AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le port

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Re: Le port   Jeu 24 Oct 2013 - 13:00

Allena OmovoiAllena mit un instant avant de comprendre, elle s'était attendue à beaucoup de choses, beaucoup de conséquences et de résultats très différents allant de la balle en pleine tête jusqu'à l'arrestation musclé d'un vampire de deux cents ans contre une jeune "vampirette" de quelques jours. Autant dire que les scénarios qui lui passaient en tête n'avaient rien d'un conte de fée.

Se laissant tomber, elle se jeta dans les bras de Keith - essuyant, sur l'épaule de l'inspecteur, une partie du sang présent sur sa bouche - serrant son étreinte, elle passa son visage dans le creux du cou de l'homme. Quand elle sentie sa soif la tirailler de nouveau, elle prit sur elle et s'écarta d'un pas, les mains jointes sur son giron.

- Désolé, je m'étais faites à l'idée de finir seule, elle déglutie avec difficulté, être vampire n'immunise pas contre les sentiments humains, elle détourna donc le regard un instant, désirant dissimuler la reconnaissance larmoyante qui pointait dans son regard. Le temps de se reprendre calant ses sentiments devant la soif, elle parvint à une maîtrise éphémère qu'elle ne désirait pas montrer à Keith, vous n'allez pas avoir des problèmes si vous protégez le responsable d'un tel chaos ? Demanda la jeune trépassée.

Elle avait décidé de lui faire confiance, un jeu dangereux alors qu'elle ne connaissait pas les règles de cette nouvelle vie. Keith pourrait très bien la conduire dans un piège pour se débarrasser d'une éventuelle menace, pourtant Allena le suivi, après tout si elle devait mourir autant que ce sois après avoir réussi à ressentir encore un peu d'humanité.

- J'essayerais de ne pas vous compliquez l'existence dit-elle, le regard bas, c'était une chance extraordinaire surtout après le festin qu'elle s'était offerte, un inspecteur acceptait de la tirer de ce mauvais pas, lui offre le logis, le couvert et "un pack débutant" pour "vampirette" en détresse.

Ils quittèrent les Docks sans encombre, longeant la route qui menait au bateau échoué, instinctivement elle croisa les bras sur elle, ne voulant pas revoir l'épave où elle avait tué tant de gens, les souvenirs revenaient, les hommes d'équipages suppliant pour leurs vies, le capitaine refusant d'entrer dans sa malle. Elle regarda autour d'elle, cherchant une chose importante. Allena se mordit la lèvre inférieure, elle venait de chercher une victime à saigner pour calmer ses remords, elle baissa vivement le regard de peur que le vampire ne lise trop facilement en elle.

- Vous avez choisi de devenir un vampire ? Pourquoi ? Demanda Allena, continuant de suivre, essayant de faire le tri dans ses pensées, ses envies et ses sentiments, elle avait besoin d'une distraction et en apprendre un peu plus sur son sauveur calmerait au moins sa curiosité.

La voiture se découpa sur le chemin, elle ne reconnut pas la marque, mais elle semblait coûter un certain prix, les lignes arrondies soulignaient la vélocité du véhicule alors que l'intérieur était fait pour un confort optimum. Prenant place sur le siège passager, Allena garda le silence, l'habitacle les protégeaient du monde extérieur, bien que son ouïe parvienne encore à discerner quelques bruits extérieurs. Dans l'habitacle, elle chassa une angoisse, enfermée, son instinct lui criait de garder une porte de sortie, ne pas se laisser mettre en cage, mais elle refusa de s'y laisser aller, profitant du paysage qui se mit à bouger quand Keith mit en marche le véhicule.
Revenir en haut Aller en bas
Keith
Vampire


Messages : 220
MessageSujet: Re: Le port   Ven 25 Oct 2013 - 9:32

Keith ne s'attendait pas trop à cette réaction. Elle sauta dans ses bras. L'inspecteur ne savait plus comment réagir. Il était tout de même content de sa réaction, car dans un premier temps cela voulait dire qu'elle n'oubliait sa part humaine et de l'autre que Keith venait de lui donner un avenir, certes pour un temps seulement, mais un avenir quand même.

- Si je vais avoir des problèmes ? Certainement. C'est la vie.

Ils commencèrent à partir en direction de la voiture de Keith. Plein de questions se bousculer dans la tête du policier. Comment faire pour la gérer ? Comment en parler au Commissaire ? Allena le tira de sa rêverie.

- De ne pas me compliquer l'existence ? C'est impossible. Tu es une femme, bien entendu que tu vas me compliquer l'existence, dit-il d'un air amusé.

Ils prirent la voiture de Keith, mais Allena était curieuse et poser quelques questions sur le vampire.

- J'ai choisi de devenir vampire pour connaitre l'éternité. Je voulais savoir comment évoluera la race humaine et je voulais par-dessus tout goûter à tout ce que l'existence pourrait m'offrir. Chaque siècle a sa particularité et j'adore regarder et admirer tout ça.

