AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar

MessageSujet: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Ven 9 Nov 2012 - 11:20

A l'extérieur,


Rockbarton Road, ancien quartier du parc Zombillenium, n'a pas été épargné par l'incendie qui ravagea la plupart des habitations alentours. Aussi, quelque part entre les bâtiments calcinés et laissés à l'abandon pour certains, est installée la boutique d'antiquités de la famille Cook. La modeste bâtisse noircie par les cendres se serre au milieu de deux résidences plus grandes, comme si elle y avait été insérée de force pour combler l'espace vide. Pourtant, à en juger par l'aspect quelque peu délabré de la bicoque, on pourrait jurer qu'elle se trouve ici depuis des siècles. La devanture de la boutique est d'un style des plus classique pour ce genre de commerce : une vitrine entrecoupée de petits carreaux de bois, devenue presque opaque à cause d'une importante couche de crasse, ainsi qu'une petite porte, à la propreté également douteuse, surmontée d'un panneau massif et branlant suspendu par deux chaînes rouillées. Sur ce panneau on peut y lire joliment calligraphié "Cook's Shop, Old Stuff". Si l'on insiste du regard sur la vitrine, on peut apercevoir des ombres difformes qui s'entremêlent, empêchant d'identifier le moindre objet vendu à l'intérieur.


La partie Old Stuff,


Lorsque l'on pousse la porte d'entrée, un ergot fixé sur la partie haute de cette dernière vient faire tinter une clochette fatiguée annonçant l'arrivée d'un visiteur au propriétaire des lieux. L'odeur est l'une des premières sensations qui permet de se faire une impression de l'endroit où l'on se trouve, et là, le parfum qui flotte dans la pièce est un mélange explosif entre la poussière, le bois verni, le cuivre vieilli, le tabac froid et le papier passé prenant directement aux narines. Les nez les plus fins pourraient même y détecter une once d'herbe ou d'épice. La salle est silencieuse, bercée par un air de musique jazz un peu swing et grésillant, entrecoupé d'une voix monotone qui sort d'une petite radio vintage posée sur une étagère bancale. L'état général de l'unique pièce du magasin en dit long quant à la rigueur du propriétaire. Le petit comptoir en bois noirci par le temps déborde de toutes parts de paperasse, qui s'agite à chaque passage du petit ventilateur disposé sur une deuxième étagère à proximité. Tout le reste de la pièce est occupé par de vieux meubles pour la plupart en mauvais état, ou même simplement cassés. La boutique expose également de vieilles armes rouillées ainsi que de vieux tableaux représentant diverses scènes de batailles ou portraits proches de la caricature. Enfin, comme si l'endroit n'était pas suffisamment glauque, des objets inclassables trônent sur les murs entre les étagères de vieux grimoires aux couvertures poussiéreuses, comme par exemple, quelques trophées de chasse dont il est impossible d'en identifier leurs défunts propriétaires. A croire que l'antiquaire s'est amusé à créer des hybrides, ou bien peut être n'est ce que le fourbi accumulé autour qui donne cette impression... On peut aussi admirer de vieux mannequins, parfois avec des membres manquants, qui jonchent ça et là le sol inspirant aux quelques esprits mal placés des scènes de pure luxure. Au fond de la pièce, en esquivant deux vieilles armes blanches médiévales, il est possible d'accéder à une petit porte qui doit donner sur les appartements de Cook, à en juger par le petit panneau "privé" qui y est accroché. Bref un antiquaire comme les autres...


La partie Cook's Shop,


Les non-initiés ignorent que cette boutique renferme beaucoup plus que de simples broutilles plus vielles que la bicoque, aussi, lorsque l'on active un mécanisme ingénieux, un loquet libère un pan de mur de la salle principale qui s'escamote lourdement afin de dévoiler une série de marches en pierre qui descendent dans l'obscurité. Dès que l'on ouvre la porte, l'odeur de plantes devient nettement plus perceptible et couvre presque celle de la poussière et du tabac. Un frais saisissant englobe l'atmosphère qui s'emplit également d'une humidité pesante. En haut des marches une tunique faite d'une matière épaisse et chaude et surmontée d'une grande capuche est suspendue à un crochet. Après une descente dans le faible éclairage des quelques lampes à pétrole fixée au mur, les marches s'arrêtent sur une grande salle voûtée en pierres froides et noires. Ici, l'odeur n'est plus qu'un mélange des parfums des diverses herbes stockées, avec tout un soupçon persistant de cigarettes. Au milieu de la pièce trône une grande table en bois massif sur laquelle sont disposés des instruments en verre qui doivent avoir un intérêt certain pour qui sait les utiliser. De plus petites tables sont alignées sur l'un des côtés de la cave. Sur ces dernières sont disposés de façons chaotique mortiers et autres récipients laissés là comme si leur utilisateur avait du fuir en urgence. Après réflexion, peut être que cela a toujours été ainsi... Des tas de livres couverts de crasse et gonflés par l'humidité traînent de façon éparse, mélangés à de vieux parchemins enroulés. Au fond de la pièce sont installées des étagères moisies qui supportent difficilement une multitude de pots en verre aux étiquettes pour la plupart illisibles et aux contenus des plus douteux, reliés les uns aux autres par d'épaisses toiles d'araignées. Un faible son d'eau qui ruisselle ambiance la salle et renforce de plus belle la sensation de moiteur déjà oppressante. En effet, l'apothicaire dispose d'un système hydroponique pour maintenir certaines plantes fraîches, ou même pour en cultiver d'autres qui serait plus rares, voire même illégales. Il est difficile de faire un pas sans manquer de trébucher sur un récipient ou un grimoire, mais avec de la concentration, se mouvoir dans la pièce n'est pas impossible. Il est tout de même conseillé de na pas trop y traîner afin de ne pas risquer d'attraper froid... ou pire.


Dernière édition par Elijah Cook le Mar 13 Nov 2012 - 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Dim 11 Nov 2012 - 16:45

Le soleil tombait tôt à cette période de l’année, ce qui arrangeait bien les affaires de Llylewin, qui pouvait avoir une vie extérieure plus active qu’en été où la nuit rétrécissait comme peau de chagrin.

Une des caractéristiques les plus appréciables du mois de novembre était effectivement de pouvoir sortir à partir de 18h, ce qui permettait de profiter de toutes les boutiques de Galway, y compris de celles des indélicats qui fermaient à 19h.

Cela tombait à pic pour les affaires de la vampire, car on lui avait reporté que l’échoppe du vieil apothicaire venait plus ou moins de rouvrir après avoir mis la clé sous la porte depuis des mois. L’ancien propriétaire avait-il changé d’avis ? La boutique avait-elle été rachetée par un petit nouveau ? Son informateur n’avait pas pu la renseigner sur ce sujet, aussi avait-elle décidé de se rendre directement sur place pour voir de quoi il en retournait.

C’est donc enveloppée dans une longue cape en laine noire bordée de fourrure que la vampire poussa la porte du "Cook’s Shop, Old Stuff", faisant tinter la clochette. Elle reconnut instantanément le sens de l’ordre si caractéristique de cet endroit, et pour tout dire cela ne lui rappelait pas de très bons souvenirs.

En effet, elle avait eu l’occasion de fréquenter ce lieu il y a quelques années, et cette période de son existence bien que révolue avait toujours un goût amer : son riche amant venait de la quitter comme une malpropre, elle n’avait ni toit, ni argent et avait en prime développé une saleté d’addiction au crack… Dont le vieil apothicaire avait tant bien que mal tenté de l’aider à se débarrasser, mais sans trop de succès, tant son existence avait sombré dans la décadence la plus totale…

Mais désormais sa vie avait changé, et ses besoins aussi, et elle avait à nouveau besoin des services d’un concocteur de potion magique pour des choses bien plus triviales certes, mais néanmoins sérieuses.

Bonsoir ? se hasarda-t-elle, tentant de discerner une forme au milieu de tout ce fatras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Dim 11 Nov 2012 - 18:56

Elijah CookFin d'après midi banale pour le récent Apothicaire, le soleil ne brillait plus depuis maintenant presque une heure, aussi, Elijah songeait à fermer la boutique pour la journée. Dans un long soupir respirant l'ennui, il laissa tomber son journal de la veille sur son comptoir et se redressa nonchalamment afin d'aller couper sa radio. Il avait passé les deux derniers jours à installer son foutoir afin qu'il soit digne d'un magasin d'antiquité qui se respecte sans trop se soucier de la propreté des lieux.

Le mois de décembre s'approchant à grand pas, les températures avaient chuté depuis quelques jours, à tel point qu'une fine pellicule de buée s'était mêlée à la crasse la vitrine, empêchant littéralement de voir ce qui se passait dans la rue. Elijah venait d'écraser sa clope dans un cendrier déjà débordant de mégots lorsque la clochette de l'entrée s'activa.

D'abord intrigué par la venue d'un visiteur en cette heure tardive, l'apothicaire s'était retourné en affichant son air agacé. Son visage ne s'était adouci que très peu lorsqu'il distingua les traits d'une jeune femme encapuchonnée, à travers les fines volutes de fumée blanche qui stagnaient dans la pièce. On ne distinguait pas grand chose de la demoiselle, à part les quelques mèches brunes qui dépassaient de sa cape. Elle ne semblait pas avoir encore remarqué l'apothicaire dans la pénombre de sa boutique. Elijah l'observait sans un mot pendant quelques secondes, attendant qu'elle brise le silence, c'est alors que son voeu fut exaucé. La potentielle cliente lança un "Bonsoir" pour alerter le propriétaire des lieux.

L'apothicaire se mit à toussoter pour attirer l'attention de la jeune femme du côté du comptoir, puis il contourna ce dernier afin de se placer en face de son interlocutrice. Impossible de savoir si elle faisait partie de la population "spéciale" qui rôdait dans Galway ou s'il ne s'agissait que d'une emmerdeuse lambda qui venait claquer son fric pour une babiole poussiéreuse. Elijah toisait la jeune femme, elle avait un regard d'un bleu intense qui, avec le pâle de sa peau, aurait pu geler une flamme instantanément.Il rajusta ses lunettes avant de saisir une cigarette de son paquet à l'aide de ses dents. Il alluma sa blonde et recracha relan de fumée sans se soucier si cela pouvait déplaire à son "invitée", puis il se racla la gorge avant de se présenter.

- Elijah Cook Junior, antiquaire, vous venez pour quoi ?

