qu’elle avait mise, elle était encore mal à l’aise. Mais elle n’arrivait pas franchement à regretter ce qui était arrivé. Après tout, cette pagaille l’avait aidé d’une certaine façon. Elle commençait lentement mais sûrement à voir les choses différemment.

- C’est vrai, la dernière fois, c’était bien là. J’espère que les réparations n’ont pas coûté trop cher.

Elle lui serra la main de bonne grâce. Il l’avait aidé, elle était vraiment contente de le revoir.

- J’avoue avoir évité la réunion volontairement. J’ai croisé la Gouverneur il n’y a pas si longtemps et j’ai préféré faire profil bas.

Longue histoire ? Et bien il serait deux à avoir des choses à raconter.

- Pas diplomate ? J’aimerais savoir ce qui est arrivé, finalement, peut-être aurais-je dû y mettre les pieds à cette convocation. Mais moi ça va, je trouve des réponses, je règle mes problèmes avec le passé ou plutôt, j’ai réglé un problème en particulier. Mais toi d’abord. Qu’est-il arrivé pour que tu te retrouves à nettoyer les graffitis de la ville ? Tu as insulté la Gouverneur ?

Au moins, ils avaient des choses à se dire même si elle soupçonnait que son histoire soit plus légère que la sienne. Elle aurait préféré à avoir à raconter des choses amusantes même si agaçantes sur le moment.

En tout cas, Kayna semblait nettement moins abattue que la dernière fois et il lui semblait que le doc n’allait pas franchement mal.
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 21 Déc 2011 - 23:52

Si les réparations n’avaient pas couté trop chère… Le doc ne put s’empêcher de sourire amèrement à cette remarque. Après leurs petites transformation, compte tenu des dégâts matérielles, et surtout du mouvement de panique que cela avait provoqué, Stasi avait perdu le contrôle de la section recherche de sa clinique.

Par contre il devait bien l’admettre, tous cela n’était pas de la faute de Kayna, mais de la sienne, il avait voulu montré le labo à la lycanne, il n’avait qu’à assumer les conséquences.

« Rien d’exceptionnel, la clinique a de nombreux fond pour payer ce genre de dérapage, tu n’as vraiment pas à t’inquiéter. »

Et justement en parlant de responsabilité…

« Oui, franchement j’aurais du faire comme toi, je me retrouverais pas à astiquer les murs de la ville, et je pourrais continuer cette discussion dans un café assis tranquillement au chaud. »

Il rigola, après avoir inspiré un peu de sa cigarette.

« Tu vas peut être me prendre pour un fou, mais cette réunion m’a fait découvrir quelques choses de nouveau… »

Il marqua une seconde comme s’il y avait un quelconque suspense.

« … J’ai finis par être saoul sans avoir bu le moindre verre ! »

Il avait dit cette dernière phrase comme s’il venait de révéler une information capitale,suivit d’un éclat de rire.

« Enfin, assez parlé de moi et de mes péripéties, et toi, que deviens-tu ?"



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 22 Déc 2011 - 11:29

Kayna O'SKayna ne pouvait pas savoir de quoi elle était responsable. Si elle l’avait su, elle s’en serait probablement voulue et se serait excusée tout en essayant d’aider. Car après tout, il l’avait aidé de bien des façons. Elle n’en savait cependant rien et ne pouvait donc le deviner non plus puisque rien ne laissait suppose cela.

- Si tu le dis. Ce n’était pas une raison pour faire ce que j’ai fais. Mais c’est trop tard, le passé, c’est le passé.

Apparemment, il était en plein travail d’intérêt général, mais qu’avait-il donc fait pour écoper d’un truc pareil ? Elle attendit, la réponse finirait bien par lui être donnée et elle avait raison même si elle ne s’attendait absolument à ce qu’il allait lui dire.

- Pardon ?

Elle ne put s’empêcher de rire aussi mais se reprit rapidement même si elle gardait le sourire aux lèvres.

- Excuse-moi, c’est que c’est la première fois que j’entends ça. Saoul sans boire c’est… plus qu’étonnant. Ceci dit, dans cette ville, plus rien ne devrait m’étonner au fond.

Là, c’était son tour. Rien d’aussi drôle malheureusement.

- Quelques temps après mon passage à la clinique, mon parasite est revenu et s’est mis à me harceler. J’ai fait tout le contraire de ce que tu m’as conseillé. J’ai finis par le chercher toute seule mais au final, c’est lui qui avait tout prévu. J’ai eu de la chance, la Gouverneur passait par-là…

Elle tira furieusement sur sa cigarette.

- Bref, il est mort, je l’ai achevé, enfin, la bête ou moi, aucune importance. C’est pour ça que je fais profil bas. Sinon, le Zombillenium a explosé donc je suis au chômage, je vais déménager pour moins cher que le Bloody. Enfin, ça va pas fort comme tu vois mais on fait avec, y a pas le choix. T’es sûr que tu peux pas aller boire un café ?
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 26 Déc 2011 - 23:16

Le lycan rigola avec Kayna de bon cœur. Il fallait dire que son histoire était aussi peu crédible qu’originale.
Mais comme elle le disait si bien, cette ville regorgeait de surprises.