Ils partirent alors dans un vrombissement de moteur en direction de l'appartement de L'inspecteur Milligan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: Le port   Mer 26 Fév 2014 - 17:56

Il y avait la paperasse ; encore et toujours de la paperasse. La location d'un appartement lorsqu'on était pas ressortissant du pays relevait presque du parcours du combattant. Tamara était cependant assez rigoureuse pour que ça semble aller sans trop de soucis. Cependant, c'était autre chose quand il s'agissait de faire rapatrier quelques affaires depuis les Etats Unis. Surtout quand les affaires en question... n'étaient pas conventionnelles. Ce n'était pas la première fois que les démarches aux douanes lui filaient limite des migraines ; mais elle voulait à tout prix récupérer ces objets-là, surtout si elle était amenée à rester aussi longtemps qu'elle le pressentait. C'était qu'il y en avait du travail. Si elle s'écoutait, elle pourrait presque y rester tout le restant de sa vie, sans avoir jamais vraiment fini d'en faire le tour. Il y avait fort à parier qu'elle ne resterait pas en place aussi longtemps... Mais là n'était pas la question qui se posait à elle ce jour-là.

Après que tous les papiers aient été dûment visés par les personnes compétentes -ou pas d'ailleurs, mais tout du moins étaient-elle habilitées à cette tâche-, elle avait pu organiser le rapatriement. A côté des moins conventionnelles de ses affaires, il y avait également une malle pleine de vêtements. Ses parents avaient veillé à emballer toute la liste qu'elle leur avait donné ; aidés pour ce qui concernaient les pièces délicates par des collègues. Il fallait qu'elles sont correctement protégées pour supporter la traversée, ou plutôt les traversées.
Ça lui avait coûté un bras ; mais apporter son univers autour d'elle pour qu'elle travaille dans les meilleures conditions n'avait pas de prix.

L'Américaine se trouvait donc sur les quais, en pleine palabre avec un magasinier. Ils faisaient le constat de chacun des paquets qui lui revenaient. En tout trois caisses dont une assez volumineuse et une malle de voyage en métal. La scientifique était armée d'un couteau suisse, prête à ouvrir les boites pour constater in situ l'état des pièces rares qu'elles contenaient. Le docker n'avait pas l'air ravi de perdre son temps avec cette dame, mais celle-ci ne voulait pas se contenter de l'aperçu de l'état extérieur des caisses.

" Avez-vous des choses à vous reprocher pour ne pas vouloir me laisser ouvrir et constater par moi-même ? " dit-elle avec véhémence.

_________________


Dernière édition par Tamara Brooke le Jeu 6 Mar 2014 - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhan Alexander
Humain
avatar

Messages : 23
MessageSujet: Re: Le port   Ven 28 Fév 2014 - 22:51

Ça faisait plusieurs heures que Nolhan attendait qu'on les autorise à quitter le bateau et quand enfin il eut pied-à-terre il se sentit soulagé. Il n'avait jamais été un homme de la mer, en effet sur le trajet, il avait dû rendre son déjeuner au moins deux fois.

Le teint un peu cireux il parcourut des yeux les quais... ça n'avait rien d’exceptionnel, il haussa les épaules et sortit de sa poche un paquet de chewing-gum à la menthe forte. Il en croqua deux morceaux, après cela il alla récupérer sa valise. Sur le chemin il vît une femme entrain de discuter ou parlementer avec un douanier. Alexander n'y prêta pas plus attention... Il récupéra son dû et allait enfin quitter le port quand il remarqua que la jeune femme en question essayait d'ouvrir trois caisses dont une énorme, il ne fallut que ce petit détailler et l'accent de l'inconnue pour piquer à vif la curiosité du jeune homme.

" Avez-vous des choses à vous reprocher pour ne pas vouloir me laisser ouvrir et constater par moi-même ? "

Vociféra-t-elle !

Les ouvriers du port regardaient leurs pieds et tiraient la grimasse, ils ne bougeaient pas, tans disent que la propriétaire des caisses s'acharnait, avec un couteau suisse, à les ouvrir...
Bonne chance. Songea Nolhan.
La situation avait quelque chose de comique, mais le nouvel arrivé décida de s'interposer.

« Des ennuis Madame ? »

Elle n'en n'avait pas vraiment mais bon...

Dit-il avec l'accent le plus british de Galway tout en posant une de ses mains sur le plus gros paquet de l'américaine. Il fixa presque aussitôt les dockers qui restèrent de marbre face à cet homme étrange qui venait d'entrer en scène.
Les deux hommes se concertèrent et haussèrent des épaules et firent demi-tour.

« Vous savez, ils font juste peur d'avoir cassé, par mégarde, vos effets personnels, sinon la sanction est plutôt rude... Une belle déduction sur leur salaire ».

Il fit enfin face à la jeune femme et d'un geste franc il lui tendit sa main droite .

