AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 William O'Quinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William O'Quinn
Humain
avatar

Messages : 25
MessageSujet: William O'Quinn   Dim 6 Oct 2013 - 21:58


William O'Quinn


Sexe : Homme

Lieu et date de naissance : 18 Juin 1979 à Cashel, petit village côtier du Connemara.

Race : Humain

Apparence
Aspect physique

William c'est un peu monsieur tout le monde! Deux bras, deux jambes, une tête vissée sur la tête, il ne se distingue pas du commun des mortels par une apparence étrange ou quelques détails d'origine douteuse (Peau verte, cornes jaune vif...). Non à vrai dire, il est plutôt ordinaire et s'en contente. C'est un homme de taille moyenne, environ un mètre quatre vingt, et de corpulence tout aussi ordinaire, même si l'on distingue chez lui des muscles qui trahissent un intérêt certain pour le sport. Son nez est droit et sa mâchoire assez carrée, une barbe naissante redessinant son menton et le contour de sa bouche. Ses cheveux bruns sont portés assez courts, mais tout de même suffisamment longs pour que William puisse les ébouriffer en se passant la main dedans lorsqu'il réfléchit. En somme, son visage possède un certain charme qu'il doit en grande partie à ce sourire innocent et plein de fossettes qu'il arbore en permanence. Après tout, on ne peut que se confier à un homme aussi souriant et à l'air si naïf! Car il en a l'air et la chanson! William sait avoir l'air surprit de tout, et ce avec beaucoup de naturel. Son visage traduit rarement l'animosité, toujours l'amabilité et l'humour. Il a d'ailleurs le rire facile et communicatif, et une voix grave accompagnée d'un rythme de parole assez posé pour être apaisant. Seuls ses yeux pourraient avoir quelque chose d'un peu plus... Disons froid. D'un beau bleu pâle, ils dispensent le monde d'un regard souvent glacial et très perçant. Ils trahissent au fond la nature très opportuniste et avide de William. Pourtant qui ne rêverait pas d'un beau brun aux yeux bleus? Pardon? C'est hors sujet? Autant pour moi.

Dans sa démarche et son allure, William fait tout pour avoir l'air ordinaire et sympathique. Il ne bombe pas le torse avec fierté ni ne montre les crocs, et arpente souvent les rues d'un air guilleret. Notons au passage qu'il n'est pas rare de le voir avec les mains couvertes de farine ou du chocolat, son péché mignon. Sa gourmandise lui donne l'air d'un enfant qui juge étrangement avec son physique de trentenaire.
Enfin, son originalité et sa facétie tient aux petits détails incongrus et colorés qu'il incorpore à ses tenues. S'il est toujours bien habillé pour servir ses clients, il aime qu'une chemise unie soit assortie d'une cravate colorée à motifs, ou de boutons de manchette étranges, d'une broche ridicule ou d'un chapeau extravagant. Tout est dans le détail, et certaines de ses clientes se sont amusées à noter tous les petits accessoires qu'il peut porter pour donner de la couleur et de la magie dans ses tenues. Il n'est donc pas si étonnant de le voir se promener avec une cravate violette ornée de cupcakes de toutes les couleurs... Si si je vous assure! Nous avons des témoins!


Psychologie
William est avant tout un grand passionné qui ne vit jamais rien à moitié. A ses yeux, chaque jour peut devenir une aventure pour peu que les circonstances le permettent. Toujours en ébullition, son esprit ne cesse de songer à de nouvelles créations et subtilités sucrées, et l'on pourrait parfois s'étonner de le voir marier certaines saveurs totalement opposées dans ses desserts. Il aime son métier et le montre sans pudeur, c'est un homme à la gourmandise sans limites qui consomme chocolats, pâtes de fruit et génoises à outrance. C'est un créateur, il a la fibre artistique dans le sang et est toujours enchanté de ravir les papilles de ses clients.
C'est aussi un grand bavard qui a toujours quelque chose à raconter et qui a horreur de se contenter d'un « bonjour, merci, au revoir » avec ses clients. Il aime partager avec eux leur quotidien et leurs petites histoires... Surtout leurs petites histoires. Car si William a l'air avenant et naïf de nature, c'est pour masquer sa nature profonde.

