AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Juan-Carlo Valiente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Juan-Carlo Valiente   Mer 21 Aoû 2013 - 17:24


Juan-Carlo Valiente


Sexe : Masculin

Lieu et date de naissance : 25 Mars 1989 à Cordoue

Race : Humain


Apparence
Aspect physique

Juan-Carlo est, comme son nom l'indique, espagnol. Et il est typé espagnol. Cheveux noirs, yeux noirs et peau mâte. Mesurant 1m85, il est plutôt grand et d'une corpulence qui se situerait entre normale et musclée. Il fait du sport, mais il n'a pas le temps d'en faire autant qu'il le voudrait. Il se débrouille pour arborer en permanence une barbe de 3 jours et ses cheveux sont la plupart du temps en pétard.

En général, Juan-Carlo a un style urbain : jean, t-shirt, pull ou chemise décontractée, baskets, veste en cuir quand il ne fait pas assez chaud. Il aime porter ses habits près du corps. Le jeune homme voue une passion à ses t-shirts, il lui en faut toujours plus, et il est indispensable que chacun d'eux ait une référence à un film, un groupe ou une image décalée dessus.

En dehors de la barbe et des cheveux, il a un look plutôt "propre" : ni tatouages, ni piercings, sa mère l'aurait étripé vif. Le seul bijou qu'il porte en permanence est une chaînette en or reçue à son baptême. Il a également une montre de luxe, offerte par ses parents pour ses 20 ans, mais il ne la porte que très rarement, ne se sentant pas à l'aise avec un objet aussi cher au poignet.

Enfin, comme la plupart des méditerranéens, il a un regard ténébreux. Mais vu qu'il sourit ou rigole souvent, on ne s'en rend pas forcément compte tout de suite.



Psychologie
Si on devait caractériser Juan-Carlo, ces quelques adjectifs permettraient de brosser un portrait sommaire : vif d'esprit, fidèle, impulsif, sociable, fier.

Il a une capacité d'analyse et une mémoire qui sortent de l'ordinaire. Cela lui sert énormément dans ses études. Au quotidien, c'est parfois plus étrange : il peut parfois être incapable de se souvenir de ce qu'il a mangé la veille, mais se rappeler de ce que portait sa tante quand elle lui a offert une peluche.

Le jeune homme aime faire rire les gens avec son sens de l'humour acéré, même si parfois il dépasse les limites avec de l'humour noir ou des sarcasmes. Plus qu'un besoin de se mettre sous les projecteurs, cela lui permet surtout de masquer inconsciemment son manque de confiance en lui avec une barrière humoristique, sarcastique. Parfois il est plus dans un registre agressif pour signifier de ne pas l'approcher.

Il a un caractère bien trempé. Il est très fier, trop sans doute, cela l'empêche très souvent de montrer quand il ne va pas bien, ou de demander de l'aide (ce qui est pour lui un signe de faiblesse).

En amitié, il est d'une fidélité sans égale, mais il faut faire ses preuves pour qu'il vous fasse confiance et vous accepte. Décevez-le une fois et c'est fini.

Juan-Carlo a horreur de la médiocrité, de la mesquinerie, de l'hypocrisie, il préfère en général que les choses soient dites.

Musicalement, ses goûts sont éclectiques. Il ne regarde pas de séries, n'ayant pas vraiment de temps pour ça. Il préfère passer son temps libre entouré de ses amis ou de sa famille. Pour le reste, il aime énormément les nuits d'été où malgré l'heure tardive il fait encore bon dans les rues et les matins calmes. Etre dans son lit en plein orage. Prendre le temps de lire un bon bouquin.

Ce ne sont pas vraiment des tocs, mais Juan-Carlo aime que tout soit ordonné et bien à sa place. Il est très minutieux et peut être maniaque quand il fait du ménage. Autrement, il aime bien passer sa main dans ses cheveux ou dans sa barbe. Et sa manie pour les t-shirts a déjà été évoquée plus haut.

Sa seule phobie concerne les reptiles. Il les trouve répugnants avec leurs écailles, leurs yeux vicieux. Iguanes, crocodiles, serpents, varans, lézards, dragons de Komodo... tous dans le même panier.

