AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Carnet de suivi de Juliet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Carnet de suivi de Juliet   Dim 3 Fév 2013 - 18:17

~Introduction~

La routine routinière menait mes pas chaque jour. C'était une chose rassurante, une ancre pour croire à la sécurité de mon existence. Libre certes de mes mouvements, dans un quotidien nouveau, mais enfermée dans cette éternelle routine comme si je n'étais pas sortie de l'hôpital.
C'est qu'il m'en a fallu du temps pour me défaire de ces habitudes simples. A Galway, j'étais une habitante fantôme, ne s'intéressant à rien de la vie palpitante qui se déroulait autour de moi. Mon petit bonhomme de chemin était une ligne continue sans accroc, sans risques, sans perspectives... Je tournais en rond sans le savoir. Faire ce qu'on me disait de faire. Encore. Comme là-bas.
Oui, il me fallait me réhabituer à la liberté. Oui, il me fallait aussi craindre, ici plus que là-bas, qui je suis. Mais je ne me sentais ni mal ni bien dans cette monotonie. Vivante seulement. D'une manière si différente que je ne pouvais que m'en réjouir tous les matins : un appartement, des vêtements, des biens qui m'appartenaient vraiment, un travail me permettant de faire la seule chose pour laquelle j'étais naturellement douée... Ça a pris le temps qu'il fallait, le temps qu'il me fallait.
Les premiers mois ont été les plus durs, les plus tourmentés. Se défaire de son ancienne vie, aussi triste et morne soit-elle, n'allait pas de soi. J'avais peur du monde, peur des autres et plus que jamais peur de moi. Pour ce dernier point, cela m'arrive encore... parfois ? souvent ? Je ne sais quel adverbe convient le mieux.

Toujours est-il que j'ai pris de l'assurance face à ce monde étrange qui m'attendait dehors. Un monde peuplé de créatures comme je ne l'aurais imaginé : vampires, lycans, et d'autres humains comme moi. Des personnes différentes, au milieu d'une foule normale. Pas ignorante pour autant ; tout Galway est au courant de ce melting-pot si particulier.
« Pour vivre heureux, vivons cachés » dit l'adage. Je l'ai longtemps suivi scrupuleusement. Pourquoi ai-je plus de difficulté aujourd'hui ?
Est-ce que les derniers événements de mon existence y sont pour quelque chose ? Me font-ils davantage réfléchir sur moi-même et ma place ? Qu'ils me réjouissent ou me causent du soucis, il est indéniable qu'ils ont eu un impact sur ma vie.

~~

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Dim 29 Sep 2013 - 11:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Dim 3 Fév 2013 - 20:06

~James~

Est-ce réellement ce soir-là qui a commencé à modifier ma perception des choses ? Je dirais que oui. Mais mon recul est-il suffisant pour en être certaine ?
Je me promenais comme tous les soirs d'été, brin de fraîcheur après une journée de fournaise -au sens propre du terme. J'étais sur la place quand un homme vint m'aborder car ma tenue l'intriguait. Une chose en entraîna une autre et après de succinctes présentations, je dois avouer que je me pris au jeu de ses questions, acceptant un dîner au Bloody en sa compagnie. Pourquoi ? Pourquoi pas, m'étais-je sûrement dit.
James fut la première personne en dehors de la Steel que je mis au courant de ma particularité. Et il ne s'enfuit pas. Nombreux étaient ceux à l'hôpital qui l'auraient fait s'ils en avaient eu la possibilité...  La démonstration de la crème brûlée était soft et sans danger. Il n'en fut pas de même sur la plage. Allumer un feu de camps était simple encore ; ressembler à une torche humaine et tuer un homme d'une simple étreinte... Il l'avait mérité -enfin si on se place de notre point de vue- mais une fois de plus, ça ne m'a pas atteint. Je me souviens simplement des lumières et de la chaleur, de cette sorte d'extase béate devant ce que j'avais créé. A quoi cela servait m'importait peu. Cet état second faillit me coûter cher mais je n'étais pas seule. James n'était pas parti ; il me sortit de l'eau et m'aida à me réchauffer. Puis on rentra à l'appartement pour profiter d'une douche et d'un thé bien chaud.
Il n'a pas peur de moi.
Et il me l'a prouvé.
Le baiser qu'on a échangé... ses bras qui m'enlacent... Ça a réveillé beaucoup de choses en moi ; je les résumerais en frayeur et espoir.
Et je ne réalise pas encore bien qu'on puise ne pas me craindre en sachant la vérité.