Le ton qu'il avait employé, ainsi que les formules utilisées laissaient plus qu'à désirer pour un commerçant, mais Elijah s'en balançait pas mal, en plus, venir en fin de journée était comme une provocation pour l'apothicaire, il n'avait aucunement envie que la conversation ne s'éternise. Encore plus si celle ci ne concernait que les bibelots anciens qui décoraient maladroitement la pièce principale...
Revenir en haut Aller en bas
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Dim 11 Nov 2012 - 21:24

Les yeux de Llylewin avaient commencé à se perdre aux alentours d’un bibelot assez incongru lorsque « Junior » surgit entre deux piles d’objets, une cigarette malodorante dans la bouche.
Effectivement, ce type là était bien plus jeune que l’ancien propriétaire des lieux, aussi espérait-elle que le senior lui avait bien transmis son savoir de vieux fossile avant de lui céder la boutique. Et, qui sait, peut-être était-il plus au courant des trucs modernes pour les potions ?

En fait je ne cherche pas exactement des antiquités, commença-t-elle prudemment pour ne pas échauder le spécimen aux grosses lunettes, encore que, l’ancien propriétaire disait tenir certains « remèdes » de sa grand-mère, mais plus quelque chose de… D’homéopathique dirons-nous, vous savez, des trucs à base de plantes, lança-t-elle innocemment, l’air de rien pour tâter le terrain.
Est-ce que vous faites ce genre de chose ou bien cette activité a-t-elle cessé avec Cook senior ?

La vampire prenait ses précautions car elle savait d’expérience que les savants fous – apothicaires, alchimistes, rebouteux – étaient du genre paranoïaques et préféraient exercer leur métier à moitié sous le manteau, et même si souvent leur secret était plus de polichinelle qu'autre chose mieux valait ne pas les brusquer et s’en faire des alliés, car une inimitié pouvait coûter bien cher.

Ce n’était pas comme insulter un serveur qui pourrait au pire cracher dans votre verre, non, être mal vu d’un apothicaire pouvait vous valoir une malencontreuse erreur de formulation qui pouvait au mieux être gênante – faire surgir des pustules mal placées par exemple – et au pire avoir des conséquences carrément funestes. Voilà pourquoi elle préférait, contrairement à d’habitude prendre des gants et marcher sur des œufs pour éviter de finir en omelette.
Et puis, il y avait quand même une chance que cet homme ne soit qu'un antiquaire aussi poussiéreux que ses objets!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Dim 11 Nov 2012 - 22:51

Elijah CookAinsi, la journée n'était peut être pas totalement perdue, qui sait, cette mystérieuse cliente pouvait s'avérer plus intéressante qu'elle n'y paraissait à première vue. La nature de sa demande piqua la curiosité de l'apothicaire qui jeta un bref coup d'oeil dans un des miroir entassé derrière dans la pièce, tout en feignant de se retourner afin de recracher sa fumée et ainsi ne pas incommoder la demoiselle en face de lui.

*Pas de reflet...*

Décidément, voilà que la soirée prenait une tournure à la limite du palpitant pour Elijah. Il écoutait la jeune femme avec attention, en prenant tout de même un soin particulier à afficher un air impatient. Il avait du mal à supporter ses semblables, mais il devenait plus flexible lorsqu'il s'agissait de vampires ou autres canidés dont il prenait plaisir à dévorer les histoires étant plus jeune. Son regard devait être maintenant animé d'une petite flamme, tel un enfant qui se trouverait en face d'un des ses nombreux héros de dessins animés. Pour la première fois il était l'un des personnages principaux de l'intrigue, et non plus un gosse jouant dans l'ombre de son père.

Son père, d'ailleurs, cette cliente semblait l'avoir déjà cotoyé, il semblait même qu'elle eut déjà fait appel à ses services dans le passé. Etrange sensation, mais avec cette idée en tête le visage de la jeune femme ne semblait plus si inconnu pour Elijah, sans qu'il puisse pour autant mettre un nom ou quoi que ce soit d'autre dessus. L'apothicaire tira une nouvelle bouffée de sa cigarette qui crépita légèrement sous l'aspiration du fumeur, avant de laisser s'échapper un rond de fumée opaque. Il recracha par le nez la dose toxique qu'il venait de faire passer dans ses poumons -qui devaient contenir assez de goudron pour couler une autoroute jusqu'à la capitale- et attendit que la demoiselle encapuchonnée ait finit d'expliquer son besoin. Il rajusta une nouvelle fois ses lunettes et répondit une voix calme et feutrée.

Je vois... Effectivement je pense pouvoir vous aider, il balaya l'entrée de la boutique du regard comme s'il vérifiait que personne ne les épie, mon père m'a effectivement inculqué son savoir faire pendant des années, je peux sans problème vous procurer ce dont vous avez besoin. Dites moi ce que vous recherchez, la posologie que vous souhaitez utiliser, ainsi que la durée de l'effet.

Elijah se retourna pour éteindre sa cigarette dans une canette à moitié vidée de son soda trop sucré avant de reprendre :

Ah oui et j'oubliais le sujet est il... humain ? Féminin, masculin ?

Il sortait le grand jeu, il voulait vraiment paraître professionnel pour cette première fois, pas d'oubli, pas de loupé, et surtout pas d'incompréhension quant au besoin de la jeune femme. Il s'agissait là de faire briller à nouveau le nom des Cook.
Revenir en haut Aller en bas
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Lun 12 Nov 2012 - 17:17

La vampire constata avec satisfaction que l’apothicaire était un garçon assez facile et qu’elle n’aurait pas à le cuisiner lourdement sur son stock d’herbes aromatiques pour qu’il finisse par lui cracher le morceau. Tant mieux, elle n’aimait pas les commerçants qui faisaient leur mijaurée.

He bien, en fait, pour tout vous dire, commença-t-elle en se frottant le menton, ce n’est pas exactement aussi simple, j’aurais besoin de vous pour deux commandes bien distinctes pour ne pas dire opposées et pas forcément très habituelles…
Pour ne rien vous cacher, je suis la tenancière de la maison close de l’impasse des Nurseries, à environ un quart d’heure de marche d’ici, et j’aurais besoin de sortes d’élixirs pour mon établissement et pour mon usage… Personnel.


Elle toussota après le dernier mot, comme si quelque chose lui était resté coincé en travers de la gorge. Il faut dire qu’entre la puériculture et la dépravation, elle ne savait pas lequel des deux sujets la mettait le plus à l’aise !

Pour commencer… Quel sujet aborder en premier ? Le plus simple serait certainement le plus judicieux, même si elle rechignait à l’admettre. Ma fille de 3 mois et demi est absolument insupportable depuis quinze jours, elle passe son temps à hurler de façon extrêmement stridente, de nuit comme de jour. Sa nourrice m’a dit que ça venait de ses dents, et qu’elle avait testé tous les remèdes possibles et imaginables mais que rien ne fonctionnait, sans doute parce qu’ils étaient prévus pour les dents de petits humains et pas pour celles des petits vampires…
Bref, je ne sais pas si vous vous y connaissez en marmots surnaturels mais par pitié, proposez-moi quelque chose pour la faire taire, sinon je pense que je vais craquer et aller l’encastrer dans une bétonnière, le monstre empêche tout le monde de dormir !


Et voilà, pile le discours de la ménagère de plus de 300 ans qui lui filait des boutons, mais elle n’avait plus vraiment le choix, depuis que Magda était passée en mode alarme toutes les habitantes du QS étaient sur les nerfs et cela risquait de tourner à la guerre civile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Lun 12 Nov 2012 - 18:59

Elijah CookOn ne pouvait pas dire que les débuts d'Elijah en tant qu'Apothicaire étaient des plus fracassants question commande... Il faut dire qu'il s'attendait plus à devoir élaborer des mixtures pour empoisonner une tierce personne ou même altérer son jugement par le biais d'un hallucinogène ou autre sérum. Mais la jeune femme en face de lui attendait qu'il fasse en sorte que sa gamine arrête de chialer. C'était là une demande originale et lui même ne savait pas exactement comment s'en sortir. Après avoir tout de même écouté attentivement les explications de la maman en détresse, Elijah passa sa main dans ses cheveux gras afin ramener une mèche qui le gênait en arrière. Il secoua la canette qui continuait de dégager une fumée nauséabonde avant de répondre à la requête de la Vampire.

Et bien, si le mal vient des dents de votre... enfant, il suffit peut être de multiplier les doses ou d'en faire une huile essentielle. Les huiles peuvent s'avérer plus puissantes qu'une simple solution dans la plupart des cas, la seule difficulté étant de l'appliquer sur la zone concernée sous le consentement du sujet, mais dans votre cas, je ne pense pas que cela pose problème.

Le regard de l'apothicaire était en train de se perdre dans le vide, il regardait en direction de sa cliente mais ne la voyait plus. Non, Elijah était en train de s'imaginer comment lui, il calmerait ce cher bambin, dans des scénarios les plus acadabrantesques les uns que les autres, impliquant des armes ou des ustensiles de cuisine, parfois même avec une simple godasse. Il faut dire que s'occuper des enfants n'était pas inscrit dans sa liste de passions ou loisirs.

Après avoir divagué quelques secondes qui auraient pu paraître des heures, il secoua la tête doucement pour se remettre les idées en place, avant de reprendre en caressant sa barbe éparse et drue.

Quoi qu'il en soit, je vais avoir besoin de vingt quatre heures pour satisfaire cette demande. Il va me falloir réfléchir un minimum afin de trouver un moyen d'aider votre... fille. L'apothicaire retira ses lunettes afin d'en nettoyer les verres avec sa chemise débraillée. De par sa nature, il y a des ingrédients que je dois éviter. Savez si elle à déjà réagit à certaines substances ? Pas d'allergies connues ? Mis à part celles qui vous sont communes à elle et à vous bien entendu.

Même si cela ne l'enchantait pas vraiment, il souhaitait quand même répondre à cette demande, après tout, il était là pour ça. Tout le monde ne voulait pas la mort d'un ennemi ou le contrôle total sur son appétit sexuel après tout, et en y réfléchissant bien, c'en était même rassurant.

Elijah se déplaça mollement vers le comptoir et s'empara d'un stylo qui y traînait, affichant un air satisfait comme s'il voulait faire comprendre à sa spectatrice qu'il avait bien fait de laisser cet objet mal rangé pour s'en servir plus vite une prochaine fois. Il en cliqua l'extrêmité pour faire sortir la mine, et reprit :

Donc, je vous écoute. Il me semble aussi que vous aviez une deuxième demande...