Il est opportuniste, cupide, égoïste et indiscret. Il prend soin d'avoir l'air compatissant et aimable pour mieux s'accaparer les secrets d'autrui, dans le but bien évidemment de s'en resservir par la suite. Après tout, certaines personnes paient cher pour des informations sensibles, et William ne voit pas de mal à arrondir ses fins de mois de cette manière. Il porte tellement de masques que lui même doit parfois peiner à savoir qui il est vraiment. Faire preuve d'empathie n'est pas sa spécialité, même s'il sait parfaitement la feindre. Pour qui a un lourd secret sur le coeur, William aura toujours une oreille très attentive accompagnée d'une part de gâteau pour briser la glace. Pour autant, il ne ressent aucune culpabilité à promettre de se taire lorsqu'il sait pertinemment qu'il fera le contraire.
Au fond, cet homme égoïste qui ne se préoccupe que de sa petite personne et de ses propres intérêts a quelque chose de profondément antipathique, il ne sait pas se soucier des autres et sauvera toujours sa propre peau en premier. Il est assez capricieux et se met très vite en colère, de même qu'il est vite frustré si son esprit créatif prend quelques jours de vacances.
Pour autant William n'est pas dénué de sensibilité! Disons plutôt qu'il est un peu trop... Désintéressé et égocentrique pour prendre véritablement conscience de ses actes. Il pourrait se contenter de confectionner ses pâtisseries sans nuire à qui que ce soit mais c'est plus fort que lui, il faut qu'il fourre son nez partout! Il reste tout de même très méfiant et discret, et n'a encore jamais révélé à qui que ce soit sa véritable identité. Du moins pas à Galway.
Quant à ce qui pourrait l'effrayer... Le silence est probablement sa plus grande peur. Il le fuit comme la peste, en chantonnant lorsqu'il est seul ou en écoutant de la musique. Il déteste le silence pour son absence de présence humaine et se sent vite étouffé dans une pièce sans le moindre bruit.


biographie
Une table était dressée dans le salon de thé, décorée d'une nappe brodée de citrouilles et fantômes, et sur laquelle on avait posé une théière fumante et des mignardises. Soucieux du bien être de ses invités, William remplit alors une tasse de thé noir avant de la poser sur une coupelle.

-C'est un darjeeling relevé à la bergamote! Vous m'en direz des nouvelles! Oh et servez-vous! Ces macarons sont de ce matin!

William s'empara d'un petit cupcake fourré à la confiture de cerise et l'engloutit sans plus de cérémonie. Il se laissa aller contre le dossier de sa chaise en poussant un profond soupir.

-Ah Galway... J'aime beaucoup cette ville, vous savez? On ne s'y ennui jamais! Il ne se passe pas un jour sans que j'y découvre quelque chose! Je ne suis pas né ici, j'ai vu le jour en 1979 à Cashel, un petit village à une cinquantaine de kilomètres d'ici. Oh ce n'est pas un village désagréable! La plage à quelques mètres, un petit bourg, tout le monde se connaissait! Mais avec... Deux cents habitants, vous avez vite fait de tellement bien les connaître qu'ils vous insupportent tous!

William éclata de rire et se saisit d'un macaron au chocolat avant de poursuivre.

-J'étais le troisième fils d'une fratrie de cinq enfants! Une grande famille, n'est ce pas? Et quand on est le petit dernier, on a toujours du mal à se faire entendre ou à avoir sa part de dessert quand les vieux sont passés devant... Si je me venge aujourd'hui? Bien sûr! Pourquoi ne le devrais-je pas, après tout? Se disant, il se resservit à nouveau. Tout cela ne m'empêchait pas de bien m'entendre avec mes frères et soeurs, même si ces deux chipies prenaient un malin plaisir à me rendre toujours responsable de leurs bêtises! Vous savez comment sont les enfants, n'est ce pas! D'adorables petits diables! «Maman! Elwyn a cassé le vase! Maman! Elwyn a encore fait peur au chat! Maman ceci, maman cela...» Se rendant compte de sa bêtise, le grand homme écarquilla les yeux. Oh mais! Suis-je sot! J'ai oublié de vous le dire! Le nom sous lequel vous me connaissez est une couverture, je l'ai moi même choisis! Non pas que je sois un grand admirateur de Shakespeare, non... William est un prénom qui sonnait bien, je trouve... Elwyn est le prénom que m'avait donné ma mère. Quant à mon patronyme, vous vous doutez bien que O'Quinn n'est rien de plus qu'un masque! Mon véritable nom est Doyle. Elwyn Doyle. Mais vous saurez très vite pourquoi j'ai tenu à changer d'identité. Non par fantaisie mais par... Besoin. Vital, si je puis dire.