Ah oui, il est aussi très mauvais perdant.


biographie
Juan-Carlo est né le 25 mars 1989 à Cordoue, la perle andalouse de l'Espagne. Il est le 3eme et dernier fils d'une famille relativement aisée. Ses frères ont respectivement 5 et 9 ans d'écart avec lui, il a donc été le chouchou de la famille. Sa mère le couvrant, l'étouffant presque de son amour, ses frères le protégeant. Son père fut, dieu merci, plus rationnel et lui accorda autant de temps, d'attention et d'amour qu'à ses deux premiers fils.

Le jeune homme a donc eu une enfance heureuse et sans encombres. Un petit garçon intelligent, vif, curieux et de bonne composition. Excellent élève, il faisait la fierté de sa famille. Il valait mieux, puisque la famille Valiente marquait un point d'honneur à perpétuer une tradition de grandeur et d'excellence. Tradition qui se répercutait jusqu'aux dernières générations, puisque son père était directeur général d'une entreprise internationale. Son frère aîné étant en bonne position pour devenir diplomate, le cadet suivant les traces du père après avoir réussi une grande école de commerce.

Il y avait donc une forte attente pour Juan-Carlo. Certains auraient pu craquer sous la pression, mais l'adolescent qu'il était savait que tout le monde passait par là dans la famille et qu'il n'y avait pas de raison qu'il échoue s'il travaillait assez. Son adolescence se passa normalement également, sans doute plus studieuse et moins obsédée par les filles que la moyenne, mais il ne s'en plaignait pas. Même s'il commençait à perdre ses rondeurs d'enfant, il n'était pas à l'aise ni très sûr de lui en la compagnie de la gent féminine. Autant il pouvait être chambreur et grande gueule avec ses potes, à l'aise avec les adultes, autant avec les filles il aurait voulu pouvoir disparaître dans un trou.

L'adolescence passa, et il obtint d'excellents résultats à son Bachillero, lui permettant d'accéder aux études de médecine à Madrid. Le jeune homme s'était démarqué de sa fratrie en cherchant à mêler une profession prestigieuse et la possibilité d'aider les autres. Mais cela ne dérangea ni son père, ni sa mère, qui en furent enchantés. En revanche, sa décision de s'éloigner du berceau familial en partant pour Madrid déclencha une colère noire chez sa mère, qui ne voulait pas le voir s'éloigner.

Mais Juan sentait un besoin de s'éloigner, pour échapper à la pression familiale qui s'était accentuée et surtout à l'affection envahissante de sa mère. Le déménagement se fit sans soucis et le jeune homme prit au fur et à mesure ses marques dans son petit appartement et dans cette nouvelle ville. S'il continuait à faire preuve d'un grand sérieux dans ses études, il commençait à s'octroyer du temps libre pour sortir. Il faut dire que Madrid était une ville estudiantine et il y avait toujours quelque chose à faire. La vie d'étudiant lui convenait tout à fait.

Nouvelles expériences : premières grosses cuites, premier joint, premiers rapports sexuels. La belle vie. D'autant plus que ses études se déroulaient très bien, et que sa mère s'était habituée à la situation : il revenait à la maison tous les mois.

Le grain de sable dans la belle machine arriva lors de sa 4e année de médecine. Il avait les yeux brun noisette, les cheveux brun foncé, la peau mâte, un corps divin, un sourire envoûtant et un regard mutin. Il s'appelait Sofia. Juan en tomba directement amoureux. Lui qui n'avait eu que de brèves aventures ou des petits coups de coeur se trouva comme un con. Etudiante en arts plastiques, belle, drôle, intelligente. Elle le subjuguait, avec ses idées d'un autre monde, ses discours enflammés, ses partis pris. Lui qui venait d'une famille plutôt bourgeoise, il fut d'abord déstabilisé, puis intéressé par ses idées. Un doux niais.

Heureusement pour lui, elle ne fut pas insensible à ses charmes et bientôt ils furent ensemble. La période la plus heureuse de la courte vie de Juan avait démarré. Au grand dam de sa mère, qui voyait d'un mauvais oeil l'incursion d'une autre femme dans la vie de son petit dernier. Son père savait bien que c'était inévitable, mais il rappela cependant plusieurs fois Juan à l'ordre au vu de ses résultats en déclin. Le jeune homme se reprit en main à temps pour réussir sa 4e année et la 5e commença sous les meilleurs auspices.

