AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les suites

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esprit des Fondateurs
Administration
avatar

Messages : 317
MessageSujet: Les suites   Jeu 25 Aoû 2011 - 11:54

Les suites luxueuses à louer pour une nuit pour épater ses conquêtes ou passer un séjour prolongé si on a des euros en réserve.



Précédemment, dans les suites...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hellsgate.fr
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les suites   Dim 25 Nov 2012 - 19:21

From...

La froideur et la neutralité de Kieran avaient, à défaut de rendre à Velvet sa bonne humeur, le don pour intriguer la vampire. La plupart des êtres de leur race qu'elle avait pu côtoyer se faisait plutôt connaître par leur coté sanguin que par cette apparence glaciale qui rappelait presque leur propre température corporelle.

Plus les secondes passaient, plus elle était curieuse à l'idée de savoir comment il avait atterri dans ce bureau, surtout en vue des réponses pour le moins cryptique du commissaire. Elle l'avait suivi, sans plus de commentaires, les mains sagement croisées sur son ventre tandis qu'ils parcouraient le commissariat sous les regards pour le moins scrutateurs des personnes présentes. Si elle avait l'habitude de croiser souvent ce genre de regard, elle se demandait ce qu'avait pu faire Kieran pour attiser autant de curiosité. Probablement un lien avec son statut pour le moins étonnant. Il n'avait pas vraiment le physique de l'emploi à bien y réfléchir mais, pour l'heure, elle s'abstint de lui dire quoi que ce soit.


Préférant la marche à la voiture, elle avait tout de même un certain standing et se faire conduire dans un véhicule de police était hors de question, elle marcha aux cotés du vampire dans la nuit fraiche sans un mot, le silence s'instaurant entre eux quelques instants avant qu'elle ne sorte, d'une voix tranquille.

"Alors, vous aimer faire des heures supplémentaires en dehors de votre travail ? Vous aimer vivre dangereusement, tout du moins encore plus dangereusement que la plupart des gens de notre race. Cela aller un peu à l'encontre de notre première discussion quand j'y pense. Vous être parti chasser des criminels alors que vous être en repos alors ? Et j'espère qu'au moins, vous avoir réussi et que l'autre est dans un état pire que vous. Et ce comportement être compatible avec la vie d'un commissaire alors ? Comme c'est étonnant."

Une fois devant le Bloody, elle fixa l'établissement d'un regard cryptique avant de lui laisser lui tenir la porte pour qu'ils entrent tous les deux. Si elle était venue réclamer son dû, elle ne s'attendait guère à ce qu'il prenne réellement la peine de lui offrir un verre et de l'emmener hors de son bureau. A sa place, elle se demandait ce qu'elle aurait fait. Le renvoyer ? En temps normal oui, mais il l'intriguait suffisamment pour qu'elle fasse la même chose que lui en cet instant.

Alors qu'elle s'avançait pour s'installer à l'une des tables, elle haussa un sourcil perplexe en voyant Kieran lui faire signe de continuer alors qu'il traversait le lounge sans s'arrêter. Elle ne fit pas plus de commentaire lorsqu'elle le vit s'arrêter près de l'hôtesse d'accueil et en récupérer une clé, même si ses sourcils commençaient à se froncer ostensiblement. Qu'est ce qui pouvait bien être en train de lui passer par la tête ? Avant de commencer à le questionner, elle préféra le suivre, toujours en silence jusqu'à la porte de ce qui semblait être une suite et que le vampire commençait à ouvrir en lui tournant le dos.

Fixant l'embrasure de la porte puis le vampire qui s'était enfin retourné vers elle, Velvet laissa échapper, la mine totalement incrédule et ne comprenant absolument pas pourquoi il l'avait menée jusqu'ici.


"Une chambre ? Sérieusement ? Vous m'avoir prise pour qui ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les suites   Lun 26 Nov 2012 - 21:06

Le vampire marchait à bonne allure, imposant un rythme accélérée à sa compagne sans même s’en rendre compte. Il avait repris ses éternelles habitudes, scrutant les environs avec application à la recherche de la moindre anomalie, du moindre son dissonant. Il n’avait pas besoin de regarder où il allait, tellement la ville lui était familière, et la marche aisée. Ce qui lui paraissait bien plus étrange était de ne pas opérer cette routine seul, même pire, avec une vampire à ses côtés. Et pourtant, il ne se sentait pas tendu comme il l’était généralement aux côtés de ses semblables.

« Des heures supplémentaires ? Faudrait-il que je les compte pour le savoir, déjà … C’est très variable, mais je n’ai pas grand-chose à faire en dehors, ça ne m’empêche pas pour autant de sortir à ma guise. »
Comme actuellement, par exemple. Il hocha lentement la tête à la mention des criminels pris en chasse. « Ma vie risque d’être courte mais intensive. Je ne saurais me contenter de l’oubli et du repos, comme d’autres. Pourquoi devrais-je attendre d’être en fonction pour traquer des criminels ? Je le faisais déjà bien avant d’être policier… Et c’est encore plus incohérent de les laisser filer entre vos doigts pour la seule raison que vous étiez au repos. Non vraiment, je ne vois pas où vous voulez en venir. »
Il haussa les épaules. « Je ne sais pas s’il vivait encore, après notre altercation. Mais les lycans sont coriaces… Et moi, j’ai du battre retraite quand l’incendie s’est déclenché. Je tiens quand même à durer un peu avant de retourner à l’état de poussières … Mais je le retrouverais, ce n’est pas un problème. » Il esquiva la dernière question, lui rendant un regard de biais pour le moins explicite. Un regard froid qui ne demandait rien d’autres que d’éviter les remarques de mauvais goût. « L’avantage d’être commissaire est d’avoir les mains déliées pour agir, et non de brasser de la paperasse. Je croyais que vous l’aviez compris. »

Il s’était renfermé ensuite, se montrant bien plus silencieux. Discuter n’était pas dans ses habitudes, encore moins avec des vampires, et assez peu avec la gente féminine. Glisser des piques sur sa façon de mener sa vie ne l’incitait pas à l’être davantage. Et il en avait déjà bien assez reçu durant leur entrevue avec Kain… Comment leur faire comprendre, après tout, un comportement qui les dépassait totalement ? Lui non plus était bien incapable de comprendre ce qui pouvait les motiver, chaque jour, à continuer leur forfait. S’il perdait son travail, il perdait ce résidu de vie par la même. Plus rien pour avancer, autant regagner la tombe …

La porte du Bloody franchie, Kieran ne s’arrêta pas là. Il avait un prix à récupérer et comptait bien s’en servir pour garantir sa tranquillité. Il parlait bas, sans rien communiquer à Velvet, de peur que Kain ne se ramène. En tant que propriétaire du Bloody, il pouvait sans doute aller et venir comme bon lui semblait et exiger l’inacceptable. Dans d’autres circonstances, il serait allé à l’Eventreur Insomniaque, mais il n’existait pas pire idée après ce qu’il s’était passé là-bas.
La suite offerte pour un an avait le mérite d’être parfaitement tranquille et retranchée, afin de garantir un parfait isolement. Oubliant l’immense lit qui trônait au milieu de la pièce, Kieran se rapprocha de la table pour y déposer les clefs et aviser la vue sublime sur la ville autant que l’écran télévisée. C’est qu’il se serait presque plu, à y revenir tous les soirs. Velvet, elle, se montrait bien plus sceptique et refusa d’entrer. Il lui fallut un temps avant de deviner le pourquoi du comment.
« Prise pour qui ? Pour quelqu’un qui voulait un peu de tranquillité auprès d’un bon verre. Vous avez un minibar, là, tout ce qu’il faut. Et Kain ne viendrait pas nous déranger… Oh mais vous ignoriez peut-être qu’il tenait cet établissement ? »

Il avait sorti deux verres sur la petite table ronde, fouillant pour trouver quoique ce soit d’intéressant. Il n’y avait que le strict nécessaire, mais on ne se trouvait pas au Bloody pour rien… A moins qu’ils avaient même songé à lui laisser une bouteille de liquide carmin de côté ? « Qu’est-ce que je vous sers, au juste ? »
Si elle ne se décidait pas rapidement, il aurait tôt fait de la planter là et de lui réclamer son dû. Sa patience avait des limites. Si elle savait à quel point il faisait preuve d’hospitalité envers elle, jamais elle n’aurait autant fait sa difficile ! Il perdait déjà patience.
« Bon. Vous préférez que l'on déguste un bon verre entre personnes civilisées ou que je profite de mon passage au Bloody pour procéder à une arrestation en bonne et due forme de votre cher vampire ? Choisissez, les deux me conviennent parfaitement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les suites   Mer 28 Nov 2012 - 20:28

Velvet était suffisamment observatrice pour remarquer le changement d'attitude de Kieran lorsqu'ils se mirent tous deux à marcher dans la rue. Il aurait certainement argué que c'était son instinct de flic qui entrait en marche mais elle avait côtoyé assez de vampires pour reconnaître l'instinct de prédateur en action. Dissimulant un sourire à la fois satisfait et amusé, elle avait lancé la conversation et le commissaire s'était montré plus bavard qu'elle n'aurait pu l'imaginer.

Hochant doucement la tête à ses propos et marquant un rythme aussi soutenu que le sien sans paraître en souffrir le moins du monde, elle laissa échapper, la mine amusée.


"Il semblerait que vous comme moi être des vrais bourreaux de travail. C'est bien comme ça qu'on dire non ? Mais au moins vous n'être pas enchaîné à votre bureau, c'est une bonne chose. En tout cas pour vous faire de nouveaux amis."

Le vampire ne pouvait pas avoir manqué de remarquer le ton légèrement sarcastique qu'elle avait employé, même si elle gardait un léger sourire au coin des lèvres. Elle continua, sur le même ton.

"Je trouve ça bizarre de penser à une vie courte alors que la nuit éternelle nous ouvrir les bras. Une existence peut être intensive et longue, je n'ai aucun doute là-dessus. Tout du moins je l'espère, je ne compte pas m'ennuyer pour les siècles à venir. Et vous avoir toujours traqué les criminels ? Vous être un bon samaritain alors ? Défendre la veuve et l'orphelin. Vous le faisiez avant de devenir l'un des nôtres ou c'est une vocation née avec le goût du sang ?"

Son sourire se fit plus accentué alors qu'il continuait de parler, visiblement plus enclin à la discussion que lors de leur première rencontre. Velvet préférait de loin cette situation, elle n'aimait guère devoir utiliser une arme, même si elle n'hésitait pas à démontrer l'étendue de ses talents si nécessaire, et le commissaire avait une façon de penser qui l'amusait vraiment.

"Où je vouloir en venir ? Vous aurez beau renier votre nature, vous être aussi un criminel. Je sais ce que vous allez me répondre, mais se nourrir de tueurs ou de violeurs ne faire pas de vous un sauveur ni un justicier. C'est une excuse. Un peu plus élaborée que les autres et qui tenir presque la route si on vouloir croire au bien et au mal. Vous croire vraiment en ce que vous faites ?"

Elle n'avait pas été sarcastique dans ses propos, la question l'intéressait réellement. Malgré le silence presque buté du vampire, elle ne sentait pas mal à l'aise ou gênée.
La gêne survint au moment où Kieran l'emmena jusqu'à la chambre et dura jusqu'à ce qu'il daigne lui expliquer pourquoi ils avaient atterris ici.

Se contentant d'un bref hochement de tête, elle entra dans la pièce, jetant un regard appréciateur aux alentours avant de tiquer sur le propriétaire.


"J'ignorais totalement ce fait. A dire vrai, je ne pas avoir revu notre ami commun depuis notre si sympathique soirée. J'ai un emploi du temps très chargé vous être la première personne que je tenais à voir. Mais il faut m'expliquer comment vous avoir une chambre ici au vu de votre relation si… houleuse avec Kain."

Elle l'observa préparer les verres, s'avançant un peu plus au centre de la pièce tandis qu'elle haussait légèrement les épaules.

"Je vous laisse me surprendre et surtout faire avec ce qu'il y a dans le mini-bar. Je sais être civilisée et ne pas boire que du sang si ça peut vous rassurer."

A sa remarque, elle laissa échapper un franc sourire et désigna la table d'un revers de main gantée.

