AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La salle d'armement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Andrea Giacometti
avatar

Messages : 105
MessageSujet: La salle d'armement   Sam 6 Juil 2013 - 22:15

Une pièce assez grande, mais dont l'espace est obstrué par de nombreux placards, étagères, toutes chargées, surchargées d'armes de toutes sortes.

L'accès à l'armurerie se fait grâce à une porte qui s'ouvre avec un code.

C'est le commissaire générale qui connait le code et le donne aux personnes qu'il juge de confiance.

Certaines rumeurs disent qu'il y cache aussi des armes aussi étranges que sa lance...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Dim 7 Juil 2013 - 8:45

[<---- Les grandes avenues]

22 heures.
Il ne rêvait pas, presque 22 heures quand ils arrivèrent face au commissariat. Il avait eu le temps de griller pratiquement l'intégralité de son paquet et se félicitait d'en avoir toujours un second sur lui au risque de tourner mauvais dans les heures à venir si tel n'avait pas été le cas. La petite avait clopiné derrière, tant bien que mal. Kieran avait pris la peine de l'attendre mais ne lui avait pas proposé une seule fois de la porter. Il aurait pu, mais il n'en avait pas l'envie. Et si elle n'était pas capable de marcher, autant ne pas parler des capacités à tirer. Car si l'os de sa jambe était en verre, elle risquait de se le briser à nouveau rien qu'avec le recul de l'arme.

Il détestait l'été. Rien de mieux pour que les journées soient interminables et qu'il se retrouve cloîtré les 3/4 du temps. Qui plus est, ses congénères en étaient tout aussi frustrés et se montraient plus avides, plus... Festifs ces derniers temps. En débarquant à une heure pareille, il ne restait au commissariat qu'une poignée de policiers. L'avantage était que l'équipe nocturne comportait quasiment que les personnes affectées aux affaires surnaturelles, ce qui lui simplifiait la tâche.
Il arpenta les couloirs sous les regards attentifs des autres policiers mais personne ne chercha à l'arrêter, à le déranger avec une quelconque affaire soi-disant d'importance. Un signe de tête ou de main suffisait à se saluer, et surtout à déclarer que rien n'était à signaler.

"Tu n'es pas très bavarde..." Lâcha t-il, après un long moment.
Jusqu'à maintenant, Charlie jouait les bons petits soldats. En prenant ce ton plus autoritaire, c'était peut-être ce qu'il lui avait implicitement demandé, mais il était en droit de s'étonner de ce revirement après l'avoir vu jouer les têtes brûlées au Bloody Valentine. "Un problème ? Personne ne te demandera des comptes tant que tu resteras sur mes talons."

Ils s'enfonçaient de plus en plus, laissant l'activité des bureaux et les passages fréquents dans les couloirs pour un silence plat et total. Sur la droite, ils descendraient vers les cellules, mais Kieran bifurqua à gauche et marcha encore un temps, passant un escalier avant de déverrouiller une lourde porte métallique en tapant un digicode.
La salle d’armement paraissait bien plus grande qu’on ne s’y serait attendu. Elle était morne, faite de longs murs gris, de fenêtres ridiculement petites qui se trouvaient le plus en hauteur possible.
Kieran ne ralentissait pas le pas, allumant une lumière sur son passage jusqu'à ce que les lieux se révèlent davantage. De nombreux placards fermés, des armes visibles se trouvaient toutes proches. Plus loin, on ne devinait rien encore sans aucune lumière pour éclairer. Il s'arrêta face à une table où se trouvait plusieurs armes, en saisit plusieurs pour les vérifier avant d'en garder une en main avec un air plus convaincu, lui tendant crosse en avant.
"Tiens, une arme parfaite pour une fille." Il laissa passer deux secondes avant de se rendre compte que sa remarque pouvait paraître déplacée et de reprendre : "Légère, précise, faible recul... Et c'est un gabarit plutôt commun, donc qui se manie bien. Il ne te faudra pas grand-chose de plus contre les créatures surnaturelles... Des balles en argent ou de l'eau bénite en plus. Le pistolet permet surtout de conserver la distance et de ne pas perdre en rapidité face à son adversaire, le gabarit n'est pas si important qu'on le croirait. Tu prends, tu testes. Si ça ne te plaît pas, on en trouve une autre. Par contre, rien ne sort d’ici, ou plutôt tout y revient sans exception. On commence ?"

Et par "on commence", il n'entendait pas encore tirer. Il lui fallait d'abord lui expliquer les mécanismes au risque de bien rire si elle tentait de tirer avec la sécurité ou d'être incapable de recharger le pistolet comme il faudrait. Des gestes qui lui étaient familiers, peut-être un peu trop, tentant de lui montrer au ralenti avant de la laisser faire à son tour. Il aurait pu lui inculquer quelques termes techniques en plus, mais lui expliquer avec des mots basiques, il saurait sans doute faire. Il ne s'était jamais essayé à enseigner auparavant, mais il faut bien un début à tout, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Lun 8 Juil 2013 - 19:33

Ils avaient mis un certain temps à atteindre le poste de police, plus que cela aurait dû prendre de normal, les béquilles oblige. Charlie songea tout au long du trajet à quel point elle avait hâte qu'on lui retire son fichu plâtre, plus encombrant que le dernier en date, cela la ralentissait énormément. L'anglaise marchait d'ordinaire assez rapidement, pour l'heure elle était reléguée au rend d'escargot géant, heureusement que le commissaire c'était arrêté quelques fois pour lui laisser le temps de le rattraper.