Cependant les ennuis n'étaient pas terminés pour sa mère puisqu'un jour le jeune homme lui annonça qu'il comptait prendre une année sabbatique pour faire le tour du monde avec Sofia. La jeune femme lui en avait parlé des mois et des mois, arguant que ce serait pour eux deux une expérience inoubliable. Il n'en fallut pas beaucoup pour Juan pour accepter l'idée, lui qui s'était senti des désirs d'aventure dernièrement.

Ce fut de loin la dispute la plus violente qu'il eut avec sa mère. Son père, égal à lui-même, considérait effectivement que ce serait une bonne expérience pour lui, du moment que ça ne l'empêcherait pas de reprendre ses études ensuite. Juan s'en était assuré, il pourrait les reprendre l'année suivante s'il prouvait qu'il avait encore les connaissances nécessaires. Sa mère, elle, ne supportait pas l'idée de ne plus le voir pendant un an. Ses arguments étaient tous plus insensés que les autres : qu'il allait se faire enlever, qu'il ne finirait jamais ses études... Devant l'inflexibilité de son fils, la femme se mit à s'en prendre à Sofia, qu'elle considérait toujours comme une étrangère et comme la source de tous ses ennuis.

C'en fut trop pour Juan-Carlo qui éleva également le ton avant de partir brusquement en claquant violemment la porte. Il ne donna plus de nouvelles jusqu'au jour de son départ, malgré les tentatives répétées de son père et de ses frères. Le trajet était prêt, les formalités et les sacs également. Il envoya une lettre à ses parents, préférant éviter toute nouvelle confrontation avec sa mère et le couple partit pour sa première destination : la France, pays de l'amour et du romantisme.

Il y passèrent trois semaines incroyables, visitant des musées, des villes, rencontrant des gens, profitant du vin et de la gastronomie. Jamais Juan-Carlo n'avait été aussi heureux et il se décida à acheter une bague de fiançailles pour faire sa demande à Sofia à la fin de leur tour du monde. Il était prévu qu'ils repassent par Paris. La destination suivante était l'Angleterre où le programme était le même qu'en France, sauf pour le vin et la gastronomie peut-être. L'expérience se révélait enrichissante comme prévu et tout allait pour le mieux pour le couple. Même si Juan trouvait que Sofia était parfois un peu trop proche de certains hommes avec qui ils passaient du temps.

Destination suivante : l'Irlande ! Ses pubs, ses whiskys, ses vertes contrées... Les choses se corsèrent lorsqu'ils rencontrèrent deux types dans un pub qui faisaient également le tour du monde. Juan ne sut jamais comment la soirée plutôt alcoolisée se déroula pour finir ainsi, mais à la fin, il fut décidé qu'ils voyageraient ensemble le temps de faire l'Irlande. Il n'aimait que ça moyennement, préférant être seul avec Sofia, mais ces deux types étaient de très bonne compagnie.

Trop bonne compagnie peut être ? Au fil des jours, l'impression que Juan avait eue en Angleterre sembla se confirmer. Sofia passait de plus en plus de temps aux côtés de ces gars et il se sentait délaissé. Au bout de plusieurs jours, il se décida à lui en parler, mais elle écarta tout ça d'un geste de la main, d'après elle, il se faisait des idées. Mais il était persuadé que ce n'était pas le cas. Seulement, plus il tentait de se rapprocher d'elle, d'être doux et attentionné, plus elle le fuyait.

Il était désespéré, ne sachant que faire pour ne pas la perdre. C'est ainsi qu'un soir où ils campaient dans un petit coin romantique, il l'emmena au loin du campement, près d'une cascade. La lune était pleine, parfait. Juan-Carlo sortit alors la bague qu'il avait initialement prévue pour Paris et lui fit sa demande en fiançailles. La réponse ne fut pas celle espérée puisqu'elle le regarda, incrédule, avant de lui dire qu'elle avait besoin de temps pour réfléchir et de retourner vers le feu de camp.