Il espérait tellement que la deuxième commande ne concerne pas des tâches de vomi irrécupérables ou bien les flatulences du mari de la belle qu'Elijah lâcha un soupir qu'il essaya ensuite de camoufler en baîllement incontrôlé.
Revenir en haut Aller en bas
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Lun 12 Nov 2012 - 22:47

Ho que non le consentement du sujet ne poserait pas de problème, elle lui enfoncerait le remède dans la bouche de gré ou de force, quitte à utiliser une pince de tenailles !
Ça avait l’air de bouillonner sec dans la caboche de l’apothicaire, il avait l’air ailleurs, parti à vingt mille lieues d’ici, au pays des potions et autres alambics… Llylewin espérait qu’il s’agissait d’un signe positif et qu’il n’était pas en train de sécher sur la question.

Des substances à éviter ? Heu… Mis à part l’eau bénite, je ne crois pas non…
La vérité était que la vampire n’en avait strictement aucune idée, elle n’avait jamais tellement prêté attention à ce genre de choses, surtout depuis que la providence lui avait fourni une nounou qui se chargeait volontiers de ces petits détails. De toute façon, elle ne l’avait jamais vu devenir rouge, boursouflée ou bien recouverte de boutons, donc la bougresse devait avoir un intérieur rustique.

Heureusement, l’homme ne semblait pas vouloir approfondir le sujet et évoqua rapidement l’objet de la seconde commande, ce qui arrangeait la maquerelle, car elle concernait un domaine qu’elle maîtrisait cette fois-ci pleinement : la débauche.

La vampire tenta de se rapprocher du propriétaire et réussit à se frayer une petite place sur le comptoir entre deux bibelots pour y poser son coude afin d’être confortablement installée pour évoquer la suite.

Mon autre commande concerne mon établissement… Comme je vous l’ai déjà dit je suis tenancière de maison close, et historiquement le genre de « services » que proposent mes filles s’accompagnent de petit à-côtés : absinthe, opium, et j’en passe…

Maintenant on ne trouve plus d’opium, les fabricants d’absinthe commercialisent de l’eau de vaisselle et les substances actuelles sont de vraies cochonneries synthétiques de piètre qualité, et je me suis toujours dit que j’aimerais proposer quelque chose de moins ordinaire à mes clients, quelque chose qui sorte des sentiers battus sans pour autant faire perdre les pédales aux messieurs et mettre la sécurité de mes filles en danger.

J’avais pensé à des cocktails un peu festifs, qui contiendraient un ingrédient mystère qui leur donnerait un peu de peps, vous voyez ce que je veux dire ?
Il me faudrait je pense au moins 3 substances différentes produisant des effets sympathiques qui mériteraient qu’on paye cher pour eux et de préférence bénéfiques pour le reste des consommations, au goût relativement agréable ou facilement camouflable et surtout dosable en fonction de la nature de celui qui le consomme, car notre clientèle est assez hétéroclite… Vous pensez pouvoir me faire rêver ?
demanda-t-elle en souriant à l’apprenti sorcier.

Ho bien sur, vu le peu de soin qu’il prenait de sa personne la séduction en règle générale semblait être une préoccupation bien éloignée et elle ne pourrait probablement pas lui proposer de régler sa note en lui offrant des nuits de débauche à l’œil, non, elle devrait mettre la main au portefeuille mais s’il était suffisamment doué elle ne devrait pas regretter son investissement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Mar 13 Nov 2012 - 12:35

Elijah CookL'apothicaire griffonnait les remarques de la jeune femme sur son bloc note et agrémentait sa rédaction par quelques "anhan" qui lui donnaient un petit côté psychologue. Cependant, il aurait pu tout aussi bien dessiner des bonshommes ou autres croquis rigolos, sa cliente n'y aurait vu que du feu.

Après une légère réflexion stérile quant aux allergies potentielles de sa progéniture, la jeune femme enchaîna et s'approcha d'Elijah, créant ainsi une ambiance un peu plus secrète qui laissait présager que la deuxième demande allait être plus intéressante.

Et pour le coup, Elijah n'était vraiment pas déçu. La maquerelle lui demandait un cocktail explosif de drogue, qui, pour la petite histoire, lui rappelait un film qu'il avait loué auparavant dans lequel un chimiste de génie invente une pilule magique... Aujourd'hui c'était à lui d'inventer un mélange détonnant pour le compte d'un tiers, et fort heureusement, il avait déjà songé à un tel type de produit. La jeune femme lui souriait, peut être essayait t-elle de lui faire comprendre qu'un arrangement pouvait se trouver concernant le paiement, mais c'était à peine s'il l'avait remarqué, plongé dans ses pensées. Il rajusta une nouvelle fois ses lunettes en faisant mine de réfléchir. Il saisi son paquet de cigarettes, en tapota le fond avec son index afin d'attraper un filtre qui dépassait par l'ouverture.

J'ai justement un petit projet que je n'ai pas pu tester en conditions réelles. J'en ai d'ailleurs deux échantillons... Vous permettez ?

Tout en allumant sa cigarette, Elijah s'éloignait en direction de la porte marquée "privé" et disparu dans l'encadrement de cette dernière. On entendait simplement des bruits de meubles déplacés et de tintement de verre durant les quelques minutes qui suivirent. De ce qui avait semblé être du "farfouillage", Elijah revint trouver la jeune femme dans la pièce principale avec un air satisfait. Il leva les mains à mi hauteur afin de montrer à sa cliente deux petits flacons contenant un liquide foncé, aux reflets verdâtres. Les deux fioles étaient chacune marquée d'une petite gommette de couleur différente. Elijah présenta la première fiole, marquée d'une gommette verte.

Voici ce que j'ai nommé le "DLM", la nouvelle substance pour se sentir heureux... Sans entrer dans les détails, sachez simplement que c'est une subtile association, parfaitement équilibrée entre la Datura, de l'essence de Lis blanc, une décoction à base de champignons euphorisants et une molécule de synthèse, appelée két... enfin peu importe... il afficha un demi sourire, ça, c'est ma touche personnelle... Je ne suis pas spécialement fier d'ajouter cette molécule à ma composition, mais techniquement, elle est redoutablement efficace associée à la Datura. La molécule va bloquer les effets néfastes de cette plante, ce qui met donc l'utilisateur dans un état second, mais sans risque de crise d'angoisse. Le champignon n'est là que pour effacer le mauvais côté lié à la consommation d'alcool, à savoir fatigue et malêtre, aussi votre consommateur boira en ayant l'impression de tenir comme il n'a jamais tenu. Ceci implique que l'alcool ne le fera que se sentir fort et donc... relativement performant... pour... l'acte. Acte qui sera favorisé par l'ingestion du lis blanc, une plante aux propriétés fortement aphrodisiaques.

On aurait dit un vendeur de marché qui présentait son produit de nettoyage miracle à une foule de ménagères. Elijah continua son speech en désignant l'autre flacon.

La gommette rouge, c'est le DLM version deux point zéro... Celui la n'est à réserver qu'aux consommateurs avertis. J'ai en fait remplacé le champignon euphorisant par de l'essence d'Amanite... J'en ai gratté la tête pour faire un infusion que j'ai ensuite alambiquée, enfin bref, ce mélange est assez violent, mais les amateurs d'état second risquent d'en redemander... Concernant les doses, il vous suffit d'en mettre deux gouttes dans le verre d'un sujet non initié, le double pour un habitué. Ceci ajoutera une petite touche de sucré dans sa boisson, et parfois, selon les papilles, d'un arrière goût d'aneth, mais rien de bien affolant.Il marqua une pause pour reprendre son souffle, et vérifier que la jeune femme n'ait pas de remarque.Voilà ce que je vous propose, je vous donne ces deux échantillons, vous revenez dans vingt quatre heures, vous me dites combien vous en voulez de chaque, et vous récupérez aussi l'huile pour votre enfant. En échange, je vous demanderais cinquante pour cents du paiement qu'il faudra me régler demain. Elijah tendit son bloc note sous les yeux de la demoiselle en indiquant la ligne du prix avec son stylo. Avant qu'elle ne puisse réagir il ajouta : je dois mettre la commande à quel nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Mar 13 Nov 2012 - 20:27

L’apothicaire lui avait faussé compagnie pour partir dans son antre secrète où son Igor moche et difforme devait probablement attendre de le gratifier d’un « maîîîîîîîître » servile. Quelques instants et bruits de vaisselle plus tard, il revint armé de deux fioles qu’il brandit comme le Saint Graal.

La vampire leva un sourcil circonspect devant cette substance qui ressemblait plus à du crapaud mixé qu’autre chose tandis que Cook lui faisait son speech commercial. A vrai dire, peu lui importait que sa substance soit à l’huile de bardane bio antioxydante ou à base d’une cochonnerie chimique vu qu’elle ne divulguerait de toute façon pas la composition, tout ce qui l’importait était le goût que ça pouvait avoir et surtout l’effet que cela produirait sur les clients.

Llylewin tendit la main pour se saisir de la fiole à l’étiquette verte, en dévissa le bouchon pour se faire une idée de ce qu’elle contenait. C’est qu’en tant que vampire elle n’avait quasiment plus de sens du goût, hormis pour le sang et l’alcool, elle devait donc se fier à son odorat pour avoir une idée du succès gustatif de la potion, mais ce qu’elle sentit ne la rassura pas vraiment.

Et mes clients vont pouvoir ingurgiter ça sans avoir de hauts le cœur ? Non parce que comme ça, de prime abord, ce n’est pas super appétissant !

Elle reboucha le flacon qu’elle posa sur le comptoir avant de pousser le calepin de l’apothicaire vers lui du bout de l’index.
J’aurais besoin que vous me fassiez une sorte de notice : les substances à ne pas mélanger avec, histoire que ma barmaid ne dégomme personne par inadvertance, la posologie de chaque flacon pour chaque race et chaque genre, car si les hommes et les femmes métabolisent les drogues différemment, je ne vous raconte pas les disparités entre les humains, les vampires et les lycans ! Une dose capable de tuer un humain pourra ne pas être perceptible par un vampire, il faudra donc adapter la dose en fonction de qui commande le verre…

Et la posologie m’aidera aussi accessoirement à calculer la quantité à commander. Mon établissement rouvre le mois prochain, j’aimerais tester les nouveaux cocktails pendant un mois pour voir l’accueil qui leur est réservé, je me ferais un premier stock en conséquence.