Ils entrèrent finalement dans le poste, une première pour l'anglaise. Dickens s'était attendu à une véritable ruche d'abeille où bourdonne l'activité et les appels, que nenni, c'était même plutôt tranquille, surtout lorsqu'ils débouchèrent dans la partie du bâtiment où l'on retrouvait les bureaux, c'était même plutôt mort dans ce coin-ci. La jeune femme avait d'ailleurs été surprise qu'ils ne soient pas arrêtés par personne, mais à bien y réfléchir, Kieran était le commissaire, ses subordonnés n'avaient rien à dire s'il ramenait une civile éclopée comme ça au poste après tout.

Charlie n'avait prononcé aucun mot depuis qu'ils s'étaient mis en route, pas du genre très bavarde en temps normal de base, la blondinette était du genre à ne rien dire si ce n'était que pour dire n'importe quoi, hors, pour l'instant, rien de pertinent ne lui venait à l'esprit d'où son silence. Persuadée de toute façon que lors du petit cours improvisé elle aurait sans doute une foule de questions, Charlie espérait que Kieran était un bon professeur du coup et qu'elle comprendrait bien ce qu'il lui expliquait, ce qui était sur une bonne voie vu la façon que le policier avait eu plus tôt de tout mettre très au clair. Ce dernier nota néanmoins le silence dont faisait preuve sa future élève. Un petit sourire en coin se dessina sur son visage, alors qu'elle répliqua avec une pointe de désinvolture.

- On peut parler du beau temps et du mauvais temps si vous voulez, commissaire.

Ils passèrent ensuite près d'un escalier, Charlie appréhendait déjà ce dernier avec ses béquilles ce serait terrible. Échafaudant déjà un plan d'action pour descendre plus rapidement, la jeune femme fut ravie de voir que l'escalier n'était pas leur destination pour le moment, alors que Kieran prenait la gauche pour finalement s'immobiliser devant une porte avec un digicode. Une fois la porte ouverte, il s'engouffra dans la pièce suivit de la jeune anglaise.

La salle était bien plus imposante que Dickens ne s'attendait. Il y avait plein d'armoires fermées, plein de tablettes et de rangements surchargés d'armes en tout genre. C'était... Impressionnant ! Alors que Kieran se dirigeait vers une table, manipulant quelques armes, Charlie le suivit lentement, le laissant faire un choix apparemment. Elle fouillait la pièce des yeux, essayait de reconnaître telle ou telle arme de sa mince connaissances personnelles en la matière, grâce aux différents films qu'elle avait vus. Finissant finalement par rejoindre le policier, ce dernier lui tendit la crosse d'un pistolet, suivit d'une remarque plus ou moins déplacé.

Arquant d'abord un sourcil, quelque peu amusée par la pirouette de rattrapage du commissaire, Charlie déposa ses béquilles contre la table et saisit l'arme qu'on lui tendait, prenant note des conseils que Kieran lui prodiguait du même coup. Lorsqu'il finit par demander s'ils allaient commencer, le cœur de Charlie fit un bond. Comme ça ? Maintenant ? Heureusement, ce n'était pas ce que Kieran avait en tête et ils allaient débuter par la base. Repérant le cran de sûreté avant même que le vampire ne le lui signal, Charlie se dit que les innombrables films de zombies qu'elle avait écouté au courant de sa vie allaient peut-être payer finalement. Combien de fois on voyait quelqu'un se faire avoir parce qu'il oubliait d'enlever le cran de sûreté ? Beaucoup trop et Charlie l'avait soigneusement prit en note.

Pour le reste toutefois, il valait mieux écouter et attentivement. Comment recharger, comment tenir l'arme, comment tenir en joug et tout ce qui pouvait être utile et théorique. Parfois, Kieran expliquait un peu trop rapidement, mais Charlie saisissait tout, bien heureusement et se débrouillait plutôt bien. Il valait mieux de toute façon, on était pas en train d'apprendre à découper des citrouilles pour Halloween non plus.

Après ce petit cours en accéléré, Charlie était impatiente d'essayer réellement l'arme, ce laissant aller à un peu de fébrilité, elle demanda à son professeur du jour lorsque cela serait possible.

- On va pouvoir essayer de tirer maintenant ?

Elle regrettait déjà de s'être laissée emporter par un peu d'empressement, mais Charlie était terriblement motivée, maintenant que ses projets prenaient enfin forme, depuis les mois que cela lui trottait dans la tête. La blonde espérait néanmoins que Kieran ne lui en tiendrait pas trop rigueur et se mâchouillait déjà la lèvre inférieure, appréhendant un peu le sermon qu'elle s'apprêtait peut-être à recevoir, oui il avait l'air d'un gars comme ça, à donner des sermons, songeait-elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Giacometti
avatar

Messages : 105
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Mar 22 Oct 2013 - 22:11

Andrea était d’assez bonne humeur. L’enquête avançait et pour une fois il sentait que l’équipe qu’il avait était solide. D’abord il y avait Keith, qui même s’il était nouveau, à travers ses actions avait déjà fait ces preuves. Ensuite il y avait Winnifred, qui malgré sont statue de jeune ado pas forcément accès sur le combat commençait à se faire un place et devenait utile. Enfin il y avait Kieran, qui maintenant commençait a bien connaître la maison, et avait largement prouvé à Andrea qu’il pouvait lui faire confiance.