« Pour être franc il va m’être difficile de te donner une explication à ce qui m’est arrivé sans que l’on me prenne pour quelqu’un de mauvaise fois… Mais bon, un jour j’arriverais à comprendre… En attendant je récure les murs de la ville… »

Ensuite le doc resta silencieux, écoutant attentivement l’histoire de la lycanne. Il mit quelques secondes pour réaliser que le parasite était la personne dont elle lui avait parlé avant leurs numéros de transformation.
Il ne put s’empêcher de sourire alors qu’elle lui expliquait qu’ne rien elle n’avait écoutait ses conseils. Difficile de lui jeter la pierre, lui-même avait été incapable d’écouter ses propres conseils…

Une fois qu’elle eut terminé de parler, le doc resta silencieux quelques secondes. Décidément, deuxième fois qu’il croisait la lycanne, et encore une fois, il avait l’impression de se voir quelques années auparavant… Aussi il commençait à se demander si…

« Effectivement, mes problèmes semblent assez triviaux à coté des tiens. Et je compatis à ce que tu ressens, j’ai moi aussi traversé une période de trouble, et j’ai eu du mal à différencier mes actions de ceux de ma bêtes… »

Il finit sa cigarette et l’écrasa contre le sol.

« Oui après tous, tu as raison, rien ne vaut une petite pause café, nous serons plus tranquille pour discuter. »

Surtout que le doc avait une idée derrière la tête…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 27 Déc 2011 - 9:29

Phileas FoggL'air passa dans mon Masque en émettant un sifflement inaudible.
La rue était parfaitement calme, il n'y avait pas un chat dans les allées de la vieille ville. Je me remis en marche après m'être arrêté dans un parc à l'aspect peu engageant. J'arrivai bientôt dans un dédalle de ruelles qui se croisaient et s’entrecroisaient, finissant tout à fait de me perdre dans cette ville qui n’était pas la mienne... Bref, ce n'était pas pour ainsi dire un endroit où j'avais l'habitude d'aller. Pourquoi étais-je ici dans ce cas ? Pour une mission que mon patron, Mr Hicks, m'avait fait parvenir par la procédure habituelle, d'une missive simple, emplie de son écriture calligraphié.

La lettre disait ceci :
"Votre mission consistera à rechercher et à prendre en filature une recrue potentiellement intéressante pour la Steel Corp. Vous devrez ensuite me faire parvenir un rapport avec vos conclusions, ce qui nous permettra d’approcher ou non cette personne afin de la recruter."
Ma première mission depuis que j'avais débarqué à Galway. Loin de m'ôter mes moyens, l'excitation (que je ressentais malgré mon flegme naturel) améliorait mon mental et me permettait de mieux percevoir ce qu'il se passait autour de moi. La mission était simple, l'air froid mais sec, et le vent jouait avec les pans de mon manteau gris, discret au possible (au contraire de l’uniforme militaire qu’il cachait), tandis que mon Masque était à-demi dissimulé par une capuche d’un gris sale.

Ma première étape était la vieille ville, qui était entre autres réputé pour sa discrétion (une de mes nombreuses qualités, qui avait contribué à faire de moi l'espion personnel de Mr Hicks). Je m’attardai devant une série de graphitis, mon masque affreusement sinistre ne laissant deviner aucunes des émotions qui pouvaient me traverser. L'endroit n’était guère engageant, et je m’apprêtai à repartir lorsque j’entendis des voix qui venaient d’une ruelle attenante. Un sourie éclaira mon visage, pourtant caché par le Masque, et je me glissai le plus discrètement possible jusqu’au coin de la ruelle, avant d’y risquer un coup d’œil (ou de ce qui me servait d’œil).

Deux personnes étaient là, et elles discutaient affablement.
Mon sens assidu des détails eut tôt fait de remarquer le seau, l’éponge, les graphitis et les cigarettes. Pourtant, mon attention était principalement accaparée par les deux personnages. D’après les quelques phrases qu’ils venaient d’échanger, chacun d’entre eux était à sa manière très intéressant, et pourrait être utile à la Steel Corp. Le sourire s’élargit sous le Masque. Je plissai les yeux et attendit d’en savoir plus sur les deux personnages avant d’abandonner ou non leurs filatures.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 28 Déc 2011 - 12:55

Kayna O'SExplications ou pas sur ce qui c’était passé, elle le croyait. Cette ville ne l’étonnait plus vraiment, en réalité, elle commençait à s’y faire. Après un an, il n’était pas trop tôt. C’est vrai qu’elle n’y avait pas fait que des bonnes rencontres mais elle devenait elle-même, enfin.

- Je te crois, ne t’inquiètes pas trop pour ça. De toute façon, il doit bien y avoir une explication, qui sait ? Et puis, ce travail d’intérêt général ne durera pas des plombes, si ?

Elle en savait quelque chose de ce genre de travaux après tout. Entre les feuilles dans les cimetières et les graffitis sur les mausolées, elle avait déjà donné.
Quoi qu’il en soit, Kellen était rayé de la carte ce qui lui enlevait un poids énorme de sur les épaules. Elle avait la tête libre et pouvait enfin se pencher sur propre cas sans devoir se soucier de quelqu’un. Elle en avait même oublié depuis un moment sa famille. Elle n’était plus des leur et ça, elle l’avait enfin compris.

Kayna s’étira dans l’espoir d’aller se planquer au chaud et boire un café. À l’Éventreur ou ailleurs, elle n’en avait plus rien à faire.

- Je ne dirais pas ça, à chacun ses soucis, plus ou moins gros, je te l’accorde mais t’es passé par là avant non ?

Un jour peut-être distinguerait-elle la nuance, un jour peut-être aurait-elle le dessus sur sa bête comme Gianna, le Gouverneur, semblait en être capable. En attendant, elle ferait avec.