"Et bien, soyons civilisés. Je être curieuse d'en connaitre plus sur votre façon de voir les choses, vraiment. Et vous pouvoir arrêter notre ami après tout ça si vous le vouloir réellement. Après tout, ce serait un bon divertissement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les suites   Mer 28 Nov 2012 - 21:49

L’ignorance de Lady Velvet jouait en sa faveur… Si elle ne connaissait pas les activités de Kain, cela signifiait bien qu’ils étaient de simples connaissances. La réponse était par trop innocente pour se révéler un mensonge. Il haussa un sourcil perplexe, quand elle spécifia clairement qu’il était le premier qu’elle désirait voir. « Le plus facile à convaincre de vous rembourser, je suppose. » Répondit-il, du même ton sarcastique qu’elle employait régulièrement.

Il sortit trois bouteilles du bar pour les poser en évidence, réfléchissant au cocktail qui pourrait préparer. Ce n’était pas son fort, alors autant se rendre au plus simple. « Ca devait l’amuser de m’envoyer une invitation privée pour des jeux et concours, en l’honneur de la rénovation du Bloody Valentine. Je ne savais pas que c’était lui, à la base. Mais il s’est tenu tranquille et, par une étrange ironie, j’ai gagné la troisième place qui réservait une chambre louée pendant un an. Autant s’en servir à bon escient. »

En vérité, venir seul sur le territoire de Kain était suicidaire. Mais en compagnie de Velvet, il serait bien forcé d’adopter un minimum de « civilité », comme elle adorait employer ce mot. Ceci dit, c’était valable dans les deux sens puisque lui aussi comptait se tenir tranquille le temps de cette visité impromptue.
« Je vous déconseille de boire de l’alcool sans le couper avec du sang, ce n’est bon qu’à se coller une bonne cuite sans en déguster votre verre. A moins que vous ayez des pupilles gustatives plus développées que les miennes… Ce qui ne m’étonnerait pas en soi, remarque. » Il mélange savamment l’alcool et le sang, d’un air assez satisfait, avant de marmonner davantage pour lui-même : « Du sang en bouteille, jamais rien bu de pareil… »

Poussant les bouteilles sur le côté, Kieran s’installa face à son interlocutrice et glissa au fond du fauteuil avec un certain soulagement. Il avait beau ne plus perdre de sang, il était toujours aussi difficile de ne pas ressentir douleur et fatigue sans s’abreuver amplement à la gorge de quelques victimes.
« Kain peut bien attendre. J’ai besoin de calme, pour le moment. » Il laissa planer une longue minute, yeux fermés à écouter. Velvet s’était glissée dans la chambre pour gagner la table, il écoutait sagement le moindre de ses gestes avant de se décider à répondre à sa curiosité insatiable.

« Je n’ai pas choisi le bon camp pour conserver une vie longue et intensive. Et, oui, je traque les criminels bien avant mon existence vampirique. J’étais destinée à un travail rigoureux et logique, et j’avais cette obsession de l’Ordre. Et puis Monaghan et la guerre civile on fait que j’ai rejoint les forces de police. » Il toussa un rire amer avant de reprendre. « Ca vous étonne, peut-être ? Je suis mort en flic, alors que je traquais une vampire. Une balle en plein cœur… Ca n’a fait que l’amuser. Et quand ma vie a tourné… » Un haussement d’épaules le prit, le regard fixe sur le plafond. « Ca n’a pas vraiment d’importance. Je ne cherche pas à être un bon samaritain. Voyez cela comme un mode de vie ou un code de conduite. Ce n’est pas une excuse, non, mais un besoin. N’avez-vous jamais eu besoin de donner un sens à votre éternité ? Et si vous étiez morte en cherchant à préserver des vies, un régime, n’auriez-vous pas eu l’envie d’achever ce qui était commencé ? Pourquoi êtes-vous « morte », Velvet ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les suites   Sam 1 Déc 2012 - 12:48

Au sarcasme qu'elle discerna dans les propos de Kieran, Velvet ne put s'empêcher de sourire franchement, chose rarissime chez elle. Le vampire n'avait pas envie de se laisser marcher sur les pieds et surtout, il avait un sens de la répartie des plus appréciables pour la russe, friande des joutes verbales bien plus que des combats où le sang finissait fatalement par couler.

Elle laissa alors échapper, le fixant du coin de l'œil.


"Sans vouloir vous offenser, je pense que vous être le moins facile à convaincre. Vous ne pas vous laisser guider par vos… comment dire ça… vos attributs masculins et vous ne pas chercher à faire le coq, contrairement à un certain patron de bar que nous avoir pu croiser. Non, si je voulais vous voir, c'est comme je vous l'avoir dit. Vous m'intriguez, vraiment."

La vampire écouta tranquillement Kieran lui raconter comment il avait fini par obtenir une année à l'œil dans le propre établissement de Kain. L'ironie de la situation était mordante, surtout quand elle se rappelait de leurs échanges à l’Éventreur Insomniaque et elle avait du mal à croire que le propriétaire des lieux lui avait réellement laissé gagner quelque chose sans la moindre contrepartie. C'était étonnant mais elle se contenta de hocher brièvement la tête.

"J'espère qu'au moins, vous pouvoir profiter de votre cadeau sans avoir à vous forcer à la politesse avec notre "ami" commun. Et quel genre de jeu était-ce ?"

Elle se souvenait vaguement avoir reçu une invitation de Kain, quelques semaines plus tôt mais elle n'en avait pas tenu compte, peu pressée de revoir le vampire et surtout, peu friande de ce genre d'activité. Elle aurait pensé qu'il en était de même pour Kieran, après les quelques échanges qu'ils avaient eu, elle l'imaginait difficilement dans une telle soirée.

"Je ne vous savais pas adepte de ce genre de mondanités. Je penserais à vous envoyer une invitation si un jour je faire une nouvelle soirée."

Quelques images du bal masqué organisé par la Steel Corp lui revinrent en mémoire et la firent sourire une nouvelle fois. Si elle n'aimait pas ce genre de soirée, elle avait fortement apprécié l'agitation et la panique qu'ils avaient provoqué avec leurs petits bonus grâce aux costumes. Mais c'était il y a déjà des mois et elle réalisait que cette petite ville recelait d'activités en tout genre. Fixant avec curiosité le cocktail réalisé par Kieran, elle haussa les épaules.

"Oh vous ne pas vous en faire pour ma capacité à tenir le choc quant à l'alcool que je pouvoir ingurgiter. J'ai un solide passif derrière moi et, même si je ne raffole pas les sensations provoquées par le trop plein d'alcool, j'ai l'habitude. Et le sang en bouteille n'être pas si mauvais que ça. Il ne valoir pas du sang fraîchement cueilli à la source et encore chaud mais c'est être un palliatif des plus acceptables. J'aurais pensé que vous y avoir déjà goûté, c'est étonnant."

Alors qu'il parlait de son besoin de calme, elle s'installa sur l'une des chaises, le dos bien droit et les mains sagement posées sur la table. Elle fixait Kieran avec un mélange d'intensité et de curiosité, son regard scrutant le moindre des ses mouvements. Après son petit monologue, la vampire laissa s'écouler quelques instants de silence. Dire qu'elle n'aimait pas parler de son passé était un doux euphémisme. Jamais encore elle n'avait accepté de livrer cette part de son existence, mis à part avec Hycks et quelques rares privilégiés qu'elle avait côtoyés à l'époque où elle était une toute jeune vampire à peine transformée et encore novice dans le monde de la nuit.

Ses propos étaient étonnamment pertinents et cohérents, même si elle ne pouvait adopter le même point de vue.


"Vous savez, ça ne m'étonne pas que vous soyez morts en étant déjà policier et tué par un vampire. Cela expliquer cette haine presque palpable que vous semblez porter à notre race. Je comprendre votre vision mais il vous faut aussi comprendre les autres. Cela va vous surprendre mais je suis devenue vampire par choix.

Je suis morte pour que la révolution russe pouvoir vivre, tout comme les miens. Je suis morte pour préserver des vies, des idées mais tout cela n'a aujourd'hui plus d'importance. C'étai il y a tellement longtemps. Ces idées, ces gens sont morts, quoique je pouvoir faire à l'époque. Et s'accrocher aux valeurs du passé être une mauvaise idée. Il faut s'adapter à sa nouvelle nature. Vous ne pas croire que vos façons de vivre datant de votre période d'humain n'être plus compatible avec ce que vous être devenu ?
"

Alors qu'il parlait avec amertume, elle, au contraire, s'exprimait d'une voix étonnamment douce, contrastant avec sa verve et son sarcasme habituel.

"Vous n'être pas mort pour des idées, vous être mort parce qu'un vampire s'est joué de vous. Comme bien des victimes qui ont traversé ce siècle. Et vous avoir fait payer bien des bourreaux depuis, alors pourquoi ce besoin ? N'arrivez-vous pas à passer à autre chose ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les suites   Sam 1 Déc 2012 - 21:44

Le sourire de Velvet devait en désarçonner plus d’un. Ce fut sa première pensée en la voyant agir ainsi, sans qu’il n’est rien provoqué pour ce faire. Il l’avait bousculé verbalement, par simple agacement, mais la plupart des femmes faisait demi-tour devant ses manières sèches et son ton polaire. Velvet ne semblait pas vouloir s’arrêter aux premières impressions, ce qui l’intrigua à son tour. Rien ne justifiait pourtant un quelconque acharnement de sa part… Elle aurait pu tourner les talons, se contenter de lui demander de le rembourser sans autre forme de procès. Car attendre la moindre attitude de gentleman chez Kieran s’exposait à une forte déception.
« Je n’essaie pas d’impressionner les femmes, j’ai plutôt tendance à les faire fuir. »

Elle le rappela au bon souvenir de cette soirée haute en couleur au Bloody Valentine. A la pensée de cette Milicent, il ne put retenir un sourire en coin, pensif. « C’était la deuxième place, en fait. Il s’agissait de jeux avec un partenaire… Un jeu de séduction qui fut particulièrement raté, suivi d’un étrange mécanisme pour attraper un trèfle au fond d’un aquarium… Qui n’a pas manqué de donner des frissons à ma partenaire en voyant que je n’avais pas besoin de respirer. Et quoi d’autres ? Ah oui, les wulvers et leur fameux collier… Ils étaient drogués. Mauvaise idée de les neutraliser à coup de crocs, ça m’a tenu plusieurs heures. » Il secoua lentement la tête, chassant ses réflexions d’un geste désinvolte de la main. « Il suffit de passer rapidement les premiers couloirs, mais je ne doute pas qu’il soit informé de ma présence. »

Il daigna enfin porter le moindre intérêt à son verre, buvant de longues gorgées. Si longues, qu’en quelques secondes à peine, le verre était vide. Il se maudit intérieurement de ne pas s’être davantage contrôlé. Ce n’était pas mieux que la cigarette de son vivant… Aisé de se retenir d’en prendre une, mais s’il cédait à la tentation, il ne faisait plus les choses à moitié. La tête allait vite lui tourner, à ce tarif-là, vu le peu de fois qu’il prenait la peine de se poser devant un verre, ce n’était pas un grand habitué.
« Quand l’ennui me prend, ça m’arrive. Mais c’est surtout les défis qui me motivent… » Il ne se rendit compte qu’après coup que sa phrase comportait un sens caché qui pouvait être mal interprété. L’alcool ne commençait pas déjà à lui jouer des tours, tout de même ? Mieux valait qu’il ne réponde rien sur la résistance de Velvet aux boissons alcoolisés, justement …

« Oui et non. Ca m’est déjà arrivé de me retrouver si mal que certaines personnes prévenantes ont su m’abreuver de sang sous sachet. Mais ce n’est pas vraiment comme en déguster dans un verre… Et il est extrêmement rare que je me pose pour en boire un. »

L’intérêt de Velvet semblait réel et le peu qu’elle souhaitait dire en retour se retournait souvent vers lui. Il lui était extrêmement rare et peu familier d’être ainsi au cœur de l’attention, qui plus est d’une femme et d’une vampire. C’était bien arrivé plusieurs fois, mais toujours quand elles désiraient se jouer de lui. Velvet ne respirait pas la manipulation. Peu importe qu’il tente de rester vigilent, ça ne durait que l’espace d’une minute avant qu’il ne parvienne à nouveau à se détendre. Et surtout, qu’elle le rendait bavard !