La vampire marqua une pause avant de se saisir du second flacon, le napalm de neurones à l’étiquette rouge.
Toutefois… reprit-elle en s’accoudant de façon plus nonchalante, Je pense que vous comprendrez facilement que j’ai besoin d’un gage de votre bonne foi. C’est la première fois que je traite avec vous, et si on dit que les chiens ne font pas des chats rien ne me garantit que votre père n’a pas engendré un fieffé incapable, ne le prenez pas personnellement bien sur, fit-elle en posant la main sur sa poitrine en signe de mea culpa presque sincère.

Bref, je ne me sens pas vraiment suffisamment en confiance pour repartir chez moi et tester ces choses sur moi-même ou une de mes employées sans avoir la certitude que vous savez ce que vous faites et que nous ne risquerons rien, je voudrais donc vous demander…

La maquerelle marqua une pause, sachant que ce qu’elle allait demander était plutôt culotté : Accepteriez-vous de tester l’une des deux substances maintenant, devant moi ?

Elle avait conscience qu’elle pêchait peut-être pas excès de prudence, mais son établissement était en train de se remettre sur les rails, elle n’avait aucunement besoin d’un scandale lié à une quelconque drogue frelatée. Avant de faire du business avec lui, elle voulait donc s’assurer qu’il était clean et surtout qu’il avait assez confiance en ses potions psychotropes pour en avaler les yeux fermés, autrement c’est qu’il risquait d’y avoir baleine sous gravillon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Mar 13 Nov 2012 - 23:06

Elijah CookElijah restait figé devant sa cliente sans un mot, il restait silencieux et la fixait avec les yeux globuleux d'un poisson rouge. Elle voulait... une notice ?! L'apothicaire ne savait pas ce qui devait le frustrer le plus : le fait que la jeune femme remette ses compétences en question, ou qu'elle lui demande de rédiger un mode d'emploi pour des stupéfiants. Il était clair que le second point représentait pour lui une montagne de travail impossible à gravir, et ce, par pure feignantise. Elijah laissa tomber son bloc note sur son comptoir qui gerba une pile de feuilles en équilibre depuis un temps record. Il retira ses lunettes et baissa la tête en se triturant les yeux avec son pouce et son index, tout en faisant attention à rester un minimum courtois.

Ecoutez, Miss, pour commencer, je vous assure que mes préparations sont on ne peut plus dignes de confiance. Tout est dans le secret du dosage des quantités, et je peux vous assurer qu'à ce niveau, je n'ai rien à envier à feu mon père. Il marqua un petit silence. Il m'a parfaitement transmis son savoir faire, et je peux assurer sans peur de me tromper que je les ai même améliorées. Ensuite, sachez que je ne testerais pas mes mixtures moi même juste pour vous satisfaire, comment croyez vous que je puisse rester efficace si je m'inflige un tel traitement ? Les meilleurs producteurs ou revendeurs de ce genre de...produits ne sont pas, dans quatre vingt quinze pour cent des cas, des consommateurs. Mademoiselle, croyez vous que les catholiques demandent à Dieu de réaliser un miracle sous leurs yeux avant de continuer d'avoir la foi ? Aussi j'ai bien peur de devoir décliner votre demande, vous allez devoir vous trouver un cobaye, et à vrai dire cela ne me regarde pas mais, je ne pense pas que vous ayez du mal à trouver un junkie affamé dans les rues de Galway.

L'apothicaire aspira nerveusement quelques bouffées de sa cigarette qu'il recracha droit devant lui. Après une brève hésitation, il aggripa de nouveau son calepin et s'arma d'un second stylo qui traînait également sur le comptoir. Il regardait maintenant la Vampire en feignant un air arrangeant.

Concernant la ... notice que vous souhaitez, je devrais pouvoir m'en arranger. Il griffonna sur son calepin. Je ne vous cache pas qu'il y aura un supplément concernant ce service, mais pour vous montrer ma bonne foi, je vais vous offrir deux pipettes pour vos dosages. La notice vous sera livrée sans faute avec la caisse des premières marchandises. En attendant, souvenez vous de ceci : Deux gouttes pour un humain qui n'est pas habitué à l'usage de drogues ou d'alcool, le double pour quelqu'un qui tient bien. Je ne peux pas vous donner la différence homme-femme étant donné que je me suis déjà laissé surprendre par la tenue à l'alcool de certaines... Pour un vampire, il vous faudra... il ferma les yeux quelques secondes pour se concentrer, avant de continuer de gribouiller sur le papier, oui voilà, mais tout dépend encore une fois de sa tenue aux substances psychoactives. Je vous préciserai tout cela dans mon mode d'emploi final. Sachez également que ce mélange peut s'ingérer dans un cocktail alcoolisé ou non, ou bien même dans un plat, et vu son arrière goût pour ceux qui ont encore leurs papilles, je ne saurais que vous conseiller le poisson... il finit sa phrase en grommelant enfin si vous faites restaurant dans votre établissement... Elijah se racla la gorge et repris d'un ton clair. Croyez moi, je n'ai aucun intérêt à vouloir vous faire perdre votre temps, et le mien en prime.

L'apothicaire déposa son stylo sur son oreille afin de relire ses notes, le regard songeur. Il déchira la fin de la dernière page et la tendit à sa cliente.

Bien, pour récapituler, je vous laisse les échantillons avec les pipettes. Sur ce bout de papier sont inscrites les doses conseillées pour votre test, je vous rassure, les effets sont ressentis dans la demie heure qui suit l'ingestion. En cas de non efficacité, vous pouvez renouveler la prise de DLM, mais je doute fort que cela ne se produise très souvent... Revenez d'ici une semaine si vous le souhaitez, mais sachez que j'aurais besoin de temps selon la quantité que vous voulez. Ah oui et j'oubliais, si vous tenez vraiment que j'inhibe la légère odeur, il va me falloir une plante que je n'ai plus en stock et qu'il faut que je commande. Je pense que cela prendra environ une semaine ou deux de délai, à moins que vous ne puissiez m'en trouver ? Il s'agit de la Gymnema Sylvestris, beaucoup pensent qu'elle n'inhibe que le goût du sucre, mais en sachant la maîtriser il devient possible d'inhiber n'importe quel goût ou odeur. Si vous m'en trouvez je ne vous compterais pas ce supplément, sinon j'ai bien peur qu'il faille attendre, et cette plante n'est pas donnée... Enfin je suis convaincu qu'une femme ayant votre influence devrait pouvoir en trouver, j'imagine que vous devez avoir des relations. Après une petite pause dédiée à la réflexion il fixa la vampire en lançant un ultime : Alors ? Sommes nous d'accords ?
Revenir en haut Aller en bas
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Mer 14 Nov 2012 - 18:52

La vampire n’arrivait pas à comprendre comment ce type pouvait envisager de lancer son commerce – ou même d’y survivre- en ayant un comportement aussi orgueilleux et suffisant. Voilà-t-y pas qu’il se prenait pour Dieu maintenant, on aura tout vu !

Ecoute-moi bien mon ptit bonhomme, commença Llylewin au prix d’un énorme effort de self-control pour garder son calme et rester plus ou moins polie, sans quoi elle lui aurait déjà enfoncé profondément ses fioles dans le rectum, tu vois, je suis un vampire, et Dieu, je l’emmerde ! Parce qu’avoir la foi c’est gratuit, mais pas tes potions, aussi j’estime que si j’ai besoin d’un miracle pour ouvrir les cordons de ma bourse, j’ai le droit d’en avoir un.

Je ne te parle pas d’une vague petite commande pour éliminer un ennemi discrétos non, je te parle d’une possible collaboration sur le long terme : mon bordel est financé par des grosses pointures qui possèdent la moitié de la ville et fréquenté par pas mal de types friqués, si ton travail est suffisamment bon pour se faire apprécier ça pourra te drainer une clientèle considérable et les bonnes grâces de personnes qu’il vaut mieux avoir dans sa poche.

Donc…
continua-t-elle en se redressant, de deux choses l’une : soit tu remballes tes histoires de notice à facturer et de plante à trouver pour te montrer arrangeant, soit je vais trouver un collaborateur qui saura l’être ! Je n’ai pas pour habitude de travailler avec des pénibles, le matos nécessaire et le mode d’emploi, c’est compris dans le service ! Pour autant, je conçois que tu ne veuilles pas tester ton produit toi-même, donc je veux bien faire un pas de mon côté mais sans jouer l’apprentie sorcière dans une ruelle crasseuse.
Tu m’as l’air doué pour vendre tes produits, alors je te propose du concret : rendez-vous demain à 22h dans le resto chic de l’Hôtel des Catacombes, pour tester ton produit en conditions réelles…


C’était la dernière offre qu’elle pouvait lui formuler, car elle ne tenait pas à céder sur ses positions. S’encombrer d’un collaborateur à tendance diva était un boulet qu’elle n’avait pas envie de se traîner à l’ouverture.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Mer 14 Nov 2012 - 20:55

Elijah CookLa discussion tournait au vinaigre, le ton de la demoiselle commençait à monter et en prime elle se mettait à tutoyer l'apothicaire comme pour lui faire entendre son agacement. Elijah se devait de calmer le jeu. La jeune femme était montée sur ses grands chevaux et lui jetait au visage le fait qu'elle était entourée des plus grosses pointures de la ville au sein de son commerce et qu'elle était par conséquent, une personne d'influence. Information plus qu'intéressante au final pour l'Apothicaire, après tout il pouvait bien faire le dos rond et s'attirer les faveurs de la vampire qui pourrait s'avérer être une belle porte d'entrée dans le milieu de la horde. Elijah récapitulait dans sa tête chaque point qu'ils avaient abordé. Elle lui avait reproché de lui facturer la notice, mais n'avait fait aucune remarque sur les pipettes gratuites... Classique. Au pire, Elijah n'avait pas encore donné son prix, il pouvait toujours l'inclure dans l'ensemble de la commande. Plus important, elle avait abandonné l'idée qu'il teste lui même les produits, et ça c'était un bon point. Le bilan n'était pas si désastreux, la négociation était rude, mais les deux parties avaient des arguments qui se défendaient. Il était temps de conclure et éviter à tout prix de rentrer dans un débat stérile. Elijah tenait tout de même à faire entendre à sa cliente qu'il n'était pas non plus n'importe qui, aussi, il pris une grande inspiration et se concentra afin de parler calmement avec un débit fluide et clair.