C’était d’ailleurs à cause de ce dernier qu’Andrea était à présent dans l’armurerie. Il savait le vampire en quête de puissance et avait décidé de lui offrir un petit cadeau afin de le rendre encore plus efficace en cas d’intervention musclée.

En effet maintenant qu’il avait croisé ce fameux Jaro, Andrea en était venu à la conclusion suivante, s’ils voulaient s’occuper de ce mercenaire de première catégorie, ils allaient devoir augmenter la puissance de son équipe. Cet « upgrade » commençait donc par le commissaire, qu’il avait convié dans l’armurerie.

Les mains croisés, Andrea attendait le vampire de pied ferme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Mar 5 Nov 2013 - 12:52

---> Rue commerçante

Quand ils parvinrent au parking, les procédures habituelles prirent le relais. Plusieurs policiers se présentèrent en escorte du prisonnier, Kieran en arrêtant un pour savoir où se trouvait son supérieur. Visiblement, il avait disparu dans l'armurerie depuis un petit temps.
- Keith, c'est ton prisonnier après tout, je te laisse l'accompagner dans sa nouvelle  et sombre demeure... Dès qu'il sera bouclé, rejoins-moi à l'armurerie.
Viggo n'avait aucune chance de s'échapper de prison sans aide extérieure. Les cages pour créatures surnaturelles étaient au sous-sol, renforcées pour certaines de barreaux en argent, pour d'autres enduite d'eau bénite et autres astuces qui ne permettait même pas d'entrer en contact avec les barreaux. Si ça avait été le cas, avec la force prodigieuse de certains, s'évader aurait été un jeu d'enfant. Il n'avait donc que pour option de le faire maintenant, mais la présence de Keith garantirait que les policiers garderaient la main mise dessus. Il pouvait bien se débarasser d'une poignée de policiers humains s'ils n'avaient pas le recul nécessaire pour riposter, mais pas prendre un vampire de front par-dessus le marché.

Kieran s'en retira donc vers l'armurerie, parfaitement serein.
Andrea Giacometti l'attendait là, bras croisés. Le vampire marqua un arrêt face à son supérieur, surpris d'être réellement attendu. Souvent, l'un comme l'autre étaient trop occupés pour prendre la peine d'échanger plus de quelques mots dans le couloir. Qu'il l'attende clairement ne lui apparaissait pas de bons augures, en général, car Kieran partait du principe que pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Mais son supérieur semblait de bonne humeur, autant que pouvait l'être une personne de sa trempe. Disons qu'il avait l'air plus avant que Kieran au quotidien, et que c'était amplement suffisant.
- Nous avons appréhendé le dénommé Viggo, Commissaire Général. Keith le mène en cellule.

Le "bonjour" était trop superflu à son goût et faire la conversation encore plus. Il se dirigea directement vers l'arsenal, déposant son pistolet actuel pour en choisir une autre. Il ne l'avait pas utilisé de la soirée, mais depuis que Velvet lui avait pris son arme fétiche, il restait un éternel insatisfait changeant constamment d'idées selon l'inclinaison de la lune. Avouer que, par la faute de Kain, on lui avait dérobé son arme de fonction lui ferait plutôt mal. Ces changements constants avaient le bon côté de brouiller les pistes le temps qu'il faudrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Giacometti
avatar

Messages : 105
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Jeu 7 Nov 2013 - 13:11

Comme à son habitude Kieran se montra concis et direct. Une chose que Andrea appréciait. Il n'était pas du genre à aimer les fioritures, ce qui tombait très bien.

"Parfait, j'irais lui rendre une petite visite une fois tu as fait du bon boulot, et le nouveau dans l"équipe semble lui pas mal du tout."

Une fois n'était pas coutume Andrea était de très bonne humeur, il fallait dire que les nouvelles n'étaient pas mauvaise et les gars qu'il avait mis en place ce montraient efficaces. Il était temps pour la police de Galway de passer un cran au dessus. Car même s'ils demeuraient plus efficace ceux qu'ils poursuivaient n'était pas à considérer comme de simple délinquant. Ce Jaro, était trop sur de lui, même s'il était incontestablement fort, le commissaire général était persuadé qu'il n'agissait pas seul. Son instinct lui disait qu'il devait sans doute être mêlé aux divers cambriolages qui avaient eu lieu ces derniers temps, notamment celui de la clinique.

Si Andrea n'avait pas tort, alors ils avaient affaire à forte partie il devenait important donc de s'équiper en conséquence...

"Lâche ce jouet, si je t'attendais ici ce n'est pas pour te voir prendre un énième flingue..."

Il avait vu le petit jeu du commissaire depuis un certains temps. Il en avait conclu que son jeu de chaise musicale de pistolet était du à un certains besoin de puissance, et Andrea avait exactement ce qu'il lui fallait.

"Face à un gars comme ce Jaro ton arme fera absolument rien, et la prochaine fois ou nous le croiserons je veux que tu me sois d'une plus grande utilité que de simplement retenir un petit caniche..."