« La condition de vampire offre de nombreux avantages. Force, rapidité, éternité … Même si vous êtes condamnés au sang et aux ténèbres, ou encore aux yeux du divin. Je ne regrette pas les moyens qui m’ont été offert. J’ai pu faire beaucoup dans l’indépendance irlandaise, dans la guerre mondiale… Alors je peux peut-être comprendre ce qui, en vous, a désiré pouvoir en faire autant. Et cela explique aussi très bien votre dextérité aux armes… » La révolution russe lui était bien méconnue, mais il ne doutait pas qu’elle avait dû traverser les mêmes difficultés de guerre que lui-même. Cependant, à ses dires, Velvet semblait avoir été entourée et guidée, ce qui différait beaucoup de sa propre situation.
« Ils sont morts aussi, ceux pour lesquels je me suis battu. Mais ils sont morts, malgré que je me sois battu. La guerre m’a profondément changé… Peut-être est-elle lointaine, mais je ne peux me permettre d’oublier. J’ai voulu, un temps, me détacher de ce qui avait rythmé ma vie quand j’ai chassé ma créatrice, quand la guerre s’est achevée. Je n’ai fait que me résoudre davantage à retourner sur ces traces. Peut-être n’ai-je jamais connu d’autres façons de vivre. Peut-être ne me satisfais-je que de celle-ci. » Il marqua un silence, s’enfonçant doucement dans son siège, ses mains croisées devant lui. « Qu’est-ce qui vous motive désormais à avancer, Velvet, sans jamais risquer de perdre le Nord ? Si je perds mes valeurs, je perds ma raison. Avez-vous vraiment fait une croix sur le passé comme vous le dites ? Et pensez-vous que vos manières « civilisées » ne sont pas non plus celles datant de votre période humaine ? Le contrôle à la vue du sang ne s’acquiert que grâce à cette partie encore humaine, cette partie de raison. Un vampire qui n’en a plus n’est qu’un monstre assoiffé qu’il est temps de rendre aux cendres. N’est-ce pas votre avis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les suites   Ven 7 Déc 2012 - 18:48

A la remarque du vampire, Velvet haussa un sourcil, un rien perplexe avant de fixer Kieran et de réfléchir à ses propos. Il était vrai que la froideur dont il était capable devait en désarçonner plus d'une et rares étaient les femmes qui aimaient ce genre de défis. Et pourtant, elle savait bien que la plupart des femmes qu'elle avait pu rencontrer aimaient à relever les pires challenges lorsque les hommes étaient en jeu, mais plutôt que la froideur, c'était la passion, la colère et autres sentiments de feu qui leur plaisaient.

Mais Velvet n'était pas de celles-là, dans la mesure où elle ne courrait guère après les hommes tout court mais surtout, elle préférait de loin la retenue aux grandes effusions passionnées. Peut-être était-ce dû à ses origines, elle ne s'était jamais réellement posé la question et la réponse ne lui importait guère mais elle se contenta de sourire en coin sans lui répondre.

Elle l'écouta attentivement parler du concours, cette fois-ci franchement étonnée.


"Décidément, ce Kain avoir vraiment des idées un peu tordues. Tout ça pour promouvoir son nouvel établissement ? Et bien au moins, vous ne sembler pas vous être ennuyés. Votre partenaire ne pas savoir que les vampires ne respirent pas ? Et elle n'est pas partie en hurlant ? La plupart des vivants que je croise ont tendance à avoir une réaction plutôt hystérique dans une telle situation. Et des wulvers ? A quoi cela ressembler ?"

En temps normal, elle posait ce genre de questions par pure forme, pour entretenir la discussion et son ton de voix ne laissait guère d'illusions à la personne qui lui faisait face sur ses véritables intentions. Mais là, elle semblait moins sur la défensive qu'en temps normal et, geste étonnant de sa part alors qu'elle s'installait plus confortablement sur son siège, elle retira ses gants pour les déposer sur la table, dévoilant deux petites mains bien soignées sans la moindre particularité. Kieran l'ignorait, mais il était une des rares personnes à avoir l'occasion de la voir ainsi.

Elle finit par attraper également son verre, le reniflant avec circonspection quelques secondes avant de tremper ses lèvres avec sa délicatesse habituelle. Levant de nouveau les yeux vers Kieran, elle hocha imperceptiblement la tête à son attention avant de reposer le cocktail sur la table et de jeter un regard devant le verre vide du vampire.


"Et bien, vous avoir très soif on dirait ? Vous n'être pas sorti chasser du criminel depuis longtemps ? Et, ma foi, j'avoir connu bien pire comme cocktail, vous pouvoir presque vous recycler si vous perdre le goût de la justice, même si ce serait dommage pour la police de perdre un homme tel que vous."

A sa remarque sur les défis, elle se contenta de le fixer, les mains sagement croisées sur la table et un sourire indéfinissable sur les lèvres. Elle finit tout de même par lâcher, d'une voix amusée.

"Et quel genre de défi pouvoir plaire à un chasseur de criminels tel que vous ? Ce quotidien à éliminer la racaille qui parcoure Galway n'être pas suffisant pour vous combler ? Quant au sang sous sachet… il être parfois nécessaire même si ça ne vaut pas la fraîcheur du sang tout juste cueilli à la source n'est ce pas ?"

Lorsqu'il commença à parler de la guerre et des changements de son existence, elle l'écouta de nouveau avec attention. Rares étaient les vampires qui acceptaient le fait d'avoir été marqué par leur existence humaine, surtout avec le siècle d'horreurs qui venait de s'achever. Beaucoup avaient préféré faire table rase et oublier qu'ils avaient même pu éprouver des sentiments tout simplement humains, s'être battus pour des idéaux qui avaient disparus ou qui étaient devenus totalement obsolètes mais Kieran semblait avoir gardé une part de lui ancrée dans ce passé. Peut-être était-ce cela qui le rendait si atypique. Ca et l'isolement, volontaire ou non, qu'il semblait avoir vécu depuis sa transformation.

Elle laissa de nouveau le silence s'installer avant de répondre aux questions de son interlocuteur, sirotant quelques gorgées , la mine tranquille. Ses questions étaient une nouvelle fois pertinentes, il semblait l'avoir bien mieux cernée qu'elle se l'était imaginée. Mais après tout, de par son métier il se devait d'être particulièrement observateur et, visiblement, il remplissait cette partie du rôle de policier avec une rare efficacité.


"Il être vrai que notre nature nous offre de multiples possibilités. Même s'il y avoir quelques inconvénients, je les trouve minimes face à ce que nous y avoir gagné. Surtout lorsque l'on est guidé dès le départ pour comprendre jusqu'où nous pouvoir aller."

Elle le fixa de longues secondes dans les yeux, curieuse, avant de reprendre.

"Vous ne pouvoir vous permettre d'oublier ou vous vous le refusez ? Comme vous le dire si bien, vous n'avoir jamais connu d'autres façons de vivre. Comment savoir alors si celle-là être la meilleure pour vous si vous n'avez pas essayé autre chose ? Je ne pas dire de vivre comme notre ami Kain et de saigner tout ce qui bouge mais il y avoir peut-être un juste milieu entre les deux. La guerre marque et change les gens, vampires ou non, mais trop s'appesantir dessus être le risque de ne plus avancer et de vivre uniquement sur des souvenirs que personne à part vous n'avoir vécu au bout de quelques années.
Au fait... Vous avoir retrouvé votre créatrice ?
"

Elle était curieuse de savoir qui pouvait bien être à l'origine de la naissance de Kieran. S'il s'était s'agit d'une plaisanterie pour sa créatrice ou si elle avait réellement chercher à lui donner une leçon, dans le monde de la nuit les deux étaient tout aussi plausibles l'un que l'autre. Mais elle se savait un avantage non négligeable face à lui, sa condition, elle l'avait voulu et il n'y avait pas un jour où elle ne regrettait pas ce qu'elle était devenue.

"Si vous m'avoir connue durant ma période humaine, vous ne seriez pas demandé si mes manières venir de cette période, je peux vous l'assurer. Je n'étais qu'une paysanne illettré qui hurlait dans les rues pour demander la tête du Tsar, ce n'être pas réellement civilisé comme attitude, vous ne croyez pas ? Je pense que la maitrise de soi n'être pas vraiment liée à notre part d'humanité qui nous reste mais plutôt à l'expérience. Bien des humains n'avoir aucune maitrise d'eux-mêmes, je pense que vous être bien placé pour le savoir non ?"

Un temps, puis elle hocha brièvement la tête.

"Par contre, je être d'accord avec vous sur un point. Un vampire qui ne savoir pas se maitriser à la vue du sang être un danger, pour les humains et aussi pour nous. Mais il s'agit souvent de jeunes vampires qu'il vaut éduquer avant de les condamner à la cendre. Chacun avoir le droit à sa chance. Quant à ce qui me motive à avancer. Et bien, je être comme tout le monde, je avoir des espoirs, des envies, je ne vois pas en quoi nous être différents des simples mortels à ceci près que nous avoir la chance d'avoir assez de temps pour accomplir ce qui nous fait rêver. La lassitude être quelque chose contre laquelle il faut lutter. J'essaie, chaque jour, de trouver une raison pour avancer, quelque chose qui me sortir de l'ordinaire. Et c'est plutôt efficace je pense.
Par exemple, aujourd'hui, ce qui pouvoir me motiver est de connaitre comment fonctionnent certains vampires dont les mœurs diffèrent des miennes.
"

Son sourire se fit plus marqué tandis qu'elle vidait son verre d'une traite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les suites   Mer 12 Déc 2012 - 15:15

Face à l'expression perplexe de sa compère, Kieran souffla un ricanement. A croire que sa relation avec la gente féminine l'étonnait... Pourtant, vu son tempérament, rien n'était plus logique. Oh, certaines appréciaient bien les bruns froids et mystérieux, mais il n'avait que la froideur qui correspondait à ce portrait cliché. "Quelque chose sonne faux dans mon discours, Lady Velvet ? On dirait que vous êtes étonné de l'apprendre."

Après tout, elle parvenait à s'intéresser contrairement à ce qu'il avait l'habitude. Il avait beau chercher le moindre signe qui trahirait une manipulation, elle ne transpirait qu'une curiosité polie. A savoir si c'était de la simple politesse ou non, il n'était pas capable de le deviner. Mais pour quelle autre raison ?
"Un évènement inoubliable pour un établissement inoubliable, ma chère. Quant à ma partenaire..." Sa langue claqua contre son palais, son ton toujours aussi neutre. "Une fan de vampires. Elle gardait une petite progéniture de sang pur, embauchée par la mère, et couchait sans doute avec le dernier, Kain. Elle doit vouloir être transformée."
Un demi-sourire passa sur ses traits, à la mention des wulvers. Un air plutôt singulier chez le vampire, mais ces bêtes faisaient partie des rares choses qu'il appréciait : "Dans le parc, il y en avait un. Celui que j'étais venu voir, en fait. Si vous l'avez manqué, ce sera une occasion d'y retourner sous de meilleures conditions."

Il observa son manège, avachi qu'il était, au fond de son fauteuil. Velvet était bien plus maniérée que la plupart des femmes, reliquat d'une période lointaine, très certainement. Mais ce nom de velours... Il commençait à se demander ce qui pouvait se cacher en-dessous. Une grimace le saisit, stoppant son analyse, à sa remarque.
"L'un des désavantages du rôle de Commissaire est de ne pas pouvoir sortir chasser quand l'on veut. J'ai constamment soif, mais je sais me contrôler." Il pencha la tête, appréciant le compliment sur son cocktail sans y répondre. Inutile de lancer le débat sur une autre vie, où il serait barman... Ridicule. Les défis l'intéressaient bien plus.
"Mon métier est un défi constant, Lady Velvet. On devient policier à Galway que si on aime le risque, sinon, on devient bureaucrate. Je suis comme tout vampire, j'apprécie la Chasse, et j'aime parfois pimenter cette non-vie de quelques imprévus... Comme vous."

Il renifla d'un air mauvais, à l'évocation des sachets de sang, mais son silence était consentant. Parfois, ces artifices étaient plus que nécessaires... "Vitaux", même. Ils rentraient, maintenant, dans un sujet bien plus délicat.
"Je ne regrette pas ce que ma condition de vampire me permet, je regrette ce qu'est la nature même des vampires. Vous savez, Velvet, le vouloir et le pouvoir sont souvent voisins. Je ne serais même pas à même de vous éclairer là-dessus. Je ne suis pas un bon samaritain, mais mes raisons d'exister résident dans le seul sentiment de pouvoir rendre justice. Comment pourrais-je vivre autrement ? C'est aussi insatiable que la Faim. J'aurais l'impression de me forcer à aller contre ma nature."