« Je m'appelle Nolhan et je viens juste d'arriver est-ce que c'est votre cas aussi ? »

Questionna-t-il poliment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: Le port   Sam 1 Mar 2014 - 16:03

Il ne voulait rien entendre ; pire, il essayait de se débiner, soutenu par un collègue qui avait rappliqué. Voilà une situation qui lui déplaisait fortement. A chaque fois qu'elle croisait des incompétents, Tamara sentait sa patience s'envoler. Autant respectait-elle toutes les branches de métiers, même les plus ingrats ; autant à tous les niveaux, les gens qui ne faisaient pas leur travail convenablement la désespéraient au plus haut point.
L'arrivée dans la discussion d'un inconnu fit froncer les yeux de la scientifique. De quoi se mêlait-il celui-là ? Même s'il semblait vouloir lui apporter son aide, elle n'avait rien demandé. Tout ce que l'Anglais réussit à faire, ce fut de faire partir les dockers. Heureusement qu'ils lui laissèrent le papier du constat, négligemment déposé sur une caisse.

" Une déduction sur leur salaire ? Ça m'étonnerait. " répondit-elle sans amabilité, mais sans animosité non plus. Elle s'empara du document administratif, sans plus faire attention à l'inconnu pendant plusieurs minutes. Elle dédaigna volontairement la main qu'il lui tendit, plongée dans la lecture du papier.

Mais comme il ne partait pas, elle consentit à s'exprimer. Elle avait replié d'une main la petite lame de couteau, avait posé l'instrument sur la boite la plus proche d'elle et tenait désormais un stylo, sorti de sa poche de manteau.
" J'ai une assurance sur chaque objet contenu dans ces boîtes ; mais il me faut constater les dégâts s'il y en a dès l'arrivée au port, sans quoi, je ne peux pas la faire fonctionner. " Elle releva finalement les yeux, lui tendant papier et stylo. " Vous allez donc me servir de témoin. Même si vous ne représentez pas la compagnie de transport. " Elle haussa les épaules à ces derniers mots ; il faudrait bien que cela fasse l'affaire. Elle savait bien que les vestiges avaient été plus que soigneusement emballés mais on n'était à l'abri de rien.

" Et pour vous répondre, " Tamara avait évidemment entendu sa question et acceptait désormais d'y accorder quelques secondes. " non cela fait plus d'un an que je travaille ici. Comme je compte rester davantage pour mener à bien mes recherches, je rapatrie quelques affaires importantes. "

Elle ne lui donna pas son nom. Celui-ci figurait après tout dans l'entête du document qu'elle lui avait refilé.
Déjà s'évertua-t-elle à défaire d'un coup de couteau bien maîtrisé les cachets de protection qui entouraient la première caisse. Elle fit ensuite un léger effet de levier avec la petite lame dans l'interstice entre le couvercle et le fond ; juste ce qu'il lui fallait pour glisser ses doigts puis sa main et soulever le morceau de bois. Elle avait une grande habitude de ces caisses et cela se voyait. Elle savait parfaitement comment faire ; elle réitéra son action (levier de la lame puis de la main) à deux autres endroits et le couvercle finit par se défaire complètement du support.

" Vous êtes prêt ? "
A l'intérieur de cette caisse-là, des petits boudins en mousse à ne plus savoir qu'en faire dissimuler deux boites de bois noir et cuir finement incisées de motifs d'arabesques complexes. L'Américaine sortit la première, en retira les coins en carton, la présenta à la lumière du jour et examina attentivement l'extérieur. Elles étaient des cadeaux d'une tribu chez qui elle avait passé de longs mois durant sa thèse. A l'intérieur, des grigris divers et variés faits d'ossements "bénis", de plantes et de petits animaux desséchés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhan Alexander
Humain
avatar

Messages : 23
MessageSujet: Re: Le port   Dim 2 Mar 2014 - 19:50

" Une déduction sur leur salaire ? Ça m'étonnerait. "

Dit-elle avec indifférence, comme si elle pouvait le savoir... Nolhan tiqua, mais il ne le montra pas... Sans doute par politesse. Le jeune homme tendait toujours sa main devant la jeune femme, petit à petit ses sourcils se fronçaient de plus en plus fort.

Bon, il y en a qui sont morts comme ça...
.
Songea t-il.
Mais Tamara ne lui accorda aucune attention... Bien que Nolhan ne soit pas narcissique au point de faire une crise devant la réaction platonique de la jeune femme, il s'avouait néanmoins que l'indifférence de l'Américaine le vexer.

" J'ai une assurance sur chaque objet contenu dans ces boîtes ; mais il me faut constater les dégâts s'il y en a dès l'arrivée au port, sans quoi, je ne peux pas la faire fonctionner. "

Elle replia sa lame et daigna enfin accorder de l'attention au jeune homme... Il haussa les épaules et remit sa main dans sa poche en regrettant amèrement de lui avoir adressé la parole.
Puis, sans comprendre pourquoi, elle lui fourra une fiche de constatation ainsi qu'un stylo bic dans sa main droite. Les yeux de Nolhan s'écarquillèrent en entendant cela :

" Vous allez donc me servir de témoin. Même si vous ne représentez pas la compagnie de transport. "

À ben voyons... Et puis quoi encore.

