AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'appartement du professeur J.M.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Juliet Ahston
Humain


Messages : 921
MessageSujet: Re: L'appartement du professeur J.M.   Ven 7 Fév 2014 - 22:18

James accéda à sa requête simple et légitime de visiter l'appartement. Il le fit néanmoins d'une manière plus qu'originale. Elle s'avéra d'ailleurs fort plaisante au goût de la jeune femme. A défaut d'un fier destrier blanc -ou noir, ne soyons pas figés dans les stéréotypes-, ce fut un fauteuil roulant presque tout terrain qui leur servit à tous deux de monture.
Ainsi calée sur les genoux de l'Anglais, Juliet eut donc droit au tour du propriétaire. Une promenade fort agréable, car ponctuée de rires à chaque virage à maitriser mais aussi car elle permettait une proximité simple entre eux deux. Rien de mieux pour conclure la journée. Surtout après ce moment de stress qu'elle s'était auto-imposée ; enfin ces moments de stress si on ajoutait à cette discussion qu'elle avait essayé d'éviter aux deux hommes, l'instant où elle avait filé aux toilettes au salon de thé...
Aussi était-ce une demoiselle souriante et sereine qui découvrait une après l'autre les espaces successifs de ce logement.

" Tu as oublié le bazar dans ma chambre la dernière fois que tu es venu ? " rit-elle, en écoutant que le désordre limite chaotique habitait le bureau fermé à clé. " Si je devais me formaliser de ça... "
Mais de toute façon, ils ne s'y attardèrent pas. Le point final de la visite fut la chambre ; tout aussi grandiose que les pièces précédentes. Un lit de bois, aux lignes modernes, garni de multiples coussins et d'un matelas qui avait l'air parfaitement confortable. Toutes ces pièces étaient lumineuses et meublées avec goût et finesse. Pas qu'elle n'y connaisse réellement grand chose mais elle s'y intéressait pour trouver des inspirations pour son propre appartement.

" Je vais en profiter pour me laver les mains. " dit-elle en se levant des genoux du professeur, sur invitation de celui-ci à aller voir par elle-même la salle de bain. Après deux pas, elle s'arrêta, comme si elle avait oublié quelque chose. Elle se retourna alors, refit les deux pas qui la séparaient du fauteuil et même en sachant pertinemment l'effet que cela aurait sur James, elle se laissa guider par son envie, se pencha vers lui et l'embrassa. Qu'est-ce que le contact de ses lèvres lui avait manqué, eut-elle le temps de se dire.
Puis la brune écarta sa bouche, gardant quelques secondes le contact entre leurs nez. Elle finit par s'éloigner pour de bon, pour gagner la salle de bain.

Dans le miroir, elle se rendit compte que ses joues étaient finalement plus rouges qu'elle ne l'aurait cru. Elle se frotta les mains au savon, puis se passa de l'eau sur le visage.
Elle constata alors les dégâts de son pull. Ce qu'elle avait tenté de dissimuler ne l'était pas vraiment, même en repliant les manches. Aussi, jugea-t-elle plus opportun de s'en défaire. Elle le noua autour de sa taille et ressortit donc en débardeur.

" Ton appartement est superbe ! " conclut-elle avec enthousiasme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain


Messages : 235
MessageSujet: Re: L'appartement du professeur J.M.   Mar 18 Fév 2014 - 18:27

James observait la jeune femme, souriant il était sur un petit nuage. Enfin il roulait sur un petit nuage pour être plus précis. Le fait de voir la jeune femme se déplacer si aisément dans son appartement lui donnait des idées. Mais pas des idées qu’un professeur instruit, raisonné, ou encore avec une « mission », une quête devrait avoir. Et bien entendu sous le moment de l’euphorie il ne put s’empêcher de sortir ces quelques phrases, celle que généralement un homme, célibataire endurci, finissait par regretter à un moment ou un autre…
Le genre de phrase qui était sans doute inspiré par l'entrée de Juliet dans la chambre, en débardeur, un peu comme si elle vivait ici...

« Tu sais, si tu trouves l’appartement à ton gout tu peux venir t’installer… »

Petit moment de panique.

« Enfin provisoirement, bien entendu quand tu voudra passer un moment ici, pour te détendre du stress de ton travail. »

James n’était vraiment pas doué pour ce qui était des déclarations, mais vraiment pas doué…

« Hum enfin bon, comme tu peux le voir il y a de la place… enfin voila… »

James fixa un objet au hasard dans la pièce, ayant du mal à affronter le regard de la jeune femme.