- Alors va pour le café. Une idée de l’endroit où tu veux aller ?

C’était un réel plaisir de parler à nouveau avec lui et puis, c’était une des rares personnes avec qui elle avait un bon contact. Il y avait Jess aussi. Il faudrait qu’elle la recontacte d’ailleurs…
Pendant ce temps, elle ignorait totalement qu’ils étaient épier.
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 5 Jan 2012 - 19:27

Le doc jeta un coup d’œil aux alentour. Puis commença a sortir de la petite ruelle, afin d'en trouver une un peu plus grande avec quelques commerces. Chance, à l'angle de la ruelle, il y avait une rue un peu plus vaste avec un petit café.

« Que penses-tu de cet endroit ? Il y a une petite terrasse on peut s’installer tranquillement. »

Joignant les gestes à la parole le doc se dirigea vers l'établissement. Une fois arrivé, il tira la chaise pour que la lycanne s’installe. Une fois fait, lui-même alla s’assoir en face d’elle.

« Ça fait du bien de se poser un peu. J’avoue que j’en avais marre de nettoyer les murs. »

Il attendit que le serveur passe pour qu’ils puissent commander. Stasi demanda un café et attendit que Kayna énonce ce qu’elle désirait.
Le doc se demandait comment lui dire ce qu’il avait en tête. Depuis qu’il n’était plus le responsable de la section scientifique, Stasi n’avait plus accès à son centre de recherche.
Cela ne voulait pas dire qu’il avait laissé tomber ses idées d’étude sur les Lycanthropes. Aussi, grâce à l’argent qu’il avait amassé en tant que directeur de la clinique, le doc avait eu quelques idées et commençait à les mettre en place. Et croisé Kayna lui avait donné une nouvelle idée… Mais comment lancer le sujet ?

« Que dirais-tu de travailler pour moi ? De devenir mon assistante ? »

Voila l’accroche était lancée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Jeu 5 Jan 2012 - 23:05

Kayna O'SUn café, voilà qui serait un bon plan. Pas qu’elle avait particulièrement froid mais elle n’avait jamais rien eut contre un bon café. Ça réveillait le matin et ça remettait les idées en place. Ce qu’il y avait de bien à Galway, et c’était franchement curieux, les petits cafés ne manquaient pas.

- C’est parfait.

Le coup de la chaise était assez surprenant mais assez sympa, il fallait le dire.

- Je ne te savais pas galant. Il faut dire qu’une éponge, des gants en plastique et un sceau ne mettent personne en avant. Les poils aux pattes non plus d’ailleurs.

Là, elle se surprenait très franchement. Elle n’avait pas été aussi désinvolte depuis pas mal de mois, pour ne pas dire un an. C’était bien trop déprimant.

- Vois ton nettoyage du bon côté, tu as pu évaluer le niveau intellectuel des tagueurs à Galway. Celui-là était particulièrement nul je dois dire. J’ai vu des insultes plus constructives.

Elle commanda également un café mais avec viennoiserie quelconque. Elle adorait particulièrement mettre des pâtisseries en charpie en buvant son café. Attention, pas de gaspillage, elle les mangeait mais c’était son côté gamin. En fait, elle avait retrouvé cette habitude depuis la mort de Kellen. Comme quoi, tout allait bien mieux depuis la disparition de ce parasite.
Elle regarda le serveur s’éloigner et fixa son regard sur Stasi qui semblait réfléchir à quelque chose d’important. Elle lui laissa donc le loisir d’y penser pendant qu’elle se rallumait une cigarette. Toute la beauté du lycanthrope. Ce qu’il dit en revanche manqua de lui faire lâcher son briquet.

- Assistante ? Je suis aussi douée en science ou en biologie que ton tagueur ne l’était en orthographe. Tu es sûr de ce que tu me demandes ?

Pourquoi diable avait-il besoin d’elle comme assistante et puis la lumière se fit dans sa tête en moins de temps qu’il n’en faut pour dire ouf. C’était LA seule raison qui pouvait le pousser à demander ça.

- Ton assistante pour des recherches sur ce que nous sommes je suppose. Tu es sûr que tu ne voulais pas dire… Elle s’assura que personne n’avait les oreilles qui pouvaient traîner et baissa malgré tout d’un ton. …cobaye ?

Sur cette fin de phrase, les deux cafés et la petite viennoiserie furent déposé mais le serveur attendait bien entendu le montant de l’addition. Elle lui colla l’argent dans la main, attendit la monnaie. Il déguerpit enfin.

- On s’arrangera pour ça après si ça te dérange.

Dans l’immédiat, elle se foutait de l’addition.
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Sam 7 Jan 2012 - 22:33

Le doc observa attentivement la réaction de Kayna suite à sa proposition. Une chose était sur elle fut assez surprise. Mais elle ne réfuta pas son offre, au contraire, la lycanne semblait curieuse et voulait en savoir plus. Le doc sourit en écoutant attentivement ce qu’elle avait à dire. Il sourit sans répondre attendant que le serveur parte avant de dire quoique ce soit.
Premier chose il devait éclaircir un point.

« Après avoir été mordu, j’ai été traité comme un cobaye, donc non ce n’est pas ce que je voulais dire. »

Il sirota un peu de son café.

« Non je n’aime pas les relations docteur-cobaye, donc ce n’est pas ce que je te propose. »

Le terme cobaye lui rappelait de bien mauvais souvenirs. Donc non ce n’est pas ce qu’il cherchait.