Se dit-il en retenant de la planter là, aux baux milieux du quai avec ses 3 caisses...
Il haussa un sourcil en lisant la fiche, mais c'est une blague . Se questionnât-il.

" Et pour vous répondre, non cela fait plus d'un an que je travaille ici. Comme je compte rester davantage pour mener à bien mes recherches, je rapatrie quelques affaires importantes. "

En disant cela Tamara déballait ses affaires avec soin... Une envie traversa l'esprit de Nolhan... Shooter dans les caisses de la jeune femme ! Mais il se retint sauvagement car d'une part, ce n'était pas digne, d'autre part son pied morflerait sans doute plus que la caisse et son contenant.
D'un geste habille et précis l'Américaine retira les couvercles de ses caisses et commença son inspection façon el mirador... Alexander risqua un œil... Il y avait des boîtes avec des symboles bizarres. La curiosité de Nolhan fut, une fois de plus, piquer à vif, mais....


" Vous êtes prêt ? "

Cette fois ça en était trop.
Le jeune homme, qui avait quand même son caractère il regarda une dernière fois la feuille puis fixa Tamara.

« Eh bien, la politesse vous fait défaut Mademoiselle Brooke, j'aurais pas dû intervenir... »

Il lui lança un regard un peu... Bon, très hautain et déclara.

« Débrouillez-vous avec votre consta »

Dit-il aussi froidement et sèchement que l'américaine. Il reposa la feuille et le stylo dans l'une des caisses de la scientifique et lui tourna le dos.
Hallucinant... D'ailleurs il aurait pu réagir avec plus de violence, mais au final elle n'en valait sans doute pas la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: Le port   Dim 2 Mar 2014 - 21:39

Il le prenait mal. Il ne voulait pas l'aider alors que c'était sa faute si elle se trouvait obliger de le désigner pour assistant. Et il le lui fit finalement savoir.

" Je ne vous le fais pas dire. " répondit la scientifique sans s'offusquer une seconde de la réaction de l'inconnu. Son ton en resta parfaitement serein. Elle était dans son bon droit. Évidemment qu'elle n'allait pas être polie avec un gars qui s’immisçait sans y avoir été invité dans ses affaires et qui faisait fuir ses interlocuteurs.

" Sans votre intervention, ce seraient les dockers qui feraient ce boulot. Leur boulot. La moindre des choses pour rattraper votre bévue aurait été de me prêter main forte à l'instant où je vous le demande réellement. Même si je n'y mets pas les formes conventionnelles. " continua-t-elle en haussant légèrement le ton pour qu'il l'entende bien qu'il s'éloigna déjà. Vexé. Grand bien lui fasse. L'Américaine n'était pas disposée à plaire à tout le monde.
Elle ne le regardait même pas. D'autres choses la préoccupaient davantage à cet instant que la sensibilité d'un Anglais. Ayant fini d'examiner l'extérieur de la première boîte, elle déposa celle-ci sur le couvercle de la grande caisse et l'ouvrit.

Alors qu'elle sortait un petit sac de toile plein d'osselets noircis par les flammes, Tamara releva les yeux et apostropha Nolhan.
" Moi je peux me débrouiller sans peine avec ce constat, pareil pour monter jusqu'à chez moi toutes ces affaires. Je souhaite que vous vous débrouilliez aussi bien avec cette ville. Avec un peu de chance, vous survivrez à votre première nuit. "
Un petit avertissement n'était pas bien cher payé dans une ville comme celle-ci. Même si elle n'était pas "polie" selon les termes de cet homme, elle n'en restait pas moins sensible aux réalités du terrain galwegian. Certes, dire cela en tenant des objets sacrés d'une vieille tribu dans les mains pouvait paraître un peu décalé... Voir menaçant. Les gens peuvent être facilement superstitieux...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Le port   Mar 4 Mar 2014 - 18:34

rp avec Tamara et Nolhan

En provenance du hangar du doc.

Le lycan ne mit pas longtemps avant de repérer un groupe d'humain. La piste avait était multiple, faible au début puis forte, comme si les humains n'avaient pas fait le déplacement ensemble, comme s'ils s'étaient rejoins. Silencieux le lycan continuer de remonter la trace olfactive qu'il avait sentit. Il passa par une rue puis l'autre, puis ralentit encore, tourna une dernière fois et finalement les aperçu. Ils étaient dos à lui. La bête se plaqua sur le sol, doucement et s'approcha, ses yeux or brillaient, d'une lueur qui trahissait l'appétit qu'elle avait mélangé avec l'excitation du chasseur qui était proche de ses proies, à quelques instant du moment fatidique, à quelques instants du repas.