Il rentra au campement abasourdi, totalement abattu, le corps et la tête engourdis comme dans un rêve et alla se coucher directement. Il eut du mal à trouver le sommeil, surtout qu'il l'entendait rire à gorge déployée aux blagues des autres connards. Il était en colère et amer et ne s'endormit qu'une fois la nuit bien entamée.

Lorsqu'il se réveilla, il sut immédiatement que quelque chose n'était pas normal. Sofia ne dormait pas à ses côtés, il sentit son coeur plonger dans sa poitrine. Juan-Carlo se précipita hors de la tente, sachant ce qui l'attendrait : rien. Ils étaient partis et l'avaient laissé là comme un con. Il eut du mal à faire le point tellement il était pertubé : ils étaient allés faire les courses ? ils l'avaient enlevée ? Ce ne fut qu'en retournant dans la tente qu'il remarqua quelque chose qu'il avait loupé dans sa précipitation.

Au sol se trouvait une feuille de papier où était écrit un seul mot. Il reconnut l'écriture de Sofia. "Non". Non... à côté se trouvait la bague. Il eut l'impression que son monde s'effondrait. L'amour de sa vie s'était enfui en le laissant seul, humilié et le coeur en miettes en Irlande.

Le premier jour lui sembla durer dix ans. Il tournait en rond, des idées chaotiques se bousculant dans sa tête. Où était-elle ? Allait-elle revenir ? Qu'avait-il fait de mal ? Pourquoi ? Pensait-elle à lui ? Que faisait-elle ? L'avait-elle trompé ? S'étaient-ils foutus de sa gueule en partant ? Les mecs l'avaient-ils influencée ? Il dormit à peine et ne mangea pas.

Le deuxième jour ne fut pas mieux. Le troisième il mangea une partie du peu des vivres qu'ils lui avaient laissé. Cela le rappela à la réalité. Ils étaient partis en lui laissant sa tente, son sac à dos avec ses vêtements, des affaires diverses, ses papiers, 50 euros et la bague de fiançailles. Son portefeuille contenant sa carte bancaire et le liquide avait disparu. Il était foutu, comment allait-il s'en sortir ? S'il ajoutait qu'il avait le coeur en miettes, jamais Juan ne s'était senti aussi minable de toute sa vie.

La seule solution qu'il voyait pour l'instant était d'appeler ses parents pour qu'ils le rapatrient. Mais cette solution était inenvisageable. Il ne voulait pas passer pour un faible. Il ne voulait pas voir le visage triomphant de sa mère. Il ne voulait pas que son père et ses frères aient pitié de lui. Sofia avait bafoué son honneur et l'avait humilié une fois, hors de question qu'il y en ait une deuxième.

Juan-Carlo prit sa décision. Il allait marcher jusqu'à la ville la plus proche, ferait opposition à sa carte bancaire, y trouverait n'importe quel job pour pouvoir dormir sous un toit et manger et y resterait jusqu'à la date prévue de leur retour. Il improviserait au moment du retour pour expliquer l'absence de Sofia. Qui sait, peut être qu'elle reviendrait d'ici là ?

Le jeune homme resta encore sur place deux jours, le temps d'accuser le coup, et espérant le retour de son ex. En vain. Il rangea ses affaires et commença à marcher. Il marcha un moment avant de tomber sur une route. Il décida d'une direction et continua d'avancer. Aucun automobiliste ne sembla vouloir le prendre en stop. Tant pis, il y arriverait seul. La nuit tomba et il dormit dans sa tente. Le lendemain sa chance tourna quand quelqu'un accepta enfin de le faire monter dans sa voiture. Le type voulut engager la conversation, mais Juan n'avait pas le coeur à ça. La voiture s'arrêta devant un panneau pour le laisser descendre. Il récupéra ses affaires, remercia l'automobiliste qui rédemarra et se dirigea vers la ville.

Juan passa devant le panneau, le lisant machinalement : "Galway".  


Derrière le clavier
Comment avez-vous trouvé le forum ? Via Edana Lambertson

Le JDR et vous? Idylle récente ou vocation de longue durée? Je joue depuis quelques années, par intermittence.