« Enfin bon.. Alors ton travail pas trop stressant? Parce que tu vois, a cause de mes cabrioles, on peut pas dire que j’ai pas vraiment été débordé ces derniers temps… »

Il continuait de fixer un livre qui était posé sur la commode de son lit, un peu comme s’il s’agissait d’une merveille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: L'appartement du professeur J.M.   Mer 19 Fév 2014 - 14:20

Elle ne s'attendait pas à une telle déclaration. Ni à celle-là, ni à aucune autre en vérité. Et il avait dit ça presque sans ciller, avant de réaliser sa proposition et la portée de celle-ci et de mesurer ses propos. Était-ce pour ne pas la brusquer en étant soudainement entreprenant, ou pour se rassurer lui-même ? Surement un peu des deux.

Si Juliet ne réagit pas immédiatement, ce n'était pas pour le laisser s'empêtrer dans ses idées mais simplement parce qu'elle s'en trouva charmée. Bien que sa réponse soit déjà toute trouvée, elle ne pouvait nier que l'initiative de l'Anglais était surprenante et séduisante. Et pas simplement parce qu'il était le premier à le lui demander.
Ils ne s'étaient pas vus depuis des semaines pour ne pas dire plus et cette spontanéité venait droit du cœur d'un homme dont la réserve et les manières n'auraient jamais permis cela... normalement. La jeune femme en avait vu des signes déjà, mais elle n'en prit pleinement conscience qu'à ce moment.

Sans qu'elle ne s'en soit rendue compte, un sourire s'était étiré sur ses lèvres, un sourire amoureux accentué par ses yeux légèrement brillants

Avant qu'elle ne réponde, James changea de sujet, l'air de rien ou presque, si on exceptait son regard fuyant perdu dans une contemplation incertaine.
La brune n'abandonna pas son sourire, se rendant compte qu'il était bien visé à son visage. Le naturel revenait au galop, se dit-elle. Elle parcourut les quelques pas qui la séparaient du fauteuil et de son occupant et s'agenouilla devant celui-ci, afin de couper court à ses divagations visuelles.

" Je viendrais avec plaisir ; si tu fais pareil de ton côté, aussi souvent que tu le veux. D'autant que j'ai pris contact avec mon propriétaire pour lui proposer de racheter l'appart ; donc j'espère que bientôt je pourrais tout arranger à mon envie. "
Si ça pouvait le rassurer ; elle n'embarquerait pas des gros sacs plein d'affaires pour remplir le moindre recoin de place qu'elle trouverait. Quitte à en faire également en poussant ce qui gêne. Elle avait besoin de goûter encore davantage à cette liberté d'être indépendante, d'avoir un endroit à elle, rien qu'à elle sans autres règles que celles qu'elle se donnait.

" Par contre... tu veux bien me promettre un truc ? "
Elle posa sa joue sur la jambe valide et délicatement sa main sur celle qui était encore bien sensible.
" Ne me laisse plus jamais aussi longtemps sans nouvelle. " dit-elle doucement, la voix tremblotante d'émotions. " Et sois prudent. Je ne veux pas te perdre. "
Ça faisait deux choses certes mais quelle importance ! Elle avait dit ce qu'elle avait sur le cœur ; une déclaration à son tour. Chacun d'eux deux avait ses maux ou ses démons mais ils trouvaient l'apaisement dans l'autre. Si ce repère, cette bulle d'oxygène disparaissait, elle ne voulait pas s'imaginer ce qu'il adviendrait d'elle...

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: L'appartement du professeur J.M.   Ven 21 Fév 2014 - 23:08

Le petit nuage sur lequel le professeur était perché était loin de disparaitre, bien au contraire. Alors qu’il se préparait à un fiasco suite à sa déclaration maladroite, au contraire la jeune femme sembla répondre positivement. Sembla, oui simplement sembla car James avait du mal à imaginer qu’elle puisse être d’accord à une telle demande.