Un grondement imperceptible s'était élevé, quand Kieran se renfrogna subitement à l'évocation de sa créatrice. Son regard s'était fait bien plus glacial, et le silence qu'il conserva dura un moment. Il tenait alors plus de la bête sur le qui-vive, sa tension impossible à dissimuler. Un œil attentif aurait pu deviner que, sous cette apparente hostilité, ne résidait qu'un vague sentiment de peur primitive.
"C'est elle qui chercherait à me retrouver. Elle devrait être morte. Je l'espère." Ses paroles étaient plus saccadées, plus tranchantes aussi. Il attendit encore un peu, mais ne parvint plus à se détendre autant. "Ca vous dérange, si j'allume une cigarette ici ?"

Il ferma les yeux, cherchant à se concentrer sur les rares bribes de vie que Velvet prenait enfin la peine de partager. Une paysane, hein... "Je me demande comment avez-vous fait pour en arriver là, pour attirer l'attention ainsi sur vous. Enfin, la haine, n'a rien de civilisé mais tout de rationnelle à mon sens. Peut-être finalement aurais-je compris... Je vous aurais écouté, parce que vous réclamiez vengeance. Tout dépend de la personne, certains voient une possibilité de recommencer leur vie, d'autres qu'une occasion de réparer les erreurs du passé.
Quant au contrôle, je n'en suis pas un parfait exemple non plus, comme vous avez pu le voir. Mais ce qui est instinct peut-être corrigé, ce qui est névrose et plaisir sanglant, plus difficilement. On ne condamne pas les fous, mais les meurtriers."


Velvet était une personne bien singulière, de par la simplicité même de ses paroles. Comme si, être vampire, ne consistait qu'à gagner l'éternité avec "quelques inconvénients". A l'entendre, c'était comme si elle n'avait jamais été confronté à la Bête assoiffée, en elle.
"Vous êtes épatante, Velvet. Comment faites-vous pour toujours avoir ce contrôle parfait ? Vous n'avez jamais senti cette part de vous qui vacille, vous tire hors de l'humanité à jamais ? Ou ne la craignez-vous pas ? Je comprends pourquoi j'arrive à vous apprécier : Malgré votre envie de couper avec le passé, vous êtes plus humaine que jamais."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les suites   Mer 19 Déc 2012 - 18:31

Velvet avait depuis longtemps dépassé tous les clichés qui pouvaient s'apparenter de près ou de loin à la gent humaine comme vampirique. Mais elle imaginait facilement que même le plus froid des vampires devait tout de même avoir son lot de groupies, les petites humaines pouvaient être tellement inconscientes que c'en était presque pathétique. Elle glissa un regard en coin à Kieran, laissant quelques secondes s'écouler, avant de répondre, d'une voix neutre.

"Je n'irais pas jusqu'à dire que je être vraiment étonnée. Vous ne pas sembler être un homme qui multiplierait les conquêtes, même si j'avoir appris depuis longtemps à ne surtout pas me fier aux apparences. Mais de là à penser que vous faire fuir la gent féminine, j'avoue que l'idée ne me venir pas automatiquement à l'esprit. Et cela ne pas sembler vous déranger on dirait. Vous être trop occupé à chasser les bandits ?"

Son sourire s'était fait un rien sarcastique même si elle était vraiment curieuse de savoir ce qui pouvait le rendre aussi inaccessible. Si sa propre froideur était savamment calculée, elle savait, dès qu'elle était dans une sphère plus intime, laisser tomber le masque, même si les occasions étaient très rares et les privilégiés l'ayant vue ainsi se comptant sur les doigts d'une main.

Alors que Kieran évoquait le Bloody, elle jeta par réflexe de brefs regards autour d'elle, comme pour en apprécier le caractère "inoubliable" dont lui parlait le vampire. Elle n'avait aucun doute quant aux capacités de Kain de rendre la soirée pimentée, il lui avait suffi de le voir à l'œuvre une seule fois pour se faire une idée de sa nature. Pourtant, elle n'essaya pas de retenir son sourire lorsqu'il évoqua de nouveau sa partenaire de la soirée.


"Groupie, fan de vampires. Ce n'être ni la première ni la dernière que vous croiserez. Vous n'allez pas me dire que vous n'en avoir pas eu sur votre chemin qui vous avoir demandé les yeux brillants de la transformer en l'une des nôtres quand elle avoir appris votre nature ? Ou alors, c'était la première humaine avec qui vous discuter et qui connaître votre nature ?"

Nul besoin d'évoquer le fait qu'elle voyait tout à fait qui devait être la fameuse progéniture. Les bébés vampires n'étaient pas légion, même à Galway. Comment s'appelait-elle déjà ? Ah oui Magdalene. Elle avait un peu de mal à imaginer ce que le bébé pouvait bien faire dans un bar mais, la question ne l'intéressant pas réellement, elle se contenta d'écouter le reste des propos de Kieran, le Wulver étant étonnamment bien plus distrayant qu'une mioche à peine née.

"Oh, je n'ai pas eu l'occasion de voir ne serait-ce que l'ombre d'un animal ce soir-là. A moins que votre comportement dans le bar ensuite pouvoir être qualifié d'animal mais j'ai comme un doute. Au moins, vous savoir où m'inviter la prochaine fois alors."

Elle sentait son regard sur elle tandis qu'elle se mettait à son aise et l'écouta une nouvelle fois parler de son métier de commissaire avec attention. Elle était réellement fascinée par le fait qu'une ville telle que Galway soit dotée d'un commissaire d'une telle race. Mais, en y réfléchissant plus sérieusement, elle ne pouvait que s'en réjouir. Cela ne faisait qu'appuyer le projet que la Steel avait pour cette ville après tout.

"Nous le savons tous les deux, tous les vampires ne pas avoir ce contrôle dont vous parlez. Enfin, c'est différent même. Tous ne sont pas intéressés par avoir cette forme de contrôle. Votre activité être difficile tout de même, je ne suis pas persuadée que j'aurais cette volonté de traquer aussi bien les criminels que de remplir des dossiers mais surtout, je n'avoir pas la moindre envie de continuer à suivre les règles imposées par les humains. Et encore moins de leur rendre le moindre service. Que vous avoir cette soif de justice, je peux le concevoir. Mais pourquoi suivre leur façon ?"

Elle laissa s'écouler quelques secondes, la mine interrogative avant de reprendre, un léger sourire en coin.

"Et quand vous dire "comme vous" vous me voyez comme un imprévu ou comme quelqu'un qui aime les défis ? Mais j'y pense. Vous parler de votre nature, mais qu'elle est-elle réellement ? A vous entendre, j'ai parfois l'impression que vous avoir gardé votre âme d'humain dans votre corps de vampire, je me trompe ?"

Quand il évoqua sa créatrice, sa haine était palpable et elle eut la courtoisie de ne pas insister à son sujet, même si elle était une fois de plus intriguée par le fait qu'on puisse avoir envie de fuir son créateur. Il fallait dire qu'elle n'avait jamais été confrontée à ce cas de figure et qu'elle n'avait jamais créé elle-même de vampire, n'y voyant ni plaisir ni intérêt. Alors qu'il prenait une cigarette, elle se contenta de secouer la tête et de se servir également dans le paquet, la tendant dans sa direction pour qu'il l'allume pour elle.

"C'est amusant, je n'avoir jamais apprécié la cigarette quand j'étais humaine, à dire vrai je crois que je n'avoir jamais approché une cigarette durant cette période de ma vie, mais il parait qu'elle donne un coté humain. Elle permet aussi d'aborder certaines proies plus facilement."

Elle resta silencieuse de longues secondes, écoutant pensivement les propos du vampire qui la renvoyaient son propre passé. Il était plus facile pour elle de s'exprimer maintenant qu'elle avait commencé à parler de cette période mais les mots ne venaient tout de même pas aussi aisément qu'ils le seraient venus pour d'autres.

"Vous savez, attirer l'attention n'a rien de difficile. Ce qui être vraiment compliqué c'est de trouver les bonnes raisons pour le faire et surtout, d'arriver à la garder par la suite. Mais je pense surtout que je ne me suis pas posé les mêmes questions que vous quant à ma vraie nature une fois que j'ai saisi l'opportunité de devenir ce que nous être. Et, d'ailleurs vous dites que vous m'auriez écoutée. Mais pourquoi l'auriez vous fait ? Ils ne l'ont pas vraiment fait. Ou plutôt, ils ont fait semblant de nous écouter mais finalement nous avoir laissé faire, chacun ayant une part du gâteau qui lui convenait ou était trop faible pour se plaindre. Faire partie des forts, c'est ce que la haine m'avoir appris de mieux."

Etonnamment, elle avait l'air bien plus jeune et plus vulnérable alors qu'elle parlait. L'on pouvait vaguement entrevoir celle qu'elle avait pu être il y a des décennies de cela et ce qui avait pu l'inciter à suivre la voie qu'elle avait prise et à laquelle elle s'était attachée. A sa remarque, elle haussa un sourcil et laissa échapper un rire.

"Epatante ? Rien que ça ? Je dirais plutôt que peut-être n'ai-je pas cette foi en l'humanité que vous avoir. J'ai vu les hommes commettre les pires horreurs que je n'avoir absolument aucune peur de perdre le peu de lien que j'ai encore avec cette partie de moi. Vous pensez donc que je suis humaine alors que moi je crois que justement j'avoir réussi à me délester des horreurs dont ils être capables. Nous ne partons pas du même endroit on dirait."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les suites   Lun 31 Déc 2012 - 11:06

Un rire étouffé, peut-être un rien amer, filtra entre les lèvres du vampire. Il ne riait jamais à gorge déployée, mais rien que ce simple son dissonant aux pointes sarcastiques était rare chez lui. Kieran aurait été en mal de dire si les lieux l’incitaient à la détente ou plus sûrement son interlocutrice. N’était-ce pas ironique d’être si apaisé dans l’antre de son ennemi, qui plus est auprès d’une vampire ? Mais plus il observait Velvet, plus il avait l’impression d’observer un reflet. Les mêmes cheveux d’un blond d’argent, les mêmes yeux gris… Et au-delà, la même carapace et son cœur bien plus figé dans la glace que le sien. La principale différence, à ses yeux : Il était bien moins lisse.

« Je n’ai pas connu de femme, de mon vivant. J’étais trop occupé, à cette courte époque, en effet. Mais par-delà la mort, le temps s’étire… Les envies aussi, sans doute. Je ne pense pas que ça vous étonnera d’apprendre que l’on ne m’a pas transformé uniquement par jeu, par sadisme, mais aussi par envie. Et bien ! Inutile d’épiloguer encore au sujet de mon aversion pour les vampires. Mais l’attirance mutuelle en d’autres circonstances, c’est arrivé… J’ai dérapé bien vite. Les humains sont parfois très fragiles… Le pire devait être que le goût du sang n’en était que meilleur. Elle est morte. Même si je ne l’avais connu que quelques heures auparavant, ça m’avait suffisamment marqué. Avec du recul, rien n’a changé. On n’est pas plus prévoyant : On pense juste davantage encore au sang qui palpite toujours plus fort. »

Ses sourcils se froncèrent, d’un air contrarié. Velvet avait évoqué le sujet avec légèreté et même un brin de sarcasme… A se demander si c’était lui qui dramatisait tout, au final. « Je leur fais peur, je pense, mais aussi parce que je le recherche depuis cette époque. » Il pencha la tête, son poing collé à sa mâchoire d’un air plus nonchalant qu’auparavant. « Je parierais que plus d’un à tenter de séduire la Reine des glaces sans parvenir, à aucun moment, à vous émouvoir. Je me trompe ? »

Un soupir agacé le prit, une réaction aussi subite et sincère à l’évocation des groupies de vampires. Pour lui, ce n’était rien d’autres que des cas désespérés qu’il ne s’évertuait même plus à prévenir des dangers auxquels elles s’exposaient. A quoi bon, quand elles n’attendaient que cette occasion ? Pire encore, ça attirait souvent davantage l’attention sur lui. Il était souvent le profil parfait, à leurs yeux, de par son attitude prudente et calme. Du moins au premier abord…

« Non, loin de là. J’en ai connu un nombre incalculable de par mon métier mais… Elles m’agacent toujours autant, c’est certain. » Ne l’avait-il pas prévenu, elle aussi, à sa manière ? Pourtant il était certain d’une chose : Ces précieux conseils finiraient vite à la trappe.
Il haussa un sourcil perplexe devant sa comparaison à une bête sanguinaire, sans pourtant relever. Pouvait-il vraiment nier l’allusion ? « J’espère ne pas vous avoir choqué, mais quand mes cibles sont déterminées, je m’y tiens. » Quand on est mort, la seule chose qui vous fait encore vous sentir en vie mis à part le sang, c’est de risquer de perdre ce qu’il en reste.