Des questions / remarques avant de vous lancer ? Nope



Dernière édition par Juan-Carlo Valiente le Ven 23 Aoû 2013 - 5:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gianna Giacometti
Administration
avatar

Messages : 687
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Mer 21 Aoû 2013 - 20:06

Bonsoir,

N'oubliez pas de nous prévenir quand votre fiche sera terminée afin que nous puissions l'examiner!

Bonne fin de rédaction,
Gianna

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Jeu 22 Aoû 2013 - 18:40

Bonsoir,

ma fiche est terminée. En espérant que cela vous conviendra et qu'elle ne contient pas trop de fautes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Jeu 22 Aoû 2013 - 19:03

Il manque quelques champs à remplir dans le profil, que tu trouveras juste ici Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaro
Administration
avatar

Messages : 484
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Jeu 22 Aoû 2013 - 19:18

Bonsoir,

Je n'ai rien à redire quand à votre fiche, elle est très bien rédigée j'attends juste l'avis d'un autre de mes compères avant de vous valider et vous souhaiter la bienvenue sur notre forum.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gianna Giacometti
Administration
avatar

Messages : 687
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Jeu 22 Aoû 2013 - 21:05

Je n'ai rien à redire sur la fiche, il manque seulement le champ du profil "Qui suis-je" Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Ven 23 Aoû 2013 - 4:53

Et voilà m'sieurs dames !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly
Lycanthrope
avatar

Messages : 355
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Ven 23 Aoû 2013 - 12:01

Bienvenue à toi o/
Quand ton personnage aura trouvé du travail et de l'argent, il pourra toujours chercher Pistache pour éliminer la garce qui lui a brisé son cœur tout mou.
En attendant, bonne chance ! Smile

P.S. : Il pourra aussi se rendre au QS et demander les jumelles s'il préfère une consolation moins salissante. =°

_________________
Un crayon Titi ça donne du courage, tu t'sens moins seul, ça t'donne envie d'tous les niquer une bonne fois pour toute. Ça t'donne envie d'les trainer dans la boue, à base de crayon Titi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaro
Administration
avatar

Messages : 484
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Ven 23 Aoû 2013 - 17:36

Tout est donc en règle, je vous ouvre donc les portes de notre sombre cité.

Vous pouvez dès à présent solliciter un parrainage ou bien rechercher directement un partenaire de Rp.

Bon jeu sur Hell's Gate!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Ven 23 Aoû 2013 - 18:51

He oui, mesdames et messieurs, il a fini sa fiiiiiiche

Bienvenue Juanito  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kain
Vampire
avatar

Messages : 717
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Ven 23 Aoû 2013 - 19:33

Ouuiiii Bienvennuuuueeeeee



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Ven 23 Aoû 2013 - 20:07

Merci à tous, me voilà dans l'arène avec les fauves. En espérant ne pas me faire bouffer tout de suite !

Kelly > pas mal la signature crayon Titi ! C'est un calembour sensass', sensationnel Richie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Ven 23 Aoû 2013 - 20:22

Officiellement bienvenue Juan !! Wink

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Sam 24 Aoû 2013 - 8:20

Merci Juliet : )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Sam 24 Aoû 2013 - 16:29

J'en avais presque oublié que t'étais pas encore validé

Bienvenue parmi nous alors Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Sam 24 Aoû 2013 - 16:56

Ouais, c'est tout moi, je squatte et je fais le parasite !

Merci Milie, t'auras ptetre droit à une visite courtoise dans un futur lointain <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Dickens
Humain
avatar

Messages : 619
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Dim 25 Aoû 2013 - 1:21

Bienvenido Juanitooo \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   Dim 25 Aoû 2013 - 8:30

Muchos Gracias Charlito !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Juan-Carlo Valiente   

Revenir en haut Aller en bas
 

Juan-Carlo Valiente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» Pourquoi a-t-on enlevé la photo de Juan bosch.
» Juan Carlos
» "Le romantique est un propriétaire. Le Don Juan, un locataire." {-18}
» Montreal hosts Haiti aid talks
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: PREAMBULE :: Etat Civil :: Passeports validés  -