Il était encore tôt dans l'après midi, mais cela n'empêcha pas William de se saisir de la bouteille de scotch qui reposait à côté des plateaux de friandises et de s'en servir un verre qui aurait fait rougir un barman.

-Vous pensez que j'ai eu une enfance difficile, une histoire tragique impliquant la mort de toute ma famille? Non, bien sûr que non! D'ailleurs je ne sais pas ce qu'ils deviennent mais je leur souhaite de bien se porter! Non mon changement d'identité n'a rien à voir avec ça. Mais revenons en au début. Originaire d'un petit village où il n'y avait qu'une petite école, j'ai vite été faire ma scolarité à la ville la plus proche avec mes frères et soeurs. J'y apprenais l'histoire, les mathématiques, la géographie... Et je ne vous cacherais pas que j'ai toujours été nul pour retenir des dates! Ne me demandez pas mon anniversaire, je serais capable de me tromper aussi! En revanche j'adorais les cours de gaélique! J'avais des résultats corrects sans exceller pour autant et je dois l'avouer, je n'aimais pas rester assis à écouter bêtement un enseignement maintes fois répété... Petit je voulais devenir aventurier! Vous savez ce que c'est, les enfants sont persuadés que ce qu'on voit au cinéma est réel! Je parcourais le village avec notre vieux chien, persuadé que je finirais par trouver un trésor! Je n'ai jamais rien trouvé d'autre que des bouteilles vides ou une vieille chaussure... Ce fut ma première grande déception! Si je ne pouvais pas être aventurier, je n'envisageais pas non plus de devenir un grand scientifique ou un éminent philosophe! Après l'obtention de mon certificat d'études, je me retrouvais un peu bête à ne pas savoir quoi faire de ma vie. Alors j'enchainais les petits boulots sans prétention, mais ça m'allait. Je me couchais le soir en me disant que le lendemain, tout pouvait arriver! Et je n'avais jamais eu autant raison!

William marqua une pause plus longue, avalant d'un trait son verre de scotch avant d'attraper une petite brochette de fruits confits. S'il avait pu construire son établissement dans du pain d'épice et de la guimauve il l'aurait fait! Mais on l'aurait probablement pris pour une sorcière décidée à dévorer d'innocents enfants. Il avait à peine terminé d'avaler un petit abricot sec que déjà il reprenait.

-Jusqu'à 21 ans j'ai passé mon temps sur la route, allant de ville en ville et de boulot en boulot. J'ai été livreur de journaux, serveur dans un bar, employé d'une supérette, assistant d'un pâtissier... Et puis un matin de Décembre, alors que j'occupais une petite chambre à Ennis, je trouvais Liam, mon frère aîné sur le pas de ma porte. Il n'a jamais voulu me dire comment il m'avait retrouvé, mais il avait du travail pour moi, payé correctement... Tel qu'il me le présentait il n'y avait que des avantages! Mais vous savez ce qu'on dit, plus une perspective est réjouissante et plus elle cache des inconvénients de taille. J'étais trop lassé de ma routine, alors j'ai tout laissé tomber et je l'ai suivis, persuadé que ça ne pourrait pas être pire! Hin...!

William étouffa un ricanement amer, jouant avec le pique à brochette qui avait servit à aligner les pâtes de fruit.