« Je ne sais pas toi, mais moi je ne suis pas encore satisfait des progrès que l’on fait sur l’étude des lycanthrope dans la section recherche de la clinique. »

Phrase ironique quand on pensait que justement il était le propriétaire de la clinique, mais vu qu’il n’avait plus le contrôle de cette section ?

« J’aimerais donc faire moi-même mes propres recherches. Et je pense que l’aide d’autres lycans serait la bienvenue. »

La pierre rouge avait permit au doc de considérablement avancer dans son travail, mais maintenant il devait passer à la seconde étape de son projet, chose impossible s’il était seul.

« Je suis sur le point de créer une solution qui permettrait de contrôler notre lycan. »

Il lui avait dit ça doucement, presque chuchotant.

« Donc je te propose d’être officiellement mon assistante à la clinique. Bureau et salaire de fonction. Une couverture pour ensuite m’aider dans mon autre projet. Alors qu’en penses-tu ? »

Il ne lui avait pas encore tout dit, mais le doc tenait à voir comment elle réagirait à ces premières informations.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Sam 7 Jan 2012 - 23:07

Kayna O'SAttendant très impatiemment que le serveur se dépêche de se rentrer dans le café, elle tira rageusement sur sa cigarette. Ce faisant, elle espérait qu’il ne pointerait pas son nez de si tôt. La tournure que prenait cette rencontre due au hasard était nettement plus intéressante qu’une banale conversation de comptoir.
Mais apparemment, le terme qu’elle avait cru plus adéquat ne l’était pas. Il avait bel et bien voulu dire assistante… C’était une surprise, une bonne surprise même.

- Pas un cobaye donc… Bien…

Elle prit son mal en patience et ne put qu’acquiesçait en ce qui concernait les progrès de la science à leur propos. Elle n’en était clairement pas satisfaite et même si elle se faisait à son cas par la force des choses… Kayna espérait plus qu’une escapade « à poil dans la forêt » les nuits de pleine lune.

- Je ne le suis pas non plus, il faut bien l’admettre. J’espère mieux que ça de la part de la science à notre sujet.

Le doc avait déjà mentionné une solution probable à leur cas et elle le croyait toujours autant. Elle avait envie d’y croire et si elle pouvait aider… et bien c’était tant mieux ! Elle voulait mieux, elle voulait plus, elle voulait se reconstruire une vie moins précaire.
Sauf que là, il lui proposait carrément un poste. Il lui proposait un job ! Nom d’un chien !

- Tu peux compter sur moi mais je te l’ai dit, j’ai pas du tout une formation dans ce domaine. Je peux donner le change en tant que secrétaire mais pour le reste… Mais si tu me dis que ça peut le faire, je fonce tête baissée. C’est pas mon genre d’habitude mais ça. Bon sang, j’approuve. Bien sûr que j’en suis.

Comme si elle avait seulement été capable de dire non. Elle avait une confiance suffisante en lui, ce qui était peut-être une erreur, mais si elle pouvait aider à résoudre divers problèmes liés à leur cas…

C’était une aubaine à ne pas laisser passer.

- T’as une drôle de façon de bosser quand même. J’veux pas dire mais, qu’est-ce qui te pousse à me faire suffisamment confiance ? Après tout, j’suis arrivée avec un genou explosé à ton hôpital avec le sang d’un mec qui me barbouillait la figure, j’en ai zigouiller un autre il y a quelques semaines de ça… J’tourne plus vraiment très rond. Ceci dit, si je peux me permettre, t’as pas l’air d’avoir tous les fusibles en fonction non plus.

C’était franc et direct mais si elle devait s’embarquer dans un truc pareil, autant la jouer franc jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 8 Jan 2012 - 18:18

Premier bon point, Kayna acceptait sa proposition. Voilà une journée moyenne qui finissait sous de meilleurs auspices.
Il avait donc trouvé une personne susceptible de l’aider à finaliser sa potion.

« Pourquoi j’ai pensé à toi pour ce projet ? Ce que tu viens de dire me conforte dans mon choix, tu es franche, directe et surtout curieuse, tellement curieuse que tu n’hésites pas braver conseil et recommandation, quitte a te mettre en danger. Comme à la clinique. »

Il la regarda rigolant.

« Tu es comme moi, tu n’as peur de rien, et tu es prête a tout pour lutter contre ta lycanthropie. Tu corresponds exactement à la personne qu’il me faut. »

Il finit son café.

« Et comme tu le dis toi et moi nous ne tournons pas rond, ce qui fait encore un point commun. Voilà pourquoi je te propose ça alors que je te connais à peine. La lycanthropie change les choses, on ne voit plus les gens de la même manière. Tu traverses les mêmes épreuves que moi, donc je te fais confiance. »

En plus, Kayna lui avait prouvé qu’elle était capable d’enfreindre les règles sans se soucier des conséquences, il était logique que l’idée d’un laboratoire clandestin ne l’effraie pas.

« J’ai continué mes recherche sur la pierre que tu as pu rapidement observer la dernière fois, et je pense être arrivé a quelque chose d’intéressant, mais je vais avoir besoin d’aide, d’une personne qui me fasse les injections, et qui contrôle si tous se passe bien, je t’enseignerais comment faire. »

Maintenant Kayna avait sans doute compris ce qu’il voulait dire.