Andrea lui adressa un sourire ironique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Mer 13 Nov 2013 - 13:04

"Evitez de le relâcher dès le lendemain, cette fois-ci."
Une remarque sarcastique de très mauvais goût mais c'était plus fort que lui. Il se souvenait encore de ces frasques avec Stasi qui ne seraient jamais arrivées si Giacometti l'avait pris au sérieux. En y repensant, c'était à cause de ce lycan qu'il avait perdu son arme de fonction. De plus, il n'avait pas du tout apprécié le traitement en urgence reçu à la clinique après que le fameux "caniche" ait pris son bras pour un os à mâchouiller.

Un cliquetis métallique se fit entendre quand le Commissaire lui ordonna de lâcher le jouet qu'il tenait entre ses mains. Il vérifia si l'arme était chargée, l'ombre d'une hésitation passant dans son regard, avant de se résigner à jouer les bons flics et poser le pistolet pour fixer son supérieur. Il connaissait le protocole mais avait pris un peu trop ses aises depuis son changement de grade et ne s'en encombrant plus.

Il croisa les bras, haussant un sourcil à la remarque du Commissaire :
"J'ai couvert vos arrières et permis l'évacuation des civils, le reste ne dépendait pas de moi si je ne m'abuse... Mais prévenez-moi la prochaine fois que vous souhaitez conclure une soirée d'ouverture par un carnage, je songerais à prendre mes balles en argent et un pistolet de secours."
Il avait raison sur un point, Jaro était un vampire hors catégorie contre lequel il n'aurait pu agir de front. Il se souvenait amèrement avoir joué les balles de bowling entre ses mains, mais ç'aurait pu être bien plus grave. Il avait permis au Commissaire de s'échapper de son emprise, de minimiser l'assaut de Kain quand il l'avait pris à revers tout autant que d'empêcher la lycane de manger les convives. A son sens, il avait bien agi dans la mesure de ses capacités.
"Contre un vampire aussi puissant, j'aurais pu finir la nuque rompue à tenter de vous extraire de ses griffes, vous pourriez être un peu plus reconnaissant. Peu importe... J'ai bien conscience que les pistolets ont leurs limites mais autant faire avec les moyens du bord quand une approche de front est suicidaire. Vous avez une meilleure idée, peut-être ?"
Sans plus de remarques sarcastiques qui risquaient d'entacher la bonne humeur de son interlocuteur, sa question était sincère. Il n'était pas souvent en accord avec le Commissaire sur les méthodes à adopter mais ne pouvait nier son expérience. Il avait forcément de bons tuyaux, même pour Kieran qui avait voué une bonne partie de sa non-existence à traquer ceux de son espèce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith
Vampire
avatar

Messages : 220
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Lun 25 Nov 2013 - 10:49

Il l'avait enfin arrêté. Viggo, le tueur que Keith traquait depuis plus d'un an maintenant. Le début de l'affaire avait été relativement rapide grâce au témoignage de Winnifred, mais la suite de l'arrestation avait pris plus de temps. Le repérage de la proie, surtout d'un vampire, était une chose délicate, car évidemment il n'utilisait pas son pseudo pour louer un appartement ou bien acheter avec sa carte bleue. Il était un fantôme dans la ville. La police avait donc eu recours à la vielle technique des informateurs. Un procédé délicat, car Viggo faisait partie de l'économie parallèle de la ville et il pouvait être averti de l'intérêt que lui portait la loi de la ville. Mais ils l'avaient attrapé finalement. Le commissaire Nealson et l'inspecteur Milligan avaient oeuvré ensemble pour son arrestation.

L'inspecteur l'avait amené derrière des barreaux spécialement conçus pour les vampires. Il avait rapidement fait la paperasse nécessaire pour son incarcération. Il alla rejoindre les commissaires à l'armurerie, mais il ne put s'empêcher d'aller faire un petit tour dans le bureaux pour raconter aux collègues sa prise du soir. Certains vinrent le féliciter et une salve d'applaudissement retentit dans le commissariat. Keith invita alors tout le monde à une tournée générale pour le lendemain en dehors du service bien entendu. Après ce petit intermède de félicitations, Keith se décida de descendre à l'armurerie, un des endroits préférés de l'inspecteur. Il y passait des heures à choisir différentes armes, à les nettoyer et les remonter. Il passait bien entendu un temps non négligeable aussi dans la salle de tir. Il s'approcha de la porte de l'armurerie et entendit les deux voies des commissaires. Ils étaient bien là à discuter. Keith frappa à la porte et entra.

- Messieurs bonsoir ! J'ai coffré le prévenu derrière les barreaux. Ce fut une longue chasse et nous avons eu enfin raison de ce coquin, claironna-t-il de manière satisfaite.

Keith arborait un large sourire. Il était satisfait de la clôture de son enquête et il tenait à ce que tout le monde le voie.

_________________
Keith MILLIGAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Giacometti
avatar

Messages : 105
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Mar 26 Nov 2013 - 14:20

Le commissaire général écoutait avec un certains amusement les propos du commissaire. Il avait l'habitude de sa franchise et ce n'était pas pour lui déplaire, au moins il avait le cran de lui parler directement.
Andrea savait également que Kieran était plein de principe, il semblait avoir du mal avec sa nature, et qu'il avait un sens profond de la justice, un incorruptible. C'était ce qui faisait son charme, mais aussi ce qui pour Andrea était le plus agaçant, dès fois il fallait admettre qu'avoir des résultats nécessitaient des sacrifices, surtout dans une ville telle que Galway.