-Vous connaissez ce cliché des entreprises douteuses et quelque peu illégales? Ces mecs qui se retrouvent dans de grands hangars désaffectés loin de la civilisation? Et bien croyez-moi, je n'ai jamais été aussi surprit de voir que ce cliché n'en est pas un! Ce n'était pas vraiment un hangar, mais mon frère me conduisit à un vieil immeuble désaffecté à quelques dizaines de kilomètres d'Ennis. J'ai eu l'impression d'être le héros raté d'un mauvais film à suspense c'était désagréable. Toujours est-il qu'à l'intérieur, je trouvais ce qui semblait être une belle équipe d'arnaqueurs. Vous savez ces gens charmants qui vous promettent des investissements qui rapportent et qui finalement vous vident les poches et vont jusqu'à emporter le sucrier de la grande tante Jeanne... Je n'ai pas honte de dire qu'ils faisaient tous plus peur les uns que les autres. Il y avait le petit génie en informatique qui s'occupait de toute la chaîne virtuelle, les gros bras en cas de pépin, des menteurs assez doués pour mener sans problème une partie de poker... Et puis cette femme. Cette insupportable pimbêche dont Liam s'était entiché et pour qui il restait, malgré ses réticences évidentes. Elle avait une emprise sur lui que je n'ai jamais compris, mais elle savait se faire respecter ça c'est certain. C'était d'ailleurs elle qui chapeautait tout! Jilian qu'elle s'appelait. Et là vous allez me demander ce que je pouvais bien avoir à faire avec eux? C'est simple, ils avaient besoin d'un visage innocent de gamin à peine sortit de l'adolescence pour tromper la vigilance de leur cible, et Liam avait du leur parler de ma formidable capacité à avoir l'air naïf et insouciant... Je ne sais pas trop ce que devrais en penser, d'ailleurs. Le deal a été le suivant. Si je réussissais à approcher ces personnes qu'ils visaient, à m'attirer leur confiance et les amener à me révéler les informations suffisantes, j'avais droit à 5% des recettes de l'arnaque. Ce n'était pas énorme, mais suivant la fortune du pigeon c'était bien plus que ce que je gagnais habituellement en un mois. On ne refera pas les humains, je suis comme n'importe qui! L'argent m'attire! Alors je n'ai pas pu résister et j'ai accepté. Je l'admets je n'ai pas eu beaucoup de scrupules à vider les poches de ces gens un peu trop naïfs, j'ai même fini par trouver cela plaisant. Du moins jusqu'à un certain point. Dans ce genre d'entreprise, les choses vont vite très loin!

William se resservit un verre de scotch et y trempant une grosse guimauve rose sans se soucier du fait que n'importe quel écossais l'aurait probablement assommé pour ça.

-Les premiers mois je me suis familiarisé avec la chose. Au bout d'un an je maitrisais l'art d'embobiner les gens, et au bout de cinq ans je ne savais même plus qui j'était réellement tant les rôles que je jouais étaient différents! Et puis il y a eu cette affaire... Liam avait « flairé un gros poisson », comme ils aiment le dire. Un type suffisamment riche pour nous permettre à tous de vivre confortablement en nous tournant les pouces! Mais ce mec là était plus rusé que les autres, il fini par comprendre ce qu'on lui voulait et à menacer de nous dénoncer. Alors dans un moment de panique, Liam a enlevé ses deux fillettes de huit et onze ans, dans l'espoir d'en faire une monnaie d'échange. Quel imbécile... Il aurait eu mieux fait de s'abstenir... Alors que ces idiots cherchaient à moyen de s'en sortir, j'ai pris une décision. Puisque j'étais doué pour me faire passer pour ce que je ne suis pas, j'allais ramener les deux fillettes et dénoncer ce petit groupe de malfrats et ainsi m'en sortir, avec les honneurs en prime. La famille obligeant, j'avertissait Liam pour qu'il se joigne à moi et s'en sorte totalement blanchit mais son... Amour déraisonné pour Jilian l'aveuglait totalement. Alors j'attendais la nuit et quittais le vieil immeuble avec les deux gamines pour les ramener aux autorités. Bien sûr les soupçons pesaient sur moi, et ils eurent du mal à croire à ma version des faits mais je leur avait ramené les enfants et leur avait livré la cachette des malfaiteurs, ils ne pouvaient guère m'enfermer pour ça. Ils m'ont simplement demandé de venir témoigner lors du procès mais étrangement, leur précieux témoin s'était volatilisé! J'ai tout laissé tomber, changé d'identité et effacé ma trace pour ne surtout pas avoir à affronter mes anciens collègues. Je suis un lâche mais je tiens à ma peau.


Il vida son verre avant de pousser un soupir.