« Oui, je serais le cobaye. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 8 Jan 2012 - 18:49

Kayna O'SSa journée à elle, pas vraiment terrible non plus prenait une tournure aussi folle que sa vie en ce moment. Non, mieux que ça, ça devenait carrément dingue ! Pourtant, ça ne lui déplaisait pas. Non seulement ça voulait dire job mais aussi possible avancée sur le cas de la lycanthropie. Qu’est-ce qui pouvait bien foirer à part tout ? Mais ça, c’était devenu une habitude dans cette ville qu’elle habitait depuis un tout petit peu plus d’un an.

Elle écouta ce qu’il le poussait à la choisir elle et elle eut un sourire en coin avant de vider son café et de finir sa cigarette. La viennoiserie s’était déjà vue condamnée.

- Si je comprends bien, tu m’as choisi parce que je ne fais pas ce qu’il faudrait que je fasse ?

Fut un temps pas si lointain, elle en aurait été offusquée mais ce temps là était totalement révolu. Galway change les gens ou en tout cas l’avait changé elle.

- J’en ai assez de me demander quel nom va apparaître à la rubrique nécrologique du Galway Night Post. J’en ai encore plus marre de culpabiliser pour un phénomène dont je ne suis même pas responsable. En fait, pour tout dire, je ne culpabilise même plus. Je n’y arrive pas. Tout ce que je veux, c’est ne pas finir dans une cage. J’ai pas voulu ça. Au moins, mes victimes ont la chance de ne pas survivre à mon attaque.

En tout cas, ils étaient en accord, aucun d’eux ne tournaient bien rond. Il avait raison à propos d’autre chose. Elle ne voyait plus les autres sous le même angle. Les humains pour tout dire. Ils étaient fragiles mais ils avaient de la chance. Ou pas… De ce point de vue, elle n’arrivait pas encore très bien à se décider si oui ou non, la lycanthropie était une bonne chose. Pour le reste, elle se situait entre la catastrophe et la chance.
Seulement voilà, le mot cobaye revint sur le tapis.

- T’es vraiment un mec bizarre, tu sais ça ? Mais j’en suis. Oh ça oui, tu peux compter sur moi-même si je ne trouve pas génial de tester tes avancées sur toi.

C’était un revirement de carrière sans précédent. Elle passait d’artiste et maquilleuse à assistante d’un savant fou. C’était la qualification qui s’en rapprochait le plus.

- Alors comme ça, te voilà mon boss si je comprends bien ?

Elle sourit, amusée par la situation tout en mesurant l’ampleur de ce qui se produisait à l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 8 Jan 2012 - 19:03

Phileas Fogg
Un café ?
Le mot tournait dans ma tête tandis que je continuais à épier les deux lycans qui poursuivaient leur conversation sans s'appercevoir qu'ils étaient épiés. Les détails qu'ils évoquaient s'imprimaient dans mon cerveau qui triait tout sans faillir, et qui fit de lui-même plusieurs raprochements qui me permirent de mieux comprendre leurs personnalités, métiers, rencontres respectives.
Un léger sourire étira mes lèvres derrière le masque.

Ils devenaient de plus en plus intéressants au fur et à mesure qu'ils parlaient, et je pris la décision de ne pas abandonner pas leurs filatures pour le moment. Je me demandais soudain si je n'outrepassai pas les limites de ma mission : Il avait écrit
une, pas deux personnes. Etais-je dans l'erreur en espionnant deux personnes à la fois ? D'un autre côté, il ne tenait qu'à moi de présenter l'un ou l'autre à mon patron... Ma décision était prise, je suivrais les deux tant qu'ils ne se sépareraient pas.

Un café...
Le mot revint dans leur conversation juste avant que le lycantrope délaisse seau et éponge et se dirige... vers moi ? J'eus juste le temps de me fondre dans le mur qu'il passait le coin de la ruelle, juste devant moi. Je retins mon souffle. La jeune lycantrope le suivit et bientôt je pu revenir, le souffle court, sur les dalles grises la ruelle. Le mur n'était pas bien gros, et j'avais eut la chance d'aterrir dans un cagibi, mais j'avais faillis être repéré, et ce fait, loin de me paralyser, me fit sourire avant de me pousser en avant.
Vers le "café".

¤

J'entrais quelques minutes après eux, ayant pris le soin d'attendre qu'ils soient trop absorbés dans leur conversation pour me voir, et m'installais à une table voisine sans qu'ils remarquent cet énergumène masqué, vêtu d'un grand manteau et qui ne représentait rien à leurs yeux. Un serveur passa prendre ma commande, et je ne demandai qu'un petit verre d'alcool -je savais que je ne le buvrais pas.

Je continuai de les écouter, ne tournant pas la tête vers eux pour plus de discrétion.


[L'un comme l'autre pouvez poster comme il vous plaira, vous n'êtes pas obligé de m'attendre et en prime vous avez le droit de détecter ma présence si vous trouvez un moyen tangible (ce qui ne manquera pas j'en suis sûr). Bien sûr, vous avez aussi bien le droit de ne pas me remarquer, de tout faire pour que je ne vous entende pas ou de parler à voix haute, comme il vous plaira !]
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 10 Jan 2012 - 17:14

« Je t’ai choisis parce que justement tu refuses de faire ce qu’on te dicte. Tu refuses d’accepter le fait de te considérer comme vaincu, tu refuses de laisser la lycanthropie régir ta vie. Voilà pourquoi j’ai pensé à toi. »

Le doc attrapa la petite friandise posée dans la coupelle de sa tasse de café. Il fit rapidement sauté l’emballage de plastique et avala le chocolat.