Le lycan s'arrêta à quelques mètres, les observant, babine relevée dévoilant ses crocs blanc, mis en valeur par le contraste du pelage noir. Il émit un grondement, pas important, un peu comme un bruit de fond, continuant de les fixer. Il voulait jouer, il voulait jouer avec cette nourriture, attendant qu'ils le remarquent, qu'ils prennent peur et qu'ils fuient. Alors il les rattraperait, il les tuerait et les mangerait. Et le doc, encore conscient assisterait à tous cela, impuissant.

Le lycan était à l'affut, grondant, à quelques mètres d'eux, plaqué contre le sol, prêt à bondir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhan Alexander
Humain
avatar

Messages : 23
MessageSujet: Re: Le port   Sam 22 Mar 2014 - 18:11

[Pardon, pardon du retard T-T]

" Je ne vous le fais pas dire. "

Nolhan aussa son sourcil gauche a l'air de dire... Elle se fout de moi .

" Sans votre intervention, ce seraient les dockers qui feraient ce boulot. Leur boulot. La moindre des choses pour rattraper votre bévue aurait été de me prêter main-forte à l'instant où je vous le demande réellement. Même si je n'y mets pas les formes conventionnelles. "

Bon, il est vrai que monsieur Alexander était doué pour mettre les pieds dans le plat... Il avait fait une erreur en voulant aider cette... Cette créature. Mais il fallait l'avouer ! Elle n’arrange pas les choses non plus tandis que Nolhan a un don pour s'enfoncer dans sa propre bêtise.

Vous voyez le genre ? La rencontre mouvementée de deux êtres têtus avec un fort caractère e... ET PAF ! Ça fait des étincelles !

Alors que Nolhan fulminé de colère, mais en silence... L'Américaine l’interpella, monde cruel, de quoi allait-elle encore accuser l'anglais ? Il inspira à fond mais ne se retourna pas... Il fit juste un bel arrêt sur image.

" Moi je peux me débrouiller sans peine avec ce constat, pareil pour monter jusque chez moi toutes ces affaires. Je souhaite que vous vous débrouilliez aussi bien avec cette ville. Avec un peu de chance, vous survivrez à votre première nuit. "

Elle ne va pas bien !
Songea Nolhan il se retourna et ouvrit les yeux en grand...

« Mais qu'est-ce que ça veut dire ça ? Une sorte de menace ? »

S'indigna le jeune Anglais en faisant volte-face à Tamara.
Il ouvrit les yeux en grand...

« Là vous me devez des explications... De quoi je devrais avoir peur exactement ».


Il se rapprocha de son étrange interlocutrice et de ses caisses tout aussi bizarre, d'ailleurs, il ne manqua pas l'occasion d'en examiné une de plus près. Son corps fut traversé par une vague de frisson quand-il s’aperçut qu'il y avait des ossements répartis dans de magnifiques rangements.
Il ne savait ni pourquoi ni d'où ils provenaient mais il laissa retomber l'un des rangements qu'il tenait entre ses mains gantées, dans la caisse d'où il provenait.

«Mais... C'est quoi tous ça. »

Nolhan n'en croyait pas ses yeux, mais qui était cette femme ? Une sorcière vaudou ? Il allait ajouter quelque chose, mais finalement non. De toute façon il valait mieux s’arrêter là, on ne sait jamais, peut-être était elle du genre à lancer des os d'animaux sur les gens qui l'agacé.

Il attendait une réponse quelconque tandis qu'un bruit étrange agitait son ouïe fine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: Le port   Dim 23 Mar 2014 - 21:46

A la tête qu'il fit en se retournant finalement, l'anthropologue ne put s'empêcher de rire. Un rire franc et spontané. La façon dont il avait dit ça... dont il la regardait avec de grands yeux. Elle ne s'était pas attendu à ça ! Il était vrai qu'elle dosait parfois mal la réaction des gens à ses paroles tant elle oubliait qu'ils ne pensaient pas forcement comme elle, qu'ils n'analysaient pas les choses de la même manière.

" Pardon... "
Elle toussota pour calmer son rire, le laissant de fait continuer à s'exprimer. Nolhan revenait vers elle, contemplant avec une frayeur progressive dans le regard le contenu de son coffret. Pour bizarre, il l'était assurément à un néophyte ; elle savait parfaitement ce que chaque sachet contenait et ce que ça représentait pour ceux qui les lui avaient offerts. Elle ne croyait pourtant pas une seconde aux effets magiques de ces potions et autres salamalecs.
Tamara reposa le sachet à son emplacement et referma le couvercle sur ce contenu étrange.