« Je n’ai pas toujours suivi leur façon de faire, Velvet. Même si je suis attaché au respect des Lois et de faire les choses dans les règles de l’art, vous êtes la première à le dire… Je ne suis pas toujours les règles que je m’impose. Durant la seconde guerre mondiale, j’étais un espion et un assassin plutôt doué. Cette soif de justice m’avait totalement embourbé dans ces complots. Mais c’était l’âge d’or … Et la faim ne m’avait guetté à aucun moment, fort et vigoureux comme rarement. Il faut dire que les proies pullulaient… J’aurais bien participé à la révolution russe, aussi, mais on avait nos propres problèmes à gérer. »

En parler le rendait profondément nostalgique. Une époque révolue, sanglante et noire… Mais qui lui avait paru incroyablement libératrice pour le vampire qu’il était. Il n’avait pas chômé, mais tout ce qu’il avait accompli à cette époque avait eu un sens, un impact. Il n’avait pas brassé du vent inutilement comme aujourd’hui, même si la seconde guerre mondiale s’était achevée par un tragique évènement… Il en était ressorti plus seul que jamais.

« Un peu des deux, non ? Un imprévu et un défi. » Un imperceptible sourire naissait sur son visage à cette brève confusion. « Comment peut-on savoir, Velvet, que reste t-il de notre nature désormais altérée ? Que devait-elle être, qu’est-elle maintenant ? Connaissez-vous la vôtre, Velvet ? Mais si vous avez cette impression, c’est que j’ai su rester moi-même, malgré le côté bestial, comme vous le dites si bien. »

Ca lui convenait mieux de ne pas fumer seul, surtout dans une pièce close… Même si le goût de Velvet pour la cigarette lui laissait une pointe d’étonnement. A la voir pourtant avec, le portrait dépeint paraissait d’un rare naturel. Ou n’était-ce pas que tout lui allait ?

« Peut-être que vous faisiez encore attention aux mises en garde comme « Fumer tue » sur les paquets de cigarette… A votre époque humaine. » Il lui empruntait son ton sarcastique tout en lui allumant la cigarette qu’elle lui avait prise. « Ca me donne l’impression de respirer, alors que c’est supposé toxique… Le côté ironique des vampires. »

Il s’était avachi, à nouveau, en arrière. Ses yeux de nacre mi-clos, son attention pourtant entière pour la vampire. Elle parlait de manière très vague de son propre passé, et il était pratiquement certain que la raison n’était pas l’oubli… Refusait-elle de lui en parler ouvertement ?
« La haine, la vengeance… N’est autre qu’une forme bestiale de justice, Velvet. Je vous aurais écouté, parce que vous aviez soif de justice. La passion pour une cause est un magnifique sentiment, à mes yeux. Peu importe ce qu’elle est. Je respecte plus les vampires qui en ont eu une, et mauvaise, que ceux qui n’en ont pas du tout. Vous avez remporté, non ? Grâce à ce que vous êtes devenus ? Peu importe ce qu’ils recherchaient eux, vous avez gagné tout de même. Ils vont auront bien servi. »

Quand il posa à nouveau le regard sur elle, il lui sembla que cette carapace se dissipait un peu. Elle avait voulu faire fi du passé, mais à le faire ressurgir au grand jour, il était plus difficile de garder le masque en place. Contrairement à ses dires, elle n’avait pas si bien fait un trait sur ce passé. Et lui ne voyait pas réellement comment réagir face à cette fissure dans son armure. Il s’était contenté de la fixer, longuement, avant de lâcher une question si soudainement qu’elle n’en était que sincère : « Quel est votre vrai nom, Velvet ? »

Il avait marqué un long silence à sa remarque. On aurait pu croire qu’il s’était davantage fermé, en vérité, il cédait davantage de terrain, ce qui lui arrivait aussi peu souvent que de se remettre en question : « Nous avons tous une part noire en nous, même les humains. Mais ils ne sont pas tous pareils non plus… Comme les vampires, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les suites   Mar 8 Jan 2013 - 20:02

Il fallait qu'elle se l'avoue, elle trouvait la compagnie du vampire qui se tenait devant elle plutôt agréable. Elle songea même, l'espace d'un instant, que s'il devait disparaître demain, elle en aurait un léger pincement au cœur. Après tout, ils n'étaient pas si dissemblables qu'elle l'avait cru au premier abord et il s'avérait possible de discuter avec lui, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Il semblait même se détendre à mesure que leur conversation se faisait plus intime et que chacun dévoilait, un peu, juste un peu, une part que l'un comme l'autre gardait cachée en temps normal.

Lorsqu'il évoqua ses rares relations avec la gent féminine, elle se contenta de l'écouter, la tête légèrement penchée sur le coté, dans une moue à la fois intriguée et amusée. Gardant quelques secondes le silence, elle finit par répondre, d'une voix un rien pensive.


"Il est vrai qu'il être difficile de résister à l'appel du sang. Le désir être quelque chose de complexe, surtout pour des gens de notre race. J'ai souvent eu du mal à démêler la soif du désir charnel mais ça, c'était au début. Et vous aussi j'ai l'impression. Vous n'avoir jamais retenté de voir de quoi vous étiez capable ? C'est vous priver d'une activité des plus… plaisantes."

A sa question, elle laissa échapper un rire chaud, presque complice et son visage se fit presque mutin l'espace d'un instant, la rendant soudainement plus "humaine", avant que ses traits ne redeviennent aussi lisses que d'ordinaire.

"Je pense que vous avoir la réponse à cette question tout seul n'est ce pas ? Les hommes n'avoir aucune cervelle lorsqu'une belle femme leur passer sous le nez. Et je ne pas être stupide, je sais que je suis loin d'être désagréable à regarder. Il faut savoir user de ses atouts et ne pas les gâcher. Mais vous avoir raison, aucun n'être encore parvenu à m'émouvoir. Ils être tous si stupides, vaniteux, à bomber le torse et à parader sans réaliser le danger que je peux représenter."

S'il semblait agacé par l'évocation des groupies et autres désagréments qu'elle évoquait, Velvet semblait quant à elle amusée une fois de plus par sa réaction et par la situation. Elle se contenta de hausser les épaules à ses remarques et secoua la tête brièvement.

"Me choquer ? Je crois avoir vu beaucoup trop de choses en ce bas monde pour réussir à être encore choquée par quoi que ce soit. Si notre transformation avoir fait de nous des êtres sanguinaires, les simples humains ne pas être en reste et nous n'avons pas le monopole de la violence ou de l'horreur. Je pense que vous l'avoir bien vu durant la guerre, je me trompe ?
Mais encore une fois, cette guerre avoir été un conflit entre les hommes, malgré vos occupations peu orthodoxes, vous les avoir servi une fois de plus même si le fait de vous être nourri d'eux contrebalance quelque peu ce fait, je vous l'accorde. Vous ne pas chercher la rédemption ou quelque chose d'approchant au moins ?
"

Si évoquer ses souvenirs semblait rendre Kieran nostalgique, Velvet avait toujours du mal à se plonger dans ce pan de son histoire. Elle assumait parfaitement ces décennies qui lui avait valu son surnom mais elle n'aimait guère regarder en arrière, comme si cela pouvait l'empêcher d'avancer ou lui ferait perdre tout ce qu'elle avait réussi à acquérir. Elle laissa s'écouler quelques secondes, lui rendant son sourire de manière presque complice tandis qu'elle aspirait la fumée, savourant cet instant de tranquillité.

"J'aime beaucoup les imprévus vous savez. De ceux qui pouvoir transformer la plus morne des soirées en un moment agréable." Un silence, puis. "Vous savez, beaucoup disent que nous être damnés que notre nature être pervertie à jamais. Mais, vu la vie que j'ai menée avant d'être vouée à la nuit, je ne pas être sure que ma nature a réellement changé. Pensez-vous vraiment être aussi resté vous-même monsieur le policier ? Après tout notre coté sanguin n'être qu'une partie de ce que nous sommes mais j'ose espérer que nous ne pas être résumés à des êtres assoiffés d'hémoglobine qui ne pensent qu'à se nourrir."

Baissant les yeux en direction du paquet dans un mouvement de réflexe lorsqu'il évoqua les fameux logos que l'on trouvait aujourd'hui dessus, elle se contenta de secouer la tête, visiblement amusée par sa remarque.

"Quand j'étais humaine, c'était… comment vous dire déjà ? Ah oui ! A la point de la mode de fumer. Cela coutait une vraie fortune et seules les femmes les plus chics pouvoir se le permettre. Dès que j'en ai eu l'occasion je m'être acheté un de ces longs porte-cigarette doré que j'avais aperçu avant de me transformer. Si ce n'être plus le comble de l'élégance, au moins cela couter toujours une fortune. Finalement, les choses ne changent pas tant que cela on dirait."

Elle fixa le vampire quelques instants avant de souffler une bouffée de fumée dans les airs, soudainement amusée par quelque chose.

"Je me rappelle avoir passé des mois à essayer de faire des ronds de fumée. Sans succès bien évidemment. Et peut-être qu'avoir l'impression de respirer vous rappeler quand vous étiez humain."

Comme à chaque fois qu'ils parlaient de l'époque où ils étaient humains, leurs paroles étaient à tous le deux chargés d'une ironie mêlée à des sentiments un rien plus difficiles à cerner pour Velvet qui ne pouvait s'empêcher d'être amusée par la nostalgie que Kieran ne cherchait même pas à dissimuler. Pourtant, elle trouvait plutôt agréable de partager quelques bribes de souvenirs qui n'étaient pas entachés de sang, chose assez rare pour ne pas qu'elle s'en rende compte.

Aux propos de Kieran, elle garda le silence durant un long moment, le fixant avec un sourire indéfinissable, presque triste.


"Les gens entendent peut-être mais il n'écoutent pas malgré ce que vous semblez croire. Ils n'apprennent jamais. Je pensais que votre métier et votre façon de vivre vous l'avoir appris depuis longtemps. Chacun essaie de s'en sortir du mieux qu'il le peut, humain comme vampire. Vous comme moi avoir eu la chance d'avoir cet idéal, cette passion dont vous parlez. Beaucoup ne l'ont pas et ils deviennent fous… mais encore une fois, je ne pense pas que cela être propre à notre race. Laissez un humain désoeuvré et vous verrez qu'il réagir tout aussi mal que nous si ce n'est pire. Nous avoir encore notre éternité pour rattraper les morceaux, eux non."

Quand il l'interrogea, elle resta interdite, manquant de relâcher sa cigarette sous la surprise. Elle n'arrivait même pas à se rappeler de la dernière fois où quelqu'un lui avait posé cette question et elle aurait été incapable de dire si cet état de fait la dérangeait ou non. Tout comme elle avait du mal à se décider si elle appréciait ou non de pouvoir parler ainsi avec quelqu'un de son espèce.
Prenant une profonde inspiration, elle laissa alors échapper, penchant la tête sur le coté.