-Etrangement, ce genre d'événement vous change! On se découvre des intérêts nouveaux ou des aversions jusque là inconnues. J'étais devenu William O'Quinn et je comptais bien tenter de devenir un honnête homme! Enfin vous savez ce qu'on dit... Chassez le naturel et il revient au galop... Toujours est-il que je gagnais Galway, une ville où je n'avais jamais mis les pieds mais dont on m'avait beaucoup parlé. Et j'en ai vu des choses en quatre ans, croyez-moi! J'ai vu le plus grand parc d'attraction d'épouvante se construire... Et je l'ai vu prendre feu aussi. Mais revenons en à mon arrivée. Je ne savais pas ce que je venais faire ici, ni ce que j'allais y trouver. Et puis il y avait cet écriteau « à vendre » sur la devanture du « Kiss me Honey », qui semblait être un salon de thé. Je me suis dis pourquoi pas? Je ne suis pas si peu habile de mes deux mains, après tout! Les premiers mois furent difficiles, se construire une clientèle lorsqu'on ne sert que gâteaux au chocolat ordinaires et cookies un peu brûlé c'est compliqué. J'ai toujours été très gourmand, et ma mère devait m'ôter la tablette de chocolat des mains quand j'étais petit sinon je ne me serais nourris que de ça! J'avais été l'assistant d'un pâtissier par le passé, et je me souvenais de quelques petites astuces apprises avec lui, aussi j'essayais de faire marcher mon imagination et me jetait à corps perdu dans la pâtisserie! Ca me permettait d'oublier un tant soit peu que j'ai trahis mon propre frère et que je n'arrivais pas à en éprouver de culpabilité.
Au fil des mois, le bouche à oreille aidant, mon établissement se remplissait. Je devenais incollable sur les thés et cafés, proposait des soirées à thème et récemment j'ai même commencé à vendre quelques alcools et autres liqueurs!
Dit-il en levant son verre. Mais comme je vous le disais, on ne change pas les gens. Ce qui était d'abord inconscient finit par devenir un réflexe et je me pris à reprendre mes collectes d'informations. Je discutais avec certaines clientes très bavardes, en amenait d'autres plus réservées à se confier à moi en leur offrant un thé ou une part de tarte et le tour était joué! Mais toutes ces informations ne me servaient à rien si je les gardait pour moi. Alors, et tout à fait anonymement, je commençais à proposer ces précieuses données contre quelques euros, et bientôt cette entreprise eut autant de succès que mes pâtisseries! Mais je restais méfiant. D'ailleurs je le suis toujours. Je ne fais confiance à personne et j'ai au moins la conscience tranquille sur une chose: Ces informations n'ont pas été volées dans le sang. Après tout le sang c'est salissant, non? C'est d'ailleurs ici qu'intervient le Zombillenium, dont je vous parlais tout à l'heure!

Lassé du whisky, William se servit une tasse de thé qui, à son grand regret, commençait à refroidir.

-C'est lors de sa construction que j'ai commencé à comprendre que les rumeurs que j'avais entendu au détour d'une conversation, impliquant des créatures peu ordinaires, ne tenaient peut-être pas de la légende, finalement. La ville a été assiégée et les rues de ce quartier n'ont jamais été aussi bondées! Pour autant les affaires ne marchaient pas tant que ça, les gens avaient autre chose en tête et pas vraiment l'envie de venir déguster une part de tarte... Mais avec autant de monde autour de moi, j'ai vite compris qu'ils avaient tous peur ou qu'ils étaient en colère. Il y avait quelque chose d'étrange, mais je n'ai jamais eu d'informations sûres ni de certitudes, tout n'est qu'hypothèse et c'est assez frustrant! De même lorsque la ville a commencé à s'effondrer... J'en mettrais ma main à couper, il y a quelque chose sous terre et ce ne sont pas des rongeurs! Ou alors de très gros rongeurs! Mais ça ne serait pas plus rassurant... J'ai du mal à croire qu'il puisse y avoir des créatures étranges qui tiennent du folklore dans ce monde... Mon esprit rationnel me dit de me méfier mais tout de même... Je continue à me poser des questions, et chaque information que je glane est triée dans mon précieux carnet, celui que je garde toujours sur moi. Je finirais bien par avoir le fin mot de l'histoire, c'est certain! Mais si monstres il y a, ils se cachent bien. Car même en fouinant un peu partout, je ne suis toujours sûr de rien. Et j'aime voir les choses pour en être certain.

William marqua une pause pour réfléchir. Plus il en parlait, plus il se posait des questions. Trop de choses étranges se passaient dans cette ville depuis qu'il y était, et tout concordait alors pourquoi ne pas y croire? Parce qu'il n'avait jamais eu de preuve sous les yeux. Il ne voulait pas passer pour un fou!

-Avec le temps j'ai fini par me dire qu'un jour ou l'autre je finirais pas avoir une réponse claire, nette et précise à ma question! Alors je me contente de suivre mon petit bonhomme de chemin, en régalant les papilles des habitants de cette ville et m'accaparant leurs secrets, le tout avec un grand sourire en prime! Si c'est déloyal? Oui ça l'est! Mais je ne suis ni un chevalier ni un héros tout blanc! J'ai mes intérêts, moi aussi! D'ailleurs personne n'en sait rien puisque depuis une heure je parle à une chaise vide...