Il répondit avec un grand sourire alors qu’elle lui parla de changer la décoration. Pour jamais n’avoir vécue avec une femme, James n’avait pas encore réalisé ce que ces petits mots anodins signifiaient, James aurait tout le temps de savoir la véritable portées de ses quelques mots anodins…

James  souriait bêtement depuis quelques instants, puis il réalisa qu’ils étaient encore dans la chambre depuis quelques minutes, et que certes la pièce n’était pas rebutante mais ce n’était pas la pièce la plus approprier pour discuter… Généralement dans la chambre on…

James se mit d’un coup à rougir.

« Heu… et si nous retournions dans le salon pour discuter?« 

L’anglais regardait maintenant le sol avec insistance. un peu comme si la jeune femme était apte à lire ses pensées.

« Je suis désolé de ne pas t’avoir tenu au courant plus tôt… Disons que je ne m’attendais pas à me retrouver sur ce fauteuil. Une rencontre hasardeuse et dangereuse d’une espèce que je ne connaissais pas au zoo… C’est impressionnant les découverte que l’on fait ici d’ailleurs… »

James s’arrêta devant la seule pièce qui était fermée à clef. Après tout si Juliet emménageait ici elle finirait bien par voir qu’il n’était pas si ordonné que ça…

« Attends… J’ai réussis à faire des schémas de cette espèce intrigante… »

Il ouvrit la porte et entra dans une pièce ou l’on pouvait observer un imposant bureau. Il y avait des papiers partout, des schémas, des écritures, des livres ouvert, des inscriptions scientifiques… des schémas de crâne dont certains avaient des dents anormalement longues…

« Alors.. attends.. voila c’est ici… »

James sortit un des papier sur lequel il avait dessiné le verre géant. A coté du schémas il y avait de nombreuses références, hauteur, particularité morphologique…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: L'appartement du professeur J.M.   Sam 22 Fév 2014 - 16:45

Juliet ne remarqua pas le rougissement de l'Anglais bien qu'elle redressa rapidement la tête en l'écoutant. La position qu'elle avait adopté n'était pas désagréable, mais en effet, le moelleux d'un coussin sous ses fesses serait un accessoire supplémentaire non superflus pour la durée. Tandis qu'elle se relevait, il entreprit de lui répondre. On ne peut pas vraiment prévoir les accidents de la vie, ses aléas. Les imprévus ont cependant des conséquences plus ou moins importantes ; et il était évident que celle concernant James n'était pas des plus réjouissantes.

" J'aurais pu te tenir compagnie... t'aider... te soutenir... " glissa-t-elle. Ce qui était fait était fait ; il était trop tard pour revenir dessus. Mais elle ne pouvait s'empêcher de se sentir attristée d'avoir été mise de côté. Ça n'avait pas du être facile et pour être elle-même passée par des phases similaires, elle pouvait comprendre sa réaction. Cependant, elle aurait aimé, lorsqu'elle était au fond du trou, que quelqu'un la soutienne pour l'aider à se relever. Et pas juste ces psys à la manque qui vous droguent de médicaments ou vous serinent si fort des vérités difficiles à entendre qu'elles s'incrustent dans chaque parcelle de votre être jusqu'à accentuer le mal... au lieu de le calmer.

Le professeur voulut alors lui montrer qu'il n'était pas resté inactif durant sa convalescence et qu'il avait travaillé sur des schémas de la bête qui l'avait attaquée.
Ils entrèrent dans son antre, son bureau. Tel qu'annoncé lors de la visite, un joyeux fouillis occupait les lieux : de ci, de là, des livres ayant quitté leurs étagères, des revues, des papiers grands ou petits en feuilles volantes, dans des carnets. Fouillis organisé apparemment puisque James retrouva sans trop de peine ce qu'il désirait lui montrer.

" Y a ça au zoo ? " laissa échapper la brune, manifestant sa plus grande stupéfaction.
Il fallait dire qu'elle n'y avait simplement jamais mis les pieds et n'avait aucune idée du bestiaire qu'il renfermait. Dans son esprit, un parc zoologique comptait des espèces on ne peut plus classiques, du zèbre à l'antilope en passant par quelques loutres et un ours ou deux pour épater la galerie. Galway oblige, la notion de normalité s'effaçait rapidement.
Du doigt, elle suivit les indications qui entouraient le schéma, revenant sans cesse sur l'observation détaillée de celui-ci. Un ver géant avec des dents comme des micro-rasoirs... Ça lui faisait froid dans le dos ; qu'un truc pareil existe n'aurait pas du la surprendre et pourtant ça lui donnait la chair de poule.