"Qu'est ce que cela pouvoir vous apporter de le savoir ? Cela changerait-il l'image que vous avoir de moi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les suites   Jeu 17 Jan 2013 - 15:45

« Oh si. » Lâcha-t-il avec une spontanéité qui trahissait la grande franchise de ces simples mots. Il en réussit même à en être amusé, tirant sur sa cigarette pour voiler une grimace de sourire. « Bien sûr que j’ai retenté. Même résultat à chaque fois… Impossible de dissocier les deux, comme vous le dites si bien, enfin ! Ça ne vaut pas le coup de s’étendre sur le sujet. » Il était déjà la cible de tellement de commérages à ce sujet, nul envie de subir aussi le jugement de Velvet. Il avait suffisamment dérogé à ses principes à cause de quelques bavures similaires …

Il haussa un sourcil devant la réaction vive et inattendue qu’il suscita. Aucun homme capable de l’émouvoir ? Au moins réussissait-il à la faire rire, même s’il ne s’était jamais senti le moindre talent de comique.
« Aucun, vraiment ? Tout peut encore arriver. » Il laissa planer un silence, court, avant de reprendre : « Vous nous jugez bien mal… Ne prenez pas Kain en exemple. Je peux vous prouver que nous sommes bien davantage. » Même s’il ne s’était pas senti directement concerné, la remarque l’avait piqué au vif. Elle avait une telle mauvaise estime de la gente masculine qu’on ne pouvait se mettre qu’un défi en tête face à cette vierge de glace …

« Vous ne vous trompez pas. La guerre m’a fait connaître un nombre impressionnant d’atrocités, mais j’en étais le boucher ou le justicier, jamais la victime. On dit que l’homme est un loup pour l’homme, savez-vous ? Je peux cependant vous certifier que les victimes sont toujours en masse et les bourreaux… Toujours les mêmes. Les vampires conservent juste la palme d’or. » Il n’aimait pas cette façon qu’elle avait de le jauger. « Au moins », disait-elle, comme si chercher la rédemption pouvait être négatif. « Je n’en sais rien. » Répondit-il avec une honnêteté poignante. C’était rare qu’il soit en manque de mordant, pour un vampire, mais la rédemption ? Son mode de vie ou sa raison d’être, sur quoi reposait-elle, finalement ? Réfléchir aussi loin devenait pénible. « Les besoins primaires ne s’expliquent pas. »

Il tira lentement sur sa cigarette, songeur. Un silence s’était installé naturellement sans qu’il ne cherche à le briser. Ça ne le dérangeait pas le moins du monde… Et pour une fois, il était suffisamment apaisé pour ne pas penser automatiquement au travail.
« C’est le cas. Même si la messe du dimanche ne me manque pas tellement, comment expliquer que « Dieu » nous repousse, si nous ne sommes pas damnés ? A mes yeux, ce simple fait m’a prouvé tout le sens de son existence… Je me suis senti tellement stupide. » Un bref ricanement le prit, amer. « Même les humains changent. Bien sûr, que l’on change. »

Il s’empara du paquet de cigarette, le retournant sur l’autre face pour afficher le prix avec une mine perplexe. Son regard gris s’ancra dans celui de Velvet, d’une neutralité effroyable. « J’étais déjà mort, quand ça m’a pris. Ça ne me tue plus que l’ennui et les désagréments. Une fortune, c’est sûr… Mais je ne fais pas grand-chose de mon salaire, alors tout est relatif. »
Elle avait une façon bien plus classe que lui de fumer, comme si la cigarette n’était qu’un outil pour la mettre davantage en valeur. Kieran s’était subitement rendu compte qu’il faisait dépareillé, à côté, avec son aspect décontracté. C’est qu’elle y mettait les formes, même si elle le prenait par surprise …

« Ca me rappelle surtout ce qu’il vaut mieux faire quand on me pompe l’air. » Il reprit une bouffée, se rendant compte subitement à son geste de sa maladresse. Elle risquait de le prendre pour elle, alors que l’intention n’y était pas. Lui et le tact … « C’est devenu une simple manie depuis le temps. Je n’ai pas l’obsession de ressembler à un humain. » Enfin peut-être que si, mais il ne l’avouerait pas. Il haussa les épaules, comme pour passer sur cette énième remarque sur sa nostalgie de son époque humaine.

« Quand on est vampire, on se croit tout-puissant, on vit par le sang, et surtout, on a l’éternité devant soi. Il y a ceux qui abusent de leur pouvoir par vengeance ou plaisir, ceux qui ne voient pas le mal puisque notre nature est sanguinaire et ceux qui perdent la raison par le temps qui passe. Les limites n’existent plus, nous les dépassons. Toutes. »
Il n’était d’accord en rien avec sa vision des choses, mais on sentait son mépris envers les humains quand lui en avait envers les vampires. Ils étaient voués à ne pas s’entendre sur ce sujet. Un siècle à s’en convaincre… Comment pouvait-on oublier ?

« Ce que ça m’apporte de savoir votre vrai nom ? Rien que de satisfaire ma curiosité. Je ne vous ai rien caché, ne devriez-vous pas faire de même ? » Il la fixa longuement, réellement étonné de sa réaction. C’était trois fois rien, juste une question anodine. « Pourquoi cela changerait quoique ce soit ? Ce n’est qu’une annotation sur un bout de papier. » Que pouvait-il cacher qui suscite pareille réaction ? Un nom de grand criminel, peut-être ? Allons … Elle allait réussir à le rendre soupçonneux, à être ainsi sur la défensive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Velvet
Vampire
avatar

Messages : 124
MessageSujet: Re: Les suites   Dim 27 Jan 2013 - 17:31

Velvet haussa un sourcil, ne pouvant s'empêcher de remarquer la mine amusée du vampire alors qu'ils continuaient d'aborder, chose peu habituelle chez elle, la vie privée de ce dernier. Elle l'observa alors, la tête légèrement inclinée sur le coté tandis qu'elle gardait quelques secondes le silence, son visage s'illuminant alors du même sourire amusé qui était celui de Kieran.

"Et bien soit, nous n'allons pas nous étendre sur le sujet. Mais peut-être vous avoir cherché vos partenaires dans la mauvaise catégorie de race. Il falloir beaucoup de self contrôle je pense pour avoir ce genre d'activités avec de simples humains et qu'ils être toujours en vie pour en parler par la suite."

Le fait d'aborder sa propre expérience personnelle, même aussi superficiellement, était nouveau pour la vampire qui aimait toujours aussi peu parler d'elle, surtout lorsqu'il s'agissait des relations avec les autres. Mais Kieran avait fait l'effort de se livrer, elle lui devait au moins de lui rendre la pareille. A sa remarque, elle se contenta de hausser les épaules, la mine un rien désinvolte.

"Tout pouvoir arriver comme vous le dites si bien. Mais je reste particulièrement sceptique quant à cet exemple précis. Enfin, après tout, cela être peut-être amusant de vous vois essayer de me prouver le contraire, pourquoi pas."

Elle n'était pas prête à changer d'opinion sur la gent masculine, surtout après le siècle qu'elle venait de vivre. Mais l'idée d'imaginer Kieran s'acharner à lui démontrer que finalement, tous les hommes n'étaient pas les mêmes était particulièrement distrayante et, l'espace d'un instant, Velvet s'amusa à imaginer que le policier verrait là un de ses défis dont il semblait tant raffoler. Restant un instant silencieuse tandis qu'elle continuait de fumer, la mine pensive, elle reprit, d'un ton plus sérieux.

"C'est amusant. Notre transformation et notre vie de vampire avoir été faite en parallèle de l'un des siècles les plus sanglants et les plus meurtriers de l'histoire. Peut-être nous avoir été tellement imprégnés de tout cela que nous avoir une vision du monde erronée. Mais vous avoir certainement raison, les vampires et autres créatures de la nuit gardent la palme en ce qui concerne le sang versé… Peut-être est-ce parce que c'est dans notre nature, après tout, nous ne pouvoir vivre sans ce liquide précieux. Mais les humains alors ? Les vampires ont la palme certes, mais ils ne sont pas les seuls. D'où leur vient alors cette envie presque frénétique de mettre fin à la vie de leurs semblables avec une telle atrocité ?"

Sa voix s'était faite plus basse tandis qu'elle fixait un point invisible, comme si elle pensait à haute voix et, au bout de quelques secondes, elle finit par ciller et par reporter son attention sur Kieran. Lui aussi semblé plongé dans ses propres réflexions et visiblement, les questions que lui posait la vampire ne le laissaient pas indifférent. Elle restait songeuse, repensant à ce qu'il lui avait dit. Les besoins primaires ne s'expliquaient pas. Peut-être passait-elle trop de temps à essayer de justifier ses actes, à le recouvrir d'un vernis de civilisation alors qu'au final, elle n'avait pas besoin d'expliquer tout cela.

"Dieu n'avoir guère été présent lorsque j'étais humaine alors je vous avoue que, si nous être damnés, je ne ressens guère de différence. Je n'avoir jamais aimé passer du temps dans les églises et, très franchement, devoir définir le sens de mon existence via la religion être quelque chose qui ne m'avoir jamais effleurée. Vous avoir été très croyant avant tout ça ? Et même maintenant ?"

Elle fixa alors le vampire, la mine curieuse, soutenant son regard avant de tendre à son tour la main vers le paquet et le saisir entre ses doigts fins, le tournant et le retournant avant de le lui rendre.

"Les humains changent peut-être mais l'humanité non. En tout cas, si vous ne pas avoir d'idées, je pouvoir trouver plein de bonnes façons de dépenser votre argent."

Chaque bouffée qu'elle aspirait était pour elle comme une vengeance, une façon de faire s'envoler en fumée un peu plus son ancienne vie d'humaine, celle où rien n'avait été possible et où tout lui était interdit. A sa réflexion, un sourire amusé se dessina sur ses traits tandis qu'elle l'observait, paupières mi-closes.

"Je saurais alors si je vous agace la prochaine fois que vous allumer une cigarette sans prévenir. Mais si vous n'avoir pas l'obsession de ressembler à un humain, vous très bien cacher votre jeu en tout cas."

Ecrasant le mégot dans le petit cendrier qui trônait au centre de la table, elle se frotta les mains avant de reprendre, d'une voix douce.

"Les limites ne sont-elles pas faites pour être dépassées justement ? Si tout le monde végéter sans oser franchir les barrières, nous serions peut-être toujours à l'âge de pierre, à croire que la terre être plate ou que sais-je encore. Certains faire ça avec plus de finesse que d'autres, je vous l'accorde. Et la plupart des gens abuser de leur pouvoir dès qu'ils en avoir un peu, qu'ils soient humains ou vampires, ça vous devez au moins me l'accorder, non ?"

Le fait de repenser à son véritable nom la plongea brusquement dans d'autres souvenirs, moins agréables ceux-là et il en résultat une certaine agitation, qu'elle tentait de camoufler au mieux et qui n'était trahie que par le martèlement de ses doigts sur la table. Brusquement, elle frappa dans ses mains, comme si elle venait d'avoir une idée subite.

"Vous ne pas m'avoir parlé de rendre visite aux Wulvers ? Pourquoi pas maintenant ? La nuit être claire et nous pouvoir être tranquilles cette fois."

Elle se releva sans même attendre sa réponse, lissant son tailleur avec application et, après un bref instant d'hésitation, lâcha, fixant le sol.

"Nastasia. Je m'appelais Nastasia."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Nealson
Vampire
avatar

Messages : 427
MessageSujet: Re: Les suites   Dim 17 Fév 2013 - 18:04

Une grimace mauvaise lui échappa : « Je ne côtoie pas les clébards et j’ai assez donné avec les vampires. » Il hésita à dire autre chose, avant de balayer l’air d’un air désinvolte, comme pour souligner que ça n’avait aucune importance. Air qui se chargea bien davantage de fumée, à son geste, qu’en dispersa.

« Si vous restez sceptique, pourquoi être ainsi rentrée dans son jeu ? Vous aviez envie de le voir se ridiculiser pour tenter d’obtenir la main de la belle, peut-être ? Amusant, je suppose, comme vous le dites si bien. » Et il ne comptait pas simplement l’amuser en relevant ce défi. Epater la galerie ne lui disait rien, contrairement à d’autres, bien trop souvent habitué à ramasser ceux qui s’étaient laissés entraîner trop loin dans ce genre d’affaires. Il trouverait en temps et en heures ce qu’il conviendrait de faire… Pour le moment, un petit cocktail était un bon début.