~~

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Dim 29 Sep 2013 - 11:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Jeu 7 Fév 2013 - 21:01

~Réouverture du Bloody~

J'avais reçu une invitation pour un événement « mondain » ; j'étais obligée de m'y rendre. Les gains étaient intéressants mais je n'espérais rien gagner de toute façon -j'ai été chanceuse pour le coup-. Ça serait une bonne occasion de sortir et de s'amuser ; voilà comment je le voyais alors. Je dois dire que je n'ai pas été déçue.
En arrivant, on a remis à tous les invités un badge afin de retrouver son binôme pour la soirée. C'était une bonne façon de procéder, si on excepte le fait que certaines personnes ne sont vraisemblablement pas venues ou qu'il y a eu un couac dans la préparation. Ça permettait d'aller vers une personne inconnue, d'engager une conversation. Bon Viggo et moi n'avons pas vu l'ombre de notre binôme officiel, du coup j'ai improvisé avec de la cendre ; bon je me suis un peu faite remarquer à ce moment-là mais j'ai aussi découvert que mon nouveau binôme n'était pas vivant. Moi peu m'importe.
La soirée se déroulait en plusieurs jeux. Le premier consistait en une parade de séduction : le côté « Valentine » du nom de l'établissement. Ça n'est pas vraiment une chose dont j'ai l'habitude mais on s'en est bien sorti tous les deux. C'est toujours plaisant de recevoir des beaux mots et je me suis amusée à imaginer une technique originale. Le coup de la cendre, il ne doit y avoir que moi pour la jouer.
On nous remis ensuite une clé pour aller expérimenter d'une façon originale les nouvelles chambres.. Nous avons reçu la 108 et un jeu où il ne fallait pas avoir peur de se mouiller. L'alchimiste, ça s’appelait : avec une lance, il fallait remplir un ensemble de flacons pour faire ressortir le petit trèfle qui se trouvait dans le dernier. J'ai voulu tenter l'expérience en premier, mais le harnais n'était pas adaptée à ma tenue. Une des rares fois où je mets une jupe longue et il me fallait l'enlever -Viggo n'a pas hésité à me prouver- pour jouer. Bref, j'ai fait mon tour ; c'était assez épuisant. Et on a échangé nos postes, après que j'ai aspergé le sol de la chambre... et la chemise de mon binôme. Finalement, on s'est bien amusé. Bon j'ai du faire une démonstration de mon séchoir personnel pour qu'on retourne au lounge sans être trempée de la tête aux pieds.
Dernier jeu ; le côté sanglant. Certes, on y a pas eu droit et c'est bien mieux ainsi. Il fallait attraper sur le dos d'un wulver un badge. Évidemment, je m'y suis lancée tête la première, sans réfléchir à ce que j'allais faire face à cette bête enchaînée mais droguée. Je comptais sur les capacités vampiriques de mon binôme sûrement. Je ne sais pas lesquels des deux j'aurais le plus à plaindre à la fin de cette péripétie : Viggo pour son coup mal placé ou le loup complètement sonné... Il a à peine eu le temps de se remettre -le vampire pas le wulver- que le maître des lieux, Kain, donna les résultats. On a gagné !! Troisième prix mais le plus intéressant à mes yeux : des sous... à se partager certes mais comment cracher sur une somme avec plus de zéros que j'en ai sur mon compte en banque ?
En conclusion, je dirais simplement que je me suis simplement régalée ce soir-là : une bonne compagnie, des défis drôles à réaliser... Passer du temps sans se prendre la tête sur quoi que ce soit, c'est simplement génial. Je l'apprendrais bien assez tôt...