" C'est dingue ! " conclut-elle finalement. C'était tout ce qu'elle arrivait à dire.
Et alors qu'elle relisait les notes, comme pour être certaine qu'elle avait bien compris, elle réalisa la chance que James avait eu de s'en sortir avec seulement une jambe brisée. S'il lui était arrivé quelque chose de plus grave, elle aurait pu ne jamais le savoir. Elle aurait pu rester à attendre, indéfiniment, à s'inquiéter sans rien pouvoir faire pour calmer l'angoisse de cette absence injustifiée.
Accusant finalement le coup -l'accident était passé et il allait bien-, elle dut néanmoins sécher quelques larmes qui s'étaient faufilées le long de l'arête de son nez.

" Du coup, tu as pu trouver un peu d'énergie pour avancer dans tes recherches ? " changea-t-elle de sujet en se détournant de la table pour observer l'intégralité du bureau.
Cette pièce lui donnait presque le tournis. En parfaite novice, il y avait là trop d'informations à trier pour en comprendre le ou les sens. Et sincèrement, elle préférait l'entendre parler encore et encore, raconter le fruit de son travail que de repenser à ce ver géant qui aurait pu le manger tout entier. De plus, ça l'intéressait de savoir ce qu'il avait découvert.

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur J. M.
Humain
avatar

Messages : 235
MessageSujet: Re: L'appartement du professeur J.M.   Ven 28 Fév 2014 - 13:35

Juliet était gentille avec James et il était vrai que son comportement n’avait pas été des plus courtois. Lui même ayant mal vécu son aventure comme un échec, après tout il n’avait pas été en mesure de maitriser la drôle de créature alors qu’il était en galante compagnie, pie la mettant en danger, fautant avec presque tout les principes et les devoirs de gentilhomme qu’on lui avait enseigné. Terminé en fauteuil roulant montrait aussi sa grande faiblesse, son incapacité à s’adapter face à cette ville, sa flore et surtout sa faune atypique.
Non cette aventure n’était pour lui que le moyen de montrer à quel point il était faible, à quel point il était inutile. Un échec sur toute la ligne que James n’avait pas voulu partager, avec personne et surtout pas Juliet qui avait à ses yeux une grande importance.
Alors il s’était réfugié dans l’art qu’il maitrisait le plus, la lecture. Il avait tenté de trouver des pistes, des indices sur les créatures qu’il avait croisé, tentant de dissociait ce qui était de la pure fantaisie avec ce qui semblait être finalement vraiment être la vérité. Avec les crânes qu’il avait récupéré, le professeur avait fait des croquis, étudié les moindres aspérités des os, comparé avec tout ce qui provenait de nombreuses littératures… Il en avait tiré certaines conclusions, mais bien entendu à la fin de ces longues heures d’études il finissait avec bien plus de questions que de réponses.
James avait besoin de rencontrer plus de créatures, afin de pouvoir continuer ses études, afin de pouvoir mieux les cerner et donc mieux les exterminer. Mais le simple contact avec un verre de terre géant c’était conclut par un passage en fauteuil roulant, lui prouvant qu’il était franchement en position d’infériorité…

« Oui il semblerait que cette ville regorge d’étrange créatures, du genre à mettre en doute toute ce que j’enseigne depuis des année… »

James lui adressa un sourire, alors que son esprit recommençait à vagabonder dans ces innombrables théories et hypothèses… Heureusement que Juliet était là pour l’empêche de trop s’égarer.

« Dire que j’avance n’est pas totalement vrai, il y a tellement de chose à faire, à découvrir, toute une vie ne suffirait pas. »

James montra l’ensemble de la pièce d’un revers de la main.

« A chaque fois que j’avance je fais de nouvelle découvertes, pas des détails, mais des découvertes majeures, nouvelles espèces, nouvelles races, évolution… Aussi captivant que dangereux… »

Il marqua une pause.