"Allons Kieran ne me dis pas que tu as été débordé à gérer 2 ou 3 personnes, tu m'as habitué à mieux voyons..."

Le vampire esquissa un sourire lourd de sens, lui aussi pouvait se montrer cynique ou tranchant dans ces propos.

C'est à ce moment que Keith fit son entrée. Le vampire le salua également et acquiesça à ses paroles. Parfait, une fois ce petit intermède passer Andrea irait voir ce Viggo, afin de voir ce qu'il pourrait en tirer.

"Du bon boulot Keith, j'irais le cuisiner tout à l'heure. Pour en revenir à ce que je disais à Kieran, je pense, plus sérieusement que la ville est bien plus gangréné que ce que nous avions prévu. Ce Jaro, un vampire quand même assez coriace n'est à mon avis pas le seul qui risque de nous poser problème... Et oui j'ai une réponse pour tout Kieran, c'est ce qui fait que je suis commissaire général et toi simplement commissaire... Tu manques d'un peu d'ambition et surtout tu es trop sage. Tu as un potentiel Kieran, mais il va falloir t'affirmer plus."

Une ultime petite pique avant de passer aux choses sérieuses. Le vampire se dirigea vers un coin poussiéreux de la salle d'armement et en sortit une caisse de petite taille, fermé par 2 cadenas. Il sortie les clefs de sa poche et commença à l'ouvrir.

"Heureusement j'ai peut être quelque chose qui va t'aider à t'affirmer... et être plus utile quand tu croisera de nouveau un vampire de la trempe de Jaro."

Il ouvrit alors le coffre, enfila des gants et prit avec précaution une arme à feu,d’apparence classique.


"Tu vois ce qui est bien avec notre état, notre immortalité, c'est que nous avons une vision différente de l'histoire, certains d'entre nous peuvent participé à de grand moment et être encore l pour les raconter avec précision, ou garder certains souvenir de l'époque. Par exemple cet arme, d'apparence anodine, et assez spéciale."

Andrea prenait soin de ne toucher que la cross.

"Si tu n'as pas été un trop mauvaise élève en classe tu dois savoir que depuis sa création, le vatican a de nombreuse fois été pillé, que se soit par des hommes corrompus et avide, durant les guerres... Bref, il y a environ 100 ans, une famille de chasseur de vampire, extrêmement riche, a décidé de partir en quête de nombreux de ses objets, qui ont finis par se retrouver sur le marché noir. Après des décennies de recherches, ils réussirent à amasser un véritable trésor, de nombreux objet tous issus du vatican. Ils firent fondre ceux qui étaient en métal, taillèrent ceux qui étaient en bois et créèrent une arme et de nombreuses munitions. Je pense que tu as compris, tout dans cette arme est bénie, que ce soit l'arme en elle même ou les munitions..."

Andrea reposa le pistolet, et sortit une autre caisse, bien plus grande et plus lourd, dans laquelle on pouvait voir des centaines de petit paquet cylindrique contenant des balle dans leur chargeur spécial révolver.

"Quand je l'ai récupéré, j'ai juste fait changer la cross afin de pouvoir la manier sans trop m'infliger de blessure... Malgré tout je te conseillerais de prendre des gants."

Il retira un de ces gant et posa un doigts sur le canon. On entendit alors le crépitement de la peau et la chair qui étaient en train de bruler. Andrea sourit.

"Je te laisse imaginer les dégâts que peuvent faire une balle bénite tiré par cette arme, tu peux même t'en servir pour frapper l'un d'entre nous, effet garantit."

Andrea tendit un gant à Kieran avant de lui passer l'arme.

"Avant chaque sortit je te passerais quelques chargeurs contenant des balles spéciales, je te conseil de ne les prendre qu'en cas de rencontre avec un vampire plutôt coriace, même si j'en ai récupéré une certaine quantité, ils ne sont pas illimités."

Andréa tapota la seconde caisse.

"J'espère qu'avec ça tu seras un peu plus utile pour coincer l'autre enflure... Voir même pire encore si mon intuition est bonne."

Il se retourna alors vers Keith.

"C'est encore un peu tôt pour que je te passe un de mes jouets Keith, mais vu les échos positifs que j'ai eu envers toi depuis ton affectation, j'aurais bientôt un petit quelque chose pour toi également."

Andrea se redressa face au deux policiers.

"Je pense que nous avons sous-estimé cette ville, elle est bien plus gangrénée que je ne le pensais. A partir de maintenant nous serons présents à chacun des évènements qui seront organisés, nous devons renforcé notre présence, montrer à tous que nous sommes là, et surtout ne rien lâcher."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Lun 2 Déc 2013 - 14:11

Il s'adossa au mur opposé au Commissaire, croisant les bras dans une attitude qui pouvait paraître négative mais avait tout de naturel chez Kieran. Il s'était préparé à rétorquer qu'il valait mieux, justement, que ça ne devienne pas une habitude mais la porte de l'armurerie s'ouvrit à la volée pile au même moment, lui retirant les mots de la bouche. Il poussa un soupir lourd de sens avant de jouer les bons petits soldats, bien malgré lui, et faire écho à Andrea Giacometti :
"Ouais, Keith. C'était du bon boulot. Et on était pas trop de deux..."