~~

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Dim 29 Sep 2013 - 11:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Sam 2 Mar 2013 - 18:41

~Tête à tête avec le patron~

L'enfant, la rebelle et la folle. Voilà comment je qualifierais ma dernière entrevue avec M. Hycks...
J'étais arrivée guillerette, persuadée que j'allais me voir attribuer un nouveau travail. Et puis le couperet était tombé, la véritable raison de ma présence ce soir-là dans le bureau du grand patron : j'avais fait une bêtise.
J'avais fait une bêtise mais je n'arrivais pas à la définir précisément. Raison pour laquelle je me fis toute petite, me contentant d'acquiescer et de présenter des excuses tels qu'on attendait de moi. Je ne voulais pas être punie pour une faute dont je n'identifiais pas la portée de la même façon que mon patron. Je ne comprenais pas où était le mal à avoir parlé à James (il avait mis du temps avant de me tirer les vers du nez), ni à avoir fait une légère démonstration à Viggo (qui était loin de se douter de l'étendue de mon pouvoir)... mais ce qui m'inquiéta alors le plus était le « comment il a su ? ».
Un mot suffit à me faire plonger : surveillance. J'étais en position de faiblesse, sur la défensive même si je ne pensais pas l'être. J'étais l'enfant pris en faute, celle à qui on tente de lui expliquer les risques qu'elle encourait à continuer ses petits jeux pas si innocents... Et parce que j'étais ainsi faible, il suffit d'un mot, d'une idée pour que... qu'était-ce vraiment ? Un retour en arrière ? Une réminiscence ? Un coup de folie paranoïaque ? J'avais entendu un mot qui me fit tourner la carte, qui fit emballer mon corps dans une spirale folle où la raison m'avait échappée. On me surveillait... suffisamment pour repérer mes erreurs quand elles se produisaient, donc largement assez pour être présent autour de moi à chaque moment de ma vie en société. C'était le genre de choses que j'avais suffisamment subi pour ne plus vouloir y être confrontée. Apprendre que c'était le cas, aujourd'hui à Galway, dans cette ville où je me sentais enfin libre d'exister par et pour moi... je n'aurais jamais voulu le savoir. Pourquoi avais-je posé la question du « pourquoi » ?
Il y avait de bonnes raisons à cette surveillance de l'ensemble du personnel de la Steel, même si je ne les comprit pas complètement ; j'expliquai juste que je ne souhaitais plus qu'on m'en parle. M. Hycks jugea cependant bon de me prévenir des risques que j'encourageais à me dévoiler sur la place publique. Comme si je cherchais à ce qu'on me jette des pierres ? Comme si je souhaitais passer aux yeux de tous pour un danger public, un monstre de foire ? Oh, il n'y avait pas de risques, je ne flamberais jamais au milieu d'une rue, ni moi ni personne. La règle qu'il m’asséna en conclusion de notre entrevue était claire. Pourtant je l'avais déjà enfreinte. Si je souhaitais m'étendre sur ma particularité auprès de quelqu'un d'étranger à la maison, je devais d'abord en référer à mes supérieurs qui me donneraient ou non leur feu vert. Sauf que j'avais déjà dépassé ce stade, sans leur accord. Accord qu'ils ne m'auraient pas donné s'ils en avaient eu la possibilité... Jamais James n'aurait été jugé acceptable à leurs yeux s'ils avaient creusé un peu le personnage. Ce que je savais alors, parce qu'il me l'avait expliquée, c'est qu'il ne porte pas particulièrement les créatures de la nuit dans son cœur ; alors que l'entreprise qui m’emploie cherche à tout prix à donner leur « juste » place à ces mêmes êtres, une place de premier plan.
Dans quoi m'étais-je embarquée sans m'en rendre compte... ?
Je ne ferma pas l’œil de la nuit, tracassée par tout ce qui se jouait dans ma tête. Le lendemain soir, je fit le premier cauchemar d'une longue série de nuits torturées.