Bien, alors pour commencer, je ne vous autorise pas à me tutoyer ni à me parler sur ce ton, nous sommes tout deux des personnes d'expérience et nous n'avons pas besoin de cela pour étaler une quelconque supériorité. De plus, et sauf erreur de ma part, je ne suis pas sûr que vous trouviez un second apothicaire à des kilomètres à la ronde, aussi je ne pense pas que vous soyez en position de gentiment me menacer, et vous noterez que j'ai utilisé le mot "gentiment". J'ai bien peur d'être votre unique "collaborateur" potentiel dans ce domaine, ok, je vous l'accorde vous ne savez pas ce que je vaux et je conçois que cela puisse freiner la confiance que vous allez finir par me porter, mais, qui me dit que vous ne m'en mettez pas plein la vue non plus ? Vous me demandez énormément sans me montrer ne serait ce que l'ombre d'une garantie. Je ne veux pas paraître trop prétentieux, mais mon nom à lui seul devrait suffire à vous convaincre, alors que moi je ne connais même pas le vôtre.

La Miss avait terminé son monologue sur un ton qui semblait s'être radoucit, mais surtout par une proposition plutôt intéressante. C'était l'occasion pour Elijah de montrer sa bonne volonté mais surtout d'étoffer son carnet d'adresses et de se faire connaître auprès des nouveaux potentiels clients. Il saisit une nouvelle cigarette de son paquet l'alluma en toussotant.

Très bien, essayons de partir sur de bonnes bases, oubliez le surcoût pour la rédaction de la notice, on va dire que je le prend en charge en gage de ma bonne foi. Je suis également d'accord pour vous retrouver demain à ce restaurant et vous convaincre vous et vos "invités" de la qualité de mes préparations. Sans main tendue ni sourire il ajouta : Cette fois j'en conclue que nous sommes d'accords ?
Revenir en haut Aller en bas
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Jeu 15 Nov 2012 - 21:22

Les arguments de l’apothicaire se tenaient dans un sens, elle lui demandait certains efforts alors qu’il ne connaissait même pas son identité. En soupirant, histoire de lui montrer qu’elle le trouvait VRAIMENT tatillon, elle sortit de son décolleté une carte de visite du Quality Street derrière laquelle elle griffonna son nom après lui avoir emprunté son stylo.

Voilà, fit-elle en la lui tendant, comme ça tu... Vous saurez à qui vous avez affaire ! Vous avez de la chance, il n’y a pas non plus beaucoup de maquerelles dans le coin... ,rétorqua-t-elle à sa sortie sur le fait qu’il était unique en son genre dans ce coin de l’Irlande.

Heureusement, le pénible accro au vouvoiement semblait s’être radoucit, et malgré l’inimitié à couper au couteau qui flottait dans la pièce, il accepta son rendez-vous, ce qui l’étonna quelques peu. Comme quoi, il ne fallait jamais désespérer.

Bien, je pense que nous avons réussi à trouver un accord… Pour le moment,, lança-t-elle froidement en réajustant sa cape sur ses épaules. Je compte sur vous pour demain soir, si possible avec un devis, si les essaies se révèlent concluants j’en profiterais pour passer commande dans la foulée, mieux vaut battre le fer tant qu’il est chaud comme qui dirait.

Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée et vous dit à demain !
,

La vampire poussa la porte de la boutique et disparut dans la nuit comme elle était venue.

La suite par ici >>>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Mar 4 Déc 2012 - 14:18

Depuis sa dernière transformation, le doc n’était pas vraiment rassuré. En réalité depuis son expérience avec la pierre rouge il sentait bien que quelque chose de pas normal se produisait.
Il avait réussi à faire quelques recherches avec la bague de Llylewin, cependant il était loin d’être un expert dans la matière. Ses connaissances étant principalement médicale, et étant actuellement privé de son ancien labo de recherche, il stagnait dans ses tentatives de maitriser/détruire son lycan.
Enfin il se souvenait de sa dernière transformation, il n’en avait pas certes le contrôle, et avait eu l’impression de n’être qu’un simple spectateur, mais c’était la première fois qu’il avait des souvenir précis provenant de son loup, et surtout sans avoir été en contact avec un quelconque artéfact.

C’est donc préoccupé, perdu dans ses pensées, que le doc errait dans les rues commerçantes de Galway. Une habitude pour le russe, qui ne comptait plus les fois ou il finissait par se perdre. Cependant pour une fois sa marche hasardeuse ne se solda pas par un simple égarement dans une ruelle sombre et sans intérêt. Certes il avait quitté le centre ville depuis longtemps, mais il tomba sur une boutique digne d’intérêt.
Une enseigne qui effectivement le fit sortir de ses pensées. Un magasin qui lui serait peut être d’un grand secours. Enfin si ce n’était pas encore un de ces fameux « pièges à touristes» qui avaient fleuris avec l’installation du parc et dont certains avaient survécu, malgré la destruction du zombillenium.
Le seul moyen de savoir était bien entendu d’entrer. Chose que fit le doc après quelques secondes d’hésitations. Le magasin était fidèle à l’image que l’on se donnait d’une boutique d’antiquité dans une ville aussi singulière que Galway. Beaucoup de fioles aux étiquètes incompréhensible ou encore d’objets insolites entassés, le tout dans un chaos organisé. Stasi sourit, il avait l’impression d’être dans son ancien labo, un terrain qui lui était familier.

Un individu qui ne dépareillait absolument pas avec l’environnement était présent, sans aucun doute le gérant du commerce. Stasi lui fit un petit sourire poli, se dirigeant doucement vers lui, prenant le temps d’observer la moindre étagère saturée de bizarreries.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly
Lycanthrope
avatar

Messages : 355
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Jeu 6 Déc 2012 - 11:31

Une comptine inventée de toute pièce sortait des ruelles de Rahoon, rapidement suivie d'une espèce de peluche sautillante et trottinante. Cette boule de peluche, c'était Kelly. En raison d'une journée particulièrement ensoleillée bien que très froide pour l'animal à sang chaud qu'elle était, la gamine avait revêtue un certain nombre d'épaisseurs qui faisaient d'elle un oignon vivant. Elle était, de plus, assez visible, du fait de la nature même de son habillement. Elle se promenait donc, chantant et sifflant, flânant presque, mais pas tout à fait puisqu'elle avait une destination précise.

Elle avait acquis au cours de sa première mission pour l'Undertown un objet particulièrement intéressant d'un point de vue scientifique et par conséquent très précieux et qu'elle entendait bien gâcher en faisant toute une série d'expériences chimiques et biologique sur ce dessus, toutes plus aberrantes et singulières les unes que les autres. N'importe quel scientifique aurait crié au scandale s'il avait put lire dans ses pensées, et aurait également été terrifié de la nature de cette solution ainsi que de la personne qui la manipulait.

Car il s'agissait ni plus ni moins d'un produit, d'essence encore inconnue, capable de ramener temporairement quelqu'un à la vie. Un galwegian lambda ne sera pas étonné qu'une telle chose existe et y verra, dans le pire des cas, un blasphème de plus dans la ville du mal. Cela dit, le contenu de la fiole - précieusement caché dans le repère de Kelly, entre un pain de C4 artisanal et un générateur de courant abîmé - se démarquait radicalement du sang de vampire en cela qu'il était capable de faire se relever des hommes en piteux état, et cela sans les transformer en êtres fantastiques. Qui plus est, l'effet était impressionnant puisque le zombie ainsi créé se relevait immédiatement, prit d'une rage de dent à en juger par ses hurlements, et attaquait avec une force insoupçonnée le premier venu.

Kelly ressentait donc le besoin d'effectuer des tests sur la petite portion de produit qu'elle possédait, afin d'en connaître la composition et éventuellement de pouvoir en reproduire en quantité satisfaisante. Inutile de préciser qu'elle avait - dés le moment où elle vit les effets de la solution - échafaudée, dans son esprit monstrueux, des projets dont les arcanes dévoilées plongeraient la ville toute entière dans une profonde panique. Encore heureux pour Galway que la petite faisait une scientifique bien peut appliqué et qu'à son exceptionnel génie et son intelligence hors du commun, elle n'avait jamais ajouté une méthode rigoureuse et des procédés efficaces pour parvenir à ses fins, préférant se verser dans le spectaculaire et se risquer à l'expérimental directement appliqué sans vérification, nourrie qu'elle était de bandes dessinées emplies de super méchants aux élaborations machiavéliques toujours plus bizarres les unes que les autres.

Mais toujours est-il qu'il lui fallait acquérir certains outils de chimie, notamment des conteneurs de verre de formes bien spécifiques, qui avait étés interdit à la vente pour leur propension à attirer les adeptes d'argent facile qui désiraient financer leurs études de pharmaceutique en synthétisant de MDMA à partir d'aspirines. Ainsi, elle avait eut l'idée de se fournir chez des antiquaires, car si des outils permettant de fabriquer de la drogue étaient interdits à la vente, les antiquités qui appartenaient, d'une manière ou d'une autre au patrimoine, aussi dénués d'intérêt fussent-elles, ne l'étaient pas.

C'est donc gaiement qu'elle caracola jusqu'au Cook's Shop, pour retrouver lequel elle avait dût chercher dans un annuaire téléphonique vieux de cinq ans, car, en effet, il était absent de toute les formes de recensement qu'elle avait consulté. En arrivant, elle tomba à peu prêt nez-à-nez avec un lycan qui semblait visiter la boutique sans pour autant chercher quelque chose, ou en ne sachant exactement ce qu'il cherchait. Un petit quelque chose - presque imperceptible - dans son faciès, et en particulier au niveau de ses arcades sourcilières, trahissait ses origines slaves, et sa chaleur corporelle sa nature non-humaine. Kelly, en tout cas, reconnut immédiatement l'homme qui s'était prit un verre d'eau lancée par la maquerelle - qu'elle avait précédemment combattu - au cours d'une soirée organisé par le gouverneur. Tabaristan était son nom, son excellente mémoire ne la trahissait jamais ; elle avait mentionné son nom dans une lettre à Grace, demandant à cette dernière de voler des documents qui n'existaient pas dans le bureau de Stasi, qui n'existaient plus non plus, puisqu'il avait été renvoyé de la clinique, pour une raison qu'elle n'avait pas réussi à connaître.