En terme général, on évitait devant les autres policiers de montrer les divergences que pouvaient avoir leurs supérieurs... Mais là, il peinait à faire semblant. Entre privilégier la cohésion de la police et sa fierté personnelle, c'était un choix moins évident à faire qu'il le croyait. A défaut de pouvoir continuer sa joute verbale, il gratifia son supérieur de son plus beau regard noir en se demandant si Andrea le trouverait aussi sage et peu ambitieux s'il lui logeait une balle dans la tête.

Visiblement peu intéressé par la suite des évènements qui le concernaient pourtant directement, il donna subitement plus d'attention à la vue du pistolet que lui promettait Andrea Giacometti. Elle était d'une banalité affligeante pour une arme de volonté divine. Il restait profondément sceptique et silencieux avant de voir le Commissaire se brûler rien qu'en effleurant le canon.
Sa mauvaise humeur n'était alors plus qu'un lointain souvenir. Sans même s'en rendre compte, il s'était approché pour la détailler de plus près. Il accepta le gant avant de la prendre avec précaution, évitant de justesse de la faire tomber quand il décala son doigt un peu trop de la gachette. Hormis cette spécificité aussi dérangeante que redoutable, l'arme ne détonnait pas avec ses consoeurs de l'armurerie. C'était un moins gros calibre que le pistolet qu'il utilisait habituellement mais elle n'avait pas besoin de l'être plus avec des balles bénites. C'était bien dix fois plus redoutables et pourtant plus simple d'utilisation... Si on évitait de trop se brûler.

"Ca doit être un calvaire de la charger."
Il ne se voyait pas le faire dans le feu de l'action, ce qui signifierait que l'arme devait l'être au préalable et qu'il n'aurait pas plus d'un chargeur. Peut-être qu'avec le temps, il pourrait s'y habituer mais en attendant ... C'était bien la première fois que le Commissaire lui faisait un cadeau, et pas des moindres. "Question : C'est une propriété de la police ?" Ca pouvait paraître anodin, mais c'était une façon subtile de lui demander si c'était un prêt ou une donation. Il avait du mal à cacher l'envie de garder cette arme pour lui, qu'il ne la rendrait qu'à son dernier souffle. Sa force lui permettrait de se débarrasser de bon nombre de ses ennemis jurés : Sa propre espèce. Il jubilait rien qu'à l'idée du carnage qu'elle pourrait provoquer, surtout qu'elle était si passe-partout que les vampires ne verraient même pas le coup partir.
"J'imagine bien les dégâts, sans problème. Si vous avez d'autres surprises du genre, vous devriez faire profiter... Si Galway est aussi gangrenée que vous le dites, ça deviendra pourtant un jeu d'enfant de tous les placer sous verrou... Ou définitivement dans la tombe."

Savoir que Galway était gangrenée ne l'étonnait guère. Il avait eu l'occasion de surprendre des groupes de voyous, des vampires isolés qui se pensaient en territoire conquis, des lycanthropes qui se transformaient à la moindre saute d'humeur... Mais surtout les factions qui s'opposaient dans l'ombre. Le Commissaire ne l'ignorait pas non plus.
"A chacun des évènements, si vous voulez..." Il leva le canon de l'arme vers le plafond avant de rajouter : "Mais armé jusqu'aux dents, la prochaine fois."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith
Vampire
avatar

Messages : 220
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Mar 3 Déc 2013 - 12:13

Les deux commissaires félicitèrent l'inspecteur, mais Giacometti sortit une arme d'une autre époque pour l'offrir à Nelson. Keith n'en croyait pas ses yeux, une arme bénite avec ses balles. Une exterminatrice de vampire que le Commissaire divisionnaire confia à un vampire. La situation avait de quoi être incongrue. L'inspecteur Milligan était ravi de pouvoir compter sur un supérieur armé d'une telle arme destructrice.

- Impressionnant est le mot qui me vient à l'esprit tout de suite. Un Enfield numéro 2 Mk I, arme de l'armée de sa majesté ente les deux guerres et surtout employée pendant la deuxième guerre mondiale. On voit bien la crosse refaite, déclara-t-il en se rapprochant de l'arme que tenait Kieran. Le chargement est très facile car c'est un révolver à brisure, le canon est solidaire du barillet qui bascule tous les deux en avant. Six chambres disponibles qu'il faut remplir avec des munitions .38. Il faudrait un chargeur rapide pour revolver pour la recharger en situation réel, mais il se pose toujours le problème de prendre ce chargeur avec les balles dans la main. Il faut avoir des gants en permanence pour utiliser cette arme, on ne peut pas y couper. Tout en parlant il toucha le canon de l'arme avec ses doigts et se les brûlas. Outch ! Elle fait son effet celle là. Nous serons tous les deux présents alors à tous les évènements, Commissaire, puisque c'est un ordre, s'amusa-t-il.

Aller à tous les événements mondains ne constituait pas un problème pour Keith, il aurait de toutes manières été présent dans tous les cas. Keith aurait droit à un cadeau de ce type s'il continuait à bien travailler comme le disait Giacometti. Pour le moment, il avait d'autres questions à poser à ses deux supérieurs.