« On peut dire ça, alors voici les détails… »

Le doc s’arrêta net, dans sa conversation. Quelque chose clochait depuis qu’ils étaient installés à la terrasse de ce café. Absorbé par son enthousiasme, il n’y avait pas prêté attention, mais il devait bien l’admettre il ne se sentait pas totalement à l’aise. Depuis qu’il était installé dans cette ville, le russe avait appris à se fier à son ressentit. Aussi il scruta rapidement les environ pour s’arrêter sur leurs voisins de table. Impossible de le discerner avec précision, dos à eux, un grand manteau…

« Excuse moi un instant je dois aller au toilette. »

Il se leva, souriant et en profita pour passer devant la table de l’inconnu. Un petit verre d’alcool et un masque à gaz. Ce sont les deux seuls points qu’il nota alors qu’il entrait dans le café.
Sa descente au toilette lui laissa un peu de temps pour réfléchir. Etrange ce masque de protection, toujours sur lui alors qu’il tenait un verre à la main… Vraiment étrange. Aussi il voulut s’assurer d’une chose.

Sur el chemin du retour, alors qu’il passait devant la table il s’adressa à l’inconnu.

« Excusez moi de vous importuner, mais je suis médecin, et j’avoue que le port de votre masque me trouble. Est-ce un simple déguisement, ou avez vous un problème ? Car je peux peut-être vous venir en aide ? »

Il était curieux de voir comment l’étrange individu allait réagir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 11 Jan 2012 - 18:15

Kayna O'SC’est vrai que Kayna ne considérait pas avoir capitulé face à sa lycanthropie. Pas totalement du moins. En revanche, en ce qui concernait ses dérapages lunaires, elle était à mille lieux de culpabiliser. De toute façon, elle n’avait que de rare et très vague souvenirs de ces nuits-là, à croire que les engrenages qui lui tenaient lieu de cerveau la lâchaient. Les nuits de pleine lune ne pouvaient pas être comparée à ses dérapages émotionnels, là au moins, se souvenait-elle en grande partie des évènements. Ceci dit, la bête ne se gênait pas pour concourir dans la catégorie poids lourd de ses emmerdes principales. En gros, elle tentait de contourner la lycanthropie et non pas de s’y adapter.

- Je vois et je comprends.

Enfin, les détails allaient lui être révélés et elle aurait plus d’infos seulement, c’est à ce moment-là qu’il choisit d’aller faire un tour au petit coin. Sérieusement doc ! Alors qu’il se levait à la vitesse grand V, elle se retourna pour l’observer et ne fit pas attention plus que ça à l’homme qui était assis non loin.
Dans cette ville, elle ne se serait même pas étonnée de voir un missile sortir d’un sasse secret au beau milieu de la grand place. Inutile de dire qu’elle ne remarqua même pas que ce type aurait aisément pu se trouver sur la liste des êtres les plus pataphysiques qui soient.

En attendant, elle repensa à ce qui était arrivé à l’hôpital et elle ne pouvait absolument pas douter du côté tenace de Stasi. Il n’avait pas tenté de falsifier ce qu’il savait. Certains moments restaient très vague et sa mémoire rapiécée lui donnait parfois du fil à retordre.

Malgré toutes ces merdes conséquentes, Galway faisait office de sanctuaire pour elle et ce, même si il n’y avait absolument aucun moyen de romancer ce qui se passait dans cette ville.

Arrachée à ses pensées par des bruits de pas, elle se retourna pour voir son futur patron s’adresser au gars qui était assis non loin et ce qu’il dit l’interpella. Aussi, elle pencha sa chaise suffisamment pour jeter un œil et faillit en tomber à la renverse. Elle se rattrapa de justesse à sa table et joua l’innocente. D’accord, les trucs bizarres étaient courant mais là… De quoi avait peur ce type avec son masque à gaz, de se déclarer une pneumocystose s’il respirait l’air de Galway ?
En tout cas, s’il portait ce masque tout le temps, il devait être un fervent partisan de l’onanisme à moins qu’il ait un réel problème ? Quoi qu’il en soit, ça ne changeait pas grand-chose.

L’ennui dans tout ça, c’est que les infos qu’elle attendait n’étaient pas prêtes d’arriver maintenant qu’elle était consciente que quelqu’un avait pu les entendre. De toute façon… ne pourraient-ils pas prétendre qu’ils parlaient d’un scénario ? Elle était maquilleuse à la base.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Dim 22 Jan 2012 - 19:53

Phileas Fogg
Me venir en aide...
Jamais au grand jamais personne ne m'avais fait une telle proposition. J'étais débousollé. Certes, mon troube passa complètement innaperçu grâce au masque, mais en seulement trois phrases cet homme venait de me troubler ; profondément. Heureusement, cela ne dura pas longtemps et je pu vite reprendre mes esprit et mon attitude flegmatique.

La voix qui sortit du masque ne ressemblait en rien à une voix humaine. C'était cette voix que j'entendais jour après jour lorsque j'essayais de parler ; fait qui est la principale raison pour laquelle je ne parlais quasiment plus (la deuxième raison est que personne ne veut plus me parler, ou presque). Pourtant, cette fois, je répondis.


-Me venir en aide ? Vous croyez ?

Cette métode n'était pas disrète du tout, mais elle me permettrait d'en apprendre plus sur celui-là... et peut être sur l'autre aussi. Il n'avait jamais été question d'être discret, de toutes manières. Un léger sourire élargit mes lèvres sous le masque, et mes yeux émirent un grincement de rouage.