« Une vision du monde erronée… Peut-être. Parmi les humains qui ont survécu à ces terribles pans de l’histoire et peuvent encore les raconter, beaucoup en restent profondément marqués et sont incapables de s’en détacher. Nous ne sommes pas si éloignés d’eux, après tout… Vous devez tout autant avoisinée la centaine, non ? » Elle lui donnait pour moitié raison, reconnaissant la participation des vampires à cette lugubre scène. Ce qui transpirait de ses propos avaient l’accent d’interrogations sincères, et si pures… « Les humains ont la haine et la peur pour eux. Cette envie irrésistible de rendre la souffrance pour la souffrance, le sang pour le sang. Cette pensée invraisemblable de vouloir définir un bourreau, une victime… Et un avenir si parfait qu’il ne peut exister. On peut commettre les pires atrocités au nom de ses idéaux, des siens, ou par simple vengeance ou folie. » Il avait parlé d’un ton calme, monocorde, laissant transparaître le résultat d’une longue carrière tant policière que criminelle. Il avait vu tant de choses en si peu de temps… Et toujours devoir étudier les raisons d’un meurtre, chercher le « pourquoi » afin de cerner les futures intentions et stopper le coupable avant qu’il ne parvienne à ses fins. Certains en devenaient fous, d’autres dépressifs. Peut-être tenait-il un peu des deux ?
Il toussa un peu de fumée, son regard fixant le vide d’un air absent. « Une pensée si innocente, Velvet… Vous connaissez pourtant la passion, non ? Tout autant que la haine et la souffrance. Elles nous définissent autant qu’eux. Vous me pensez trop peu détaché des humains mais vous l’êtes bien trop, alors que nous sommes si semblables. Vous connaissez la réponse à votre question : Vous ne vous l’avouez pas, tout simplement. »

Il secoua lentement la tête, avant de la laisser reposer contre le haut du fauteuil pour se reporter sur le plafond. Par un geste qui trahissait une habitude singulière, il délaissa son mégot dans le cendrier pour se rallumer une seconde cigarette, tout aussi vite. « Dieu… M’a condamné. Je pourrais trouver un millier de raisons qui expliquerait cette damnation éternelle. Mais en réalité, je ne pense pas avoir davantage péché que la moyenne humaine… Et si tel était le cas, ne me suis pas largement racheté ? Pourtant, rien n’a changé. Rien ne pourra changer. J’étais croyant, oui, encore davantage maintenant, très certainement. » Il haussa les épaules, d’un air fataliste. Parler de guerre et de religion le rendait plus dépressif que nostalgique, au final. Peut-être aurait-il dû adopter la même position détachée que Velvet… Comment pouvait-il y parvenir, à se ficher de tout ? Ce qui lui restait de sa part humaine ne serait-ce que des remords, au final ?

« L’humanité, non. L’histoire se répète souvent. » Lui concéda t-il. « Dépenser mon argent, comme quoi ? Je sens d’avance que vos idées ne seront pas forcément pour me séduire, sur ce plan-là. »
Il ne releva pas l’énième remarque sur son obsession de l’humanité, tirant sur sa cigarette avec lenteur. Combien de fois allait-on le gratifier de ce genre de remarques ? Qu’attendaient-ils d’autres, qu’il perde son travail, qu’il se trouve des victimes innocentes et qu’il tue sans conscience ? « Un vampire se limite t-il à sa part la plus animale, Velvet ? Vous n’arrêtez pourtant pas de vouloir me prouver le contraire, alors pourquoi toujours souligner cet état de fait ? Vous n’aimerez pas que je vous montre ce qu’est un vampire, à ma façon. »

L’idée de quitter ce salon privé n’était pas pour le déplaire. Sans même avoir répondu, il s’était levé, prêt à reprendre sa marche. Arpenter les rues lui avait toujours procuré bien plus de plaisir que de rester végéter dans un bureau, justement. « Si je suis votre raisonnement, les vampires seraient une forme d’évolution de la race humaine. Certains le croient, à leur guise. Mais je vous accorde que vampires comme humains recherchent et abusent du pouvoir. C’est un plaisir auquel certains s’adonnent volontiers. » La luxure. Mais assez, de faire référence à des termes religieux, ça ne lui convenait pas si bien. « Allons-y. »

Il était prêt à franchir le seuil sans plus attendre. Il n’espérait même plus qu’elle lui réponde, la question étant déjà oubliée, lointaine. Ca n’avait pas d’importance, après tout, le velours est une belle matière. Et pourtant, daignât-elle enfin lui confier avec cet accent du secret, du passé. Il s’immobilisa un instant, pour l’observer longuement. Pas un mot en réponse, juste un bref sourire.
Et il repartait déjà.

>>> A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kain
Vampire
avatar

Messages : 717
MessageSujet: Re: Les suites   Lun 2 Déc 2013 - 17:55

En provenance du du bureau de Kain

Le vampire ouvrit la porte, en pensant que s'il continuait à céder ses meilleures chambres gratuitement, il allait finir par perdre pas mal d'argent. Heureusement le Bloody Valentine possédait plusieurs suites, mais maintenant 2 n'était plus disponible pendant un certains temps. La première étant celle de Milicent, et la seconde était celle-ci...

Le vampire avait choisit une suite luxueuse, tout simplement à cause du Jacuzzi, le coté bulle pourrait peut être occuper la jeune fille un certains temps, avec aucun risque qu'elle se noie. Privilège du vampire.

"Et voila, j'espère que ça te plait, tu as de quoi t'amuser durant les journées. Je vais vider le réfrigérateur pour mettre des boissons qui te conviendront le plus..."

Kain n'était même plus sur ses gardes, une parfaite inconnue venait lui dire qu'elle était sa fille, et voila qui lui ouvrait les portes du Bloody! Le vampire était déstabilisé par l'annonce, et surtout par le caractère de la jeune fille qui lui faisait terriblement penser à... Lui. Il regardait l'adolescente découvrir le lieu, alors qu'il se posait bien des questions...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les suites   Mer 4 Déc 2013 - 12:20

Uma Crawley« Plus de violence, » on croit rêver. Papa est d'un chochotte ! Pas de chat, pas de nana à poil, et maintenant pas d'amicales bourrades dans les gonades ?! Mais bientôt il lui dira de manger des steaks de l'élevage bio respectueux des bêtes pour se nourrir ! En chemin vers sa chambre elle tourne sa petite tête colorée vers lui et lui siffle.
- Et on se mettra au tricot aussi ?
Puis elle soupire par le nez, et hoche la tête comme une gentille fille.
- Ouais, ouais, je laisse tes couilles en paix, j'ai compris. Elle lui sourit, mais son rictus est un peu étrange. Enfin, pas de petit frère quand même, hein. Retrouvant sa mine joyeuse, elle sautille et embrasse la paume de papa. T'es trop sympa ! Elle est comment ? Je pourrais la redécorer moi ? Avec des posters et tout ?
Égoïste et capricieuse, complètement. Enfin, comme l'écrasante majorité des ados, en somme, surtout celles à qui on a pas su poser la moindre limite qui ne soit pas négociable ou contournable facilement.

Et la porte s'ouvre. Pour le coup, elle ouvre très grand ses immenses yeux, et ferme fort sa petite bouche. Vache ! C'est carrément mieux qu'un poney ! Bon, faut pas déconner : le poney elle le voudra quand même. Mais pour une dizaine de minutes (cette estimation enthousiaste vous est offerte par le Club de l'Optimisme ®) Uma l'a oublié. Elle serre dans sa petite main froide la paluche glacée de Papa, et la lui relâche lentement, avançant à pas prudents, émerveillée... Si calme la gamine, si médusée, si sage...

… Et puis, c'est le cri. Elle pousse un couinement de Yorkshire hystérique, et se lance à droite à gauche en courant, commentant tout, soulevant les coussins, poussant les meubles, se cognant un peu ça et là, et finit par ouvrir grand toutes les portes pour reluquer tout ce qu'il y a comme pièces à portée. Punaise ! Sa propre salle de bain ! Elle va pouvoir tester tellement de maquillage là dedans ! Et cette baignoire avec des trous, bon sang ! Combien d'expériences allant du mélange de shampoing à la noyade de chiens des rues comparée à celle des chats errants elle va pouvoir mener ! Pour finir, elle saute sur le lit, et tandis qu'elle rebondit, elle glapit vers son père.
- Trop cool ! Boing ! C'est trop cool ! Boing ! Merci 'pa ! Boing sur les fesses ! Ca s'rait mieux avec du rose mais ! Saut sur les pieds, re-boing ! C'est quand même pas mal déjà ! Boing ! Dis t'as une cave ? Boing ! Avec des rats ? Boing ! Non parce que j'aime bien bouffer des rats quand... Boing - splarf ! AÏE !
Rebond malheureux, atterrissage sur l'épaule. Elle se redresse précipitamment, se tenant le bras avec une mine courroucée, puis, après être restée crispée quelques secondes, secoue la tête et reprend sa mine réjouie, comme si de rien n'était, trottinant de nouveau vers Papa.
- Même pas mal. Oui je disais, j'aime bien chasser les rats, c'est rigolo. Pis c'est marrant après ça fait des marionnettes. T'as une cave alors dis ? Si t'as pas de filles à poil chez toi, tu dois bien avoir une cave ?
Dans son esprit, c'est logique. Si on n'en a pas sous la main, il faut les amener, et si on doit les amener, il faut une cave : c'est tout naturel, toutes les émissions sur les serials killers vous le diront ! Pas qu'elle ai jamais enlevé qui que ce soit elle-même, mais jouer à la dure, elle sait faire, et elle se figure tellement que ça ne peut que plaire et impressionner un super Vampire comme son papa des neiges...
Revenir en haut Aller en bas
Kain
Vampire
avatar

Messages : 717
MessageSujet: Re: Les suites   Ven 6 Déc 2013 - 21:58

Kain était en quelque sorte fasciné par la jeune vampire. Son changement d'humeur ses différentes piques, l'envie qu'il avait de lui arracher la tête d'un coup, sèchement afin de la faire taire une bonne fois pour toute, associé à une certaine fierté, celle d'un père voyant que son petit monstre allait dans la bonne direction, celle du carnage du sang et de al torture, comme son père...

Mais à chaque fois que le terme père traversait son esprit, le vampire se bloquait, lui avoir une descendance, non, jamais! Il ne laissait aucune trace, une fois ses méfaits commis disparaissaient de la ville sans que personne ne puisse le reconnaitre, il était un fantôme, préparant tout avec minuties, perpétuant crime et atrocité depuis des centaines d'années! Il n'avait pas l'habitude de se retourner en arrière, et ce soir son passé était face à lui, en train de sauter à pied joint sur un lit d'une de ces suites les plus luxueuses.

Le vampire devait se ressaisir, il devait faire comme à son habitude, être mécanique, agir froidement, stratégiquement et effacer cette erreur définitivement, supprimant la mère et la fille, ensuite tous redeviendrait normal.

"Tu pauses beaucoup de question et tu n'attends même pas les réponses, impatiente. Oui j'ai bien une cave, et arrête un peu avec tes nanas à poils, tu ne me parles que de ça, tu es sur que tu ne veux pas de petit frère?"

Le vampire lui fit un petit sourire.

"Pour ce qui est de redécorer, nous verrons, je ne suis pas contre mais il faudra que tu m'explique ce que tu veux faire à chaque fois. Enfin pour la nourriture, il semble que tu as beaucoup à apprendre, du moins en matière de gouts, tu vas voir il y a bien meilleur que des rats... Je vais t'enseigner comment trouver de la bien meilleur nourriture..."

C'était bien entendu une stratégie, plus il passerait de temps à lui enseigner ce qu'il savait plus il récolterait un maximum d'informations sur elle et sa mère... Une stratégie, rien de plus... Oui il en était sur, qu'une stratégie...

Pour ce qui était de la décoration de la chambre, compte tenu de l'énergie de la jeune vampire, Kain se doutait qu'il allait infiniment regretter ses paroles, à un moment ou un autre...