" Tout ce qu'il y a dans ces caisses sont des cadeaux de tribus et peuplades chez qui j'ai été à travers le monde. Ce ne sont que des objets de superstitions, mais ils ont étrangement une valeur sentimentale pour moi. "
Elle haussa les épaules. " Vous n'avez rien à craindre de moi, ni de cela. "
Comme pour confirmer ses dires et atténuer les craintes possibles de son interlocuteur, elle rangea le coffret dans la caisse de bois et repositionna le large couvercle par dessus. Si c'étaient véritablement des objets maudits, ce n'était pas un couvercle qui empêcherait les sorts de se manifester.

" Quant à savoir ce dont vous devez avoir peur... Puisque j'ai lancé le sujet, je vous dois l'explication... Mais je doute... "
Elle ne termina pas sa phrase. Il y avait eu un court instant de silence dans le brouhaha du dock ; bien court, quelques minuscules secondes où seuls retentirent les cris des mouettes et un grognement. Un grognement ? Surement un chien. Quoi que ça lui sembla trop sourd et profond pour être un chien. Son cerveau avait déjà entendu quelque chose de semblable ; mais déjà les mécaniques des machines du port s'étaient réactionnées et le bruit s'était perdu dans le flot.

" Croyez-vous aux mythes populaires monsieur Nolhan ? " demanda-t-elle finalement, inscrivant quelque chose sur son bout de papier. Dans son champs de vision, ainsi regard baissée, une forme sombre. Elle regarda dans cette direction. C'était pas vraiment un chien. Trop grand pour ça.
" Peu importe ma question. Voici la démonstration toute nue... ou plutôt tout en poils. " continua-t-elle en baissant le ton de sa voix. " Surtout ne paniquez pas. Ça ne sert qu'à embrouiller les sens et à faire des bêtises. J'ai un poignard en argent dans l'une des autres caisses... "

Maintenant qu'elle l'avait remarqué, elle ne pouvait pas détacher son regard du loup-garou. Pour deux raisons : la première parce que son instinct lui dictait que ne pas le perdre des yeux ; la seconde, c'était une impression de déjà-vu. Plus elle le regarda à les guetter, la salive aux babines, le poil hérissé par la chasse, plus elle était persuadée d'avoir déjà vu ce lycan. Or, elle n'en avait pas côtoyé beaucoup.
" Stasi ? " La femme fronçait les yeux, comme si ça pouvait améliorer sa perception.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stasi
Lycanthrope
avatar

Messages : 417
MessageSujet: Re: Le port   Sam 29 Mar 2014 - 22:26

Stasi… Ce nom résonna dans l’esprit de la bête, le doc l’entendu, au plus profond de lui même. Cependant le doc ne contrôlait plus grand chose, il était à présent un spectateur impuissant, ne pouvant qu’observer sa bête prendre en chasse ces deux individus. Le doc, malgré l’horreur de la situation était loin de se douter que cela pouvais être pire… C’est en entendant son nom qu’il finit par le réaliser. Cette voix, elle lui était étrangement familière. Stasi réalisa avec horreur de qui il s’agissait, Tamara! Non seulement il allait être le spectateur impuissant d’une scène horrible, d’un meurtre, mais en plus d’une personne qu’il connaissait et qui lui était sympathique!

Le doc était horrifié, prisonnier à l’intérieur de sa propre bête, percevant sa haine, sa faim, son désir de tuer. Il savait que le passage à l’acte n’était plus qu’une question de seconde. Le lycan avait maintenu sa position, grondant contre les deux humains, les fixant, prêt à bondir sur eux.

Le loup avait envie de chasser, il voulais entendre ses victimes hurler, il voulait avoir le gout du sang, de la chair encore chaude dans sa gorge, sentir les os se rompre sous la puissance de ses mâchoire, il avait faim. Stasi fit un pas en avant, dévoilant encore plus ses crocs blanc, de la salive sortait de ses babines, tombant sur le sol. La bête tendit ses muscles, se préparant à bondir sur les deux humains.

On entendit alors les griffes du lycan émettre un son désagréable en frottant sur le sol alors que le lycan sauta sur les deux humains. En même temps le doc, prisonnier à l’intérieur hurla de toute ses forces, un non de protestation, une ultime tentative afin de stopper ce qui semblait être inéluctable.
Et le miracle se produisit, le lycan l’entendit. L’effet de surprise fut telle que la bête fut déstabilisé, et son bond ne fut pas aussi précis. Au lieu de bondir griffe et croc face à ses deux proies, le saut du lycan dévia de sa trajectoire initial et ce fut donc son épaule droite que la bête présenta en premier.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhan Alexander
Humain
avatar

Messages : 23
MessageSujet: Re: Le port   Jeu 24 Avr 2014 - 20:15


" Pardon... "


Les oreilles de Nolhan frémirent d'impatience, qu'allait-elle dire ?
Il s’arrêta même de respirer pendant 10 secondes, histoire de se préparer pour la suite.