William poussa un profond soupir. En effet, depuis qu'il avait commencé à parler, il n'y avait personne dans la pièce, et la boutique n'était pas encore ouverte. Devant la chaise inoccupée, le thé avait refroidit dans la tasse et la cuillère n'avait pas bougé de son sucrier. Finalement, il avait simplement trompé le silence qui l'angoissait en racontant sa propre vie, qu'il connaissait pourtant par coeur. Mais cela lui avait permis de se remettre les idées en place.
Il se leva alors, décidé à se bouger, et tanguant légèrement sous l'effet du scotch qu'il avait bu.

-Houla... Il va falloir réduire ta consommation, William..., puis il prit la tasse pleine et fit la moue. Un si délicieux Darjeeling... Ah... Ca me brise le coeur! Bien! Je ne suis pas en avance! Halloween approche et je n'ai toujours pas prévu ma carte pour l'événement... Il y a tant à faire! Les décorations ne devraient pas tarder à arriver, et il me faut encore imaginer les pâtisseries... Gâteaux de citrouille et jus de sorcière aux épices, bonbons aux allures de fantômes et araignées en réglisse, cette année c'est moi qui les terroriserait!

William continua à bavasser joyeusement tout seul comme il avait l'habitude de le faire, débarrassa la petite table qu'il occupait quelques minutes auparavant pour la libérer pour les clients, et se prépara à ouvrir sa boutique.


Derrière le clavier
Comment avez-vous trouvé le forum ?
Je l'avais repéré depuis quelques temps grâce à Google, et puis c'est un topsite qui me l'a rappelé.

Le JDR et vous? Idylle récente ou vocation de longue durée?
Je dirais vocation de longue date, à peu près sept ans.

Des questions / remarques avant de vous lancer ?
J'offre une tournée de cookies et macarons ! (Mettons-nous dans la peau du personnage dès à présent!)



Dernière édition par William O'Quinn le Lun 7 Oct 2013 - 8:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot Broekheart
Ondin
avatar

Messages : 72
MessageSujet: Re: William O'Quinn   Lun 7 Oct 2013 - 0:18

Haha tu vois que tu as posté ta fiche avant moi ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaro
Administration
avatar

Messages : 484
MessageSujet: Re: William O'Quinn   Lun 7 Oct 2013 - 20:06

Bonsoir,

N'étant pas insensible au macarons que vous nous proposez je ne peux qu'accepter votre personnage!

Plus sérieusement votre fiche est très bien rédigée, je n'ai rien à dire quand au fond comme à la forme.

Je vous souhaite donc la bienvenue sur notre forum.

Vous pouvez dès à présent solliciter un parrainage ou bien rechercher directement un partenaire de Rp.

Bon jeu sur Hell's Gate!

_________________


Dernière édition par Jaro le Lun 7 Oct 2013 - 20:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Ahston
Humain
avatar

Messages : 921
MessageSujet: Re: William O'Quinn   Lun 7 Oct 2013 - 20:08

Officiellement bienvenue à Galway marchand de sucreries ^^

_________________

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire. (Etienne de La Boétie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llylewin
Vampire
avatar

Messages : 2199
MessageSujet: Re: William O'Quinn   Lun 7 Oct 2013 - 20:16

Bienvenue macaron-man!

Le king Jaro a oublié de dire que tu pouvais encore participer à l'event du centre commercial si le coeur t'en disait Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milicent
Humain
avatar

Messages : 931
MessageSujet: Re: William O'Quinn   Mar 8 Oct 2013 - 5:41

Ouais des macarons, chouette \o/

Bienvenue en tout cas ^^.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juan-Carlo Valiente
Humain
avatar

Messages : 65
MessageSujet: Re: William O'Quinn   Mar 8 Oct 2013 - 6:49

Bienvenue !


La ligue vaincra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William O'Quinn
Humain
avatar

Messages : 25
MessageSujet: Re: William O'Quinn   Mar 8 Oct 2013 - 8:13

Wouaa! Merci, merci! =D Je vous offre à tous un cookie pour la peine!
Je suis allé m'inscrire à l'event, en espérant qu'il reste de la place pour les humains, mais je ne voudrais pas rater l'inauguration du centre commercial!

Juan: La rébellion est en marche! Nous vaincrons! o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: William O'Quinn   

Revenir en haut Aller en bas
 

William O'Quinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» 01. [Villa de Quinn Fabray] I'll be there for you [CLOS]
» William Delacroix [ Voleur ]
» William Sanders
» Nouvelle Garde [William]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: PREAMBULE :: Etat Civil :: Passeports validés  -