- Messieurs, nous sommes dans une ville particulière, outre le fait que nous ayons bon nombre de lycans et de vampires, il me semble que nous avons d'autres races particulières dans notre bonne cité. J'aimerais que vous me fassiez un rapide topo sur cette situation inédite pour moi. Je vais vous expliquer pourquoi j'aimerais des éclaircissements sur cette situation. Lors de notre confrontation avec Jaro, ce dernier parlait à une femme en dreadloks du nom de Marie et elle avait une température corporelle en dessous de la normale, dans les 32 degré celsius environ. Ensuite lors d'une arrestation, je me suis retrouvé avec un homme capable de contrôler son métabolisme et d'arrêter son coeur ou encore de ne pas transpirer. Ce qui fait que je ne pouvais ni le sentir ni l'entendre. Un gros problème pour moi. Qui donc sont ces gens ?

Il avait une petite idée sur la question avec la révélation de Gordon sur les humains paranormaux, mais l'inspecteur voulait être briffé par ses supérieurs sur la situation.

_________________
Keith MILLIGAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Giacometti
avatar

Messages : 105
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Ven 13 Déc 2013 - 14:51

Andrea sourit alors qu'il observait la réaction des deux autres vampires. Kieran, semblait satisfait de son nouveau jouet, à tel point qu'il voulait s'assurer de son appartenance, Keith, quan d à lui semblait en connaitre un sacré rayon sur les armes.

"Oui, j'ai encore pas mal de carte à jouer, hors de question de nous laisser doubler par la faune de cette ville. Mais non je ne dévoile pas mes atouts immédiatement, je veux m'assurer de la fidélité des hommes que j'équipe. Cela me permet d'éviter des surprises ou des déceptions."

Andrea se souvint alors de Kelly qui avait retourné sa veste en pleine intervention, ses poings se serrèrent.

" Kieran, tu peux considérer ce jouet comme t'appartenant, aucun lien avec la police, il est à toi tant que tu ne le retourne pas contre nous. Si c'est le cas alors je le récupérerais... Sur ton cadavre. Keith il y a pas mal de bizarrerie dans cette ville, pas que des vampire ou lycans, tu as du rencontrer un original, ça m'est également arrivé. Pour l'instant je te dirais que j'en ai croisé de trois sortes, le coeur bas, ils ressemblent à des humains ont la même température mais ont des pouvoirs bizarres, généralement un gros calibre classique suffit. Le coeur bas pas, ils sont comme nous, et la le jouet de Kieran est parfait, enfin les autres températures bizarre, coeur qui bas, pour ça en cas de doute, l'argent devrait quand même être efficace."

C'était assez sommaire, mais c'était également comme ça que le vampire voyait les choses. De toute façon la violence résolvait tout, et répondait a toutes ses interrogations. Le vampire sortit deux barillets de la seconde boite. qu'il tendit à kieran.

"Je te conseil de t'entrainer avec des chargeurs normaux pour te faire à l'arme, ceux là tu peux les garder pour ta prochaine sortie."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Lun 16 Déc 2013 - 15:55

Le Commissaire lança un regard de biais à Keith avec une sale impression que son long discours lui gâchait pour moitié son plaisir. Par contre, il appréciait tout à fait le petit effet qu'avait l'arme sur ses collègues. Non l'admiration qui sentait dans leur voix mais l'effet plus acide et agressif qu'elle dispensait à quiconque la touchait. Qu'on essaie de le désarmer ou de lui voler et certains auront une bien mauvaises surprise...
"Impossible de le charger rapidement en plein combat sans risquer de se brûler pitoyablement et de perdre quelques précieuses secondes, mais je peux très bien me contenter des six balles disponibles, c'est largement suffisant pour tuer six vampires... Pas besoin de les cribler de balles avec ça, une seule fait trente fois plus de ravages."

Il testait les limites de l'arme, simplement pour savoir où le contact commençait à se faire dérangeant, afin de bien l'avoir en main. Il n'écoute que d'une oreille l'échange qui fusait, les questions et les remarques. Il s'en fichait pas mal et fit écho à Andrea bien malgré lui :
"Les vampires, de l'eau bénite. Les lycanthropes, de l'argent. Les autres, des munitions normales... Et si ça bouge encore, tu coupes la tête." En terme général, on conseillait plutôt de ne pas jouer les fous de la gachette, mais il croisait plus de créatures surnaturelles à problème, totalement incontrôlables, que de simples caïds ou dealers. Et puis... Impossible de les confondre, car contrairement aux premiers, les seconds donnaient systématiquement faim. "J'ai croisé des télépathes, des humains capables de choses extraordinaires, et même des morts qui se relèvent. Réagis en conséquence et n'attends pas que le danger soit sur toi. Si tu commences à te poser des questions avant de tirer en Galway, t'es fichu."

Il ne saisissait pas vraiment le besoin que le Haut Commissaire avait de le menacer mais commençait à comprendre que c'était simplement sa façon habituelle de parler. Il ne lui aurait jamais confié pareille arme s'il n'était pas certain qu'il rentrait dans les rangs. Or, la pire crainte de Kieran n'était pas de finir dans un fossé mais de perdre son travail.
"Je suis déjà un cadavre, juste un peu mieux conservé que la moyenne." Il se saisit des barillets aussitôt, avisant des chargeurs supplémentaires pour s'entraîner un peu. Il avait déjà à moitié franchi le seuil de la porte quand il se retourna pour dire : "Bien entendu, vous pouvez compter sur moi pour la surveillance des évènements dits importants. Maintenant que je suis prévenu..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith
Vampire
avatar

Messages : 220
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Lun 6 Jan 2014 - 12:42

Les deux commissaires lui expliquèrent comment reconnaître les différents types et comment réagir en fonction. Pour tout dire Keith restait circonspect. Ca semblait être du gros bourrinage et puis c'est tout. Il semblait au vampire qu'il fallait qu'il approfondisse le sujet. On ne pouvait pas rester comme ça, en ayant une approximation sur les individus que nous rencontrons dans Galway. C'était une idée qu'il gardait en tête et il décida d'en parler une prochaine fois quand il pourra avancer sur le sujet.