~~

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Dim 29 Sep 2013 - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Dim 21 Avr 2013 - 14:56

~Winnie, Killian et la gueule de bois~

Avoir la tête dans le coaltar, la gueule de bois. Je ne pensais pas que cela m'arriverait. En bonne Irlandaise que j'étais, j'aurais pu avoir ma première cuite vers l'âge de quatorze-quinze ans. Évidemment je ne rentre pas dans les statistiques et contrairement à la moyenne de mes compatriotes, je ne suis pas une adepte farouche de l'alcool. Sûrement parce que j'ai commencé à en boire « sur le tard » et que trop en consommer me donne des envies de grands bûchers. Je rêve de flammes dansantes, envoûtantes, dévorant ce qui m'entoure... comme le grand incendie du Zombillenium. Voilà pourquoi je ne bois jamais plus que de raison.
Je ne sais toujours pas comment j'ai fait pour que cela ne tourne pas au drame ce soir-là. Nos occupations m'ont fait dépasser ma pyromanie.

C'était la fin de l'après-midi. J'espérais me donner un peu de baume au cœur en m'achetant un gâteau à la boutique des douceurs. Pas que la journée m'ait paru plus longue que d'ordinaire, surtout que mes nuits étaient trop courtes. Désespérément trop courtes et surtout terriblement fatigantes. Les cauchemars ne me quittaient pas ; j'étais bien incapable de dire ce qu'il s'y passait pour me mettre dans des états pareils de stress. Je ne m'en souvenais jamais, m'éveillant en sueur dans un lit qui commençait à prendre feu. Toutes les nuits, le même refrain. Toutes les nuits, j'attrapais draps et oreiller et les amenais sous la douche pour noyer les flammes sous les trombes d'eau froide. Toutes les nuits, je m'asseyais sur ce sol glacé et mouillé, attendant que l'aube vienne en pleurant sur les flammèches que j'avais créé et fait mourir.
Et là, dans ce magasin à l'odeur gourmande de sucre, j'étais tombée sur une fille aussi désespérée que moi, mais pour une toute autre raison. C'était son anniversaire, celui qui lui donnait la majorité ; mais elle réalisait tristement que ce jour était semblable à tous les autres. Je ne pouvais que compatir. Mes anniversaires me dépriment depuis que je n'ai plus personne pour les fêter avec moi. Alors on a discuté. Et on a commencé à boire. Winnie me fut immédiatement sympathique, je ne saurais dire précisément pourquoi. Alors je suis restée avec elle, décidée à ce que l'une de nous passe au moins un bon anniversaire cette année. On n'avait rien fait mon dix-huitième anniversaire, rien pour marquer comme il se devait mon passage à l'âge adulte. Qu'aurait-on pu faire à l'hôpital de toute façon ? Alors je voulais que cette jeune fille devant moi ne soit pas seule.
En bonne formatrice pour les forces de l'ordre, Winnie avait un gadget sur elle pour détecter les vampires et lycans grâce à leur température : un thermomètre de piscine. Ainsi munie de celui qu'elle m'offrit, je me sentais parée pour affronter... des alcools plus costauds à la taverne de l’Éventreur Insomniaque. Oui, dis comme ça, c'est juste complètement débile comme raisonnement... mais sur le moment, ça avait un sens pour moi. Je pouvais veiller à ma propre température grâce à ça et éviter la surchauffe. Ma bonne résolution ne me servit à rien car malgré quelques hallucinations visuelles, reflets de mes pulsions pyromanes, j'oubliais rapidement la présence de ce gadget ultra perfectionné au fond de ma poche, pour me concentrer avec ma nouvelle amie sur un mec. L'absinthe avait commencé à atteindre nos cerveaux et nous avons joué au jeu de la séduction avec le premier beau mec que nos regards ont croisé : Killian. Poussant le vice jusqu'à l'accompagner dans sa chambre. Il faut dire qu'on était tombée non seulement sur le seul mec potable de la taverne mais sur un gars plus que charmant. Pourquoi bouder son plaisir ?
Au départ partis pour nettoyer une vilaine tache d'alcool sur mes vêtements, on s'est retrouvé à occuper à nous trois l'espace exigu de la douche. Rafraîchissement bienvenu pour moi. Rafraîchissement impromptu où se mêlèrent rapidement la mousse, des termes et des jeux dignes de la piraterie la plus sensuelle que je connaisse. Killian fut désigné comme notre capitaine. A moins qu'il ne s'octroya ce titre tout seul, je ne me souviens plus. Tout était-il qu'il en usa promptement et vaillamment jusqu'à la fin.
Y a pas de mal à se faire du bien : c'est ce qu'on dit non ? Pour le coup, je me suis vraiment fait du bien. Mais y avait un malus derrière tout ça. Le retour de flammes en quelque sorte. A bien profiter, à se faire plaisir, à s'amuser de la sorte, il fallait bien que le retour à la réalité fasse mal. Gueule de bois. Bien méchante et sournoisement installée dans ma tête. Si sournoisement qu'il me fallut plusieurs jours pour m'en remettre totalement, la faute à mes cauchemars bien évidemment. Je crois que j'en fis de nouveaux d'ailleurs à la suite de cette nuit. Pas moyen de m'en rappeler... Et je crois que ce n'est pas plus mal d'oublier.