Elle lui adressa le sourire le plus adorable dont elle était capable ; un sourire bananoforme, montrant sa dentition espacée aux dents anormalement rondes pour une lycanne - vieilles bornes d'autoroute, blanches comme lait, fichés dans leur gencive. Puis, elle se rendit devant le comptoir d'où sa tête dépassait avec difficulté, sortit du gros sac de sport vide qu'elle trimbalait avec elle une feuille taché de boissons hypersucrées et de restes de mayonnaise, sur laquelle figurait une liste exhaustive et extrêmement précise d'objets de chimie de haut niveau, bien qu'anciens. Elle n'espérait pas tout obtenir, mais croisait au moins les doigts pour une partie qui lui était indispensable. Avec le même sourire, elle salua de vive voix le commerçant.

_________________
Un crayon Titi ça donne du courage, tu t'sens moins seul, ça t'donne envie d'tous les niquer une bonne fois pour toute. Ça t'donne envie d'les trainer dans la boue, à base de crayon Titi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Sam 8 Déc 2012 - 13:43

Elijah Cook*Si je met un deux ici, ça veut dire que j'ai huit dans cette colonne et ici un...*

La porte venait de faire tinter la clochette annonçant le glas de la tranquillité pour l'apothicaire concentré sur son sudoku tel un élève studieux. Ce n'était pas que les clients se bousculaient, mais Elijah ne se plaignait pas de ne voir personne, en plus , il était à deux doigts de finir sa grille niveau cinq, et une grille de ce niveau, ça ne se lâche pas comme ça... Le client lui avait souri en entrant dans la boutique, semblait il, pour le saluer. Le sourire ne fut pas retourné et l'apothicaire mal aimable plongea de nouveau ses yeux dans son jeu après s'être raclé la gorge avec insistance. Il se disait que s'il ne le regardait pas, le client finirait peut être par s'en aller. Malheureusement, les bruits de pas de l'inconnu retentirent dans la pièce comme un décompte inquiétant aux oreilles d'Elijah qui sentait le client se rapprocher de lui. Dépité, il lâcha sèchement son magazine sur le petit comptoir et sortit une cigarette du paquet posé devant lui, attendant le moment fatidique où il allait devoir communiquer avec ce visiteur qu'il trouvait déjà casse bonbons.

Deuxième son de cloche, à priori le vent, ou un fantôme. Elijah laissa échapper un léger soupir d'agacement et se redressa pour aller fermer la porte, que le visiteur , avait évidemment du mal fermer... Lorsque Elijah daigna se lever de sa chaise, il s'aperçu, à son plus grand désespoir, que l'inconnu n'était pas responsable concernant la porte : il y avait vraiment quelqu'un. On aurait pu croire se trouver face à un de ces petits monstres mignons d'un certain dessin animé, que l'on enferme dans une boule en captivité, et qu'on entraîne à combattre d'autres petits monstres mignons. Dégoûtant. En dessous des couches de poils violets, on apercevait une petite bouille mignonnette avec des pommettes rosie par la fraîcheur extérieur. Ecoeurant... Elijah faisait un effort pour supporter les adultes, mais pour les enfants, il lui fallait réellement se contenir. Il ne se sentait pas le besoin de justifier pourquoi il n'aimait pas les mioches, il ne pouvait pas les encadrer voilà tout. Il alluma sa cigarette en priant pour que la gamine s'aperçoivent qu'elle s'était trompée d'endroit, et posa les yeux de nouveau sur le premier venu, qui, finalement, ne semblait plus si malvenu.

La gamine fut cependant plus rapide que l'inconnu et se planta devant le petit comptoir comme une fleur en tendant un bout de papier que l'Apothicaire aurait peut être du saisir avec des gants. Une liste d'ustensiles, peu communs pour une fillette, était manuscrite maladroitement entre des tâches dont on oserait découvrir la composition. Elijah prit une profonde inspiration et décrocha un sourire forcé qui tirait sur les fossettes accompagné d'un ton un peu abruti pour répondre à l'enfant :

- Booooonjour petite, elle est jolie ta liste dis moi. C'est pour ton papa ? ta maman ? Ils vont en faire quoi de tout ça dis moi ? C'est fragile en plus tu sais, il va falloir faire attention avec ton sac. Elijah cessa de sourire bêtement et reprit un air sérieux. Bon, en tout cas je n'ai pas grand chose de ce que tu as d'inscrit sur cette feuille, et en plus c'est assez onér... cher. Bon attend ici et ne touche à rien je vais essayer de te trouver ces trois là.

L'apothicaire ajusta ses lunettes et regarda en direction du premier entré dans la boutique. Il le toisa de haut en bas avant de faire semblant de s'intéresser à son besoin.

- Cook's shop, Old stuff, vous cherchez quelque chose en particulier ? Je l'ai sûrement... quelque part...
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Dim 9 Déc 2012 - 21:11

Alors que le russe allait se diriger vers le gérant de la boutique, une jeune fille ouvrit la porte de l’échoppe. Cela eu comme réflexe de stopper Stasi net dans son avancé. Les questions qu’il voulait poser au propriétaire des lieux étant assez peu évidente, il n’avait pas envi de parler lycanthropie, meurtre potions étrange devant une enfant…

Mais quand la jeune fille passa devant lui, sa première analyse de la situation vola ne éclat. C’était une Lycanne ! Le doc l’avait sentit alors qu’elle passait à coté de lui. Il resta quelques secondes subjugué. En théorie, rien d’étonnant, une jeune fille pouvait parfaitement se faire mordre et donc finir transformé, mais cela demeurait relativement rare, car déjà qu’un adulte avait peu de chance de survivre à une telle bête, pour un enfant cela était proche de l’impossible. Et puis surtout, vu les difficultés qu’avait le doc vis à vis de sa bête, il n’osait imaginer ce que le jeune fille endurait.

Elle avait l’air si fragile, si innocente, comment le sort avait-il pu autant s’acharner sur elle ?

L’enfant présenta un petit papier avec une liste de produit. Stasi faisait semblant d’observer une des étagère remplies de toute sorte de bizarreries, mais en réalité il écoutait avec attention ce que disait le gérant.

Apparemment ce qu’elle demandait semblait particulier, vu sa réaction. Cela ne fit qu’accroitre la curiosité du russe. Il se demandait ce qu’une petite fille lycanne venait faire dans une telle boutique… L’idée que ce soit ses parents qui l’envoient était assez étrange vu la ville et sa nature, mais probable après tout…
Le doc sortit de ses pensées alors que le gérant lui adressa la parole.

« Bonsoir, j’ai bien peut que compte tenu de ma demande, il vous faille beaucoup chercher, mais si vous pouvez répondre à mes attentes j’avoue que je ne manquerais pas de vous faire bien des éloges il faut dire que je suis un client disons… assez particulier… »

Il fixa la jeune fille un regard légèrement attendrie, sans doute à cause de sa réflexion de tout à l'heure.

« … Mais peut être avez vous l’habitude de traiter les personnes de mon genre… »

De nouveau il fixa la gérant, souriant.

« Mais je vous en pris finissez ce que vous avez à faire j’ai tout mon temps. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly
Lycanthrope
avatar

Messages : 355
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Lun 10 Déc 2012 - 20:37

La réaction de l'antiquaire était à la hauteur de l'attente. De toute évidence, au vu de son rictus, il n'était pas besoin d'écouter se qu'il disait pour constater son aversion envers les enfants. Mais il suffisait que sa voix parvienne aux oreille de la jeune fille pour que celle-ci lui soit manifestement exagéré. Il était clair - selon elle - que cet homme avait de gros problèmes sociaux, ce qui devait être un inquiétant handicape pour quelqu'un exerçant un métier comme le sien. Kelly ne comprenait pas pourquoi elle provoquait cet effet chez lui. Tout du moins le comprenait-elle parfaitement, mais n'arrivait-elle pas à accepter le fait. Elle était pourtant tombé en admiration éperdue devant cette petite doudoune pelucheuse aux couleurs édulcorés. Peut être était-ce la couleur qui avait avant tout déclenché cette aversion. Bref, tout ce que voulait Pistache, c'était ses outils de travail.

Juste avant qu'il n'ait totalement finit sa phrase, elle en devança la conclusion en lançant : "Je sais ce que veux dire onéreux." d'un ton toujours aussi enfantin mais neutre - qui ne cherchait plus à attendrir qui que ce soit - en même temps qu'une généreuse liasse de billets, de la part de parents consciencieux, se glissait péniblement (du fait de la hauteur de Kelly) sur le comptoir. Parents qui, bien entendu, n'existaient aucunement, mais dont la légèreté en terme de porte-feuille devrait encourager le Grinch à faire travailler sa mémoire sélective concernant ceux-ci.

Il partit en arrière boutique et aussitôt une idée vint à elle. En effet, elle se demandait s'il s'agissait là de son vrai métier, car un homme à l'échoppe aussi négligé et au caractère aussi peu vendeur ne devait pas faire une fortune bien fameuse, c'est qu'il devait avoir un quelque chose de particulier, don ou expertise, pour s'en sortir financièrement, et que ce quelque chose ne devait côtoyer que de très loin l'univers flou de la légalité. Comme son imagination la conduisait toujours aux solutions les plus extravagantes, elle pensa qu'il devait sans doute être un de ces humains aux habilités parapsychologiques.

Mais elle surprit Stasi émettre une phrase très évasive et que son esprit d'enfant la conduisait à conclure lourde de sens (d'ailleurs elle l'était réellement plus ou moins). Elle crut alors que ce dernier était entièrement au fait des activités obscures dont elle le suspectait. Aussi décida t-elle de l'interroger sans ménagement, parlant tout de même assez doucement pour qu'une oreille humaine ne puisse l'entendre à la distance à laquelle l'antiquaire était.
"- Dites, c'est quoi 'les personnes de votre genre' ? C'est pour vos expériences à la clinique ? Sur des spécimens paranormaux hein ? Ou alors c'est pour chasser plus facilement. Il vend des trucs spéciaux ? Parce que j'aurais besoin de certaines choses qui sont pas sur ma liste."

Elle ne doutait pas que ses paroles paraîtraient étranges au lycan. Elle espérait bien attirer son intérêt pour pouvoir, éventuellement lui soutirer des informations utiles, du type liste des équipements importants de la clinique ou autres. Elle analysa sa réaction et, comme elle vit que le pédophobe semblait prendre son temps - tout le temps qu'il pourrait passer loin d'une gamine rose peut être - elle décida de lui faire des frayeur pour voir comment il allait réagir. Elle parla donc de vive voix, afin qu'il l'entende.
"Oh dites donc, c'est joli ce truc, entre le sextant et le gros livre là, j'me demande combien ça pèse, voyons voir !"

En attendant la réaction du vendeur, elle pivota rapidement vers Stasi, la paume devant la bouche, pouffant et étouffant le bruit.