Kirian se dirigeait déjà vers la sortie, mais Keith avait encore un dernier sujet à soulever. Un problème qu'il hébergeait chez lui et dont il était temps de faire part aux deux commissaires.

- Messieurs, je suis ravi que vous m'ayez briffé sur les différentes créatures de Galway, même si je trouve que nos connaissances en la matière sont un peu rudimentaire. Mais j'ai un autre sujet à vous soumettre et il s'agit d'un problème que j'ai ramené de ma dernière intervention sur les quais. Il se trouve que contrairement à mon premier rapport, j'ai effectivement appréhendé le suspect et que je l'ai ramené chez moi, ce que j'ai omis de vous dire en premier lieu. C'est une jeune vampire du nom d'Allena qui vit actuellement chez moi. Elle a été transforméeà l'issue de son plein grès et jeté sur le navire pour d'obscures raisons. J'ai eu un moment de faiblesse humaine et je me suis dit que je devais lui donner une deuxième chance. Elle a du mal tout de même à se faire à sa nouvelle vie. J'attends vos remontrances et l'attitude à avoir avec cette vampire.

Keith savait qu'il allait se faire prendre un savon. Mais Faute avouée à moitié pardonnée disait-on.

PS:
 

_________________
Keith MILLIGAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Giacometti
avatar

Messages : 105
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Mar 7 Jan 2014 - 21:35

Le sourire d'Andrea disparut quasiment immédiatement alors que Keith annonçait sa bévue. Ses deux poings se serrèrent, son sourire disparut et son regard changea du tout au tout.

"Un membre de mon équipe protège que dis-je, planque une tueuse et tu t'attends à de simple sanction?"

Son ton de voie était devenue glaciale, froid, aucune émotion, mais dans son regard on pouvait lire toute la rage qu'il éprouvait.

"Sache que si je ne t'ai pas arracher la tête là, maintenant, c'est parce que tu as eu l'honnêteté de me le dire."

Andrea ne savait pas si annoncer une telle faute dans l'armurerie était un acte suicidaire de la part du policier, mais il savait une chose, il ne valait pas mieux continuer ce genre de discussion ici.

"Kieran tu peux disposer, Keith, tu vas m'accompagner chez toi, nous allons régler ce petit impondérable, je déciderais plus tard de la "sanction".

Ce qui venait de sauver la vie à Keith était sans aucun doute son honnêteté, le vampire était dans une colère noire, mais il devait bien l'admettre, au moins pas de mauvaise surprise avec le vampire, celui ci avait l'inconscience d'être franc envers son chef.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: La salle d'armement   Lun 13 Jan 2014 - 18:26

En même temps que le sourire d'Andrea s'effaçait, Kieran s'arrêta net comme coupé dans son élan. Si c'était une plaisanterie, elle était vraiment de mauvais goût. Il sentit la bonne humeur de son supérieur disparaître comme neige au soleil. Lui était tout simplement sidéré, et avec son nouveau jouet en main, nul doute qu'il l'aurait testé sur la belle gueule de Keith si le Commissaire Général n'avait pas de suite pris les choses en main.
"Falsifier des rapports ou cacher des informations à la Police, ça vaut généralement un renvoi définitif. Protéger une criminel, ça te vaudrait de passer le reste de ton éternité derrière les barreaux."

Il agita son pistolet devant Keith, en secouant la tête d'un air mauvais. Il l'avait fortement déçu sur ce coup-là, ce qui rendait son succès tout récent bien fade. Garder un jeune vampire mal éduqué sous son toit, c'était s'exposer à ce qu'elle recommence sans jamais comprendre la leçon. Il en avait déjà vu trop, tué trop même, pour ne pas savoir ce que c'était. Il croyait pourtant que Keith était plus âgé que lui et aurait déjà pu se retrouver face à de telles situations.
"Tu as de la chance que ça ne soit pas moi qui m'occupe de toi. Ca m'aurait suffit pour considérer qu'on a un vampire de trop dans l'équipe." Il lança une oeillade à son supérieur, sentant les ondes négatives comme lui frôler la nuque. "Quoique. On se reverra peut-être la nuit prochaine, sinon, heureux de t'avoir connu."

Il secoua la tête et partit sans un mot de plus. On lui demandait de disposer, il allait éviter de jeter de l'huile sur le feu. Mieux valait ne pas rester dans les pattes d'Andrea Giacometti quand quelqu'un le mettait en rogne, c'était la règle de survie N°1 dans la Police.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La salle d'armement   

Revenir en haut Aller en bas
 

La salle d'armement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La Salle du Feu
» La salle du trône et le château
» Salle d'opération section civile
» La salle de l'argent
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Newcastle
 :: Poste de police
-