-Ce n'est... pas un déguisement, continua la voix déformée par le Masque.

Plus je parlais, plus cette métode me semblait la meilleure à suivre.
Je levai mes yeux mécaniques vers l'individu qui se disait medecin... si ça se trouve, c'était lui qui m'avait rendu ainsi ! Cela pouvait être lui comme cela pouvait être n'importe quelle créature surnaturelle qui aurait eut la malchance de vivre pendant la guerre...

Je plantais mon regard indéchiffrable dans celui du lycan.
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 30 Jan 2012 - 22:09

Alors que le doc se méfiait de l’individu, rapidement sa méfiance laissa le pas à un autre sentiment, quelque chose qu’il connaissait bien car de nombreuses fois il lui avait cédé, et de nombreuse fois et qui bien entendu était la cause de quasiment tous ses problèmes… La curiosité.

Il jeta un bref coup d’œil à Kayna, mais elle avait déjà compris, ils reprendraient la conversation plus tard, aussi avec un petit sourire la lycane quitta le café et disparut.

« Je me doute que cela n’est pas un déguisement, sinon je ne vous aurais pas proposé mon aide. »

Il prit une chaise, souriant et vint s’installer à la table de l’étrange individu. En l’espace que quelque seconde, toute sa méfiance avait disparut, laissant place à une bonne centaine de questions à l’égard de cet inconnu qui avait la besoin de porter un masque et dont l’odeur était assez étrange, unique aux yeux du lycan.

« Mais je ne me suis pas présenté, je me nomme Stasi Tabaristan, directeur de la clinique privée de Galway. »

Il commanda un autre café, sans pour autant arrêter d’observer l’homme.

« Il semblerait que votre corps ait subi grand nombre de dommage pour être ainsi, enfin je suppose. Je sais que c’est un peu brutal et direct, mais pourriez vous m’expliquer ce qui vous est arrivé ? »

Le doc avait pris un air sérieux, il se demandait si cela avait un rapport avec les vampires, lycans ou tout être paranormal. Seulement ce n’était pas le genre de chose facile à sortir au détour d’une conversation. Afin de garder un peu de crédibilité, il préféra laisser l’inconnu lui-même présenter les faits et il aviserait en fonction de ce qu’il lui dirait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 30 Jan 2012 - 22:59

Phileas Fogg
L'individu, ou le "doc" comme il venait de se présenter, ne paraissait pas antipathique, juste... méfiant. Il regarda par-dessus mon épaule et je compris immédiatement que ce regard entendu était pour son amie -enfin, celle avec qui il discutait un instant plus tôt en tous cas. Je ne me retournai pas. Un léger sourire revint flotter sur mes lèvres.
Invisible.

Finalement, le regard du "doc" changea.
En une seconde à peine, à moins que mes yeux de métal ne me jouent des tours, je vis passer un tas de sentiments contradictoires sur le visage du jeune homme : méfiance, suspicion, crainte, compassion pour finir en l'expression d'une curiosité dévorante.
Amusant, songeais-je avec un autre sourire.

Le bruit d'une porte qu'on claque parvint jusqu'à mes oreilles.
La lycanne devait en avoir assez vu. Tant pis, j'abandonne sa filature pour l'instant, j'aurais tout le temps de la reprendre plus tard. J'ouvrai la bouche pour une question, une banalité, ou encore une idiotie que j'aurais sans doutes regretté par la suite, lorsque le doc me devança :

« Je me doute que cela n’est pas un déguisement, sinon je ne vous aurais pas proposé mon aide. »

Je compris alors quel était ce sentiment étrange qui me taraudai depuis que l'homme m'avait adressé la parole. Ce sentiment qui s'était invité alors qu'il n'était plus le bienvenu depuis des décennies ; ce sentiment qui m'avait tellement déçu que j'avais fini par le haïr et le bannir.

L'espoir.
Sous la table, mes poings se serrèrent.

Alors que j'avais pensé approuver les paroles du doc, l'inviter à poursuivre, être totalement captivé et peut être finir par lui avouer toute la vérité, je gardai mes mâchoires hermétiquement fermées. Je ne lâchai pas ce dernier des yeux alors qu'il prenait une chaise et s'installait à ma table.

Le verre d'alcool, toujours dans ma main, me semblait plus déplacé que jamais.
Je vis parfaitement que je ne lui faisais pas plus peur qu'un poussin, et qu'il ne restait plus un seul gramme de méfiance en lui. Pur, joyeux et profond, voilà comment je le percevais.
Finalement, c'est lui qui reprit la parole :

« Mais je ne me suis pas présenté, je me nomme Stasi Tabaristan, directeur de la clinique privée de Galway. »

Sur-ce, il héla un serveur pour commander un café, avant de poursuivre son
monologue :
« Il semblerait que votre corps ait subi grand nombre de dommage pour être ainsi, enfin je suppose. Je sais que c’est un peu brutal et direct, mais pourriez vous m’expliquer ce qui vous est arrivé ? »

Je cessai tout à fait de respirer.
Cet homme supposait trop bien -limite si il n'affirmai pas. Il était dangereux. Je passai une langue rappeuse sur mes lèvres sèches. Mes yeux me brûlaient, mon bras droit se faisait lancinant. Je ne pensai pas que des mâchoires puissent être autant serrées.