_________________
Un crayon Titi ça donne du courage, tu t'sens moins seul, ça t'donne envie d'tous les niquer une bonne fois pour toute. Ça t'donne envie d'les trainer dans la boue, à base de crayon Titi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Ven 28 Déc 2012 - 14:46

Elijah CookLe vieux poste radio de la boutique crachait maintenant un morceau des Beach Boys sur un fond de grésillements, tandis qu'Elijah comptait les billets que la petite venait de lui glisser péniblement sur le comptoir. Il y avait bien assez pour les fournitures qu'elle venait de lui demander, aussi, l'apothicaire les encaissa et se muni de la liste tout en se dirigeant vers le fond de la boutique.

Le deuxième client s'était approché de lui afin de lui faire part des raisons de sa venue, qui paraissaient des plus obscures aux yeux d'Elijah. Concentré sur les instruments qu'il devait ramener à la fillette, ce dernier se contenta d'aquiescer sans sourire, et coupa court à la conversation faisant mine de réfléchir à où trouver ce qu'il cherchait.

Alors que les Beach boys venaient d'être remplacés par un animateur douteux et aux blagues d'il y a vingt ans, la fillette semblait projeter de toucher à un bibelot du magasin. Elijah fit volte face soudainement et revint vers l'accueil tout en lâchant sévèrement un avertissement sans même voir ce qu'il se passait réellement.

- Je te déconseille vivement de faire ça petite. Je pense qu'à ton âge, et ce, malgré ta taille, tu devrais être capable de lire le panneau sur la vitrine qui stipule "Interdiction de toucher aux articles sans l'accord du commerçant" ? Souhaites tu que je t'explique le sens du mot "interdiction" ? Crois moi, tes parents n'ont pas envie de me devoir une fortune à cause de tes bêtises.

Il passa de nouveau devant l'adulte qui venait de gagner le rang de bon client aux yeux de l'apothicaire, à savoir, un client docile et silencieux. Il s'arrêta à son niveau et le toisa avant de lui préciser.

- Je suis à vous dans un instant, le temps que je m'occupe de.... cette enfant.

De crainte que la petite ne sache se tenir très longtemps, Elijah rassembla les objets demandés et se pécipita au comptoir en quatrième vitesse sans un mot. Il saisi un vieux journal et commença à emballer les articles en verre afin de les protéger au maximum.

- Voilà petite, tu as trois articles parmis ceux qu tu recherches, peut être peux tu m'en dire un peu plus ? Je pourrais m'arranger à te trouver les manquants, j'ai beaucoup de contacts qui seraient aptes à les trouver... Il te faut autre chose ou tu pars là ?
Sans attendre de réponse de la part de sa petite interlocutrice, l'apothicaire ajouta. Je vais d'abord m'occuper du monsieur le temps que tu ranges ça dans ton sac.

Elijah marcha lentement vers le deuxième client avec un petit soupir de soulagement. Il s'alluma une cigarette et recracha un bouffée en direction de l'enfant, faisant fit de ne pas vouloir expirer en direction de l'homme devant lui. Après avoir ajusté ses lunettes et aspiré une nouvele bouffée il s'adressa à l'inconnu devant lui.

- Bien, à nous. Vous sembliez plutôt évasif dans votre demande tout à l'heure, vous êtes là pour acheter une antiquité ou non ? Dans le cas ou votre réponse serait non, je ne sais pas si je pourrai vous aider, mais dans le pire des cas, je vous aiguillerai sur le bon spécialiste. Que vous faut il ?
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Mer 2 Jan 2013 - 22:11

Le doc ne s’attendait pas à ce genre de réponse de la part de la jeune fille. La première chose qui lui traversa l’esprit fut de la crainte, mais rapidement elle fit place à une sorte d’incompréhension.
Expériences, être paranormaux ? La le doc était un peu largué et avait du mal à comprendre le charabia de l’enfant. Elle semblait connaître son travail vu qu’elle parlait de la clinique, mais il avait du mal à comprendre cette histoire de chasse et d’expériences.
Stasi laissa de coté toute l’histoire fantasque sur les expériences, un sujet qu’il n’aimait de toute façon pas aborder ayant lui même été un cobaye, pour ce concentrer sur un fait. Elle semblait l’avoir déjà croisé et lui non. Chose étrange, certes il voyait beaucoup de gens, et ne se souvenait pas de tous le monde, après tout il était médecin, mais une enfant lycanne aurait suscité un certains intérêt, et il ne l’aurait pas oublié facilement…

Il ne voyait qu’une chose possible, elle avait du venir à la clinique et était tombé soit sur une photographie de lui, soit elle l’avait aperçut dans un couloir, et lui trop occupé n’avait pas du la remarquer…
Ce n’était décidément pas évident de savoir ou elle voulait en venir, la jeune fille disait des vérité mais dans de telles énormités qu’il n’était pas aisé de discerner le vrai du faux. Etait-elle traumatisée par une quelconque expérience et c’était-elle enfermée dans un certains délire de chasse aux créatures dans lequel elle associait des éléments réels.
Ou était-elle une psychopathe en herbe qui était vraiment décidée à partir en chasse contre des créatures surnaturelles et qui était persuadée pour d’étranges raisons, que lui aussi voulait les attraper ?
Tout était possible, après tout depuis son arrivé dans cette ville, il avait vu tellement de chose. Aussi décida-t-il de creuser un peu plus. En commençant par la base. Peut être que la jeune fille prenait les médecins pour des tortionnaires ? Peut être qu’un médecin l’avait été envers elle une fois qu’il avait découvert sa particularité ?

Il continua donc de chuchoter à son égard.

« Tu te trompes jeune fille, les médecins ils sont la pour guérir les malades, et ne partent pas en chasse, généralement les gens malades viennent à eux, dans des bâtiments spéciaux, des cliniques… »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase, car les péripéties de la jeune fille avaient attiré le gérant de la boutique, qui sembla ne pas apprécier qu’elle s’approche de ses reliques d’un peu trop près.
Le doc se contenta donc d’observer la scène, quelque peu intrigué par ce que l’apothicaire avait donné à la jeune fille. Une fois l’échange terminé il s’avança vers le russe.
L’espace d’un instant Stasi oublia l’étrange lycanne pour se concentrer sur le motif de sa visite.

« J’ai bien peur qu’il n’y ait pas de spécialiste capable de répondre à ma demande mis à part vous. »

Avant de clairement faire sa demande, le russe voulait savoir si cet apothicaire n’était pas un charlatan, et s’il pouvait vraiment l’aider. Pour cela il devait d’abord être sur qu’il connaisse l’existence des membres de son espèce.

« Voyez vous je cherche un produit qui me permettrais de combattre une allergie, une grave allergie à l’argent qui c’est développée il y a quelques années maintenant. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly
Lycanthrope
avatar

Messages : 355
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Jeu 3 Jan 2013 - 20:27

Le docteur fut visiblement perturbé par les questions de la jeune fille. Il ne devait pas vraiment avoir en comprit le sens, puisque sa surprise était bien trop authentique, Kelly ne voyait vraiment pas Stasi feindre aussi bien, même si elle ne le connaissait pas vraiment, voire pas du tout, et se méprenait sur de nombreux points à son égard. Elle avait la conviction - ou alors l'instinct - qu'il ne s'était pas du tout sentit mit à un par des termes tels que 'spécimens paranormaux' ou 'expériences', mais ils n'eurent pas le temps d'aller plus loin dans la conversation, puisqu'il avait prit l'envie d'embêter l'antiquaire.

Ce fut d'ailleurs une chose très réussie. Il fut de retour en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, le sermon déjà enclenché. Elle le regarda avec un regard scrutateur. En fait, elle analysait son comportement dans les moindres détails. Les microcontractions des muscles de son visage, sa posture, ses yeux qui parcouraient frénétiquement les bibelots environnant pour s'assurer que rien ne manquait, que tout était dans son état normal. Kelly fut particulièrement amusée, ce qui ne l'empêchait pas de prendre un flot d'information. Être plutôt asocial, qui de toute évidence détestait les enfants. Il devait être fils unique. Sans doute haïssait-il sa mère pour une raison ou une autre. Son hygiène indiquait qu'il faisait peu de cas de la façon dont on le jugeait, ou avait abandonné depuis longtemps l'idée d'être accepté dans la société. Ses tics faciaux trahissaient une grande importance attachée à son travail, ce qui était étrange au vu de la négligence de la disposition des objets.

Lorsqu'il eut finit ses remontrances peu convaincantes, elle le titilla encore.
"Ouais bah visiblement un client qui casse des objets sans le faire exprès ça doit être la seul façon dont vous gagnez votre croûte vu comme vous êtes bon commercial." Fit-elle avec une mine boudeuse. "Mais merci quand même. Ils ont l'air en bon état." Ajouta t-elle en observant à travers les rayons qui parvenaient du dehors jusqu'à elle s'il y avait des faiblesses dans le verre. Elle tourna un à un les objets dans tout les sens afin de voir si un quelconque produit chimique inadapté aurait rongé ou corrompu de quelque façon que ce soit la matière de ces quasi-antiquités, mais à part de la poussière, beaucoup de poussière (les objets étaient de véritables étouffe-chrétien, elle n'eut rien à y redire.

Le vendeur lui demanda ce qu'elle comptait faire avec tout cela afin de mieux l'aiguiller, ce qui ne manqua pas de la faire ciller. Comment un antiquaire pouvait-il s'y connaître en chimie ? En théorie, il fallait de solide connaissances sur les procédures de composition pour avoir une idée du matériel nécessaire à la fabrication de certains produits en particuliers. Voilà qui était pour l'intéresser. Kelly était doué pour déceler les mystères quand certains se présentaient, et elle avait de plus en plus l'impression que l'un d'eux se tapissait devant elle. Tandis qu'elle rangeait avec une bonne humeur inchangé, fredonnant une chanson frivole à mi-mot, elle réfléchit et écoutait simultanément. Peut être s'agissait-il d'un doctorant radié d'un quelconque ordre ou dans l'échec. Si c'était le cas, elle n'aurait pas beaucoup de mal à le savoir. Les réseaux informatique des universités étaient particulièrement mal protégés, ceux des organismes scientifiques, à peine plus. Mais s'il avait travaillé dans un établissement pharmaceutique ? Elle aurait alors beaucoup plus de mal à découvrir lequel et encore plus à s'introduire dans les archives.