"Mais dis moi, ou son tes affaires? Si tu veux habité ici il faudrait qu'on t'amène tes bagages, tu les a laissé ou?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les suites   Sam 7 Déc 2013 - 14:13

Uma CrawleySi elle est sûre de ne pas vouloir un petit frère ? Papa sourit, mais fifille moins, et elle louche d'un air énervé sur la braguette de son géniteur. Il la cherche ou quoi ? Frottant son épaule endolorie d'un air méchant, elle lui tend une grimace qui veut tout dire, fermant le poing pour le brandir, avec un « ouuuh » agacé. Mais il continue, et elle oublie de lui préciser qu'en fait, elle préférerait qu'il soit gay, parce que c'est trop cool d'avoir un papa gay. C'est swag, même si elle n'a pas exactement suivi ce que ça veut dire, swag. Non, parler des penchants sexuels de son géniteur à ce dernier ne la dérange pas : pour elle, ça, c'est complètement abstrait, alors elle est très loin de comprendre tout ce que ça pourrait avoir de glauque ou de gênant. C'est comme discuter de son parfum de glace favori : elle, de toute façon, elle préfère les bonbons, mais ça ne l'empêchera jamais d'en bavarder. Et puis, ça dérange quand elle fait des blagues sur le sujet (celui de la gaudriole, pas des sorbets) alors elle aime bien le faire. Mais vient la déco, et ça l'intéresse un peu plus que ce que veut faire papa de ses parties, alors elle laisse retomber son poing et, toute tension évacuée de son minois, elle tourne sur elle-même.
- Baaah, c'est simple. Déjà des rideaux ici, avec des cupcakes dessus j'aime bien, et là un grand poster de Resident Evil, parce que moi je l'ai bien aimé ce film c'est tout, et puis, hmm... Un trampoline. Ouais. Un trampoline, ça serait bien. Et puis mettre d'autres draps parce que là ça fait trop poule.
Elle passe machinalement la langue sur ses dents lorsqu'il parle de chasser. Incroyable cet appétit pour une môme de cet âge ! C'est la croissance, ça creuse, sûrement, ou alors c'est juste de la gourmandise revancharde. Elle le regarde de nouveau, en coin, et se met à se suçoter un bout de lèvre en se disant qu'elle se ferait bien un bout de fille. Oui, plutôt une fille, à choisir, là, et pas fumeuse. Une dodue parfumée, pour un goût riche !
_ Mouais... Elle claque la langue, laisse sa lèvre tranquille. N'empêche tout à l'heure on avait deux nanas juste à portée et t'as même pas voulu. J'sais bien que les rats c'est pas le mieux, mais ça fait petit dej'. Paraît que c'est important pour les ados de prendre de bons petits dej', alors je mets des pièges et quand je me réveille hop ! J'ai des tartines qui couinent. Comme ça j'ai trop la forme pour sortir et attendre le vraiiii repas. Elle s'en tapote son bedon tout plat. Et puis si je bois pas tôt, je suis grognon toute la nuit, et je mange mes amis, c'est lourd tu vois. Parce que quand on sait que tu étais avec machin-bidule, on vient te demander pourquoi il est plus là ou pourquoi on a retrouvé ses morceaux dans le container à journaux et bon, je fais les yeux mouillés et je dis que je sais pas, mais ça m'ennuie, quoi. Elle hoche la tête. Donc j'aime bien mes tartines.
Ca, pour le coup, c'est moins de la vantardise. Casser une pote, ça lui est arrivé. Une fois – quatre en tout si on compte les connaissances vagues qui l'avaient trop agacée, et franchement c'est pas sa faute, fallait pas l'énerver ce soir là, ils l'avaient cherché. Elle était petite, enfin encore plus que maintenant, et maman lui avait tellement soufflé dans les bronches cette fois où elle avait voulu cacher Lilibeth sa super bestah sous son lit, mais que l'odeur avait piqué à force, qu'Uma n'avait pas été spécialement enthousiaste à l'idée de recommencer. Pas pour les scrupules. C'est surtout que creuser une tombe ça fait mal aux mains. Ca la détend, d'en parler comme ça, tiens ! Maman gueulait toujours et ses copines, hors de questions de leur balancer de but en blanc son régime alimentaire. Du coup elle s'épanche, la bambine. Peut-être un peu trop.

Elle veut caler de nouveau son popotin sur quelque chose, et plutôt que je lit confortable, préfère grimper sur une commode pour battre le bois des pieds. Quelle fichue manie ! Ca fait bank-bank, bank. Bank.
- Mes affaires ? Elles sont moches, sauf deux trois trucs. J'irai les chercher, t'embête pas. Par contre, je suis pas contre avoir un peu de blé pour faire du shopping. Elle sursaute presque sur son meuble. Oh ouais c'est vrai ça ! J'aurais de l'argent de poche ? Dis oui, alleeeez ! T'as dit non pour le chat, dis oui pour l'argent de poooche ! Si tu veux je fais un truc en échange ! Genre... Je sais pas, moi ! Je te fais des dessins pour des cartons de pub ! Ca sera trop stylé. Ou je te ramène de la meuf chez toi ? Je vais près des bars où je vois des nanas qui s'ennuient et je dis, hé, j'ai une bonne adresse ! Paf un carton d'invit, et tadam tu deviens branché ! Tac, t'es le roi de la nuit à Galway. Elle claque des doigts sur un rythme imaginaire. Ou je te fais des cocottes en papier pour les tables ? J'aime bien. Ou sinon, si tu veux pas, ben je les piquerais mes fringues, c'est tout.
Un sourire radieux termine. Allez, quoi, quand même, il va bien être un peu généreux son papa ? Avec le palace qu'il se paye, il peut bien lui payer un pull !
Revenir en haut Aller en bas
Kain
Vampire
avatar

Messages : 717
MessageSujet: Re: Les suites   Lun 9 Déc 2013 - 18:07

Kain commençait à ressentir une certaine fatigue,, une chose assez étrange. Non il ne s'agissait pas d'une fatigue physique, mais une sorte d'épuisement psychologique. Deux heures passé avec la vampire et déjà le papa malgré lui sentait poindre une envie de silence, un besoin de calme, un désir de quiétude...

Plusieurs facteurs entraient en considérations. D'abords son énergie, elle courait partout, parlait fort avec un enthousiasme débordant, faisait bien du bruit, abimait le mobilier d'une de ses suite les plus luxueuses... Ensuite et surtout, Kain étant assez peu familier avec le rôle de géniteur, il étudiait le moindre geste de la jeune fille. Son comportement, ses réactions, voir même les quelques informations qu'elle pourrait lâcher par inadvertance sur sa mère... Seulement pour ce qui était de l'observation de ses variations d'humeurs, ou de comportement, le cerveau du vampire saturait d'informations! Jamais il n'avait interagis avec une personne variant aussi rapidement, aussi radicalement d'humeur dans une même conversation!

Tantôt elle était heureuse, tantôt furieuse, tantôt enthousiaste, tantôt enfant, tantôt vampire, tantôt innocente, tantôt monstre... Le vampire sentait se poindre un mal de crâne carabiné du à la trop grande quantité d'information que la petite vampire lui communiquait.

Le vampire ne put réprimer une grimace alors qu'il visualisait sa suite transformer en chambre de démonstration pour princesse junkie au rose et toutes mièvreries associées à cette couleur. Il se garda cependant de dire le moindre commentaire, il avait suffisamment de difficulté à gérer le cyclone qu'était la petite vampire.

Cependant le sujet de conversation qu'elle amena fut plus intéressant. La chasse, incontrôlable, elle avait besoin d'un professeur, et pour ce genre d'enseignement, Kain se sentait plus que près à partager son savoir et son expérience. Au vue de ses paroles, la petite vampire avait déjà eu des expériences malheureuses.

"Tu as encore pas mal de choses à apprendre si tu veux apprendre à chasser, efficacement, correctement, et surtout discrètement. Car en effet la discrétion est la clef d'une chasse réussie. Et si tu fais ce que je te montrerais, tu pourras prendre autre chose que du rat pour les petits déjeuners."

Kain sourit, il s'imaginait se lancer dans une chasse avec elle, lui expliquant les méthodes les plus expéditives, les plus radicale pour tuer efficacement, pour profiter de sa victime, voir même pour jouer avec... Mais son esprit vagabondait, et le flot quasi incessant de la jeune vampire le ramena à la réalité.

"Amène d'abord tes affaires ici, après si vraiment tu n'en a pas assez, je veux bien te passer de l'argent afin que tu étoffe ta garde robe. Et si vraiment tu es sage je te montrerais rapidement comment on chasse."

A défaut d'avoir eu du succès avec la psychologie fine, Kain avait décidé de faire plus basique, le système punition/récompense avait déjà fait ces preuves.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les suites   Lun 9 Déc 2013 - 18:52

Uma CrawleyPapa fait la gueule : monsieur tout blanc ne doit pas aimer le fuchsia. Tant pis pour lui s'il préfère avoir la touche d'un bonhomme de neige ! Tant qu'il ne lui fait pas de commentaires, ça lui ira, il peut tirer une gueule aussi longue qu'il voudra. Elle va même s'en faire un plaisir, de mettre des couleurs, des paillettes, des poneys et des trucs typiques de fille en fleur partout dans sa chambre. Et il n'aura rien à dire, surtout pas ! C'est sa chambre, pas la sienne, point. (Le Club de l'Optimisme ® vous présente ses excuses pour son erreur d'appréciation, par contre il préfère ne pas se prononcer sur l'accomplissement de ce macabre et rose projet.)

Il reparle de chasse, ensuite, et son sourire radieux se fait fin, félin, féroce, presque. Ah, ils arrivent tous deux sur le terrain qui pourrait bien sceller leur entente à venir (ou le seul moment où ils ne s'écharpent pas, c'est selon) : faire couler des rivières de sang. A sa première déclaration, elle répond spontanément un sincère et sirupeux.
- Cool...
Lentement promené sur le bout de ses lèvres, les yeux pétillants. C'est sûr, s'il lui déclarent qu'ils partent bouffer maintenant, elle sera prête plus vite qu'une américaine à qui on propose un Mac Do ou une russe un mariage avec un pdg européen ! Ses interminables bank-bank de meubles en ralentissement même un peu, avant de reprendre d'autant plus fort, sous le coup de l'excitation.
- Ouais d'accord je déménage ça demain ou la nuit d'après. Y'a le temps de toute façon. Dis t'as des livres ? Des fois j'aime bien lire et faut bien que j'me cultive un peu. Sinon la télé aussi. Notion de culture très abstraite, donc. Et quand je lis ou que je fais la larve je suis sage comme tout, y'a pas mieux. Ses bank-bank s'accélèrent encore. Et faut que je sois sage combien de temps pour qu'on chasse la première fois ? Diiis ? On commence demain si j'ai rien pété ? J'vais faire gaffe, parole ! Mais j'suis maladroite quand j'ai pas bu t'imagines pas ! Alors voilà, demain ça m'paraît super comme date tu vois. Genre là je prends mon bain, je squatte, et si demain j'ai cassé personne, hop ! Tu me montres comment tu fais et j'te montre comment j'suis déjà trop forte ? Dis ?
Elle saute au bas du meuble, enfin plus de bonk bank bok ! Et vient agripper la main de papa, recommençant à la lui agiter, à faire mine de lui tourner autour, en tourbillon de couleur tout ravi.
- Demain je chasse aveeec paaa-pa ! Demain je chasse aveeec paaa-pa !
Revenir en haut Aller en bas
Kain
Vampire
avatar

Messages : 717
MessageSujet: Re: Les suites   Sam 14 Déc 2013 - 10:18

Des livres... Kain avait comme un doute, dans son fort intérieur il était persuadé que les quelques ouvrage qu'il avait en sa possession ne correspondait pas forcément aux gouts de la jeune vampire. S'il désirait ne pas avoir à réaliser des nouveaux travaux à effectuer dans sa suite, Kain allait devoir trouver de quoi l'occuper rapidement.


Il se demanda ce qui pourrait bien passionner la jeune fille, il imaginait que des romans, sanguinolent, avec une aventure niaise au milieu serait parfait. Du moins c'est ce que le vampire pensait. De toute façon hors de question qu'il aille lui même s'occuper de ce genre d'achat, comme tout bon patron tyrannique, le premier employé qu'il croiserait en quittant le lieu serait missionné, afin d'aller chercher des distraction pour la petite vampire.

L'idée de lui apprendre à chasser n'était pas si déplaisante que ça, après tout enseigner son savoir pourrait s'avérer être une distraction amusante. En plus Kain pourrait en profiter pour tenter de récolter un maximum d'information sur sa mère. Il devait la mettre en confiance. Mais alors qu'il pensait à une date éventuelle pour cette sortie "père-fille" la jeune vampire répondit elle même à sa question. Peu habitué aux enfants, le vampire n'avait pas l'habitude de répondre du tac au tac afin de ne pas lui laisser l'initiative de lui même se répondre... Dommage. Résigné le vampire lui répondit.

"Pour chasser demain il faudra que tu sois vraiment sage. je veux rien de casser, et aucun problème avec mes employés ou mes clients. Maintenant tu devrais te reposer tranquillement, je te ferais parvenir des boissons plus appropriées que celles qui sont dans le réfrigérateur. Si tu t'ennuies tu peux teste le jacuzzi tu verras c'est rigolo."

Kain ne savait pas vraiment ce qui pourrait convenir et surtout occupé une jeune fille de son age.

"Fais moi une liste des lires que tu veux, je verrais ce que je peux te trouver. Maintenant que tu es ici, il y a une chose que j'aimerais vraiment savoir, et surtout que tu ne m'a pas dit. J'aimerais savoir le nom de ma fille?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les suites   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les suites

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le jeu des suites
» Suite de prénoms
» La folle \o/
» La Poké-Suites.
» Le jeu des suites !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gate :: LA VIEILLE VILLE DE GALWAY :: 
Eyre Square
 :: Bloody Valentine
-