« Vous... vous ne pensez pas que cet endroit est inapproprié pour ce genre de confidence ? Si vous voulez en savoir plus, il serait sans doutes mieux d'aller dans un endroit moins... occupé. »

Ce mot était sortit sans que j'arrive à en trouver un autre à temps.
Un terme de guerre. Un mot horrible, comme tout ce qui se rapportait à ça. La Guerre -je la hais. Je m'ébrouai mentalement : qu'est ce que j'étais en train de faire ? Je me mordis la lèvre. Pourquoi ne pas hurler mon histoire, mon passé et mes secrets à tous ceux qui se trouvaient dans la salle ? Cela revenait au même, après tout : n'étais-je pas en train de promettre à cet homme que je lui révèlerais la raison de tout ceci ?

Je retins ma respiration, attendant la réponse du lycan.
Peut être hausserait-il les épaules avant de partir d'ici, désabusé, ou de partir vers le comptoir pour une chasse aux filles ? A la vérité, j'aurais sans doutes préféré qu'il choisisse cela plutôt que d'accepter ma proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Lun 30 Jan 2012 - 23:45

Alors que le doc lui posait ses questions, le doc n’arrivait pas à savoir comment réagissait l’inconnu. Dur de se rendre compte s’il l’offensait, s’il le blessait, si l’individu s’en fichait avec un tel masque impossible d’observer la moindre émotion, que ce soit sur le ton de la voix, ou simplement sur son visage. Le russe était donc dans l’attente d’une réponse, qu’il espérait affirmative.

La réponse tomba, et elle plut au doc. L’inconnu ne voulait pas s’épancher dans un endroit aussi fréquenté, cela signifiait qu’il y avait une chance qu’il réponde à ses questions. De plus ce coté mystérieux ne faisait qu’attiser la curiosité du doc. Il se demandait pourquoi autant de mystère, et depuis qu’il était dans cette ville il n’avait jamais regretté les personnes mystérieuse, même s’il l’avait souvent payé… Après tous grâce à sa curiosité il avait appris l’existence des lycans, des vampires, avait croisé une personne possédée, un individu rouge avec des cornes et pas franchement humain… Enfin il s’égarait.

« Je peux comprendre que le sujet ne soit pas simple a aborder en ses lieux. Mais justement, en tant que chef de clinique j’ai l’avantage d’avoir un bureau confortable et surtout à l’abri des regards et des oreilles indiscrets. »

Voila qui était marrant, le doc était venu à l’encontre de cet inconnu car il le soupçonnait d’être une oreille indiscrète, et voila que maintenant il l’invitait directement dans son bureau alors qu’il ne connaissait même pas son nom…

« Alors qu’en pensez vous ? Voulez vous que nous y allions ?"

La curiosité était décidément le point faible du russe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mar 31 Jan 2012 - 15:35

Phileas Fogg
C'est lorsqu'il me proposa de venir à son bureau pour y discuter qu'un pressentiment horrible me tança.

Son bureau. Un endroit à LUI.
Un endroit que je ne connaissai pas ; qu'il connaissait par coeur. Je serrai les mâchoires plus fort encore -si c'était possible. Je ne lui faisais pas confiance. Mes yeux se plissèrent, m'arrachant aussitôt une grimace de douleur : le métal de mes yeux était coupant lorsqu'on faisait n'importe quoi avec.

C'est avec cette grimace aux lèvres que j'écoutai à moitié le doc qui me demandait ce que j'en pensai.

Ma première implusion fut de l'envoyer balader.
Implusion que je réfrénai en me rappellant ma Mission. Comment mener cette dernière à bien si je faisai tout de travers ? Si le doc s'en allait, je n'aurai plus qu'à chercher quelqu'un d'autre, ce qui prendrait des jours ; alors que l'impression que cet homme était celui que voulait se muait en certitude ?
C'aurait été idiot.

Je déposai quelques pièces sur la table avant de me lever, et de lui répondre :
« C'est une bonne idée. Passez donc devant. »


[Un peu court, navré]
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   Mer 1 Fév 2012 - 0:19

HRP, aucun soucis ta réponse me convient parfaitement^^



L’inconnu marqua un petit temps avant de répondre à la proposition du doc. Un peu comme s’il hésitait. Le doc ne comprenait pas vraiment, il fallait dire qu’obnubilé par l’étrangeté de l’individu, il n’avait pas réalisé qu’il lui proposait de le suivre alors qu’ils se connaissaient depuis à peine 5 minutes… Il était donc logique que l'inconnu n'ai pas l'entrain espéré par le doc.

Cependant, et pour son plus grand plaisir, il accepta sa proposition et paya sa boisson. Le doc bu son café cul sec, on ne gâche pas, en faisant une légère grimace car celui-ci était encore très chaud et surtout sans sucre. Une fois terminé, il reposa la tasse et chercha un billet dans son portefeuille, qui posa sur la table.

"Allons-y, ce n’est pas trop loin, j’appelle un taxi."

Le doc n’avait toujours pas de véhicule, de toute façon vu son sens de l’orientation, le taxi était la meilleur des solutions, lui au moins ne se trompait pas dans l’adresse…

vers : http://www.hellsgate.fr/t142p15-le-bureau-du-docteur-en-chef-stasi-tabaristan#2367

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les ruelles sombres   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les ruelles sombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une ruelle sombre
» Les sombres ruelles de l'allée des Embrumes
» Les ruelles de Konoha
» Course poursuite dans les ruelles
» Harry J. Potter | «On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière»
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Rahoon
-