Alors que les deux hommes avaient tout juste commencés à parler entre eux et qu'elle ouvrait son sac plein de polystyrène pour qui ranger méthodiquement chacune de ses nouvelles acquisitions, elle en était déjà à établir un plan pour récupérer un maximum d'informations sur les propriétaires de cet immeuble du quartier et ainsi remonter à un historique de l'antiquaire assez complet pour ensuite récupérer le reste auprès de la sécurité sociale, de la mairie etc. Mais c'est alors que la demande du docteur attira encore son attention. Décidément, les choses devenaient de plus intéressantes. Elle ne voyaient pas pourquoi un lycanthrope irait demander un remède miracle à un homme qui vendait des vieilleries. De plus, en tant que scientifique, elle espérait que Stasi serait passé par des voies moins naïves. A moins que tout ceci ne soit qu'un nom de code pour un composé bien précis. La pièce serait-elle occupée par trois savant fous ?

Sans s'arrêter de ranger ce qu'elle venait d'acheter, elle devança le vendeur et lui répondit :
"Je me rappelle d'une formule magique qui fonctionnait très bien mais la fin m'échappe. [silence] Hihihi, nan je rigole... C'était une blague. Y a des cocktails à base d'opiacés et de tétrazépane qui marchent très bien. Oh mince, c'est vrai, c'est contre indiqué avec la consommation d'alcool."
Bien entendu, elle ne savait rien de la consommation du docteur, la seul fois qu'elle l'avait vu ivre, il n'avait sans doute pas le moindre gramme d'alcool dans le sang. Mais avec un peu de chance, il aurait l'impression qu'elle en savait beaucoup plus sur lui qu'il ne le croyait. Après tout, statistiquement, une grande part de lycan acquéraient des problèmes avec la boisson, du fait du traumatisme psychologique qu'il impliquait.

Elle avait envie de voir ce qui ce cachait dernière tout ça. Et si elle pouvait avoir l'air de s'y connaître et de gagner leur intérêt, sans doute arriverait-elle à leur faire faire certaines choses à leur insu, comme en dire un peu trop sur les endroits où l'on entreposait certains produits ou composés médicamenteux rares et dangereux.

_________________
Un crayon Titi ça donne du courage, tu t'sens moins seul, ça t'donne envie d'tous les niquer une bonne fois pour toute. Ça t'donne envie d'les trainer dans la boue, à base de crayon Titi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Mer 16 Jan 2013 - 19:22

Elijah Cook"Une allergie à l'argent", voilà qui était une façon bien amusante de présenter avec finesse un cas de lycanthropie. Elijah ne mit pas longtemps à comprendre la réelle demande de son client. Alors que la petite faisait mine de vérifier la qualité des ustensiles vendu par l'apothicaire -pour Elijah, une gamine de cet âge ne pouvait tout bonnement pas avoir de connaissances aussi profondes dans un tel domaine- ce dernier repliqua calmement à son client.

- En effet je vois bien ce qui peut vous poser problème... Il jeta un bref coup d'oeil à la fillette, avant de reprendre plus bas d'une voix feutrée. Cependant, j'ai peur que le moment ne soit pas très bien venu pour discuter de votre problème, attendez. Il reprit d'une voix plus clair et distincte. Je vais vous donner l'adresse d'un spécialiste qui saura sûrement vous aider.

Elijah se dirigea vers son petit comptoir en bordel en faisant mine d'enjamber la petite toujours en train d'organiser son sac. Il griffonna sur un petit post-it jaune à l'aide d'un crayon a papier mal taillé "repassez ce soir à la fermeture", avant de revenir auprès de son client. Il tendit le bout de papier à son étrange visiteur, tandis que la petite évoqua des noms bien étranges qui ne sortaient pas habituellement de la bouche d'un gosse de son âge. L'apothicaire essaya de ne pas montrer sa surprise, même si vu de l'extérieur, il devait sembler abasourdi. Il se retourna alors vers sa petite cliente et la questionna hâtivement :

- Et bien, tu m'as presque l'air d'une professionnelle. Encore un peu et je pourrais même te prendre au sérieux. Mais malheureusement, je ne comprends pas ce que tu dis, je ne suis pas chimiste petite, je suis antiquaire, c'est à dire que je vend des vieilles choses.

Elijah était scotché, d'abord la petite se ramène avec une liste d'ustensiles bien précis et destinés aux pratiquants confirmés, ensuite elle avait vérifié chacun des objets comme une souffleuse de verre en personne, et maintenant voilà qu'elle nommait de leurs noms scientifiques des composants d'un relaxant musculaire... Mais d'où pouvait elle sortir ? Finalement, cette gamine n'était peut être pas si inintéressante que cela, elle pourrait peut être même s'avérer être une aide précieuse pour l'avenir. Faisant mine de s'en vouloir pour avoir été un peu rude avec la pauvre petite, il décida de lui lancer un ultime test afin de savoir si elle maîtrisait réellement le domaine qu'elle prétendait connaître.

- Allez tu as de la chance, je suis dans un bon jour, je vais te faire un petit cadeau.

L’apothicaire se dirigea nonchalamment vers son comptoir et saisi trois pastilles contre la toux emballées dans un papier qui donnerait vraiment l'impression d'une friandise à n'importe quel enfant lambda. Il tendit les "sucreries" à la petite avec un sourire presque sincère :

- C'est cadeau de la part de tonton Eli ! Et tu ne pourras plus dire que je suis un mauvais commerçant hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Lun 21 Jan 2013 - 21:54

A sa grande surprise l’antiquaire semblait exactement comprendre le sens de ses paroles. Déjà la gérant de cette boutique venait au yeux du russe une certaine crédibilité. Au moins il connaissait l’existence des lycanthropes, ce n’était donc pas un de ces touristes qui avaient installé leurs bazar au moment ou le parc d’attraction était aux abords de la ville. Tant mieux !

Il tenta de lui expliquer, à voix basse qu’il allait d’abord s’occuper de la jeune fille. Cependant ce que l’antiquaire ne savait pas c’est qu’elle aussi était de cette espèce et avait donc tout entendu de leurs échanges, même la partie dite à voix basse.

« Je vais attendre alors que vous me donniez cette adresse, et continuer à faire un tour dans votre établissement… Sans toucher quoique ce soit. »

Il s’éloigna légèrement de l’antiquaire qui se dirigea de nouveau vers l’enfant.

Même si le doc semblait s’être éloigné il resta suffisamment proche pour ne rien perdre à la conversation avec la lycane. Difficile de savoir ce qu’elle désirait réellement et plus le russe l’observait plus il n’était sur que d’une chose, sa grande instabilité. Alors qu’elle répondait à l’antiquaire de manière assez nébuleuse, Stasi se demandait si la conversation lui était adressée à lui. Une chose était sur elle semblait en connaître un rayon pour ce qui était des drogues et alcool.

Alors que le russe était dos au duo, regardant les différents produits sur les étagères, il parla très très faiblement, afin que l’antiquaire ne puisse pas entendre mais que la lycane oui, enfin il l’espérait.

« Nous possédons un service spécialisé pour aider les gens qui sont sous l’emprise d’alcool ou autre stupéfiant, qu’ils soient humai ou non. »


Peut-être que c’était un appel au secours ? Peut-être qu’elle n’avait pas réussis à gérer sa transformation et qu’elle avait tenté de trouver un certains réconfort chimique ? Si c’était le cas, Stasi pourrait peut être lui apporter son aide.

« Jeudi soir 21 heures nous serons ouvert si ça te dit… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly
Lycanthrope
avatar

Messages : 355
MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   Mer 23 Jan 2013 - 18:09

L'antiquaire prenait encore Kelly pour une enfant lambda par défaut, mais elle commençait sérieusement à envisager que ce dernier cachait son jeu, peut être pas aussi bien qu'il ne le pensait. Mais tout du moins avait-il quelque chose d'intéressant. Et puis il y avait le docteur, qui bien entendu avait capté la réponse de la jeune fille avec une intention toute particulière, mais qui, lui aussi, tentait de ne rien en montrer. C'était sans compter sur l'acuité perceptive de Kelly qui était bien décidée à découvrir ce qui lui était caché.
"- Et bien, tu m'as presque l'air d'une professionnelle. Encore un peu et je pourrais même te prendre au sérieux. Mais malheureusement, je ne comprends pas ce que tu dis, je ne suis pas chimiste petite, je suis antiquaire, c'est à dire que je vend des vieilles choses.
- Ah d'accord, autant pour moi. Je croyais que vous étiez chimiste quand vous m'avez apporté une colonne de Vigreux au lieu d'une colonne à anneaux de Raschig comme écrit sur la liste. Enfin, ça doit être par ce que vous avez passé un coup de fil à un 'spécialiste' quand vous étiez en arrière boutique.
"
Bien sûr, c'était pure ironie, à moins que monsieur Cook fut l'homme qui téléphonait plus vite que son ombre.

Mais celui-ci avait visiblement changé d'attitude. Pas très bon pour ce qui était des rapports sociaux, il semblait vouloir effectuer une habile manœuvre, ce qui intrigua la gamine. Pendant ce temps, le russe se retirait discrètement - elle ne remarqua pas immédiatement qu'il écoutait la conversation et qu'il avait dans l'intention de faire passer un message - mais elle l'entendit lorsque l'homme au comptoir lui tandis les friandises mystère. Elle réfléchit un instant, regardant les trois cachets d'un air septique.

"- C'est cadeau de la part de tonton Eli ! Et tu ne pourras plus dire que je suis un mauvais commerçant hein ?
- C'est gentil mais ma maman a été formel : "Tu prends pas de bonbon qu'un monsieur t'offre" Qu'elle a dit ! "Enfin, tu vois hein ? Un monsieur qui n'est pas de la famille. Mais tu dis merci quand même, sinon c'est malpoli !"
"
Elle regardait Elijah avec un certain air de malice.
"C'est dommage, il y en avait pile un pour chacun d'entre nous."

_________________
Un crayon Titi ça donne du courage, tu t'sens moins seul, ça t'donne envie d'tous les niquer une bonne fois pour toute. Ça t'donne envie d'les trainer dans la boue, à base de crayon Titi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"   

Revenir en haut Aller en bas
 

Boutique d'Antiquités "Cook's Shop, Old Stuff"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Boutique Harry Potter - Londres
» Anim shop 3.0
» Boutique évènements
» La boutique de création de Musika {Ouvert}
» Warhammer 40,000 inter-boutique en février et mars 2011
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: MEMORIAL :: 
Archives
 :: Rps de la vieille ville
-