~~

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Dim 29 Sep 2013 - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Sam 28 Sep 2013 - 17:57


_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Sam 28 Sep 2013 - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Sam 28 Sep 2013 - 17:57


_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Sam 28 Sep 2013 - 17:59

~Entre du linge de lit et un costume à rendre : rencontre d'un futur collègue~

J'étais allée faire des courses, plus précisément refaire mon stock de draps et d'oreillers. Je ne m'attendais pas à des surprises dans la rue commerçante.
Une bousculade. Un sac par terre. Même pas de peur et aucun mal. Je ne reconnus pas ce jeune homme, pourtant j'avais du le voir au Quality lors de la soirée de décembre. On peut pas dire que j'ai prêté particulièrement attention aux autres ce soir-là... Dire que son défi était que je lui mette un claque ! Il aurait eu du mal, ou à me séparer trop brusquement de James... Dur de dire comment on aurait réagi après coup.

Enfin, il avait besoin d'un coup de main pour retrouver le magasin de location de costume et vu que ça lui évitait de s'interroger trop longtemps sur mes sacs plus que pleins, je me suis proposée pour l'y accompagner.
Et même si la route n'était pas longue, autant faire la conversation. Lui demandant ce qu'il venait faire à Galway, il m'a indiquée qu'il était venu chercher du travail après avoir terminé ses études. Et pas dans n'importe quelle boite : il avait jeté son dévolu sur la Steel. Rien que ça. Évidemment, je cherchais à en savoir davantage, l'air de rien. On ne choisit pas la Steel par hasard... enfin la plupart du temps.
Ainsi il avait une "particularité" et d'après les rumeurs qu'il avait entendu, ça pourrait intéresser la société. Bon en entendant ça, j'eus une réaction un peu spéciale... qui le fit léviter sans qu'il puise le contrôler... Ma paranoïa était toujours là finalement ; et elle m'avait rendu limite agressive pendant un court instant. C'était dans son intérêt cela dit... et il ne m'en tint pas rigueur. D'autant que je lui ai avoué travailler là et pouvoir l'aider à avoir un entretien.

Affaire à suivre...

~~

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Dim 23 Fév 2014 - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Sam 28 Sep 2013 - 18:00


_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Sam 28 Sep 2013 - 18:01

~Entretien d'embauche de Luc~

Le rendez-vous était posé. Rester à y être ponctuels. Et nous le fumes.
Je retrouvais Luc en bas de l'immeuble et le menait jusqu'au bureau du grand chef. C'était son grand jour, son grand oral pour obtenir une place à la Steel. Il était nerveux ; il attendait beaucoup de cet entretien. J'ignorais encore quelle serait ma place et tentait de le rassurer au mieux.