« Le fait de devoir rester bloquer sur ce genre d’engin m’a donné du temps pour continuer mes recherches. Même s je pense que je n’obtiendrais pas toute les réponses dans de simple livres… »

James pensait aux crânes, grâce à ça il avait considérablement avancé. Donc il lui fallait plus de concrets, il allait devoir sortir de nouveau pour « récupérer » d’autres échantillons, se préparant mieux cette fois ci…

« Et si nous retournions au salon histoire de continuer devant un petit thé, plutôt que de rester dans cette pièce dont le chaos me fait quelque peu honte… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: L'appartement du professeur J.M.   Sam 1 Mar 2014 - 15:03

A entendre le professeur expliquer qu'il y avait trop de choses à faire, à découvrir, Juliet s'hasarda alors à dire :
" C'est peut être pas évident dans la pratique mais il faudrait se focaliser sur une chose, unique, pour en faire le tour, en découvrir toutes les facettes ou presque et ensuite passer à autre chose. Ça resterait quelque chose d'infiniment long, mais au moins avec certains aspects bien décortiqués. "
Une chose peu évidente en effet, surtout dans un domaine aussi vaste que la recherche où chaque porte s'ouvrait sur d'autres, encore et encore, autant de nouvelles questions, de nouvelles hypothèses qu'il fallait examiner sous tous les angles, développer et étayer. Mais l'Irlandaise n'était pas très au fait de tout ça et l'innocence de ses propos pouvait prêter à sourire.

" Déjà tu oses sortir de ton antre. " sourit-elle, puis elle l'encouragea : " Petit à petit, tu iras mieux et tu pourras faire davantage. Toute convalescence semble longue quand on a plein d'envies en tête. "

Puis James proposa de retourner au salon pour y être plus confortablement installé, loin du bazar du bureau. La brune répondit d'un sourire amusé.
Elle réussit à le convaincre de quitter son fauteuil pour s'installer sur le canapé, l'aidant dans cette démarche. Une fois qu'il fut bien assis, jambe calée comme il fallait, elle déclara satisfaite : " Tu bouges plus ; c'est moi qui fais tout maintenant ! "
Pas la peine de jouer les hôtes parfaits avec elle. Il avait déjà été l'invité prévenant ; à elle de prendre cette place pour lui désormais. Elle ne lui laissait pas le choix. Pour être sure qu'il ne tente rien, elle éloigna un peu le fauteuil roulant ; ça dégageait de plus l'espace autour d'eux.

Ils terminèrent les théières, tout en rattrapant le temps perdu, parlant de choses et d'autres, aussi naturellement que s'ils s'étaient quittés la veille. James continua à expliquer ce qu'il avait lu, essayant de ne pas la perdre dans le flot d'un jargon scientifique qui était son univers ; Juliet lui raconta comment elle avait réussi à convaincre son propriétaire de lui vendre l'appartement qu'elle occupait et les quelques projets d'aménagement qu'elle avait en tête. Puis ils enchainèrent sur ceci et cela, la ville, le présent, le passé, bien après que les tasses eurent retrouvé une température normale. La jeune femme était venue se caler contre l'Anglais, naturellement.

Plus tard, la nuit était tombée et la faim se faisait sentir dans leurs estomacs rassasiés seulement de liquide. Elle se leva alors indiquant qu'elle allait préparer le repas. Il protesta ; elle consentit à lui rendre l'usufruit de son moyen de déplacement s'il la laissait faire et qu'il se contentait de mettre la table et de lui dire où se trouvaient les ustensiles dont elle avait besoin. Elle lui expliqua qu'elle voulait lui faire plaisir et surtout lui faire goûter le dessert qui lui rappelait systématiquement son enfance : un riz au lait juste tiède. Comme beaucoup d'Irlandais, il fallait dire que chez elle, comme à l'hôpital ensuite, le riz était uniquement cuisiné en plat sucré. Elle n'avait appris qu'il était possible de le mélanger avec du salé qu'en vivant seule et en ayant un accès à internet.
Après une touche de cuillère de lait froid sur le nez, pour avoir essayé de goûter la préparation, et quelques rires, le repas fut prêt. Ils retournèrent au salon, mangèrent puis se réinstallèrent l'un contre l'autre, entre les coussins et sous une bonne couverture. Entre eux, ça coulait de source, tout était simple, naturel et heureux. Il n'était pas besoin de faire compliqué pour passer une belle soirée ; il suffisait juste de la bonne compagnie. Elle avait trouvé la meilleure qui lui fallait, celui qui l'apaisait et lui donnait l'impression d'être unique.

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'appartement du professeur J.M.   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'appartement du professeur J.M.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Professeur Binns
» Professeur Gérard V. Étienne est mort. Paix à son âme.
» Vioras Shynt [Professeur d'arme & Noble]
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» Arrivée du Professeur Flitwick et de Gregory Goyle
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Newcastle
-