" Tout ce qu'il y a dans ces caisses sont des cadeaux de tribus et peuplades chez qui j'ai été à travers le monde. Ce ne sont que des objets de superstitions, mais ils ont étrangement une valeur sentimentale pour moi. "
" Vous n'avez rien à craindre de moi, ni de cela. "


« Ah oui, ça paraissait évident ! »

Plaisanta Nolhan en fixant les objets... Maintenant il avait même envie d'en toucher un, juste par curiosité, mais trop tard ! Elle était déjà entrain de ranger les ossements et de les seller à nouveau. Flûte alors, pas de chance, songea le jeune british.

" Quant à savoir ce dont vous devez avoir peur... Puisque j'ai lancé le sujet, je vous dois l'explication... Mais je doute... "

Nolhan était tout ouï, prêt à écouter l'explication de l'Américaine, mais elle hésita vers la fin de sa phrase. Le jeune homme commença à perdre patience. Mais qu'allait-elle lui dire à la fin !
Le jeune homme allait définitivement perdre patience quand il remarqua quelque chose dans les yeux de la jeune femme. Pendant 5 minutes quelque chose l'inquiéta, peut-être...
Puis elle repris.

" Croyez-vous aux mythes populaires monsieur Nolhan ? "

Ça c'était une bonne question... Parce que lui-même savait pas s'il était plus sceptique que croyant. Tout ce qu'il pouvait affirmer avec certitude c'est qu'il était plutôt ouvert d'esprit.
Alors qu'il réfléchissait à la question, Tamara fixa avec insistance un point fixe. Nolhan le remarqua et sans trop réfléchir il suivit le regard de celle-ci.

" Peu importe ma question. Voici la démonstration toute nue... ou plutôt tout en poils. "

Il en perdit les mots ! Ce qui se dresser devant lui n'avait rien d'humain ou d'animal, un mélange des deux... Un loup-garou.

" Surtout ne paniquez pas. Ça ne sert qu'à embrouiller les sens et à faire des bêtises. J'ai un poignard en argent dans l'une des autres caisses... "

« Facile à dire... »
Lui-même surpris par sa réponse ! Comment arrivait-il à faire de l'ironie dans une telle situation ? Nolhan resta perplexe, était-il entrain de rêver ? C'est vrai, il n'y a que dans les rêves où l'on voie une grosse bête poilue, avec des griffes et des crocs acérés, les oreilles en avant et le dos hérissé, vous fixant avec gourmandise et férocité. Mais non ! Dans cette ville tout est possible, Bienvenue aux portes de l'enfer.
Le cœur de Nolhan battait la chamade, son visage était paniqué et il ne savait pas comment réagir face à une telle situation. Mais soudain, pousser par son instinct de survie, le chasseur de primes sortit l'arme qui était coincée derrière son dos et la braqua sur la bestiole. Concentrait sur son tir il allait presser la détente quand...

" Stasi ? "

« Stasi ? »

répéta Nolhan en tirant une salle grimace!
Alors que la grosse boule se poile se jetait sur elle avec frénésie !
Pris de frayeur le jeune homme pressa la détente. On entendit le coup de feu raisonner dans le port...
Mais, l'anglais avait au dernier moment viser le ciel. Les yeux fermés, les mains tremblantes, il n'était qu'a quelques centimètres de l'épaule du loup-garou.

_________________
A Perfect Indian   Sinead O'Connor

¹ý¹ÇÍ·¸§ÃþÄã">
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamara Brooke
Humain
avatar

Messages : 173
MessageSujet: Re: Le port   Ven 25 Avr 2014 - 17:45

Elle en était persuadée... Chose étrange, car cette certitude lui vint à l'instant, la seconde où il bougea. Pourquoi en cette situation précise ? Elle n'aurait su le dire, mais elle savait en voyant la masse amorcer son saut qu'il s'agissait du médecin russe. Alors que toute leur attention était focalisée sur ce qu'il se déroulait devant eux, l'anthropologue avait trouvé la fraction de seconde nécessaire à établir les connexions entre ses souvenirs et l'instant présent. Une réalité pourtant peu agréable si on tenait compte des difficultés qu'ils auraient à se sortir indemnes de cette impasse. Les chances d'une fuite réussie sont complètement... nulles et elle n'avait pas besoin d'un doctorat pour arriver à cette conclusion.