Après une question sur les bonsaïs, à laquelle Luc répondit presque naturellement, faisant un parallèle entre le travail et la passion cachée du boss. Un truc auquel j'aurais jamais pensé ; mais bon, il avait pas fait des études pour rien. Il faut bien que ça serve à quelque chose de rester des heures et des heures le cul sur une chaise à écouter un prof déblatérer sur un sujet, qui à priori nous intéresse -pourquoi faire des études supérieures sinon ?
Et puis... je passais de spectatrice à actrice. Et franchement... je ne n'y attendais pas. J'avais rien bossé moi ; mon cerveau a du carburer à vitesse grand V pour me souvenir de ce que Luc m'avait dit sur lui lors de notre rencontre. Fallait pas que je me plante car c'était son avenir à lui que je tenais entre les mains. Puis Luc a du parler de moi ; à vrai dire, il ne savait pas grand chose et je pense que c'est que Hycks attendait comme réponse.

Après une partie plus traditionnelle d'entretien, nous en vîmes au cœur du "problème", à savoir si Luc correspondait bien aux critères particuliers de l'entreprise. Après une lévitation classique pour montrer l'étendue de son pouvoir -la lévitation-, je fus conviée à la deuxième démonstration... Quitter le sol me déplut fortement ; expérience à ne pas renouveler c'était certain.
La troisième fut davantage dans mes cordes et je m'abstins de toute émotion pour l'exécuter. Après que le chef eut mis de l'alcool sur le tapis, j'enflammais celui-ci, à quelques pas d'un Luc aux yeux bandés. Il fallait qu'il s'élève, il fallait qu'il dépasse l'inconnu et la peur. Ce fut celle-ci qui l'éleva, alors que mes petites créations lui chatouillaient chaussures et pantalon. Il ne maitrisa pas grand chose, mais s'en sortit quand même. Le chance du débutant pour quelqu'un qui ne connaissait pas encore l'étendue de son pouvoir. L'important est que cela suffit pour lui faire avoir une place parmi nous.

Je ne sais pas si je me hasarderais encore à présenter quelqu'un pour un poste. Ce n'était pas facile d'être recruteuse... J'espère que Luc ne m'en voudra pas trop d'avoir participé à la petite flammée...

~~

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )


Dernière édition par Juliet Ahston le Dim 23 Fév 2014 - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Sam 28 Sep 2013 - 18:01

~Réunion de travail pour le centre commercial~

L'heure c'est l'heure, comme toujours. Et pour discuter du grand chantier en cours, il fallait bien être à l'heure, car nous avions du travail. La salle de réunion nous vit réunis autour de Mr Hycks ; Lady Velvet, Hunter McBrides, Phileas Frogg, Luc Awel et moi. Ce fut d'ailleurs le soir de la présentation officielle de Luc ; après tout, il comptait parmi ses tâches la supervision des comptes du centre commercial.
Une fois la présentation des bâtiments faite, il fallut passer au vif du sujet à savoir la sélection des magasins et boutiques candidats pour venir remplir les murs. Il y avait de tout et oserais-je dire du "n'importe quoi"... Bien qu'en conclusion, nous fûmes tous d'accord pour ne garder que les plus intéressants. Les questions de business me dépassant, j'essayais de me mettre dans la peau des clients et j'avoue avoir aussi un peu pensé à mes propres envies pour opérer ma sélection.

En tout cas, j'ai hâte de voir le jour de l'inauguration arriver. Avec les plans que Hycks nous a montré, les illustrations 3D et les projets des boutiques, tout cela s'annonce vraiment génial !! Je devrais dire aussi que je suis sure que ça apportera beaucoup à la Steel, mais ça tombe sous le sens. Vu les engagements que ça représente, j'imagine mal que le projet n'a pas été pensé en long, large et travers pour qu'il soit le plus bénéfique possible pour les finances et l'image de la société.