Dans le regard de l'animal en face d'eux, Tamara ne reconnut pas ce que son cerveau avait réussi à restituer de l'attaque de la clinique. Elle ne se souvenait de pas grand chose, droguée dès les premiers échanges avec les assaillants, mais elle avait réussi à remodeler une partie du final flou qui avait accompagné son réveil. Elle s'était retrouvée à quelques centimètres d'un Stasi transformé qui aurait pu la déchiqueter en un claquement de doigts (ou craquement de mâchoire pour être plus précise) si l'envie l'en avait pris. Et il ne l'avait pas fait. Dans les yeux de la bête, elle était presque sure qu'il avait eu une étincelle humaine lorsqu'elle avait approché sa main pour le toucher, ses propres yeux encore embrumés de la drogue qui circulait dans son organisme. Mais là...
Là, ils avaient affaire à une bête dans toute sa splendeur. Une créature affamée qui ne réclamait que son lot de pitance pour remplir un ventre toujours prêt à être sustenté. Un animal plus téméraire que la plupart de ces congénères de la nature, car un loup seul, même affamé, ne s'attaquerait jamais à plus nombreux que lui et plus gros. Mais l'argumentaire du lycan était plutôt en sa faveur pour ce dernier point... Si le nombre était un problème pour lui, ce serait plutôt pour savoir lequel des deux croquerait-il en premier ? Ils n'en imposaient en rien, lui l'Anglais fraichement débarqué et totalement néophyte en matière d'autochtones surnaturels, et elle qui malgré ses connaissances ne bénéficierait jamais de la force nécessaire pour affronter qui que ce soit dans cette ville... si jamais cela avait été dans ses inspirations. Comme elle n'avait pas cette prétention, sa seule arme allait se résumer à ce couteau en argent qui était enfermé à quelque profondeur inconnue dans la caisse voisine... En espérant qu'il s'agissait bien de la caisse voisine et pas de la dernière. Son rapatriement n'était pas fortuit, loin s'en faut. Rester à s'en saisir et à pouvoir l'utiliser ce jour avec efficacité. Et voilà une affaire non rondement menée pour le moment...

Il arrivait déjà et l'anthropologue n'avait pas esquissé le moindre geste dans une direction ou une autre. Elle avait à peine remarqué que l'Anglais avait tiré une arme de sous ses vêtements et qu'il la braquait vers le lycan. Elle estimait simplement que faire quelque chose ne servirait à rien. Ne dit-on pas qu'il ne faut pas tourner le dos au danger ? De plus, la mort ne lui avait jamais fait peur pour sa propre personne bien qu'elle ne crut en rien qui aurait pu la rassurer sur un possible après. Foutaises, fadaises, inepties et même si la fin était si proche d'elle qu'elle pouvait en sentir le frisson glacé, elle ne démordrait pas de ces idées. Elle n'avait pas peur et ne commencerait pas à prier elle ne savait qui. Si elle s'en sortait, elle seule pourrait en tirer le bénéfice... ou celui ou celle qui lui donnerait un coup de main.
Le coup de main, aussi mince qu'il soit, vint du plus inattendu des participants à ce buffet improvisé. Tamara comprit en voyant le lycan soudainement déstabilisé dans sa course qu'il n'avait pas simplement glissé sur une peau de banane invisible... Quelque chose s'était produit, quelque chose d'indicible, d'impossible à percevoir clairement ; que cela soit l'œuvre du propriétaire initial du corps restait plus qu'une hypothèse, mais comme elle savait la question possible, cela lui traversa l'esprit.
En voyant cela, elle attrapa, sans se poser plus de question, le couvercle de la caisse près de laquelle elle se trouvait encore et s'en servit comme bouclier pour amortir le choc. Moins sanglant que ce qu'il aurait pu être, il n'en restait pas moins que la bestiole pesait son petit poids. L'esquive fut limite, uniquement due au dernier geste défensif de l'Américaine. Dans son mouvement rotatif pour placer le bouclier improvisé devant elle, ce dernier rencontra l'épaule velue qui se présentait au devant de lui mais n'empêcha que le choc direct, et non la chute en arrière de Tamara.
Celle-ci se réceptionna à un rien du coxis et d'une belle fracture bien douloureuse. En contrepartie, elle se chopperait un énorme bleu et une jolie contracture musculaire... Si elle avait le temps d'en arriver là.

" Docteur Tabaristan Stasi ! Maintenant tu arrêtes de jouer et tu reprends le contrôle ! "
Sa voix était ferme et directive. Elle y avait mis toute la persuasion dont elle était capable, bien qu'elle douta elle-même de la portée de cette initiative osée. Ainsi assise par terre, elle n'avait pas l'allure idéale pour invectiver qui que ce soit et encore moins un lycan avec de la salive plein la gueule et les crocs bien aiguisés, impatients de croquer dans un gros bout d'humain.
Puis relevant les yeux un tout petit instant vers Nolhan, elle le vit continuer à pointer son automatique sur l'humanoïde. Reportant son attention sur ce qui pressait le plus pour son avenir immédiat, elle n'en lâcha pas moins, aussi directive qu'avec le médecin transformé : " Baissez ça et éloignez-vous ! "
Elle aurait pu en dire davantage, exprimer tout le fond de sa pensée ; à savoir notamment que chercher à descendre les mouettes pourrait avoir au moins le bénéfice d'étancher la faim de leur assaillant, à moins que ça ne fasse que l'ouvrir d'avantage. Bizarrement, l'instant présent importait davantage que d'ironiser sur l'inutilité d'une action.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le port   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le port

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Port du scramasax
» La bataille du Grand-Port...
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LES TERRAINS EXTERIEURS :: 
Lough Atalia & Ruines
-