~~

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   Dim 24 Nov 2013 - 18:41

~ Ma salle d'entrainement dans les sous-sols ~

Une pièce juste pour moi.
Pensée, imaginée, conçue juste pour moi.
C'est la salle Beta. Elle se trouve dans les sous-sols du centre commercial. Un endroit spécial pour les entrainements des membres de la Steel qui en ont le besoin.
J'ai encore du mal à me figurer que cela existe bel et bien et pourtant je l'ai testée, j'ai foulé son sol, vu ses gadgets sortir des murs.

Le chasseur m'avait donnée rendez-vous sans m'en dire davantage. Je ne l'avais jamais beaucoup fréquenté avant cela ; il faut dire qu'il est toujours par monts et par vaux pour son boulot. Et je doute que nous ayons beaucoup de points communs en dehors du travail...
Mais il avait choisi de me faire la surprise de cette installation (on avait été prévenu mais je n'osais espérer y mettre les pieds si tôt), de me donner la primeur d'entrer dans ces locaux tous neufs. Je fis la connaissance de la conceptrice de ma salle, et de la gardienne infirmière des lieux d'une manière générale : Jessica Drew, avec qui McBrides semblait avoir une sorte de relation... à moins qu'il ne l'envisage ? Enfin, bien gentille au demeurant.

Les choses étaient bien conçues ; tellement que ça me semblait bien compliqué. Caméras thermiques, contrôles de paramètres vitaux et d'autres trucs du genre qui me dépassaient et me dépassent encore totalement. Je laisse ça à ceux qui savent les décrypter. Analyser mes "performances"... ce n'est pas vraiment ma priorité.
Cela dit, quelle est-elle vraiment ?

Donc, McBrides a commencé par une série de questions ; elles m'ont paru parfois bizarres mais j'ai essayé d'y répondre au mieux. Une de mes réponses ne le convainquit pas mais le terme de "don" est trop heureux pour correspondre à mon ressenti. Il n'y a qu'une personne qui arrive à le comprendre un tant soit peu. Et le lycan n'était pas cette personne. Je sentis même que ça le contraria mais qu'il s'habitue car ça ne changerait pas de si tôt.
Après quelques banalités et des souvenirs douloureux remués, nous passâmes à la fameuse salle Beta pour commencer les entrainements en eux-même. En soi, ils étaient simples, mais je dus me contrôler à chacun d'eux avec plus de force pour ne pas m'enflammer sans prévenir, et le chasseur avec moi. Puis il me laissa finalement seule. Je n'ai pas de souvenirs précis de ce que je fis alors. Je sais juste que j'étais bien et qu'une seconde plus tard je souffrais affreusement. Sous l'effet des exercices précédents, de ma propre excitation à l'idée de cet entrainement, j'avais perdu le contrôle et le retour à la réalité fut vraiment brutal. Je ne voulais plus qu'une chose : rentrer chez moi. Il me fallut pourtant encore faire face à une surprise supplémentaire et inattendue. Un cadeau dont je me serais bien passée, car je ne voyais -et ne vois toujours pas- en quoi je le méritais. Après des explications limite bredouillées envers la lycanne, McBrides me laissa tranquille et je pus repartir avec Jessica qui se montra délicatement muette durant le trajet de retour. Après un seul mot (merci), je rentrai chez moi et m'y enfermai. Beaucoup d'émotions. Trop d'émotions.

~~

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Carnet de suivi de Juliet   

Revenir en haut Aller en bas
 

Carnet de suivi de Juliet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Carnet de Chasse
» Carnet d'un espion malade | Luigi di Paliano
» Roxy Juliet Montgomery ☆ Si vous avez des larmes, préparez-vous à les verser.
» Carnet d'une ombre.
» Vous avez déjà vu un carnet qui mord ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: PREAMBULE :: Etat Civil :: Carnets de bord-